Page images
PDF
EPUB

1

Collect. 4

. 1. I.

792. en aura

Sixte IV. l'an 1477. Mais Silvera ne s'accorde pas en cela Regle
avec d'autres écrivains de son Ordre, qui mettent Leon IV. DES CAR•
à la tête des papes qui ont accordé ces pretendues indul. Mes.
gences , qui le font suivre par Adrien II. & Etienne V. qui
lelon eux ne vivoit que l'an 892. & non pas l'an 816. & qui
dans le denombrement des autres papes, si favorables aux
Carmes touchant ces indulgences , y ont inseré Sirgilius III.
& Sergius V. Et comme Silvera, entre les auteurs qui ont
fait mention de ces bulles, cire Emmanuel Rodriguez, & Emmanael
qu'il y renvoye le lecteur , on y peut voir dans une bulle de Rodrig.
Sixte IV. du sept des Kalendes d’Avril de l'an 1477. & du

poft privileg
sixiéme de son pontificat, que Rodriguez rapporte dans toute 5.1.p.225.
sa teneur, Sirgilius III. & Sergius V. au nombre des papes
qui ont accordé ces indulgences. Il y a bien de l'apparence
que le pere Papebroch a lu la même chose dans cer au- Papebroch
teur ou dans quelqu'autre ; car en voulant combattre ces in a ud Boll.
dulgences, il cite les bulles où il est parlé de ces papes suppo- aprilis ::
sés, & dit que ce Sirgilius III. est inconnu dans le catalo-
gue des papes, & qu'il espere que dans la suite ,
&

il

y en quelqu'un qui prendra le nom de Sergius V. puisque l'an 1009. le quatrième de ce nom fur elu pour souverain pontife; & que depuis ce tems-là il n'y en a point eu. Mais pour faire connoître davantage l'erreur , dit ce sçavant Jesuite, il ne faut que faire attention au sommaire de la bulle de Leon IV. rapporté dans celle de Sixte IV. du fept des Ka. lendres d'Avril de l'an 1477. que ces trois mots : Leo papa quartus , suffisent

pour

la convaincre de fausseté ; puisque toutes les bulles des papes , long-tems avant & après Leon IV.commencent toutes par ces mots. N. Episcopus servus fervorum Dei , & que depuis ce pape jusqu'à present, il ne s'en id Refp. ad trouve qu'une de Pelage II. où il ne prend point cette qua- P. Sebaft. licé de serviteur des serviteurs de Dieu, & dont il fait voir austi la supposition.

Le P. Papebroch remarque encore que dans toute la vie de Leon IV. qui contient plus de vingt-cinq pages, il y est Ibid. num. . parlé fort amplement de toutes les graces & privileges qu'il a 26.

& accordés aux églises , aux Monasteres, aux oratoires , aux autels , & aux villes qui dépendoient de la jurisdiction ; mais qu'il n'y paroît pas la moindre apparence de quelque indulgence qui ait été demandée à ce pontife , ou qu'il ait

[ocr errors]

Paulo art. 14 na 32.

[ocr errors]

MES.

Regle accordée à ceux qui aidoient à la construction & reparation DES Car- des églises, ou qui seroient presens à leurs dedicaces. Qu'en

tre les autres edifices qu'il fit faire pour l'embellissement de Rome , il fit bâtir la ville neuve qui fut appellée de son nom, Leonine, & qu'on appelle presentement le bourg de S. Pierre ; & que lorsqu'elle fut achevée, il ordonna que les évêques, les prêtres, les differents Ordres du Clerge de l'église Ro. maine, après avoir chanté les litanies & le pseautier, feroient avec lui tout le tour des murailles de cette nouvelle ville , en chancant des hymnes & des cantiques, marchant nuds pieds, portant sur leurs têtes de la cendre , & qu'après la ceremonie, il fit distribuer une certaine quantité d'argent, non seu. lement au peuple de Rome, mais aussi aux étrangers qui s'y trouverent, & qu'étant rentré dans saint Pierre, il fic plusieurs presens aux gentilshommes Romains , qui consistoient en or, en argent, &en des étoffes de soie. C'étoit la nianiere dont les papes, & principalement Leon IV. en ont usé dans les ceremonies de dedicaces, de benedictions , & de translations de corps saints ; ce qui a subsisté jusqu'à la fin duonziémę siecle , que les papes au lieu d'argent & d'autres presens, commencerent à donner des indulgences pour augmenter la solemnité deces sortes de ceremonies, & ils en accorderent aussi pour animer ceux qui prenoient la croix , & s'engageoient dans ces fameuses guerres qu'on a appellées Croisades, & qui étoient destinées pour le recouvrement de la Terre-Sainte.

Lezana Annaliste de l'Ordre des Carmes, rapporte une autre bulle d'Innocent IV. de l'an 1245. qui exhorte tous les fideles à soulager les religieux du Mont-Carmel qui ne pof. sedoient rien,

qui vivoient dans une grande pauvreté, & qui n'avoient rien en propre ; & qui accorde à ceux qui leur feront quelques aumônes, & qui étant veritablement contrits; se seront confessés, dix jours seulement d'indulgences à diminuer sur la penitence qui leur aura été enjointe. Comment se peut-il faire ( dit encore le P. Papebroch) que les Carmes eussent demandé une petite indulgence de dix jours avec obli. gation de se confesser , fi cinq censans auparavant ou environ, ils avoient obtenu pour le même sujet des indulgences à per

à petuité de sept années & douze quarantaines , fans aucune charge ni obligation, comme il est énoncé dans ces pretendues bulles de Leonly.& de ses successeurs;

Crescenze

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ancien habillement des Carmes, Selon le sentiment du P. Daniel de la Vierge Marie, historien de cet Ordre, 77.

dans son livre jntitule':le miroir du Carmel.

A Dizer

lib. 1. pag.

Crescenze dit qu'en 1641. Dom Hilarion Mazzolari de Vie du Cremone Religieux de l'Ordre de saint Jerôme , chercha B. Aldans les archives de Rome, dans les bullaires & dans les bi- BERT. bliotheques, & qu'il ne trouva rien concernant cette bulle de Pier. CrefLeon IV. & les autres alleguées par les Carmes. Il faut sans cenz. Predoute que les originaux de ces bulles ayent eu le même sort om. Rom.

fid. que celui de la bulle labbatine qui fut portée en Angleterre 16 s. (à ce que disent les Carmes ) avec l'original d'ane bulle d’Alexandre V. par le pere Alphonse de Therane, ils ont été perdus. Mais quoique Sixte IV, par sa bulle de l'an 1477.

. air confirmé celle de Leon IV. & les autres contestées, ce n'est pas une consequence qu'il les ait vûes, il s'en étoit rapporté seulement, comme font les autres papes, à l'exposé que lui avoit fait le pere Christophle Martignon general des Carmes: Sane ficut exhibita nobis nuper pro parte Christophori Martignoni dićti Ordinis generalis magistri petitio continebat, &c. Ainsi ce n'est pas au pape Sixte IV. à qui l'on s'en prend, c'est à celui qui a malexposé. Mais c'est assez parler de ces pretendues bulles

nous allons donner la vie du legislateur des Carmes dans le chapitre suivant.

[ocr errors]
[ocr errors]

CHAP II A E XLII.

Vie du B. Albert , patriarche Latin de Jerusalem, & legisla

teur de l'Ordre des armes. 'Ordre des Carmes est trop illustre dans l'Eglise pour L

ne pas parler du B. Albert patriarche de Jerusalem, qui lui a prescrit des loix qui ont fervi à le maintenir dans la regularité & cette exacte observance , où il s'est maintenu depuis tant d'années ; & avant que de rien dire de son grand progrès, & de cet agrandissement qui lui a procuré la gloire & l'avantage de tenir un des premiers rangs parmi les Ordres Religieux, nous donnerons un abregé de la vie de son legislateur. Le bienheureux Albert n'étoit point François d'o. rigine , ni petit-neveu de Pierrel’Ermite, d'Amiens, comme plusieurs écrivains l'ont avancé. Il prit naissance à Castrodi. Gualteri en Italie , dans le diocese de Parme, & fut destiné à l'étude des lettres & au service de l'Eglise par sespareos, Tome I.

Rr

« PreviousContinue »