Page images
PDF
EPUB

39.

Evêque Moscovite.

P. Giffart f

MOINES

TES.

qui ont eu le malheur de tomber fous la domination des Turcs. Mais nonobftant les maux que les Religieux d'Orient ont à Moscova fouffrir le plus fouvent de la part des Infideles, & nonobstant les erreurs dont la plufpart font infectés, il y en a neanmoins beaucoup qui font reunis à l'Eglife Romaine & qui lui obeïffent. Il n'en eft pas de mefme en Mofcovie, où les Religieux auffi-bien que le peuple, n'ont jamais voulu entendre parler d'Union avec l'Eglife Romaine, & font toûjours, non feulement reftés avec opiniaftreté dans leurs erreurs qu'ils ont reçuës des Grecs; mais en ont encore ajouté d'autres, ce qui a auffi caufé entr'eux & les Grecs le fchifme & la divifion.

Theolog

Il y en a qui ont pretendu que l'Apoftre faint André leur avoit annoncé l'Evangile; mais felon l'opinion la plus commune, ils n'ont reçu le Chriftianifme par le moïen des Grecs que vers l'an 987. ou 989. fous le Grand Duc Wolodimer, ce qui eft plus conforme à la verité. Les Mofcovites ne fçavent pas eux-mefmes le tems que leurs Ancestres ont renoncé au culte des Idoles, car le Czar Jean-Bafile, dans la reponse qu'il fit à la Profeffion de Foi d'un certain Jean Rhoïta Heretique Huffite, lui dit que les Mofcovites eftoient baptifés Mofovit. au nom du Pere, & du Fils, & du faint Efprit, depuis que le Grand Czard Wolodimer, infpiré de Dieu, avoit efté regeneré par les eaux falutaires du Baptefme, & qu'il avoit pris le nom de Bafile, & que depuis ce tems-là,leur Foi ne s'appelloit plus la Foi Ruffienne, mais la Foi Chreftienne. Cependant dans une conference que le mefme Prince eut avec le Pere Poffevin Jefuite au fujet de la Religion en 1581. il lui dit que dès le commencement de l'Eglife, ils avoient reçu la Foy Chreftienne, lorfque faint André frere de l'Apoftre faint Pierre eftoit venu en leur païs, d'où il eftoit allé à Rome, & qu'enfuite après la converfion de Wolodimer la Religion s'eftoit beaucoup étendue

L'opinion la plus commune eftant donc que le Chriftianif me n'a commencé que fous le Regne du Czar Wolodimer par le moïen des Grecs; ce fut auffi dans ce tems-là que la Vie Monaftique y fut introduite. Il y a quelques Auteurs qui difent, que les Moines de ce païs-là ne fçavent de quel Ordre ils font. Heft certain cependant qu'ils ont toûjours fuivi la Regle de faint Bafile. Mais comme le Patriarche & les autres Prelats Mofcovites ont changé beaucoup de chofes dans

MOINES la Liturgie des Grecs, quoiqu'ils fuivent leur Religion, les Moines Mofcovites ont auffi changé beaucoup de chofes de la Regle de faint Bafile, quoiqu'ils fe difent Religieux de fon Ordre.

Moscovi-
CES.

IL y a un nombre incroïable de Convents tant d'hommes que de filles dans toute la Mofcovie, & l'on peut juger de cette multitude fur ce que dit Olearius, que dans la ville de Mofcou il y a plus de quinze cens Convens, Eglifes ou Chapelles, & que dans la feule ville de Novogorod il y a foixante & dix Convens. Il y en avoit mefme un fi grand nombre dans le territoire de cette ville; que le Czar Jean Bafile, fur la feule défiance qu'il eut de la fidelité des Habitans de Novogorod, ruina cette ville en 1569. pilla, brufla plus de cent foixante & quinze Monafteres de fon territoire, fit tuer tous les Abbez & les Moines, ou les chaffer à coups de piques & d'hallebardes dans la riviere. L'Archevefque qui s'eftoit fauvé de la fureur des Soldats, croïant adoucir le Tyran, lui fit un grand Feftin dans fon Palais, pendant lequel le Czar envoïa piller le riche Temple de fainte Sophie, & tous les trefors des autres Eglifes qu'on y avoit retirés. Après le difner, il fit auffi piller l'Archevefché & lier indignement l'Archevefque fur une cavale blanche avec des Flageolets pendus au cou, une Viole & un Citre, voulant qu'il jouaft du Flageolet. Parmi tous ces Convents de Mofcovie, il y en a qui font tres-confiderables, comme celui de Troitza à douze lieuës de Mofcou qu'ils appellent Zergeof-Troitza, à cause d'un Abbé nommé Serge qui y mourut en 1563. & qu'ils ont canonisé pour fes pretendus Miracles.

Ce Convent eft fi riche qu'il nourrit plus de trois cens Religieux, & fon revenu s'augmente encore tous les jours par la liberalité du Grand Duc & par les aumofnes des Pelerins. Le Grand Duc y va deux fois l'an en pelerinage. Il defcend de cheval à une demie lieuë du Convent & acheve le refte du chemin à pied. Après avoir fatisfait à fes devotions, il s'y divertit quelques jours à la chaffe, pendant lefquels, l'Abbé le defraïe avec fa fuite, de vivres & de fourage.

Comme le divorce eft permis en ce païs là, un homme quitte fa femme quand bon lui femble pour entrer dans un Convent, & y prendre l'habit Religieux; & fi fa femme fe remarie, il fe peut faire ordonner Preftre. La caufe la plus ordi

Moscovi

naire du divorce, ou du moins le pretexte le plus plaufible, MOINES c'eft la devotion. Quand ils quittent leurs femmes pour entrer TES. dans un Convent fans leur confentement, & fans avoir auparavant pourvû à leurs enfans, ils difent que c'eft à caufe qu'ils aiment plus Dieu que leurs femmes & leurs enfans,quoique le plus fouvent ils ne les quittent que par caprice.

Les perfonnes de qualité eftant à l'extrémité de maladie, prennent l'habit de Moine, fe font rafer & donner l'ExtremeOnction; après quoi il n'eft pas permis, non feulement de leur donner aucun remede, mais mefme aucune nourriture, parce qu'ils difent que ceux qui prennent cet habit, qu'ils appellent Seraphique, ne font plus au nombre des hommes, mais font devenus des Anges; & fi contre toute efperance ils reviennent de leur maladie, ils font obligés de s'acquitter de leur Vou, de faire diffoudre leur mariage & d'entrer dans un Convent.

Les Chreftiens Apoftats, les Tartares & les Païens qui veulent embraffer la Religion des Mofcovites,doivent auparavant, faire une retraite pendant fix femaines dans quelque Convent, où les Moines les inftruisent. Ce font cependant de fort grands ignorans, qui ne fçavent pas eux-mefmes rendre compte de leur Religion; le peuple croit neanmoins fort aisément les fables qu'ils debitent. Olearius en rapporte un exemple, & dit : que dans la ville de Novogorod il y a un Convent dedié à faint Antoine, & que les Mofcovites lui dirent que ce Saint eftoit venu de Rome en ces quartiers-là fur une meule de moulin, avec laquelle il defcendit par le Tibre, paffa la mer, & monta la riviere de Wolga jufqu'à Novogorod : qu'en arrivant à cette ville il fit marché avec des Pelcheurs pour acheter tout ce qu'ils prendroient du premier coup de filet, & qu'ils tirerent un grand Coffre plein d'Ornemens pour dire la Meffe, des Livres & de l'argent appartenant à ce Saint : qu'il fit baftir une Chapelle en laquelle ils difent qu'il eft enterré, & que fon corps s'y voit encore tout entier fans aucune corruption. Ils ne permettent pas neanmoins aux Eftrangers d'y entrer, fe contentant de leur montrer la meule de moulin fur laquelle ce Saint a fait le voïage, à ce qu'ils pretendent, & que l'on voit attachée contre la muraille. C'eft ce qui fait que les devotions & les pelerinages font frequens en ce lieu,& qu'ils ont fourni de quoi baftir un tres-beau Convent.

Y

Tome I.

Dd

« PreviousContinue »