Page images
PDF
EPUB

CARMELE. Conseil d'Estat , & les Religieuses Carmelites de Pontoise, CHAUSSE'Es de Paris ruë Chapon,& de saint Denis,qui avoient surpris dès DLFRANCE. le 30. Decembre 1660. des Lettres patentes de fa Majesté qu'

ils avoient fait ligner contre les formes ordinaires , par un Secretaire du Roi, au lieu qu'elles devoient estre signées en commandement par un Secretaire d'Estat, les firent enregistrer au Parlement de Paris , qui par un Arrest du J. Septembre 1661. ordonna que la Bulle de Clement VIII.de 1603. les Brefs de 1622. & 1623. & Lettres patentes pretenduës seroient enregistrées , executées & observées, sans approbation de la clause portée par ladite Bulle , touchant l'autorité du Nonce en France pour l'election des Superieurs, ni que le Nonce en vertu de ces Bulles pust pretendre aucune jurisdiction dans le Roïaume sur les Monasteres des Carmelites Dechaussées , ni

que

les Superieurs fussent obligés de s'adresser à d'autres qu'à l'Archevesque de Paris, ou à ses Grands Vicaires, pour la confirmation de leur élection ; ce qui estoit contraire aux Brefs d'Alexandre VII. confirmés par les Are rests du Conseil d'Estat qui demeuroient sans effet , si celui du Parlement subfiftoit.

Le Pape aïant eu avis que ces Superieurs & plusieurs Maifons de Carmelites qui estoieut entrées dans leurs interests, ne vouloient point confentir à l'execution de ses Brefs, en donna un autre le 26. Septembre de la mesme année , portant entr'autres choses, exemption de l'Ordre des Carmelites Dechaussées en France, de la correction, jurisdiction & visite de tous Evesques , Archevesques, Primats & de tous Superieurs de l'Ordre des Carmes, tant Mitigez, que Dechaussés ; & de tous autres Prelats Reguliers & Seculiers , remettant de nouveau cer Ordre sous la protection & inviolable conservarion de saint Pierre & du faint Siege , déchargeant cet Ordre & les Maisons Religieuses , du gouvernement & administration de Messieurs de Gamache , Grandin & Almera's que sa Sainteté revoqua , & deftitua de ces charges d’Administrareurs ou Superieurs, sans que lesdits fieurs Gamache & Grandin peussent estre jainais elus pour Administrateurs & Superieurs d'aucune Maifon de cet Ordre , à chacune desquelles Superieures & Religieuses de ces Maisons, Sa Sainteté donna pouvoir d'élire de trois en trois ans , leur Recteur ou Superieur iminediat qui seroit confirmé par fon

Nonce en France , ou par l’Ordinaire des lieux comme Dele. CARMELIH gué du Pape, & encore la confirmation des Visiteurs , qui chaussies ayoient esté auparavant establis , avec pouvoir de visiter tou- DE FRANA res les Maisons de cet Ordre , sans que les Recteurs qui se- Ch. roient élus puffent s’entremettre de la Visite, ni les Viliteurs faire la fonction de Superieurs, finon en cas d'abus ou de malversation de la part de ces Superieurs , & fit enfin plufieurs Reglemens concernant la Closture , les Parloirs , & la reception des filles dans cet Ordre , & autres marqués dans ce Bref, qui fut adressé aux Evesques de Laon & de Mande

pour

le mettre à execution. Sa Majesté par un Arrest du Conseil d'Elfat , donné à Fontainebleau le dernier Octobre 1661. calla & annulla ses Lettres Patentes, surprises le 30. Decembre 1660. & l'Arreft du Parlement de Paris qui les avoit enregistrées, & ordonna que ce dernier Bref d'Alexandre VII. seroit executé dans toute sa forme & teneur , tant par les Visiteurs & Religieuses de l'Ordre des Carmelites que tous autres ; nonobftant oppositions ou appellations quelconques , dont Sa Majesté se reserva la connoillance , l'interdisant au Parlement de Paris , & à tontes autres Cours & Jurisdictions du Roïaumes & fit de rechef défenfes ausdits Sieurs Gamache, Grandin & Gauguelin de prendre la qualité de Recteurs, Superieurs & Administrateurs de cet Ordre, d'en faire aucunes fonctions, ni de se pourvoir ailleurs que devant la propre Personne de Sa Majelté. Elle envoïa en mesne tems des Lettres de Cachet à l'Evesque de Laon, pour lors Cesar d'Estrées , à

present Cardinal, & à l'Evefque de Mande Hyacince de Seroni , pour leur ordonner d'executer le Bref qui leur estoit adressé, ce qu'ils firent par un Mandement du 12. Novembre de la mesme année. Toutes ces divisions &ces contestations arrivées dans l'Ordre des Carmelites , ne donnerent aucune atteinte à la regularité. Ces Religieuses ont toûjours esté en France en fi grande estime , que les principales villes du Roïaume ne fe font pas contentées de n'en avoir qu'un seul Monastere , plusieurs en onc deux, & mesme il y en a trois à Paris remplis d'un grand nombrede Religieuses; car elles ne se sont pas limitées comme celles d'Espagne , & les autres qui font fous la jurisdiction des Carmes Dechaussés, à n'en recevoir qu'un certain nombre , comme il est porté par leurs Constitucions. Il y a en France

Aaa iij

TENTES

TE

RELICLY.U. environ foixante & deux de ces Monafteres, dont il est forti SES PENI

un grand nombre de filles , qui ont fait des establissemens D'Orvise dans des païs estrangers, comme en Flandre , en Allemagne,

& en d'autres Provinces. Mademoiselle Acarie , après avoir procuré l'establissement des Monasteres de Paris , de Pontoise, d'Amiens, & de Rouen, prit l'Habit de cet Ordre , & ne voulut estre

que

Sæur Converse , sous le nom de Sæur Marie de l'Incarnation. Ce fut dans le Monastere d'Amiens, & elle mourut dans celui de Pontoife l'an 1619.

De Marillac , Erection du institution de l'ordre des Religieufes Carmelites en France , & plusieurs Factums, Bulles, Brefs, & Arrests concernant cet Ordre.

[merged small][ocr errors]

Des Religieuses Penitentes,ou Converties d'Orviete,enItalie.

Ous parlerons dans la troisiéme Partie de cette Hif. Noir

toire de plusieurs Communautés Religieuses de filles Penitentes ou Converties , qui après avoir vescu dans le monde avec trop de licence & de dereglement , se sont recirées dans la solitude du Cloistre , pour s'y consacrer à Dieu pardes Væux folemnels & y mener une vie penitente, à l'exemple de sainte Marie-Magdelaine qu'elles ont prise pour leur Patrone. Toutes ces Communautés de filles Penitentes fui-) vent la Regle de saint Augustin ; mais il s'en trouve à Orviete en Italie qui suivent celle des Carmes ; c'est pourquoi nous leur donnons rang dans cette premiere Partie.

Antoine Simoncelli Gentilhomme d'Orviere , qui avoit beaucoup de piecé, fit bastir dans cette ville une Maison qui fut d'abord destinée pour y recevoir de pauvres filles abandonnées de leurs parens, & en danger de perdre leur honneur; mais l'an 1662. sous le Pontificat d'Alexandre VII. cette Maison fut erigée en Monastere , pour y renferıner sous Clof-: ture les filles & femmes, qui après avoir prosticué leur honneur dans le monde , voudroient faire penitence de leur vie dereglee, & se consacrer à Dieu par des Vaux solemnels. Il s'en trouva plusieurs qui demanderent à estre reçuës dans ce Monastere, & on leur donna la Regle des Carmes approuvée :

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »