Page images
PDF
EPUB

MOINES

[ocr errors]

en grec

Enfin il quitta la Syrie , & avec vingt de ses Moines, il vint A CE’M E- à Constantinople, où il fonda un Monastere près de l'église

de saint Menne. En peu de tems il y eut jusqu'à trois cens Moines de diverses langues, Grecs, Latins & Syriens , tous Catholiques,& dont plusieurs avoient demeuré dans d'autres Monasteres. Il les divisa en six chæurs qui chantoient l'office tour à tour se succedant les uns aux autres; de sorte

que

Dieu étoit loué dans ce Monastere à coutes les heures du jour & de la nuit. Delà leur vint le nom d'Acémetes , qui signifie

des veillans, ou gens qui ne dorment point , parce qu'il y avoit toujours une partie de la communauté qui veilloit.

Comme ils ne travailloient point, & n'avoient point d'au. tres biens que leurs livres, on admiroit commentils pouvoient subsister : c'est pourquoi on les soupçonna d'être de la secte des Meffaliens. Alexandre fut arrêre par deux fois, on vouluç l'obliger à interrompre sa psalmodie, on renvoya ses disciples à leurs premiers Monasteres : ensuite on le mit en liberté croyant qu'il demeureroit seul ; mnais le jour même qu'il sor. tit de prison, les Moines le joignirent, & ils recommencerent leur psalmodie. Il s'en alla avec eux vers l'embouchure du pont Euxin & il y fonda un Monastere où il mourut vers

La reputation de saint Alexandre avoit attiré à Constan:nople saint Marcel , & il entra dans la communauté, où il fit un grand progrès dans la perfe&tion , ensorte que prévoyanc qu'on l'éliroit abbé après la mort de ce Saint , il sortit & alla visicer les autres Monasteres , d'où il ne revint qu'après l'éledion del'abbé Jean,qui transfera la communauté à une demie lieue de Constantinople dans un lieu appellé Gomon , & y fonda une maison qui fue depuis appellée le grand Monastere des Acémetes. Ils le nommerent aussi Irenarion ; c'est-à-dire, paisible, à cause de la tranquilité & de la liberté qu'ils y trouverent plus grande qu'à Constantinople, où la nouveauté de leur instituc leur avoit attiré beaucoup de contradictions & de trouble. Mais l'abbé Jean érant mort peu de tems après, Marcel fut élevé en sa place ,&il lui vint un si grand nombre de disciples qu'il fallut augmenter de beaucoup les bâtimens du Monastere. La providence divine le secourur dans cebeLoin ; car un homme très-richę nommé Pharetrius , se vint

donner

l'an 430.

[ocr errors][merged small]

Religieuse Océmete,

52.

01

Studite.

1.&fare

TES.

donner à lui avec ses enfans qui étoient encore fort jeunes.Le MOINES Saint les revêtic tous de l'habic religieux & employa leurs ri- Aceʼmechesses à l'usage de la communauté. Il bâtit une maison pour recevoir les malades & les personnes du dehors. Sa commu. nauté devint un seminaire d'excellens hommes. Ceux qui bâtissoient des Monasteres ou des églises,lui deinandoient de ses disciples pour mettre dans ces lieux saints. Il étoit prêtre & abbé dès le tems du concile tenu à Constantinople l'an 448. comme il paroît par l'action quatriéme du concile general de Calcedoine, & par deux lettres de Theodoret qui releve fort sa pieté & son zele pour la foi. Il mourut vers l'an.485. après avoir été plus de soixante ans Religieux. Quelques-uns ont cru, après Nicephore, qu'il avoit été le fondateur des Acémetes; mais il n'en a été, comme nous avons dit, que le restaurateur & le propagateur,

Ce fut du tems de S. Marcel,qu'un grand seigneur nommé Studius qui avoit été consul, fonda à Constantinople un Monastere sous l'invocation de saint Jean-Baptiste, & y mit des Religieux qui furent tirés de Gomon. Ainsi les Acemetes retournerenc dans cette ville imperiale l'an 463. ce qui fit qu'on les appella aussi Studites,du nom de ce Monastere de Studius qui étoit à l'extrémité de Constantinople vers la porte dorée. On dit qu'il fut habité de mille Moines , & les lettres & la piecé y Heurirent beaucoup. S. Theodore, S. Nicolas , saint Platon & d'autres saints Religieux, ont été nommés Studites à cause qu'ils avoient demeuré dans ce Monastere. Cet institut fut aussi introduit dans les Monasteres de S. Die, de S. Ballien & de plusieurs autres. L'on fonda même dans la suite, un autre Monastere à Constantinople sous le titre de saint Die , & il y en eut encore un troisiéme qui étoit fort grand & fort spatieux.

Ces religieux Acémetes s'opposerent avec beaucoup de generosité à Acace patriarche de Constantinople que son ambition avoit revolté contre l'Eglise, en prenant le parti de l'heresiarque Eutychés vers l'an 484. mais dans le fiecle suivant ils ne furent

pas

fi fideles. Ils donnerent dans les questions du tenis qui agitoient alors tout l'Orient & qui avoient si fort échauffé les esprits : de sorte que sous prétexte de dé. fendre la foi Catholique, ils s'engagerent dans les sentimens de l'impie Nestorius. L'empereur Justinien zelé défenseur de Tome I,

Hh

TES.

Mornes la foi Catholique les fit condamner à Constantinople. Ils cruAceʼme- rent qu'ils seroient mieux traités à Rome, où ils envoyerent

deux de leurs Moines vers le pape Jean II. sçavoir Cirus & Eulogius pour défendre leur opinion , & même en obrenir l'approbation du S. Siege. Leur erreur consistoit à nier qu'une des personnes de la Trinité eût souffert en sa chair , & que la Ste Vierge fùt proprement & veritablement la Mere de Dieu.

L'empereur de son côté envoya à Rome Hypotius évêque d'Ephese, & Démétrius de Philippes, pour consulter le saint Siege sur ces questions, & pour lui exposer sa foi & celle de l'église d'Orient dont il demandoit l'approbation. La lectre de l'empereur est datée de l'an 133. & le pape , après l'avoir reçue & écouté ses ambassadeurs, approuva la confession de l'empereur contenue dans la lettre , comme aussi l'édit qu'il avoit fait touchant ce qu'on devoit croire sur ces opinions, & qu'il avoit fait publier avant le départ de ses ambassadeurs. Comme ces Moines Acémetes persistoient toûjours dans leurs erreurs, il les excommunia; & dans une autre lettre que le même pape écrivit l'année suivante aux senateurs Avienus, Liberius & quelques autres, où il leur expose les questions qui lui avoient été proposées par l'empereur , & qu'il approuve comme très-Catholiques; il les avertit en même teins qu'ils ne doivent pas communiqueravec ces Moines Acémetes qui étoient de sentiment contraire. Cer Ordre a été entierement aboli dans la suite. Il y avoit aussi des Religieuses du même institut,& il en restoit encore un Monastere å Constantinople lorsque les Turcs s'emparerent de cette ville. Leur habillement aust-bien que celui des Religieux, étoit d'une étoffe verte , & ils avoient sur la poitrine une double croix rouge. C'est ainsi que les a representés Schoonebeck ; & le P. Bonanni a fait graver seulement l'habillement des Religieu. ses ausquelles il ne donne point de croix. Je ne sçai si c'est de ces Acemetes ou Studites , qu'Abraham Bruin, Josse Ama. nus & Michel Colyn ont voulu parler lorsqu'ils ont donne, il y a près de cent quarante ans,l'habillement d'un Religieux de l'Ordre de Constantinople , semblable à celui des Religieux Acémetes

que Schoonebeck a gravé ; car ils n'ont point dit quel étoit cet Ordre de Constantinople. Adrien Damman dans les conimentaires qu'il a faits sur les figures d'Abraham Bruin , dit que ces Religieux avoient des maureaux rouges,

« PreviousContinue »