Page images
PDF
EPUB

M’ES DE

PELLE'S DE

constitutions qui furent approuvées par le pape Paul V. mais MOINH qui ne derogent point à celles de Clement Vill. au contraire, Riforpar ces nouvelles constitutions , ils s'engagerent de faire un

L'ORDRE quatrieme væu d'observer les constitutions de Clement de S. BAVIII. Mais ces Religieux qui n'avoient pû vivre en paix avec sile , APles non-reformés lorsqu'ils étoient unis ensemble , ne purent s'accorder entr'eux, & ils eurent des grands differends TARDON. qui durerent plusieurs années. Comme le pape Clement n'a. voit pas déterminé le nombre des Religieux freres laïcs, cela donna lieu à de nouvelles disputes entr'eux & les prêtres ; c'est pourquoi Urbain VIII. ordonna l'an 1639. qu'il ne pourroit y avoir dans les Monasteres de Tardon & de Valle-deGuillos que la quatrieme partie de Religieux destinés pour le cheur , & que le reste seroit de freres laïcs , & qu'en atten. dant que les Religieux destinés pour le cheur, qui étoient dans les Monasteres, fussent reduits à ce nombre;on n'en pourroit recevoir aucun pour le cheur à peine de nullité de la profession. Par un autre bref du même jour , il ordonna à l'évê. que de Cordoue de designer un prêtre seculier pour faire la visite de ces deux Monasteres ; & par un autre bref de l'an 1641. sur la remontrance du cardinal prote&eur de l'Ordre, il modifia les decrets du visiteur qui avoit été nommé pat l'évêque de Cordoue. Il ordonna que la constitution de Clement VIII. seroit inviolablement observée, & que sur la dispute qu'il y avoit eue si cette constitution contenoit la ve. ritable regle de saint Basile , l'on s'en tiendroit au bref de Gregoire XV. du 27. Mai 1623. que ces Religieux feroient toujours le quatrieme væu d'observer la constitution de Clemenc VIII. conformement aux constitutions de l'Ordre , confirmées par le pape Paul V. qu’à l'égard des vocaux qui devoient assister aux Chapitres Provinciaux, l’on observeroic le chapitre onziéme des mêmes constitutions : qu'il n'y auroit que les freres laïcs qui pourroient être infirmiers & procureurs, & avoir soin du temporel : qu'hors le chąur il n'y auroit aucune difference entre les Religieux du chæur & les freres laïcs , excepté les prêtres seuls, qui auroient la préséance. Il declara aufli que les freres laïcs pourroient faire l'Office d'Acolythe & de Thuriferaire , & qu'ils pourroient porter les bâtons du dais aux processions du saint Sacrement. İl renouvella ce qu'il avoic ordonné par son bref du

1o. Juillet

[ocr errors]

MOINES 1639. que du nombre des Religieux qui demeuroient dans les REFOR

couvents de Tardon & de Valle de Guillos, il n'y en auroit ME's

De que la quatrième partie destinée pour le chąur,& que le reste L'ORDRE DE S. BA. feroit de freres laïcs , & il fit plusieursautres regleniens. Mais SILE , Ap-l'an 1646. les prêtres s'adrellerent au Pape Innocent X.

pour PFLLE'S DE le prier d'augmenter leur nombre, & de diminuer celui des TARDON. freres laïcs , ce qu'il leur accorda par un bref du

Octobre de la même année, par lequel il reduisit le nombre des freres laïcs aux deux tiers, voulant que l'autre tiers fût de prêtres ou de Religieux destinés pour le cheur. Jusque-là ces Religieux reformés n'avoient point fait de nouvelles fondations, n'étant point sortis des couvents de Tardon & de Valle-de-Guillos dont les Communautés étoient considerables, car il y avoit près de cent Religieux dans celui de Tardon,& près de quatre-vingts dans celui de Valle de Guillos; mais ils en eurent deux autres dans la suite ; l'un à Reramal, & l'autre à Bregna , dans chacun defquels il y a ordinairement trente Religieux. Ces nouveaux établissemens furent encore une source de division entre ces Religieux, à cause que les superieurs recevoient dans ces nouveaux couvents à l'alternative un Religieux destiné pour le chąur & un frere laïc ; ce qui obligea les freres laïcs d'avoir recours au pape Alexandre VH.qui l'an 166o. ordonna par fon bref du 16. Fevrier, que celui d'Innocent X. de l'an 1646. seroit executé, & que dans tous les Monasteres de cette reforme, il

y auroit toujours un tiers de Religieux destiné pour le chour,

les deux autres tiers seroient de freres laïcs. Ils n'ont que ces quatre Monasteres.& un Hospice à Sevilk; & chaque Monastere a son infirmerie separée, où il ya aussi plusieurs Religieux qui y demeurent.

Breve de reformation y constituciones de los Monges del Orden de san Basilio llamados del Tardon. Bullar. Rom. Tom. 4. & so François de Sainte-Marie , hift. des Carmes déchaussés liv. 4. chap. 3. e l'histoire Prophetique des Carmes tom. 2. Alphonf. Elavel, Antiquedad della Relig. de S. Bafilio , & D. Apollini, d'Agresta , Vita di S. Basilio part.s.

& que

[ocr errors]

T.I. P. 229

Moine de l'Ordre des Esclavons.

45.

Cl. Das

H.A

MOINES
ESCLA-
VONS.

[ocr errors]

Frane: Mod. de

CH À PIIRE XXVII.

Des Moines Esclavons.
U EL QUE S Auteurs, comme Modius & Damman

ont parlé d'un Ordre de Moines Esclavons dont l’ha. Ord.Ecclefbillement, à ce qu'ils pretendent , étoit rouge, mais ils n'ont orig. rien dit de son origine ; & Abraham Bruin,

Jofle Ammanus, Michel Colyn & Schoonebeck , ont donné l'habillement d'un de ces Moines tel que nous l'avons fait aussi graver. Ce qui est certain c'est qu'il y avoit en Boleme & en Pologne des Moines qui celebroient l'office divin.en langue esclavonne. Leur Monastere de Pologne étoit situé hors les murs de Cracovie au fauxbourg de Cleparz., & fut fondé sous le titre de Sainte-Croix par Ladislas IV.Roide Pologne l’an1389. ou 1390.ces Moinesfurent tirés d'un Monastere qu'ils avoient à Prague, & par leur fondation ils étoient obligés de celebrer les Divins Offices en langue esclavonne. C'elt ce que nous apprenons de Dugloz, de Miechovita & de Cromerius hiftoriens Polonois,

Dugloz qui écrivoit vers le milieu du seiziéme siecle , & Dugloz , qui met la fondation de ce Monasterede Cleparz en l'an 13. 9.16.10. pag. dic

que de fon tems les Moines qui y demeuroient faisoient 127. encore l'office Divin en langue esclavonne. : Vuladislaus secundus Poloniæ Rex cum conforte fua Heduvigi excitati exemplari simili quod in Civitate Pragenfi habetur Monasterium Sla. vorum Ordinis S. Benedi&ti , & sub ejus regulari obfervantia duraturum , fub honore o titulo San&Crucis extra muros Cra. covienses in oppido Cleparz , non longe à Alumine Rudawa lub Pontificatu Petri Vilz Episcopi Cracoviensis, fondant & condunt a dotant , & pulcherrimo muro latericio , circuitum ...... Fra. trefque ex Monasterio Pragensi fumpto ad illam introducunt .... à quibus ufque ad mea tempora & sub oculis meis Ecclefia illa Sanéte Crucis, in re divina , & in matutinis, horisque cano. ricis , cæterisque Ecclefiafticis Ceremoniis , fonoro cantu & leftione idiomate Slavonico per Monachos Fratresque S. Benedicti offi ciabatur & administrabatur.

Miechovita, qui écrivoit plusieurs années après Dugloz , ta , dit aussi que ces Religieux suivoient la regle de saint Benais, Polon. lib.

F f iij.

Mach, de Miechovi

Chron.

10.cap.4.96

« PreviousContinue »