Page images
PDF
EPUB

MES.

Ordre répondit aux faits allegués dans la supplique , pour justifier la DES CAR-conduite des continuateurs de Bollandus. Mais cette sup

plique ne fut point presentée pour lors, elle avoit été imprimée à Francfort sans marquer l'année de l'impression,afin que quand on trouveroit l'occasion de la presenter au pape, elle parût toujours nouvelle. Elle fut même reimprimée à Venise quelque tems après , & en même tems proscrite par la

repu. blique, ce qui rassura le P. Papebroch & les confreres.

Mais l'an 1690. les Carmes voyant que tout ce qu'ils avoient écrit contre le pere Papebroch, n'avoit pas pû l'obliger à se retracter de ce qu'il avoit avancé contre l'antiquite de leur Ordre, changerent de batterie ; & au lieu qu'auparavant ils avoient seulement défendu leur cause; ils devinrent les accusateurs & les denonciateurs du pere Papebroch qu'ils citerent au tribunal du Pape Innocent XII. l'accusant que les quatorze volumes des actes des Saints à la têce desquels son nom se trouvoit ; & qui comprenoient les mois de Mars , Avril & Mai, étoient remplis d'erreurs. Le pape en renvoya l'examen à la congregation de l'Index ; mais les Carmes croyant qu'ils auroient plus de credit en Espagne , y denoncerent ausli ces livres à l'inquisition de ce royaume , l'an 1691. & pendant que l'on travailloir à cette affaire, le pere Sebastien de faine Paul donna en 1693. un gros volume des erreurs dont il acçusoit le pere Papebroch, sous le titre d'Expositio errorum quos P. Daniel Papebrochius Soc. Jesu fuis in notis ad alta Sanétorum commisit, &c.

Le pere Sebastien de faint Paul prerendoit en avoir trouvé deux mille , dont les principales étoient : d'avoir avancé qu'il ne paroissoit pas que Notre-Seigneur Jesus. Christ eîd fait profession de la pauvreté évangelique avant qu'il l'eûc enseignée: d'avoir suivi le sentiment du P. Alexandre Dominicain , dont les livres ont été condamnés par l'église , en regardant comme supposés les actes de saint Silvestre , & comme fable le baptême de l'empereur Constantin par ce pontife : d'avoir été de l'opinion de Luther , en assurant que la donation du même empereur eit une piece supposée : d'avoir douté que la sainte face de Notre-Seigneur Jesus-Christ eût été imprimée sur le mouchoir de sainte Veronique , & d'avoir même douté aussi qu'il y eût une Sainte de ce nom : de solitenir que saint Pierre n'a été que quinze ans à Rome:

[ocr errors][ocr errors]

d'avoir ravi à l'église d'Anvers l'honneur d'avoir le Pre-ORDRE
puce de Jesus-Christ: d'avoir aussi suivi le sentiment du pere des Car-
Alexandre , qui prétend que Jesus-Christ a vêeu trente sept Mas.
ans: d'avoir nié avec le même historien & les heretiques,
que le droit que les électeurs de l'empire ont d'elire un em,
pereur , leur ait été donné par le laint Siege : d'avoir en-
core soutenu avec le inême pere Alexandre , que le pape
Nicolas premier s'étoit trompé en recevant & approuvaut
les actes du concile de Sinuelle : d'avoir dit avec les bere-
tiques, que les actes de ce concile étoient faux & luppo.
sés : d'avoir dit aussi avec Monsieur de Launoi , qu'il ne
falloit point ajoûter foi à la bulle Sabbatine de Jean XXII.
d'avoir donne des louanges à Monsieur de Launoi, au pere
Alexandre , à Monsieur de Marca , au chevalier Marsham,
à Gerard Vossius, à Claude Saumaise , & autres sçavans,
dont il avoit suivi les sentiments : de n'avoir pas mis dans
son Propylæum du niois de Mai , l'année de l'impression
d'avoir nié contre l'autorité de l'Ecriture - Sainte , que le
Mont-Carinel fût anciennement un lieu de devotion : d'avoir
regardé comme fable tout ce que l'on dit du prophete Elie,
& qui n'est point marqué dans la Sainte-Ecriture : d'avoir
nić

que les Carmes eussent eu ce prophete pour fondateur :
d'avoir nie

que les Carmes eussent allisté aux conciles qui se font tenus depuis l'an 448. & d'avoir nié aussi que ces peres eussent eu des couvents en Europe. avant le quatorziéme fiecle.

L'affaire alla plus vite en Espagne qu'à Rome, & l'on fuc étonné d'y voir paroître le 14. de Novembre 1659. un decrer de l'inquisition , portant condamnation des quatorze volumes des actes des saints des mois de Mars , Avril & Mai; parce qu'ils contenoient plusieurs propositions erronées, he retiques ,sentants l'heresie, perilleusesdans la foi, scandaleuses , impies, offenfants les oreilles pieuses , schismatiques, se. ditieuses , temeraires, presomptueuses, offenfants plusieurs fouverains pontifes , le saint liege, la sacrée congregation des rites , le breviaire , & le martyrologe Romain , meprisants l'excellence de quelques saints & plusieurs écrivains peu respectueuses à l'égard de plusieurs faines peres , & de de très-graves auteurs ; & parce qu'ils contenoient aussi des propofitions offenfants l'état Religieux , plusieurs Ordres

O o iij

[ocr errors]

HES.

: Orbre specialement celui des Carines, & plusieurs écrivains de diffé. DES Car-rentes nations, principalement d'Espagne, &c.

Ce decret fut un coup de foudre pour le pere Papebroch & ses confreres ; neanmoins ils se rallurerent , lorsqu'ils virent que tous les sçavans de l'Europe s'interesserent dans la défense de l'ouvrage que l'inquisition d'Espagne venoit de condamner. L'empereur Leopold I. plusieurs princes & prelats d'Allemagne, écrivirent en leur faveur au Pape Innocent XII. & au roi d'Espagne , & les Jesuites ayant prefenté une requête au grand inquisiteur de ce royaume pour être écoutés dans leurs défenses , & que leur ouvrage fût de nouveau examiné, ils obtinrent ce qu'ils demandoient , l'inquifition ayant donné un autre decret le 3. Août 1696. par lequel il étoit permis aux peres Papebroch, Jeanningh & Baëre, de repondre aux censures qui avoient été portées contre leur ouvrage , & qu'on leur donneroit une copie des propositions qui avoient été denoncées & censurées. C'est ce qui obligea le pere Papebroch de repondre article par article à toutes les erreurs dont le pere Sebastien de saint Paul l'avoir accusé. Certe reponse contient trois volumes in quarto , dont le premier parut en 1696. le second en 1698. & se troisiéme en 1699. Les Carmes écrivirent de leur côté pour justifier le decret de l'inquisition d'Espagne, ils denon. cerent même à ce tribunal , la lettre de l'empereur Leopold au roi d'Espagne , comme heretique & schismatique, la pre. tendant supposée, & presenterent divers écrits aupape & au roi d'Espagne.

Il y a de l'apparence que l'inquisition de ce royaume n'avoit pas encore fini la revûe de ce procès l'an 1707. puisqu'ayant fait un Index des livres défendus , dont la publi. Cation se fir cette année à Madrid avec beaucoup de ceremonie , les actes des saints, des continuateurs de Bollandus, ne se trouvent point dans cet Index: Ils eurent un meil. leur sort à Rome où ils ne furent point fletris par la censure & il n'y a eu seulement que le Propylæum du mois de Mai qui contient l'histoire chronologique des papes , qui y a été condamné. L'inquisition d'Espagne donna encore un autre decret le 11. Juin 1697. par lequel elle défendit tous les livres, concernant le differend des Jesuites avec les Carmes ; & parmi ceux qui sont specifiés dans ce decret, l'on y trouve

[ocr errors]

MES.

[merged small][ocr errors]

celui du pere Sebastien de faint Paul, contenant l'exhibition ORDRL
des erreurs dont il accusoit le P. Papebroch , & fa supplique DES CAR-
au Pape Innocent XI. Dès l'année precedente Innocent XII.
avoit fait défense à ces deux Ordres d'écrire l'un contre l'au.
tre ; mais le general des Carmes presenta une supplique à ce
pontife, pour le prier de mettre fin à cette dispute , ordon-
nant qu'on ne parleroit plus de ces questions & qu'on laille-
roit les Carmes dans leurs pretentions d'avoir eu pour fon-
dateurs les prophetes Elie & Elisée ; puisqu'elles étoient fon-
dées sur les bulles des souverains pontifes, l'office divin, les
martyrologes & autres pareils titres. Le pape renvoya la fup-
plique à la congregation du concile , qui fut d'avis que la
lainteré , pour éviter le scandale que causoir cette dispute ,
imposeroit silence sur la question de la primitive institution de
l'Ordre des Carmes par les prophetes Elie & Elisée, & elle
donna le 8. Mars 1698. le decret suivant.

DECRETUM CONGREGATIONIS CONCILII.

[ocr errors]

Um fan£tilimus nofter, non fine gravi animi sui moleftia ,

superintellexerit , acres obortas fuisse disputationes fuper priMæva inftitutione ordinis B. Marie de Monte Carmelo, illius, que fuccellione à Prophetis Elia e Elifæo , cum magno Christi fidelium scandalo, ob hujufmodi minus necesarias contentiones, præfertim inter viros Religiofos, de rebus alioquin minimè ad fidei veritatem aut morum disciplinam pertinentibus , atque

ob quam plures libros e libellos, acerbiori stilo hinc inde desuper confcriptos : adeoque ferio perpendens , in quantam malorum segetem hujusmodi dissidiorum zizania fuccrefcere possint , nifi follicitè ex agro Dominico cvellantur;volensque opportunum remedium defuper adhibere , debitaque cum maturitate in hujufmodi negotio procedere , illius examen facræ congregationi concilii sedulo discutiendum remisit.

Quo circa eadem facra congregatio die 8. Martii 1698. previa diligenti negotii discuffione , ac re maturè perpensa , ten fuit , fi eidem fanét:limo D. N. placuerit , per ejus Litteras Apostolicas in forma Brevis , motu proprio,& ex certa fcientia expediendas, e de more in locis folitis promulgandas , imponi posse , ac debere perpetuum filentium fuper præfata quæftione , de primæva inftitutione, ac fuccehone Ordinis Carmelitarum à Pree

ر

MES.

Ordre phetis Elia & Elifæ0; ac hujusmodi filentium perpetuo fervandum DES CAR-esse à defenforibus utriusque sententia , nec non ab omnibus &

quibufcumque aliis cujuslibet gradus , status, conditionis, ordinis, societatis & instituti , etiam speciali & individuali nota dignis, tum in fcriptis dissertationibus &libris inpofterum typis edendis, tum in publicis disputationibus , ac Thesibus , fub pæna excommunicationis latæ sententiæ à transgrefforibus ipfo facto incurrenda.

Rursus censuit , libros , Thefes , feu fcripta quæcumque , contra formam prafetarum litterarum Apoftolicarum inpofterum edenda, eo ipfo, & absque alia declaratione , fore delle prohibita , fub eisdem pænis contentis in regulis Indicis librorum prohibitorum ; ea tamen adjeéta declaratione , ut per hujusmodi filentii impofitionem , nullum majus pondus accedat uni vel alteri ex diétis fibi adversantibus opinionibus , fed maneat utraque in ftatu ac termi. nis quibus modo reperitur , donec aliter Sedi Apostolicæ visum fuerit determinare.

En vertu de ce decret, le pape par un bref du 20. Novembre de la même année, imposa silence perpetuel sur la question de la primitive institution & succession de l'Ordre des Carmes par les prophetes Elie & Elisée, défendant sous peine d'excominunication à ceux qui la solîtiennent ou la combattent, de quelque érat & condition qu'ils soient, de l'agiter å l'avenir dans leurs écrits ou dans les disputes publiques. Voici la teneur du bref.

INNOCENTIUS PAPA XII.

Ad perpetuam rei memoriam.

Edemptoris , ac Domini Nostri Jefu Chrifti qui charitas ef

& Deus pacis , vices licet immeriti gerentes in terris, Christi fidelium quorumcumque , potilimum vero divinis obfequiis sub suavi Religionis jugo mancipatorum , uberesque bonorum operum fruétus adfpirante superni favoris aura proferre jxgiter fatagentium quieti e religiofæ tranquillitati , sublatis jurgiis , atque altercationibus , qu& fraterna charitatis fereni. tatem obnubilare possent, quantum nobis ex alto conceditur , como fulere , commissæque nobis à Domino poteftatis partes de super interponereftudemus , sicut omnibus mature confiderationis trutina

perper

« PreviousContinue »