Page images
PDF
EPUB

mais à celle qui se fit l'an 1661. il y eut de la contestation sur ORDRE DU ce sujet. Les Chevaliers se plaignirent au Roi de ce que

les EN FRANCE. Officiers prétendoient manger à sa table contre les Statuts qui le défendent & qui ordonnent qu'ils mangeront en un lieu à part avec le Heraut & l'Huislier. Les Officiers en demeuroient d'accord; mais ils prétendoient manger à la table du Roi en consequence de la Déclaration d'Henri IV. Le Roi ordonna qu'avant la prochaine ceremonie les Officiers lui représenteroient l'original de la Déclaration d'Henri IV. faute de quoi , il vouloit que le Statur fût observé. Et cet original n'aïant pu être représenté,il n'y eut que le Chancelier qui dîna à la table du Roi avec les Chevaliers.

Henri III. ne se contenta pas de distinguer ainsi par ces marques d'honneur & ces privileges les Chevaliers de l'Ordre du Saint-Esprit , il voulut ausli qu'ils se distingualsent par la piecé. C'est pourquoi il les exhorta d'assister tous les jours à la Mesle & les jours de fêtes à la celebration de l'Office Divin. Il les obligea à dire chaque jour un chapelet d'un dixain qu'ils doivent porter sur eux , l'Office du saint Esprit avec les Hymnes & Oraisons comme il est marqué dans le Livre qu'on leur donne à leur réception, ou bien les sept Pleaumes de la Penitence , avec les oraisons qui sont dans le même Livre, & n'y satisfaisant pas de donner une aumône aux pauvres. Il leur ordonna de plus de se confefser au moins deux fois l'an & de recevoir le précieux Corps de Nôtre Seigneur Jesus-Christ le premier jour de Janvier & à la fête de la Pentecôte, voulant que les jours qu'ils communieroient en quelque lieu qu'ils se trouvassent, ils portafsent le collier de l'Ordre pendant la Messe & la communion: ce qu'ils doivent faire ausli aux quatre fêtes annuelles, quand fa Majesté va à la Messe, aux processions generales, & aux Actes publics qui se font aux Eglises.

Celle des Augustins de Paris fur choisie par ce Prince pour y celebrer le premier jour de Janvier la fèce de l'Ordre, à moins que le koi ne soit absent de cette ville. Cette cerémonie commence la veille de ce jour-là à Vêpres,où les Cardinaux Prélats , Chevaliers & Officiers de l'Ordre doivent accompagner le Souverain depuis son Palais jusqu'à l'Eglise. L'Huissier marche devant , le Heraur après ; ensuite le Prevôt, aïant à la droite le Grand-Trésorier,& à la gauche

[ocr errors]

OR PRE DV le Greffier, & le Chancelier seul après eux. Puis marchent EN FRANCE les Chevaliers deux à deux selon le rang de leur reception, & ensuite le Souverain & Grand-Maître qui est suivi par

les Cardinaux & Prélats de l'Ordre. Les Chevaliers sont vêtus de longs manteaux de velours noir femés de flammes d'or & bordés tout autour du collier de l'Ordre. Ce manteau est garni d'un mantelet de toile d'argent verte , entouré ausli du collier de l'Ordre en broderie. Le manteau & le mantelet sont doublés de satin jaune orangé. Les manteaux le portent retroussés du côté gauche & l'ouverture est du côté droit

. Sous ces manteaux ils ont des Chausses & pourpoints de satin blanc , & pour couvrir leur tête une toque de velours noir avec une plume blanche, à l'égard des Officiers le Chancelier est vêtu comme les Chevaliers. Le Prevôt, le Grand- Trésorier & le Greffier ont aussi des manteaux de velours noir & le mantelet de toile d'argent verte ; mais ils font seulement bordés de fammes & d'une petite frange d'or, & portent la croix cousuë sur leurs manteaux & une autre croix d'or penduë au cou. Le Heraut & l'Huissier ont des manteaux de facin noir & le mantelet de velours vert. Ils ont la croix de l'Ordre penduë au col ; mais celle de l'Huissier est plus petite que celle du Heraut.

Le lendemain de leur reception ils vont entendre la Messe revêtus des mêmes habits , & le Roi à l'Offertoire offre un cierge où il y a autant d'écus d'or qu'il a d'années. Après la Melle les Chevaliers accompagnent la Majesté dans le lieu où il doit dîner & mangent avec lui. Ils retournent l'aprèsdîné à l'Eglise pour allister aux Vêpres des Morts, & pour lors ils ont des manteaux & mantelets de drap noir & le Roi un manteau violet. Le troisiéme jour ils vont encore à l’Eglise pour y assister au service que l'on y fait pour les Chevaliers decedés. A l'Offertoire de la Messe le Roi & les Chevaliers offrent chacun un cierge d'une livre. Mais on n'a pas vu de ceremonie complette depuis l'an 1662. Il se fait tous les ans le jour de la Purification &le jour de la Pentecôte une Procession où le Roi aslifte avec tous les Prélats & Chevaliers , & la Messe est ensuite celebrée par un Prélat de l'Ordre. Henri III. destina les offrandes qui se font dans les grandes ceremonies pour les Religieux du Couvent des Augustins , & obligea chaque Chevalier à la reception de don,

7. VIII.p.412

Chevalier de l'ordre du s?Esprit.

Porilly,

[ocr errors]

mer dix écus d'or pour eux , au Grand-Trélorier de l'Or- ORDRE DR dre. Ce Prince leur donna aussi mille livres de rente pour NFRANCE dire tous les jours deux Messes , l'une pour la prosperité & santé du Souverain & des Prélats , Chevaliers & Officiers de l'Ordre, & l'autre pour les Deffunts ; & dans le Chapitre qui se tint à Paris l'an 1580. il fut arrêté que chaque Chevalier qui feroit trouvé sans sa croix païeroit pour chaque fois dix écus,& fi c'étoit un jour deChapitre cinquante écus, qui seroient aussi donnés par aumône aux Augustins.

Cette céremonie de l'Ordre, qui, selon les Statuts, se doic faire dans l'Eglise des Augustins , est peut-être ce qui a donné lieu à l'Abbé Giustiniani de dire que cet Ordre avoit été soậmis à la Regle de saint Augustin par le Pape Gregoire XIII. qui, selon lui, l'approuva : en quoi il a été suivi par Schoonebeck, qui ajoûte qu'Henri IV. obrint du Pape que toutes les rentes & les revenus de l'Ordre seroient convertis en Commanderies , & qu'il envoïa même un Ambassadeur à Rome, pour remontrer à la Sainteré que cet Ordre avoit été institué pour la Propagation de la Foi Catholique , & pour l'extirpation des Hérésies, & que les Chevaliers s'y engageoient par serment. Il est vrai que ce Prince fit representer au Pape Paul V. l'an 1608. que les Chevaliers & Officiers de l'Ordre s'engageant par veu & serment d’en observer les Statuts ; & que ces Statuts défendant d'y admettre les étrangers non regnicoles, & ordonnant à tous les Chevaliers de communier aux jours de cérémonies , & à la reception des Chevaliers ; il prioit la Sainteté de dispenser en ces deux points de ce vou & serment, en ce que l'Ordre étan tétabli pour l'exaltation & la Propagation de la Foi Catholique , il étoit avantageux de l'étendre dans les païs étrangers; & qu'à l'égard de la Communion que les Chevaliers devoient faire les jours de cérémonies, & à la reception des autres Chevaliers , il étoit plus convenable de la remettre à un autre jour, à cause que dans ces jours de fêtes & de cérémonies, l'embarras & le tumulte leur pouvoit causer plus de distraction que de devotion : c'est pourquoi ce Pontife par un Bref du 16. Février 1608. dispensa les Chevaliers de leur væu & serment , pour ces deux articles seulement, en permettant de recevoir des étrangers non regnicoles ; & en declarant que les Chevaliers fatisferoient aux Statuts, pourvu qu'ils com

Fff iij

« PreviousContinue »