Page images
PDF
EPUB

MILITAT

RE DE S.

General fait fa refidence en l'Abbaïe de faint Antoine proche ORDRE Vienne en Dauphiné,& non pas en Autriche ? S'ils avoient leu l'hiftoire de cet Ordre prétendu, compofé par cet Abyffin, ANTOINE dont nous avons ci-devant parlé; ils auroient veu qu'il dif- ENETHIO tingue l'Ordre de faint Antoine de Viennois d'avec celui d'Ethiopie, quoiqu'il dife que les Religieux de l'un & de l'autre font tous freres.

Y

PIE

L'Abbé Giustiniani voïant que cet Abyffin dit qu'il n'y a point de ville en Ethiopie où il n'y ait un Convent de cet Ordre, ou pluftoft autant d'Abbaïes, toutes bâties en maniere de Citadelles, & que dans chacune de ces Abbaïes il a quatre Cloiftres: a cru que le grand nombre que cet Abyffin marquoit, n'eftoit pas foustenable; c'eft pourquoi il s'eft contenté d'en mettre feulement deux cens cinquante, quoique cet Abyffin, qui fe contredit en plufieurs endroits, en ait marqué deux mille fept cens. Mais comme dans un autre endroit, il n'en marque que dix-fept cens, & dans un autre deux mille cinq cens, quel fond peut-on faire fur un tel témoignage Seroit-il poffible que tant d'Abbaïes fi confiderables aïent efté ruinées depuis environ fix-vingts ans que cet Abyffin a efcrit: puifqu'aucun de nos Voïageurs qui ont esté en Éthiopie n'en a parlé, & qu'au contraire ils faffent mention de plufieurs autres Monafteres? M. Poncet, entre les autres, fçavoit fort bien quelle eftoit la Croix de faint Antoine, que les Religieux qui portent ce nom en France, mettent fur leurs habits, puifque parlant d'une petite monnoye du Roïaume de Sennar, il dit que c'eft un petit morceau de fer de la figure d'une Croix de faint Antoine. Ainfi aïant parlé des habillemens des Religieux d'Ethiopie, il auroit dit fans doute qu'ils portoient cette Croix fur leurs habits, s'il eftoit vrai, comme difent Giuftiniani & Schoonebeck, qu'ils en portaffent une. Mais ces Auteurs ne parlent qu'après ce JeanBaltafar Abyffin, qu'Abraham Ecchellenfis refute affez bien dans fa Preface fur la Regle de faint Antoine; difant que c'eft fans raifon que cet Abyffin a avancé, que les Moines d'Orient qui fuivent la Regle de faint Antoine portent un Tau fur leurs habits, puifqu'il n'en a jamais veu aucun qui en portast, excepté les Abbés, qui en ont une fur leurs manreaux; & ce fçavant Maronite regarde comme une pure Fable l'Ordre Militaire de faint Antoine, s'eftonnant qu'on

RE DE S.

ORDRE ait traduit en François & en Efpagnol l'Hiftoire feinte qu'en MILITAI a donnée cet Abyffin, qui n'eft remplie que de menfonges & ANTOINE de fauffetés: Deus bone, ac immortalis ! s'écrie-t-il, que menENETHIO- dacia, que fomnia, que commenta eo in libello fub nomine mieri ejus Ethiopis conficto, non continentur ?

[ocr errors]

Nous pouvons encore ajoûter, que ce que le mefme Abyffin a avancé, que les Maronites, Jacobites, Georgiens, Armeniens & Neftoriens, obéïffent tous à l'Abbé du Mont de Sion en Afie, eft auffi tres-faux ; puifqu'il n'y a point d'Abbé du Mont de Sion ; & que les Religieux de faint François ont demeuré feuls fur cette montagne pendant près d'un fiécle, jufqu'en l'an 1559. que les Turcs voulant clorre Quadrag. la ville de Jerufalem, comme elle eft prefentement, & ne Elcid. Ter voulant pas faire la dépenfe qui eut efté neceffaire pour y a fanita renfermer le Convent que ces Religieux avoient fur cette

Francif.

Tvm.k.

montagne, qui eft la plus cflevée de celles qui font dans cette ville; ils demanderent à ces Religieux une contribution de fix mille efcus pour y travailler ce que leur pauvreté les aïant empefché de fournir, ils allerent demeurer hors la ville. Mais depuis ce tems-là les Turcs, jugeant que le lieu où ils s'eftoient retirés, eftoit de deffense, & que les Chreftiens s'y refugiant pourroient furprendre la ville; ils en chaffe rent les Religieux qui font dans un autre lieu de Jerusalem, & les Eglifes qui eftoient dans le Convent du Mont de Sion ont efté changées en des Mofquées. D'ailleurs quelle apparence y a-t-il que les Armeniens qui font à Jerufalem, & qui fuivent la Regle de faint Bafile auffi-bien que les Moines Georgiens,euffent obéi à l'Abbé du Mont de Sion qui auroit efté de P'Ordre de S. Antoine? Ceux qui voudront ajoûter foi aux Auteurs qui ont donné cet Ordre Militaire pour veritable, pourront confulter ce Jean-Baltafar Abyffin, dont l'histoire en Efpagnol a efté traduite en notre Langue en 1632. l'Hiftoire des Ordres Militaires de l'Abbé Giuftiniani, imprimée à Venife en 1691. celle de M. Herman, imprimée à Rouen en 1698. celle d'Adrien Schoonebeck, imprimée à Amfterdam en 1699. & le Catalogue des Ordres Militaires qu'a donné le P. Bonanni en 1712.

Entre les Auteurs que l'Abbé Giuftiniani cite pour prou ver l'existence de cet Ordre, il a mis Cefar Veccellio frere du Titien, qui a fait graver en les differens kavilhomens

[ocr errors]

de

ORDRE MILITAL

RE DE S

INETH:O

PIE.

de toutes les Nations du monde. Il eft vrai que Veccellio a donné l'habillement des plus grands Seigneurs d'Ethiopie, femblable à celui que l'Abbé Giuftiniani a fait graver pour ANTOINE representer un de ces prétendus Chevaliers de faint Antoine & qui a efté enfuite copié par Schoonebeck, & par le P. Bonanni. Mais au bas de cette figure, Veccellio n'a point marqué que ce fuft l'habillement d'un de ces Chevaliers; il dit feulement que c'eft celui des principaux Seigneurs de la Cour du Prete-Jean, qui portent une chemise de foïe avec un Capuce de fourures de grand prix, & qu'ils ont au cou de riches ornemens d'or & de perles: I principali perfonagi del Prete- Celar VecJeani portano una camiscia di feta, & un Capucio di pelli ani- cellio. hamali di grandiffimo prezzo, & al collo ufano ornamenti grandif- & moderni fimi d'oro & di gemme.

[ocr errors]

biti,antich,

di tutto il mondo.

Fondation,

Vie, & Reg gle des Chi

valiers de

Antoine en

Cet habit n'a mefme rien de commun avec celui qui eft marqué dans l'Hiftoire de cet Ordre prétendu, compofée par ce faux Chevalier Abyffin; car il dit que lorfque l'on reçoit un Chevalier, un Frere fervant, ou un Oblat de cet Ordre on leur donne un petit Scapulaire noir, avec un Tau bleu qu'ils portent fur la chemile qu'à la Profeffion d'un Cheva- l'Ordre de S. lier, on lui donne une Soutane noire traifnante à terre, Ethiopie. avec une Croix bleue fur la poitrine: que par deffus la Sou- Chap. 5. 6. tane, on lui met une Cucule noire, fort pliffée par le cou, & 10. aïant les manches longues qu'il s'entortille au tour des bras : qu'il y a auffi une Croix bleue fur cet habit, & qu'on lui donne encore une petite Croix d'or de la mefme façon qu'il porte au cou. Il ajoûte que tous les Chevaliers Commandeurs, tant les Religieux Preftres, que les Militaires, assistent à l'Office Divin reveftus de cette Cuculle noire, avec cette difference, que les manches des Cuculles des Preftres font fermées ; mais que les uns & les autres ont la tefte couverte d'un Capuce femblable à celui des Moines Benédictins : que l'habit des Freres fervans & des Oblats Preftres eft noir auffi ; mais femblable, quant à la forme, à celui des Chartreux, à la difference que les Oblats n'ont point à cofté de leur habit, ces bandes que les Chartreux portent, afin qu'ils foient diftingués par ce moïen des Freres fervans : que les uns & les autres portent cet habit dans l'Abbaïe; mais qu'ils ont une Chape noire de la mefme façon que celle des Chartreux lorsqu'ils fortent. Enfin dans le Chapitre X. il dit que 'habit des

Tome I.

V

DE S. PA
CHOME.

ORDRE Freres fervans qui ne font pas Preftres, confifte en une Soutane noire qui defcend jufqu'à la moitié de la jambe, un manteau long jufqu'à terre, pliffé au collet, & une Chape noire, qui eft le mefine habit que portent les Chanoines de Benevent en Italie : que toute la difference qu'il y a ; c'eft que ces Chanoines portent un bonnet quarré, & les Freres fervans de l'Ordre Militaire de faint Antoine un bonnet rond. Quant à l'habit des Oblats, il eft peu differend, à ce qu'il prétend de celui des feculiers. Voilà des habillemens bien differens de celui que Schoonebeck & le P. Bonanni nous ont donné comme le veritable, que portent ces prétendus Chevaliers de faint Antoine, dont nous avons ci-devant fait la description, quoiqu'ils ne parlent qu'après ce faux Chevalier Abyffin; ou pluftoft qu'après l'Abbé Giuftiniani, qui a efté copié par Schoonebeck & le P. Bonanni qui s'en font rapporté à ce qu'il a dit. Non feulement le P. Bonanni ne s'eft pas contenté de faire graver l'habillement fuppofé de ces prétendus Chevaliers de faint Antoine d'après l'Abbé Giuftiniani ; mais il a encore fait graver l'habillement fuppofé d'un prétendu Grand-Maiftre & celui d'un Religieux de cet Ordre, habillemens qu'il a inventés, & que nous avons fait auffi ver pour faire voir le peu de raport de ces habillemens avec ceux, dont ce faux Chevalier Abyffin avoit fait la defcription ; & il femble que l'on ait voulu ajoûter d'autres fauffetés à celles que cet Abyffin avoit avancées.

gra

CHAPITRE XIV.

Vie de Saint Pachome Abbé, premier Instituteur des Congregations Religieufes.

SA

AINT Antoine a bien, à la verité, donné quelque perfection à la vie Coenobitique; mais l'on doit donner à faint Pachome la gloire de l'avoir affermie, par l'union de plufieurs Monafteres, qui, quoique gouvernés par des Superieurs particuliers, eftoient néanmoins tous foumis à un Abbé ou Superieur general; c'eft ce qui a formé la premiere Congregation Religieufe.

Il nâquit dans la haute Thebaïde vers l'an 292. fon per

Moine de S. Pachome.

P. Gifari fr

« PreviousContinue »