Page images
PDF
EPUB

Ancien habillement supposé des Chevaliers

di l'Ordre du Saint Sepulcre .

26.

P. Gifart for

DIELCECA

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

defroy de Bouillon qui estoit François , suivoit l'usage de CHEVAFrance où l'on ne commençoit à compter les années qu'à SEPULCRE: Pasques , & qu'ainsi la ville de Jerusalem aïant esté prise le 17. Juillet 1099. ces Statuts quoique datés du premier janvier de la mesme année, estoient néanmoins posterieurs de près de six mois à la prise de Jerusalem.

Quant à ce qu'il ajoute que ces mesmes Statuts ne peuvent pas convenir au tems où vivoient les Princes ausquels on les attribuë, il a raison ; & l'on est surpris de voir dans l'article second de ces Statuts , qu'il y est parlé des Rois de France Louis VI. Philippe II. & saint Louis qui ne commencerent à regner , Louis V I. que l'an 1108. Philippe I I. l’an 1180. & saint Louis l'an 1226. Dans le mesme article on met l’Empereur Charlemagne au nombre des Princes qui firent Væu d'exposer leurs personnes & leurs biens & de passer les Mers pour aller delivrer la Terre Sainte du joug des Sarasıns,& dans l'article suivanton les fait parler tous ensemble aïant accompli leur Væu, s'estant rendus maistres du Roïaume de Jerusalem,chalsé les Sarasins de tout ce qu'ils occupoient dans la Terre Sainte; ce qui leur avoit fait donner le titre de Très-Chrétien. Mais Charlemagne ne fut point en Terre Sainte,& l'Hisoire nous apprend seulement qu'Aaron Roi de Perse, qui meprisoit tous les Princes de la terre , faisoit cas de l'amitié de Charlemagne, Mezeray qu'il lui envoïa plusieurs presens & que sçachant la devotion Hiß. de

pour

la Terre Sainte & pour la ville de Jerusa- 802. Sous lem , il les lui donna en propre , se reservant seulement le Charlema: titre de fon Lieutenant dans ce Païs-là ; mais qu'à dire le vrai, gne. ce n'estoit qu'un compliment.

Dans l'article 4. tous ces Princes, quoiqu'aïant vescu dans des tems si éloignés les uns des autres, se reünissent

pour

fonder l'Ordre Militaire du saint Sepulcre. : Infuper inpeximus atque deliberavimus fundare Ordinem fanctissimi Sepulchri noftræ civitatis Terofolymitane in honorem & reverentiam fanétiffime Resurrectionis:nomini noftro Christiansiimo dignitatem primariam dicti Ordinis adjunximus, & diétas quinque cruces rubeas , eafdem etiam in honorem quinque plagarum Domino noftro inflictarum , deferre voluimus milites dieti Ordinis. Quàm plurimos creavimus , illosque dictis crucibus contra dictos infideles infignivimus , qui fugitivi ob id remanferunt , nec non exercitu refiftere nequiverunt. Nous pourrions encore apporter d'autres preuves Tome II,

R

qu'il avoit

CHEVA: de la supposition de ces Statuts ; mais ce que nous avons dit SEPULCRE." suffira

pour en convaincre le Lecteur. Ce n'est donc point sur ces Statuts fupposés qu'il se faut fonder pour attribuer à Godefroy de Bouillon l'institution ou le retablissement de l'Ordre des Chevaliers du saint Sepulcre l'an 1099. en effet ce n'est point à ce Prince que de Belloy & Favin l'attribuent ; mais à Baudouin premier son Successeur l'an 1103. Ils disent que les Sarasins aïant conquis la ville de Jerusalem sur les Empereurs d'Orient, ils laisserent la garde du S. Sepulcre à des Chanoines Reguliers; que Godefroy de Bouillon s'estant rendu maistre de cette Ville , il fit de grands biens à ces Chanoines , & que Baudouin les fit Chevaliers du saint Sepulcre. Favin ajouste que ce Prince ordonna qu'ils retiendroient leur habit blanc sur lequel ils porteroient une Croix d'or potencée & cantonée de croisettes sans email , telle que les Rois de Jerusalem la portoient en leurs armes ; & du Breüil dans ses Antiquités de Paris rapporte le commencement des Lettres de ce Prince pour l'Institution de ces Chevaliers : elles sont en François, ce qui en fait voir la fausseré ; car le langage est moderne & ne se ressent point de l'antiquité. Voici la teneur de ces Lettres telles qu'elles se trouvent dans du Breuil.

Baudouin par la grace de Dieu Roi de ferufalem , à tous Chrétiens présens & à venir , Salut en nofire Seigneur Jesus Christ fouverain Roi du ciel & de la terre. Nous avons pour l'exaltation de notre sainte Foi , honneur de reverence que nous portons aus très-faint Sepulcre de notre Seigneur, institué & mis sus, l’Ordre du saint Sepulcre , duquel nous & nos fuccefseurs Rois à l'avenir feront Chefs & maîtres Souverains , du en noftre absence le Patriarche de Jerusalem, en memoire & fouvenance de la Resurrection de nostre Seigneur Jesus-Christ, par la grace duquel nous sommes parvenus à la Couronne & gagné plusieurs Batailles contre les Sarafins ennemis de nostre sainte Foi.

Avons, pour la finguliere devotion des Chanoines de l'Eglise Patriarchale de cette sainte Cité, donné la garde & tuition du faint Sepulcre de rostre Seigneur aufdits Chanoines : pour icelui d'orefnavart garder tant de jour que de nuit , y entretenir le Divin Service ainsi qu'ils ont fait ci-devant. Pour reconnoistre leur foin & diligence , les avons nommés, creés & establis Soldats en Jefus-Christ de l'Ordre dudit S. Sepulcre. Ordonnons qu'à l'avenir ils porteront sur leur robe blanche à l'endroit de l'estomac ou autre

lieu apparent d'icelle , la Croix & armes qui nous ont esté donnés Cheva-
par l'avis des Princes & Seigneurs Chrétiens , après la conqueste SEPULCRE.
de cette sainte Cité. Recevront lesdits nouveaux Chevaliers à
l'avenir les marques dudit Ordre de nòs mains & de nos Succef-
feurs Rois , & en cas d'absence ou d'empêchement , par celles du
Reverend Patriarche de cette sainte Cité de ses Successeurs , auf-
quels lesdits Chevaliers feront les Væux accoustumés d'obedience,
pauvreté de chasteté conformément aux Statuts de leur Regle.

Mais quand ces Lettres seroient en Latin ou d'un stile qui fe ressentist de celui du douziéine siécle, elles n'en seroient pas moins supposées, aussi bien que les Statuts dont nous avons parlé qui font de l'an 1099. car nous avons fait voir dans le Chapitre précedent qu'il n'y a eu dans l'Eglise du S.Sepulcre que des Chanoines Seculiers jusqu'en l'an 1114.que le Patriarche Arnoul les obligea de faire des Vaux & d'embrasser la Regle de S. Augustin, & il y a bien de l'apparence que les Chevafiers du S. Sepulcre ne se sont élevés que près de quatre cens ans après sur les ruines des Chanoines qui portoient le mesine nom, & dont les biens furent unis & incorporés à l'Ordre des Chevaliers de saint Jean de Jerusalem. Ces Chanoines,comme nous avons dit ailleurs, aïant este contrains d'abandonner les Maisons qu'ils avoient dans la Terre Sainte lorsque les Chrétiens en furent chassés par les Sarasins, se retirerent dans celles qu'ils avoient en plusieurs Provinces de l'Europe , où dans la plûpart ils exerçoient l'hospitalité envers les Pelerins qui alloient visiter les Saints lieux de la Palestine. Le Pape Pie II. aïant institué l'an 1459. un Ordre Militaire sous le nom de nostre Dame de Bethléem , supprima quelques autres Ordres Militaires & Hospitaliers, du nombre desquels furent les Chanoines du saint Sepulcre , dont il unit les biens à ce nouvel Ordre de nostre Dame de Bethléem. Dès lors ces Chanoines Reguliers du saint Sepulcre s'opposerent à cette union, & on ne longea plus à leur suppression , l'Ordre de nostre Dame de Bethléem n'aïant pas subsisté ; mais l'an 1484. le Pape Innocent VIII. les unic derechef & les incorpora à l'Ordre des Chevaliers de saint Jean de Jerusalem ou de Rhodes, comme on les nommoit pour lors, parce qu'ils possedoient encore cette place dont ils avoient pris le nom , & par la mesme Bulle le Pape unit aussi à cet Ordre celui des Chevaliers de faint Lazare. llest à remarquer que dans cette Bulle le Pape ne parle

[ocr errors]
« PreviousContinue »