Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

Ancien habillement supposé d'un Chevalier

de l'ordre de St L arare

62.

P. Gre

DE S. LA

lfers de S. Lazare: que ce qui y donna lieu , fut que certains CHEVAmarchands d’Amalphi au royaume de Naples qui trafi-tiers de quoient dans la Syrie , ayant obtenu d'un caliphe d'Égypte la L'ORDRE permission de bâtir un Monastere proche le faint Sepulcre , ZARE. ils y ajoûterent un hôpital avec un oratoire dedié en l'hon. neur de saint Jean l'aumônier , pour y recevoir les pelerins & les pauvres malades, & qu'alors il s'y fit une Communauté, qui, outre ceux qui s'employoient auparavant à traiter les malades & les lepreux, comprenoit ausli ceux qui étoient destinés particulierement au service des pelerins, & que les uns & les autres s'appelloient indifferemment hospitaliers. Il ajoute qu'ils vécurent long.tems dans cet exercice de charité sous un superieur que l'on appelloit maître de l'hôpital , jusqu'à ce qu'après la conquête de la Palestine par les princes Croisés, ils prirent les armes, non seulement pour la defense des pauvres pelerins ; mais aussi pour servir les rois de Jerusalem , ausquels ils furent d'un grand secours dans toutes les guerres. Pour lors, dit-il , ils partagerent leur Communauté en trois états differens, dont le premier fut celui des chevaliers qui alloient à la guerre, le second des freres servans qui avoient soin des malades & des pelerins, & le troisiéme étoit celui des eccle. siastiques & des chapelains qui leur administroient les Sacremens, & cette compagnie fut érigée en Ordre militaire , que le pape Paschal II. confirma.

Il parle ensuite de l'institution des autres Ordres militaires du saint Sepulcre, des Templiers & de Notre-Dame des Allemands ou Teutonique, & revenant à celui de S. Lazare, il dit: Mais pendant que ces Ordres militaires commençoient co ainsi presqu'en même tems à s'établir peu à peu dans Jeru.

» salem , celui des hospitaliers anciens & modernes que l'on a peut dire avoir été le modelle des autres, faisoit de grands ce progrès dai-- la Palestine, & s'attiroit beaucoup de confide-a ration par le!afrands services qu'il rendoit en paix & en guer-co re. C'est pourquoi le nombre des pelerins , auili-bien que ce-u lui des soldats & des gentilshommes qui entrerent dans cet a Ordre croissant tous les jours,le B.Gerard Tung Provençal de l'ille de Martigues , qui étoit maître des hospitaliers de lorsque Jerusalem fur prise sur les Sarasins, bâtic environcs l'an 1112. un troisiéme hospital sous le nom de S. Jean-Bap. gifte, & y logea ses ņouveaux chevaliers, qui commencerent a

ZARE.

Cheva-» peu de tems après à former le dessein de suivre une conduite LIERS DE » & une forme de vie,plus levere encore & plus parfaite ; que L'ORDRE celle de leurs anciens confreres. En effet, comme après la DE S. LA

» mort de Gerard on éluc,à la pluralité des voix, frere Boyant

Roger, pour grand-maître des hôpitaliers, les nouveaux „ chevaliers de ce troisiéme hôpital de S. Jean-Baptiste, per» sittant dans leur premiere resolution de mener une vie plus » parfaite,& d'ajoûter comme les chevaliers du temple à leurs »autres væux,celui de chasteté, se fe parerent des anciens hof

picaliers,& choisirent pour leur chef,frere Raymond du Pui

gentilhomme de Dauphiné ..... Quant aux anciens cheva„liers qui furent ainsi separés des nouveaux , avec lesquels ils » ne faisoient auparavant qu'un seul Ordre , sous un même

grand-maître, ils retinrent leur ancien nom de faint La

» Zare.

Il paroîc par ce discours de M. Maimbourg que l'hôpital de saint Jean-Baptiste étoit different de celui de saint Jean l'Aumônier , qui avoit été bâti proche le Monastere que ces marchands d’Amalphi avoient fait construire aux environs du saint Sepulcre , & que l'on nommoit de sainte Marie de la Latine. Cependant Guillaume de Tyr, auquelon doit ajou. ter foi , témoigne que de son tems , & lorsqu'il écrivoit son histoireen 1183. ce Monastere s'appelloit encore de la Latine: & quoniam viri Latini erant , qui locum fundaverant, & qui religionem conservat ant , idcirco ab ea die usque in prasens ,

locus ille Monafterium de Latina dicitur. Il ne distingue point Guillelm. l'hôpital de saint Jean l'Aumonier d’avec celui de S. Jean

Baptiste , que M. Maimbourg dit que le B. Gerard fit bâtir, 18.6.s.de

il ne parle que d'un seul , dont l'église avoit été dediée à saint Jean l'Aumônier : Erexerunt etiam in eodem loco altare in honore B. Joannis Eleymos. C'est dans cet hôpital qu'il dit que le B. Gerard mourut après y avoir servi ies šauvres pendant un tems considerable sous les ordres de abbé & des religieux du Monastere de la Latine , & que Raymond lui suc. ceda: Et in Xenodochio similiter repertus eft quidam Gerardus , vir probatæ conversationis , qui pauperibus in eodem loco tempore hoftilitatis de mandato Abbatis & Monachorum , multò tempore devote serviebat : cui poftea succellit Raymundus ifte de quo nobis sermo in præfenti. Il se plaint ensuite que ce Raymond & ses hospitaliers qui n'avoient eu que de foibles com.

Tyr. lib.

6,

ZAR..

mencemens,se voyancextremêment riches,s'étoient d'abord Chevasoustraits de la jurisdiction de l'abbé du Monastere de la La-LIERS DE tine, & avoient obtenu des bulles du pape , qui les exenitoit 'ORDRE aufli de celle du patriarche de Jerusalem: Sic ergo de tam ma

de S. LAdico incrementum habentes , prædidomus fratres , prius à jurisdiftione se substraxerunt Abbatis :de indè multiplicatis in immensum divitiis,per Ecclefiam Romanam à manu & potestate Domini patriarchæ sunt emancipati. Ce n'est uniquement que des chevaliers de saint Jean de Jerusalem dont cet auteur parle, d'où l'on doit conclure que c'est sans aucun fondement que M. Maimbourg qui cite même Guillaume de Tyr , a avancé que les chevaliers de saint Jean de Jerusalem & ceux de saint Lazare, avoient été unis, & n'avoient fait pendant un tems qu'un même Ordre.

Il est vrai que le grand-maître Raymond du Pui , de l'Ordre de saint Jean de Jerusalem , changea le titre de son hôpital qui avoit été dedié à saint Jean l'Aumônier en celui de saint Jean-Baptiste , qu'il prit pour protecteur de son Ordre, ayant voulu imiter la penitence de ce precurseur du Sauveur du monde, & l'ayant proposé pour modelle à ces chevaliers. C'est peut-être ce qui a donné lieu à M. Maimbourg , de croire qu'il avoit bâti à Jerusalem un troisiéme hôpital sous ce nom, comptant apparemment pour le premier de ceux qui étoient en cette ville , celui de saint Jean l'Aumônier proche le Monastere de sainte Marie de la Latine, & pour le second celui que les Allemands avoient fait bâ. tir sous le titre de Notre-Dame des Allemands ou des Teu

tons.

ܪ

ce fre.

Quant à ce frere Boyant Roger , que le même auteur dit, qu'on élut à la pluralité des voix pour grand-maître des hospitaliers après la mort du B. Gerard; je ne sçai si les chevaliers de saint Lazare le mettent au nombre de leurs grandsmaîtres ; mais quoique Bosio dans son histoire de l'Ordre des chevaliers de saint Jean de Jerusalem , ait dit que re Boyant Roger fut élu pour grand maître de cet Ordre après la mort du B. Gerard , il ne se trouve pas neanmoins au

Geronim. nombre des grands maîtres, dont le coinmandeur Naberat Matuli

. nous a donné un abregé des vies dans les privileges de cet Vit. Ordre qu'il a recueillis. Le commandeur Maruli dans les Grand,

Maëft. Hi yies des mêmes grands-Maîtres , mais plus amples que celles Malim,

K k iij

de

« PreviousContinue »