Page images
PDF
EPUB

LIERS DE
L'ORDRE

Les Souverains Pontifes avoient accordé à perpetuité la Chevaa Grande-Maistrise de cetQrdre à la Maison des Comnenes; mais André Ange Flave Comnene , Prince de Macedoine , le der- De S. LAnier qui restoit de cette Maison, après avoir gouverné l'Ordre ZARE, pendant plusieurs années, ceda l'an 1699. la Grande-Maistrise au Duc de Parme, François Farnese, pour lui & ses successeurs à perpetuité, ce que le Pape Innocent XII. a confirmé la mesme année par un Bref du 29. O&tobre, & depuis ce temslà le nouveau Grand-Maistre a fait quelques changemens aux Statuts.

Bernard. Giustiniani , Hist. Chronolog. de gli Ord. Militari Tom.1. Joseph Michieli y Marquez, Tesoro militar. de Cavalleria. Francesco Maluezzi, Privileg. Ord. S. Georg. Majolino Bisaccioni, Statuti & Privileg. della Sacra Relig. Conftantiniana. Les mefmes Statuts imprimés à Ravennes & à Rome. Philip. Bonanni, Catalog.Ord. Militarium. Dom Apolin. d'Agresta, Vit. di S. Bafilio & Bolland. Tom. 3. Aprilis die 23. pag. Iss.

[ocr errors]

CH A P II R E

XXXII.
Des Chevaliers Hospitaliers de l'Ordre de Saint Lazare

de Jerusalem.
UOIQUE l'Ordre Militaire de saint Lazare ait esté

foumis à la Regle de saint Augustin, & qu'il soit encore soumis en Savoye à celle de laint Benoist; neanmoins comme il y a plusieurs Historiens qui rapportent son origine à saint Basile , dont les Chevaliers de cet Ordre (à ce qu'ils pretendent ) ont suivi la Regle pendant plusieurs siécles ; nous ne pouvons pas nous empescher d'en parler en cet endroit, en attendant que nous en parlions encore en traitant de l'origine des Ordres Militaires de Notre-Dame du MontCarmel & de saint Maurice , ausquels il a esté uni dans la fuite. Mais si nous en parlons presentement, ce ne sera

pas pour lui accorder une origine si éloignée, que de Belloy a renduë encore plus chimerique en la faisant remonter jusqu'à l'an 72. de Jesus-Christ , ajoutant que cet Ordre avoit d'a- De Belloy, bord esté institué pour la defense des Chrestiens persecutés de Chevaaprès la mort de Jesus-Christ, par les Scribes, les Pharisiens , lerie, chap. les Saducéens & les Romains. Tome 1.

Kk

9.pag. 126,

CHEVA L'ERS DE L'ORDRE

ZARE.

Theodoret.

16.

Il est certain que saint Bafile fit bâtir un Hospital magnifi

que dans l'un des fauxbourgs de Cesarée, qui peut avoir esté DE S. LA. commencé vers l'an 370. ou 371. & que faint Gregoire de Na

zianze , après en avoir fait la description, compare à une Ville. Gregor. Quoiqu'on y reçust indifferemment toutes sortes de personnes, Nanzian. à qui la foiblesse & les incommodités rendoient necessaire le Orat.20, secours des autres, & mesme pour recevoir les Etrangers qui

pasfoient par Cesarée; il n'y a pas de doure neanmoins qu'il
ne fust specialement establi pour y recevoir les lepreux ; puis--
que le mesme saint Gregoire de Nazianze dit aussi, que l'on
ne voyoit plus dans Çefarée ce triste & miserable {pectacle
des lepreux , qui avoient esté interdits de la conversation de
leurs proches & du commerce de tous les hommes, & dont -
l'abord causoit auparavant plus d'horreur que de pitié.
C'est ce qui est confirmé par

Theodoret , qui remarque 106. 4. cap. que saint Balile prenoit d'eux un soin tout particulier , &que

l'Empereur Valens, tout Arien qu'il estoit , donna aux pauvres lepreux , dont ce Saint avoit soin, les plus belles Terres qu'il eust en ces quartiers. Ceux qui pretendent que l'Ordre de saint Lazare tire fon origine de cet Hospital, disent que le zele de saint Basile fut imité par plufieurs Villes , qui à son exemple bâtirent aussi des Hospitaux ; & que comme les lepreux estoient fort communs en ce tems-fà , & pouvoient communiquer leur maladie par la frequentation, les Hospi-caux qu'on leur destina furent nommés Leproseries & Maladeries sous le titre de saine Lazare, & que ceux qui'eurent

in de ces Hospitaux embrasserent la Regle de faint Basile, & formerent un Institut different de son Ordre sous le nom de faint Lazare , qui fut approuvé par le Pape saint Damase.

M. Maimbourg dans fon Histoire des Croisades, confond Hil. des les Chevaliers de laint Lazare avec ceux de saint Jean de JeCroodos

rusalem appellés communément de Malte : ou du moins il semble infinuer que ceux-ci ont pris leur origine des Chevaliers de saint Lazare; car il dit que les Chevaliers de saint Lazare sont les plus anciens Hospitaliers qui s'establirent à Jeru-filem: que lorsque les Princes Chrestiens conquirent la Terrefainte, il y avoit à Jerusalem des Hospitaliers, dont les uns recevoient les Pelerins , & les autres avoient soin des malades, & particulierement des lepreux : que ceux qui recevoient les Pelerins , n'ont commencé que long-teins après les Hospita

liv. 3 pag. %34'

Ancien habillement des Chevaliers de l'ordre de s. Larare, 61.

dans le Seirième siècle :

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors]

ZARE.

[ocr errors]

liers de faint Lazare: que ce qui y dunna lieu, fue que cer- CHEVA-
tains Marchands d’Amalphi au Roïaume de Naples qui trafi- Z'ORDRE
quoient dans la Syrie , aïant obtenu d'un Caliphe d'Egypte la de S. La.
permission de bâtir un Monastere proche le faint Sepulcre,
ils y ajoûterent un Hospital avec un Oratoire dedié en l'hon-
neur de saint Jean l'Aumosnier , pour y recevoir les Pelerins &
les pauvres malades, & qu'alors il s'y fit une Communauté,
qui,outre ceux qui s'employoient auparavant à traiter les ma-
lades & les lepreux, comprenoit aufli ceux qui estoient desti-
nés particulièrement au service des Pelerins , & que les uns &
les autres s'appelloient indifferemment Hospitaliers. Il ajoute
qu'ils vécurent long-tems dans cet exercice de charité sous
un Superieur que l'on appelloit Maistre de l'Hospital, jusqu'à
ce qu'après la conqueste de la Palestine par les Princes Croisés,
ils prirent les armes, non seulement pour la defense des pauvres
Pelerins ; mais aussi pour servir les Rois de Jerusalem, ausquels
ils furent d'un grand secours dans toutes les guerres. Pour
lors, dit-il, ils partagerent leur Communauté en trois estats
differens , dont le premier fur celui des Chevaliers qui al-
loient à la guerre, le second des Freres servans qui avoient
foin des malades & des Pelerins , & le troisiéme estoit celui
des Ecclesiastiques & des Chapelains qui leur administroient
les Sacremens , & cette Compagnie fut erigée en Ordre Mili-
taire,

, que le Pape Paschal II. confirma.
Il parle ensuite de l'institution des autres Ordres Militaires
du faint Sepulcre, des Templiers & de Notre-Dame des Al-
lemands ou Teutonique , & revenant à celui de saint Lazaré,
il dit. Mais pendant que ces Ordres Militaires commençoient
falem, celui des Hospitaliers anciens & modernes que l'on
peut dire avoir esté le modelle des autres , faisoit de grands
progrès dans la Palestine , & s'attiroit beaucoup de confide-

par les grands services qu'il rendoit en paix & en guer. “ re. C'est pourquoi le nombre des Pelerins , auili-bien que ce- « lui des Soldats & des Gentilshommes qui entrerent dans cet “ Ordre,croissant tous les jours, le B. Gerard Tung Provençal de l'Ille de Martigues , qui estoit Maistre des Hospitaliers lorsque Jerusalem fut prise sur les Sarrasins, bâtit environ l'an 1112. un troisiéme Hospital sous le nom de saint Jean Baptiste, & y logea ses nouveaux Chevaliers, qui commencerent peu

CC

ration par

« PreviousContinue »