Page images
PDF
EPUB

Basile fur reçue ; mais elle passa en Occident , aussi-tôt que ORDRE DI Rufin l'eut traduite en latin & avant que saint Benoîc eut S. Basilet, publié la sienne, il y avoit déja des Monasteres de l'Ordre de laint Bafile en Italie : quelques-uns ont même cru que saint Benoît s'y étoit soảmis ; puisque par le dernier chapitre de fa regle où il exhorte ses religieux à l'observer , il leur re. commande celle de saint Basile, qu'il appelle son pere, & dont il paroît qu'il a tiré la sienne, suivant le sentiment du cardi. nal de Torrecremara , lorsqu'il dit :eduéta eft Regula B. Be

In Regul. ncdifti tanquam fluvius quidam ex fonte Religionis , ex Regula s: Benede illa toti sæculo clarisima, omnium virtutum fplendore ornatillima B. Basilii. C'est

apparemment pour ce sujet que le pere dom Men. niti a mis dans son calendrier des Saints de l'Ordre de sainc Basile dont nous avons parlé, faint Benoît , aussi bien que saint Romain qui lui donna l'habit de l'Ordre de saint Basile, à ce qu'il dit ; mais cette melotte ou peau de brebis dont saint Benoît étoit revêtu, témoigne assez que ce n'étoit pas l'habit de l'Ordre de saint Basile qu'il reçur des mains de saint Romain ; & il semble que le P. Menniti ait voulu avoir sa revanche, en mettant dans son calendrier des Saints qui n'ont jamais été de l'Ordre de saint Basile ; comme saint Benoît, saint Romain , saint Jerôme docteur de l'église, saint Paulin évêque de Nole , sainte Paule & sainte Marcelle veuves Romaines , & plusieurs autres ; de même que Trithe. me & quelques écrivains de l'Ordre de saint Benoîc en ont mis beaucoup de cet Ordre, qui n'ont jamais été Benedictins.

Dom Alphonse Clavel & les autres historiens de l'Ordre de faint Balile, pretendent que la regle fur approuvée par le pape Liberius la même année qu'elle fut publiée & écrite par ce Saint l'an 363. qu'elle le fut aussi

par

saint Damase l'an 366.& par saint Leon sur la demande de l'empereur Marcian. Quelques-uns rapportent au long une lettre de ce pape qui est une réponse qu'il fait à cer empereur qui lui avoit écrit à ce sujet. Elle est datée de Rome du treize des calendes d'Aour de l'an 456. sous le consular d’Aëtius & de Studius. On la peut voir dans Ascagne Tambourin de l'Ordre de Vallombreuse, dans la vie de faint Basile écrite par le P. Dom Apollinaire d’Agrefta,& dans quelques autres écrivains

[ocr errors]

Barb. do

ORDRI DI qu'il cite. Certe regle a encore été approuvée par plusieurs 8. Basile. souverains pontifes dans la suite des tems;& dansces derniers

siecles par Gregoire XIII. qui approuva l'abregé quele cardinal Bellarion en avoir fait sous le pontificat d'Eugene IV.& qui a été confirmé par les papes Clement VIII. Paul V. & Alexandre VII.

Il y a quelques auteurs, entre les autres Barbofa, qui pré. jur. eccles. tendent aussi que saint Basile, avant que de mourir, se vit le

pere de plus de quatre-vingt-dix mille Moines, seulement en Orient, mais les écrivains de l'Ordre de faint Basile ne sont pas contens de ce nombre. Le P. Apollinaire d’Agresta dic qu'en y ajoûtant tous les Moines de cet Ordre qui étoient repandus dans tout le reste du monde , il doit être bien plus considerable. Si on en faisoit neanmoins un calcul exact & qu'on en eût retranché tous ceux qui sont compris dans ce nombre , qui n'étoient pas de l'Ordre de saint Basile ; il y auroit beaucoup à diminuer, & ce nombre ne seroit pas si exceilif. Il faut cependant avouer que du vivant de saint Bafile, son Ordre fic un grand progrès, & qu'il devint encore plus considerable après la mort. Mais cet Ordre fi Horissant pendant plus de trois siecles, diminua notablement dans la suite par l'heresie , le schisme & le changement d'empire. Le plus grand orage qu'il eut à elluïer; fut sous celui de Conftantin , surnommé Copronime, l’an 741. car ce prince s’érant declaré ennemi mortel des saintes images, aussi-bien que Leon fon

pere , il commença par persecuter les Moines de faint Basile qu'il regardoit comme les défenseurs de la foi Orthodoxe. Il en fit mourir une grande partie , en fit mettre en prison, & en condamna plusieurs au bannissement hors de ses états; de sorte que les Monafteres resterent abandonnés & depouillés de leurs biens ; & la plupart des Moines de saint Balile qui sont presentement en Orient, sont Schismatiques & Heretiques, comme nous verrons dans les chapitres sui

Les menologes des Grecs font mention de dix-huit cens cinq, tant archevêques qu'évêques de cet Ordre beatifiés ou reconnus pour Saints, trois mille dix abbés, onze mille huit cens cinq martyrs, & un nombre infini de confesseurs & de Vierges, dont il y auroit aussi beaucoup à retrancher ; la plûpart n'aïant pas

été de cer Ordre. Au commencement du

yans.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

les

dix-septiéme siecle, l'an 1623. le bienheureux Josaphar Kun- Moine cenitius , archevêque de Polocko, fut tué par les Heretiques GRECS. & Schismatiques de Vitepski pour s'être reunis à l'église Romaine, & cer Ordre en Italie & en Espagne celebre la fête le 12. jour de Novembre.

Ils mettent aussi au nombre de ceux qui ont été religieux de l'Ordre de saint Basile plus de quatorze papes; dont il y a quelques Orientaux

que

les Moines de l'Ordre de saint A11coine auroient droit de reclamer, & quelques autres que Benedictins s’ateribuent. Ils ont eu quelques cardinaux, com. me Bellarion & Isidore de Constantinople, qui furent creatures d'Eugene IV. Pour ce qui est des patriarches , archevêques & évêques de cet Ordre, il est certain que le nombre en est très-grand; puisque personne ne peut être élevé à cette dignité dans tout l'Orient, & être même curé d'une simple paroisse , s'il n'est religieux de l'Ordre de saint Basile, ou de celui de saint Antoine : ce qui s'observe encore en Moscovie & dans les autres provinces où le rit grec est tolere. Enfin les religieux de saint Bafile se glorifient d'avoir eu dans leur Ordre plusieurs empereurs & imperatrices, grand nombre de rois & reines, & dix-neuf princes & princesses de la seule maison des Comnenes.

Alphons. Clavel , Antiquedad. de la religion de S. Bafil. D. Apollin. d’Agresta, Vit. de S. Bafil

. part. s. D. Petr. Menniti, Kalendar. Ss.ord. S. Bafilii. De Tillemont, Hist

. Eccl. Tom.9. Hermant, Vie de faint Busile. & Bulceau, Histoire Monafrin que a'Orient.

CH A P I İ R È XIX.
Des Caloyers ou Moines Grecs, de leurs exercices, jeunes

abstinences.
L 'ESTIME que l'église Grecque fait de la vie monastique

est si grande, qu'elle la nomme l'état parfait égal à celui

anges, dans lequel on imite les actions de Jesus-Christ, & ce n'est que par elle seule qu'on s'éleve aux premieres dignités ecclesiastiques, comme nous avons dit dans le chapitre precedent. Les Grecs donnent à leurs Moines le nom de Caloyers qui

des

« PreviousContinue »