Page images
PDF
EPUB

PRETRES GREGATIUN DU SAINT

MENT.

[ocr errors]

tonsure, pour

fon Diocese, qui fut érigé dans la ville de Valence le 16. Mission. Janvier 1639. comme il paroît par les Lettres Patentes que 1A Con ce Prélat donna pour ce sujet.

Ce progrès augmentant le zele de ce faint Fondateur, il SACRE- resolut de s'appliquer encore plus fortement aux Millions &

à l'instruction des Ecclesiastiques : il n'y avoit que la residence à laquelle il étoit obligé dans l'Abbaïe de S. Victor (par rapport à son Benefice) qui lui fit obstacle. Le Prieur Claustral de ce Monastere, dès l'année précedente, lui avoit fait expedier, du consentement de son Chapitre,des Lettres de non residence. Mais cette dispense, quoique conçuë en termes trés avantageux, ne le contentant pas, il alla à Marfeille

peu de jours après l'établissement du Seminaire de Valence , & s'y' demit de l'Office de Capiscol ou Préchantre de son Monastere , qu'il permuta contre un Benefice à simple

lui servir de titre Clerical, & revint ensuite à Valence , où l'Evêque l'attendoit pour commencer les visites de ses deux Dioceses, dont il lui remit le soin. Il en fic l'ouverture avec six de ses Missionnaires, sur la fin de Decembre de l'an 1639. au bourg de l'Etoile ; & après avoir emploïé une année à faire des Missions en d'autres lieux, il finit sa visite par la Mission de Valence,qu'il fit au commencement de l'année 1642. Entre les fruits considerables que produisirent ses Missions, il ramena au sein de l'Eglise quatre-vingt-deux Hérétiques.

La visite de ces deux Diocéses étanr achevée , il alla á Marseille, où au mois de Février 1643. il commença une autre Million

pour les Forçats des Galeres. Il l'ouvrit avec sept Prêtres de la Congregation, sur le port de cette ville, en présence de l'Evêque & d'un grand nombre de peuple , qui y étoit accouru pour en profiter. Mais ces Ouvriers ne suffisant

pas pour l'ample moisson qu'il y avoit à faire , ils furent secondés par quatre autres Missionnaires de la Congregation de M. Vincent de Paul , lesquels conjointement avec M. d'Authier & ses Missionnaires, firent un fi grand fruit, que la plậpart des Forçats changerent de vie,plusieurs Turcs embrasserent la Foi , & l'on fut étonné de voir un lieu où ne regnoient auparavant que la confusion & le defordre, devenir une demeure de bons Chrétiens, qui commencerent à s'adonner à la vertu & à faire un saint usage de

leur

GREGATION
DU SAINT

MENT.

leur captivité. Après qu'il eut fait cette Mission aux Gale- PRETRES riens , il en entreprit d'autres en plusieurs quartiers de la Missionville , & érigea dans l'Eglise de la Communauté une Con-ta Congregation lous le titre de saint Homme-Bon , en faveur des Artisans. Il commença aussi un autre établissement, qui de- SACRE voit servir de retraite aux pauvres Prêtres qui viennent tous les jours à Marseille pour passer les mers ; mais cet établifsement n'eut

pas le succès qu'on esperoit. Erant retourné à Valence,l'Evêque de Viviers l'appella dans son Diocèse pour y faire une visite Pastorale. Il rendit le même service à celui d'Orange, & alla ensuite dans ceux d’Usez & de saint PaulTrois-Châteaux, faisant par tour des Missions, & y laissant des marques de son zele & de la charité.

Ces Millionnaires aïant encore fait un établissement à Senlis l'an 1640. M. d'Authier reprit son premier dessein de faire approuver par le faint Siege sa Congregation, qu'il voïoit augmenter de jour en jour. C'est pourquoi il envoïa à Rome un de ses Prêtres pour solliciter cette faveur. Lerefus qu'on lui en fit ne fut pas capable de rebuter le saint Fondateur ; au contraire, rempli de confiance que Dieu qui avoir commencé cet ouvrage ne le laisseroit pas imparfait, il fit tant d'instance les années suivantes , qu'enfin le Pape Urbain VIII. par un Bref du 4. Juin 1644. approuva les Statuts & Reglemens de la Congregation, pourvû qu'ils ne fussent pas contraires aux saints Canons & au Concile de Trente; & au mois de Novembre de la même année la Congregation de la Propagation de la Foi le nomma Recteur des deux Colleges Apostoliques à Avignon. Mais M. d'Authier n'écant pas content du Bref d'Urbain VIII. qui n'approuvoit que les Statuts de la Congregation, qu'il n'avoit pas lus , il fit de nouvelles poursuites en Cour de Rome, & obtint du Pape Jonocent X. une Bulle le 20. Novembre 1647. par laquelle ce Pontife après avoir fait examiner les Statuts de cette Congregation par plusieurs Cardinaux , la confirma sous le titre de Congregation du S.Sacrement pour la direction des Missions & des Seminaires, au lieu du premier qu'elle avoir de mission du Clergé: ce qui a fait donner à ses Sujets le nom de Prêtres Misionnaires de la Congregation du saint Sacrement. Le refus

que

l'on avoir fait d'abord d'accorder à M. d'Authier la confirmation de son Institut,& de nommer dans Tome PIII,

N

Mission-
NAIRES DE
GREGATION
DU SAINT

[ocr errors]

Pretris la Bulle un Directeur général que l'on avoir demandé pour

le gouvernement de cette même Congregation, provenoic de 1A Conce que ce saint Fondateur étant Religieux Profés de l’Ab

baje de saint Victor de Marseille, on ne jugea pas à propos SACRE de le mettre à la tête d'une Congregation Ecclesiastique, ni

de lui en substituer un autre à la place pendant sa vie ; mais son rare merite & la sainteté de sa vie l'emportant sur toutes sortes de considerations, on leva enfin cette difficulté, en supprimant ce point,que l'on changea en un pouvoir général qui fur donné par cette Bulle aux Prêtres de cette Congregation de s'élire un Directeur tel qu'ils trouveroient à propos,& on travailla à élever M. d'Authier à l'Episcopat,quoiqu'il eût plusieurs fois refusé cette Dignité. Cela l'obligea d'aller une seconde fois à Rome,où à la nomination du Duc de Nevers, il fut sacré Evêque de Béthléem le 26. Mars 1651. par le Cardinal Spada , qui en fit la cérémonie dans l'Eglise de saint Jerôme de la Charité. Il retourna ensuite en France, & prêca au Roi serment de fidelité pour la Chapelle de Pantenor , appellée Notre-Dame de Bethléem, que Gui Comte de Nevers unit å l'Evêché de Bethléem l'an 1623. en faveur de Rainaud Evêque de Bethléem , qui l'avoit suivi lorsque les Chrétiens furent chassés de la Terre-Sainte. Cette Chapelle située dans un faux bourg de Clamecy , au Duché de Nevers , & qui étoit autrefois un Hôpital', sert comme de Cathedrale à l'Evêque de Bethléem , qui n'a néanmoins aucun Diocese ni aucun Territoire.

Cette nouvelle Dignité dont M. d'Authier fut revêtu , l'aïant mis en état d'exercer les fonctions de Directeur de la Congregation jusqu'à la mort , il ne pensoit plus après son retour qu'à donner tous ses soins pour l'établir parfaitement, lorsqu'il fut obligé de retourner pour la troisiéme fois à Rome. Il y fut député par les Evêques de France, qui à la sollicitation de Jean IV. Roi de Portugal , écrivirent au Pape au sujet du refus qu'il faisoit de nommer aux Prélatures de ce Roïaume ceux que ce Prince lui presentoit , nonobstant le besoin de cette Église , qui étoit tellement dépourvuë de Pasteurs, que de vingt sept Evêchés, il n'y en avoit qu'un rempli : encore celui qui l'occupoit étoit si vieux , qu'il ne pouvoit plus faire aucune fonction Episcopale. Après que M. d'Authier eut paré deux ans à Rome sans pouvoir réüs

MISSION-
NAIXES DI

GREGATION
DU SAINT

MENT,

fir dans la négociation, il retourna en 1654. à Paris , d'où il Pretre: étoit parci le 6. Février 1652. Aufli tôt qu'il y fut arrivé,plusieurs Evêques le chargerent de la visite de leurs Dioceses, 1A CONdans lesquels il laissa de grandes marques de la sainteté & de fan zele. En 1657. les Bourgeois de Thiers en Auvergne, SACREl'aïant prié d'accepter un établissement dans leur ville, il s'y rendit sur la fin de l'année pour le commencer , selon la coûcume , par une Mission; & l'Evêque de Clermont érigea cette nouvelle Maison en un Seminaire Ecclesiastique , qui a servi depuis aux retraites des Curés de ce Diocèse. La Mission étant finie, l'Evêque de Bethléem retourna à Valence , où il faisoit ordinairement sa demeure, & y resta jufqu'en l'an 1659. qu’on l'appella en Provence pour un autre établissement, & pour faire la visite du Diocèse d'Arles. Il procura ensuite la réforme du Monastere de la Celle , à un quart de lieuë de Brignole, au Diocèse d'Aix. Ce fut par ses soins que ces Religieuses embrasserent la plus étroite Observance de l'Ordre de saint Benoîc, & que pour mieux affermir leur Réforme, elles furent transferées dans la ville d'Aix.

Il avoit marqué dans les Statuts de fa Congregation qu'il y auroit en chaque Province une maison de solitude. Il n'actendoit

pour commencer cet établissement qu’une occasion ' favorable qu'il n'avoit pu encore crouver lorsqu'un Gentilhomme lui offrir un de fes châteaux dans la Limagne d'Auvergne, qui étoit un lieu fort propre pour cela. Ce fut le 18. Novembre 1666. qu'il en jetta les fondemens dans ce château , éloigné de deux lieués de la ville de Thiers. Il s'y enferma le premier avec trois Missionnaires pour en ouvrir les exercices, ausquels il admit le Seigneur du château,& quelques autres externes qui demanderent d'y être reçus. Il prescrivic à ces solitaires l'Adoracion perpetuelle du S.Sacrement, & leur défendit de parler à personne du dehors , & même entr'eux, excepté au Superieur de la Maison, pour lui declarer leurs besoins fpirituels. Ils s'emploïoient pendant quelque tems dans la journée au travail manuel. Il leur étoit extrémement recommandé de n'avoir rien en propre, de ne rien négliger pour expier leurs fautes, & obtenir le pardon de leurs pechés ; de s'appliquer continuellement à la destruction de leurs pafsions , & a la mortification de leurs

GREGATION
DU SAINT

PRETRES sens;de se conformer en coutes choses à la volonté de Dieu, & Mustono, de rechercher ce qu'il y a de plus parfait dans son amour par LA Cono la priere & la lecture des bons Livres. Mais comme cette

Maison n'appartenoit point à M. d'Authier , & qu'elle n'és SANGRE toit que d'emprunt, cette bonne æuyre fur bien tộc déa

truite après la mort, qui arriva peu de tems après. Car les Missionnaires de la Maison de Valence l'aïant prié de les venir voir pour une affaire importante , & ce faint Fondateur s'étant mis en chemin au mois d'Août de l'an 1667. il fur attaqué d'une fiévre tierce, qui s'étant changée en continuë, l'obligea de se mettre au lit aussi-tôt qu'il fut arrivé à Valence , où la maladie devint si violente, qu'il y mourut le 17. Septembre de la même année, étant âgé de 58. ans, cinq mois & douze jours, la trente-septiéme année depuis le premier établissement de la Congregation, & la dix-septiéme de son Episcopat.

Après la mort de ce Prélat, la Congregation fit de nouveaux progrès. Elle a néanmoins perdu depuis peu la Maison de Senlis , pour n'avoir pas pris des Lettres Patentes , & certe Maison a été donnée aux Missionnaires Eudistes , par M. de Chamillart Evêque de cette ville. Les Émplois des Missionnaires de la Congregation du S. Sacrement font présentement communs avec ceux de plusieurs autres Congres: gations qui les ont embrassés par un effet de leur zele , sans aucune obligation ; mais celle dont nous parlons est chargée par la Bulle de son Institution de la direction des Seminaires, soit pour ceux qui se disposent à embrasser l'Etat Ecclesiastique & à recevoir les Ordres sacrés , soit pour les Pretres qui desirent s'y retirer , afin d'y faire les exercices fpirituels , ou qui y sont envoïés par les Evêques pour se per. fectionner dans leur Ministere. Une autre obligacion, qui lui est imposée par la même Bulle , est d'envoïer des Mile fionnaires aux païs des Infideles & des Herétiques selon la disposition & la volonté du Souverain Pontife & de la Congregation de la Propagation de la Foi,qui leur confient la conduire des ames dans l'administration des Paroisses qui leur sont commises. Quoique cette Congregation doive avoir des Maisons de solitude où ceux que Dieu appelle à cer Institut sont obligés de passer le tems de leur probation , il ne s'en trouve pas néanmoins en toutes les Provinces ou Arche

[ocr errors]
« PreviousContinue »