Page images
PDF
EPUB

CHANOI.
NES REGUL.
DI S. SAU
VEUR DE
BOULOGNE

ment par le nombre des Chanoines , mais aussi des Monasteres

. Entre ceux qu'elle a obtenus , les premiers furent ceux de faint Sauveur de Boulogne & de sainte Marie au Rhein unis ensemble, qui lui furent cedés par François Ghisleri dernier Prieur de ces Monasteres, avec le consentement de Martin V. Ce Ghisleri estoit le dernier Religieux qui estoit resté de l'ancienne Congregation de sainte Marie au Rhein ; elle avoit esté fondée vers l'an 1136. & avoit pris son nom d'un Monaftere situé à cinq milles de Boulogne , qui devint Chef de huit ou dix autres en Italie : mais l'an 1359. Galeas Duc de Milan, aïant assiegé Boulogne , il fut entierement destruit, & uni. ensuite à celui de saint Sauveur que ces Chanoines posle doient déja dans la Ville , la Congregation aïant toûjours retenu son nom de lainte Marie au Rhein , qui aïant encore perdu les autres Monafteres qu'elle avoit , le voïoit en 1418. reduite à ceux de saint Sauveur & de Sainte Marie au Rhein unis ensemble sous un mesme Prieur , qui estoit ce Ghisleri & le seul Religieux, comme nous venons de dire, qui restoit de cette Congregation.

Il voulut restablir la Discipline Reguliere dans son Monastere , par le moïen de quelques Chanoines qui vefcuffent conformément aux saints Canons ; & aïant entendu parler des Ambroisiens ( c'est ainsi qu'on appelloic ceux qui avoient esté establis proche Eugubio dans l'Eglise de saint Ambroise, ) il en fit venir dans son Monastere , & supplia Martin V. de faire l'union de ces Monasteres avec celui de saint Ambroise ; ce que le Pape accorda

par

ses Lettres du mois de Juin 1418. adressées à Nicolas Albergat pour lors Evesque de Boulogne, lui donnant commission d'introduire dans ces Monasteres de saint Sauveur & de sainte Marie au Rhein les Chanoines de saint Ambroise , quoiqu'ils ne portassent pas le mesme habit, & qu'ils n'eussent pas les mesmes observances , leur permettant de vivre selon les Constitutions qui leur avoient esté accordées & confirmées par le faint Siege , donnant pouvoir neanmoins à l’Evefque de Boulogne , d'ordonner & de dilposer ce qu'il jugeroit à propos touchant les changemens qu'il conviendroit faire, tant à l'égard de l'habit que des oblervançes , après que ces Clianoines auroient esté reçus dans ces Monasteres , dont il pouvoir faire l'union & introduire ţelle Reforme qu'il trouveroit necessaire,

[ocr errors]

Cette union ne fe fit pas fi-toft , car Ghifleri fe repentit CHANOSde ce qu'il avoit fait , foit qu'il esperaft pouvoir lui-mesme re- De S. SA parer la Discipline Reguliere en recevant des Novices qu'il BURLOPENDE auroit élevés dans la pieté ; ou bien que ce fuft à cause que les Chanoines Ambroisiens ne vouloient pas quitter leurs habits pour fe conformer à celuique les Chanoines de ces MonasteTes avoient coûjours porté, où il n'en vouloit

pas

introduire d'autres qui portassent un habit different: car celui des Ambroisiens conliftoit , comme nous avons dit , en une Soutane, un Scapulaire & une Chape de couleur tannée , de meline que les Freres Convers des Chartreux, selon que leur avoit ordonné Gregoire XII. & les Rheiniens au contraire portoient une Tunique de ferge blanche avec un Rocher de toile par dessus , & des Aumuces blanches quand ils' estoient dans la Maison ; & lorsqu'ils fortoient ils avoient une Chape noire.

L'affaire fut neanmoins terminée par la prudence & l'autorité de l'Evesque de Boulogne , qui pour les mettre d'accord, ordonna que les Ambroisiens feroient reçus dans ces Monasteres y à quelques condicions dont il y en 'eur deux principales : la premiere, que pour estre plus conformes avec les Chanoines Rheiniens, ils vsteroient lears Tuniques, Scapulaires & Chapes grises , & porteroient une Tunique de serge blanche avec un Scapulaire de mesme sur un Rocher de toile , & porteroient aussi une Chape noire lorsqu'ils sortiroient , ce qu'ils ont observé jusqu'à present ; finon , qu'au lieu de la Chape noire , ils portent un Manteau Clerical, aufli-bien que ceux de Latran & plufieurs autres Chanoines. Reguliers, qui prefque tous portent des Manteaux hors du Monastere : l'autre condition fut , que Ghisleri , sa vie durant , feroit Prieur & auroit l'administration libre de ces Monasteres.

Sous ces conditions les Chanoines Ambroisiens prirent possession de ces Monasteres de saint Sauveur & de Sainte Matie au Rhein, aïant establi an Vicaire ou Superieur , dont l'autorité ne s'estendoit que pour l'Observance Reguliere, ce qui dura jusqu'à la mort de Ghifleri qui arriva l'an 1430. Pour lors l'anion fut faire entierement de ces Monasteres ; & afin qu'elle fust plus affermie, ils en demanderent la confirmation à Martin V. ce furent les premiers Monasteres qu'ils o'rinrent après celui de saint Ambroise, & å cause de la dignité & de l'antiquicédecelui de saint Sauveur , is l'establirent

SAUVEUR
BI Boulo-
GNE.

CHANOL: Chef de leur Congregation & de leur Ordre , qui en a reteLIERS DE S. nu le nom jusqu'à present , comme il paroist par plusieurs

Bulles, particulierement par une de Clement VIII. de l'an 1595. qui confirme les Privileges de douze Congregations de Chanoines Reguliers. Le Pape Martin V. leur accorda encore en 1430. le Monastere de saint Donat de Scopeto proche Florence, d'où le vulgaire les a aussi appellés Scoperias. Ils avoient esté aussi d'abord appellés de la Forest du Lac , à cause de ce Couvent d'Ilicero qu'ils furent obligés d'abandonner, proche lequel il y avoit

un Lac au milieu d'un Bois. Leur premier Chapitre General se tinc l'an 1419. dans le Monastere de saint Ambroise proche d'Eugubio , & le Pere Estienne Instituteur de cette Congregation y fut élu premier General. Il exerça cette Charge pendant quinze années, aïant toûjours esté confirmé dans cet emploi jusqu'à la mort qui arriva le frente Octobre 1432. après trois jours de maladie. Son corps fut enterré dans l'Eglise du Monastere de saing Sauveur à Boulogne. Presentement ils tiennent le Chapitre General tous les trois ans , & le General qui a fini sa Superiorité doit

vaquer pendant six ans. Ces Chanoines Reguliers ont environ quarante-trois Monasteres , dont il y a trois celebres Abbaïes à Rome, sçavoir faint Laurent extra muros, sainte Agnés aulli extra muros, & saint Pierre aux Liens , quia esté pendant un tems sous la protection du Roy de France. Quant à leurs Observances, ils ne mangent de la viande que le Dimanche, le Mardi & le Jeudi seulement à disner , & par Dispense au souper. Ils peuvent neanmoins

potage à la viande le soir. Outre les jeûnes de l'Eglise , ils jeûnent tous les Vendredis depuis la Feste de Palques jusqu'à la Feste de l'Exaltation de sainte Croix. Ces jours-là, depuis Pasques jusqu'à la Pentecoste, on leur donne une salade à la Collation & quelques fruits , & depuis la Pentecoste jusqu'à la Feste de la sainte Croix ils n'ont que du pain, Depuis cette Feste jusqu'à l'Advent , & depuis Noël jusqu'au Mercredi des Cendres , ils jeûnent le Mercredi, le Vendredi & le Samedi , & à la Collation ils n'ont que du pain , excepté le Samedi qu'ils peuvent manger de la salade & du fromage. Ils jeûnent encore pendant l'Advent,

les veilles de la feste du saint Şacrement, de saint Augustin, de la Nativité de la Vierge, & de la Dedicace de

l'Eglise

manger du

CHANOr
NES REGU
LIERS DE S.

l'Eglise du Sauveur , & le Vendredi Saint ils jeûnent au pain & à l'eau ; tous les jours ils font l'Oraison après Complies pendant une heure ou trois quarts d'heure , après laquelle SAUVEUR DE ils peuvent dire leur coulpe au Superieur, outre le Vendredi qu’on tient le Chapitre pour ce sujet. Voici la Formule de leurs Væux : Ego Domnus N. facio Profefionem & promitto obedientiam Deo o B. Marie & B. Augustino de tibi Domno N. Priori Monafterii SS. NN. vice Domni Prioris Generalis Canonicorum Regularium Congregationis S. Salvatoris Ordinis S. 14gustini ob fuccefforum ejus , secundum Regulam B. Augustini e Institutiones Canonicorum ejufdem Ordinis , quod ero obediens tibi, tuisque fuccefforibus usque ad mortem. Ils n'ont que des chemises de laine. Nous avons ci-devant parlé de leur habillement, nous ne repeterons point ce que nous avons dit. Les Freres Convers sont habillés comme les Prestres , excepté que leur rochet est lié d'une ceinture de cuir. Ils ont ausli des Freres Commis qui font habillés de gris. Ils ont pour armes le Sauveur du monde tenant un liyre ouvert où sont écrites ces lettres , A , & 82.

Voïez Joseph Mozzagrunus , Narratio rerum gestarum Cam nonic, Regal.Joan Bapt. Signius, de ordine dostatu Canon. Reg. S. Salvatoris. Penot, Hist

. tripart. Canonicorum Regul. lib. 2. cap.48. Silvest. Maurolic. Mare Oceano di tut. gli Relig. Paul Morigia , Origine de toutes les Religions. Hermant , établissement des Ordres Religieux Chapitre 53. Tambur, de Jur. abbat, difput. 24. queft. 4: num. 30. de les Constitutions de cet Ordre,

[ocr errors][merged small][merged small]

CHANOINES REGULIFRS DE LA CONGREGATION DE FRANCE.

[blocks in formation]

Des Chanoines Reguliers de la Congregation de France vul

gairement appellée de Sainte Genevieve; avec la vie du
Reverend Pere Charles Faure Instituteur de cette Cong

gregation.
N

Ous esant proposé de donner dans cette Histoire des

Ordres Religieux un abregé des Vies de leurs principaux Fondateurs & Reformaceurs , il est juste que nous parlions du Reverend Pere Charles Faure à qui la France est redevable de lui avoir procuré la Congregation des Chanoines Reguliers , qu'on appelle de France & plus communement de sainte Genevieve , qui fait l'un des plus beauxornemens de l'état Regulier dans ce Roïaume.

Il nâquit l'an 1594. à quatre lieuës de Paris, dans le Village de Luciennes,

où ses Parens avoient une Maison de campagne. Son Pere se nommoit Jean Faure Seigneur de Marsinval, Commissaire ordinaire des Guerres ; & la Mere Magdelaine le Bofsu. Il fut nommé Charles sur les fonds de Baptême, & dès sa plus rendre jeunesse il montra beaucoup d'inclination pour la vertu , & une grande averfion pour le vice ; car à peine avoit-il cinq ans qu'aïant sçu que-sa nourrice avoit esté reprise de quelques desordres, il ne voulut plus souffrir ses careffes , & fuïoit mesme sa presence.

Il aimoit passionnément toutes les choses qui regardent le culte des Aurels , & il estoit si porcé à faire l'aumosne, que souvent il se levoit exprès de grand matin pour prendre les fruits qui estoient sous les arbres, afin de les cacher & de les donner ensuite aux pauvres. Son humeur estoit extrêmement douce , son cour tendre & genereux ; & quoi qu'il fult vif & plain de feu , il estoit néanmoins judicieux & moderé, patient & perseverant dans le travail ; enfin il sembloit que Dieu avoit mis en lui tous les caracteres qui font propres à former les grands hommes.

Son pere l'envoïa à l'âge de dix ans à Bourges pour y faire ses études au College des Reverends Peres Jesuites ; mais l'air

[merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »