Page images
PDF
EPUB

TIN.

de l'empereur Leon I. de l'an 489. il est vrai qu'elles se trou- ORDRE vent dans les archives de la cour de Rome dont Coriolan qui Militalest l'un de ceux qui rapportent celles de saint Leon dans toute R E DE leur teneur, dit les avoir tirées: Helittere de fumptæ sunt ex ar

CONSTAN chivis RomanæCuriædrexregistrisV loæ scriptoris. Mais elles n'en font pas moins supposées pour cela , &ce ne fut que l'an 1533. quelon les dépola dans ces archives, avec quelques autres titres & privileges prétendus de cet Ordre, qui furent imprimés à Plaisance l'an 1575. par les soins du docteur François Ma. luezzo. C'est ce que nous apprenons du comte Majolino Bifacciani chancelier du même Ordre, dans le discours qui est au commencement des statuts de cet Ordre imprimés à Trente en 1624. & qui le furent aussi à Rome la même année,

par ordre du grand-Maître dom Marin Caracciolo prince d'A. vellino, qui avoit tenu cette même année un chapitre de l'Ordre à Avellino dans le royaume de Naples , où ces statuts a. voient été dressés ; & qui n'étoient autres que ceux quiavoient été ordonnés par l'empereur Isaac Ange Comnenelan 1190. &

que l'on y renouvella. Cet empereur que l'abbé Giustiniani appelle le reformateur de cerOrdre,pourroit bien en avoir été lui-même l'instituteur, & lui avoir donné le nom de Constantin, par rapport à l'empereur Constantin dont les Comnenes pretendent être les defa cendans. Il pourroit aussi lui avoir donné celui d'Angelique à cause du nom d'ange qu'il portoit lui-même, & enfin celui de saint Georges, à cause qu'il le mit sous la protection de ce saint martyr. Æt comme la regle de saint Balle étoit la seule qui eût cours en Orient, il peut encore les avoir foumis à cette regle. Voilà , ce me semble , toute l'Antiquité la plus raisonnable que l'on puisse accorder à cet Ordre.

Il y a lieu de s'étonner de ce que l'abbé Giustiniani ne parle point dece grand-maître Caracciolo. Seroit-il possible que cet auteur, chevalier & grand - croix de l'Ordre de Constantin , n'ait point eu connoissance de ce grand - maître , non plus que de deux éditions des statuts du même Ordre, à la tête desquelles l'on y voit son nom , & qui furent imprimées par ses ordres,l'une à Rome, & l'autre à Trente en 1624? Si ce grand - maître étoit un intrus , il seinble que l'abbé Giustiniani devoit rapporter de quelle maniere il avoit usurpé la grande maîtrise ; & s'il éroit legitime , il ne devoit pas l'o.

MILITAI“ que

TIN.

Ordre mettre dans la chronologie des grands-maîtres. Peut-être

l'abbé Giustiniani, par quelque liaison d'amitié avec la REDE maison des Comnenes , ou par quelqu'autre raison qui nous CONSTAN

est inconnue, n'a pas voulu faire connoître l'état où cette maison qui avoit autrefois posledé l'empire d'Orient,se vit reduire lorsque les infideles s'en emparerent, & qui l'obligea de chercher sa subsistance auprès des princes Chrétiens.

Cette maison fut comme ensevelie sous les ruines de cet empire, à peine en resta-t-il quelques rejettons, qui, bien loin de faire subsister l'Ordre de Constantin, dont la grande maîtrise étoit hereditaire dans cette maison , avoient plus besoin eux. mêmes de subsistance. Il y en eut une partie qui alla à Venise, & l'autre à Rome,cherchant de la piété des princes dequoi s'entretenir. Le comte André Comnene qui demeuroit à Ro. me vers le milieu du seiziéme siecle, auquel le pape avoit assigné une pension de cent écus d'or par mois,en étant mal payé, lui étant dû jusqu'à 28000. ducats d'arrerages, & n'ayant pas d'ailleurs dequoi subfifter , recevoit de l'argent de toutes mains pour faire des chevaliers,& entr’autres, il donna la croix de l'Ordre de Constantin à deux fripons,dont l'un se nommoit Georges de Cephalonie, & l'autre Nicolas d'Alessio, qui tous deux fe disoient de la maison de Comnene; ce qui fit que le comte André comme grand-maître de l'Ordre, leur accorda beaucoup de privileges, en vertu desquels ils pretendirent aussi dans la suite avoir droit de créer des chevaliers.Mais le grandmaître Pierre Comnene prince de Cilicie,pere de Jean André & neveu du comte André, s'y opposa. Il y eut à ce lujet un procès à Rome en 1591.& par la sentence qui fut rendue la même année par ProsperFarinacei vicaire dans les causes criminelles de Camille Borghese auditeur de la chambre apostolique, confirmée l'an 1594. par Pompée Malella vicaire au criminel de François Aldobrandin commissaire en cette affaire, nommé par le pape Clement VIII. ce Georges de Cephalonie furcondamné aux galeres à perpetuité pour avoir fait des chevaliers de cetOrdre,ce droit appartenant à la maison des Comnenes. Cecce Sentence fut executée , & il demeura aux galeres jusqu'en l'an 1597. qu'il en fut retiré à cause de son grand âge; mais on lui fic défenses sous peine de la vie de créer à l'avenir des chevaliers. Quant à ce Nicolas d'Alessio, il fut seulement banni par sentence de la même année

1997:

fig. I.

Chevalier Ecclesiastique de lordre de Constantin

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

fig. 11.

Thoma ssir fi

Prestre dobedience de l'ordre de Constantin

« PreviousContinue »