Page images
PDF
EPUB

Chevalier Ecclesiastique de l'ordre de n.Dame de Mont-larmel,

et de si' Larare de Jirusalom .

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

MONT-
CARMEL.

partenu à leur Ordre,& qu'ils pouvoient avoir perdus , qui CHEVAconfirmoic l'union de ces deux Ordres , & leur donnoit l'ad-LIERS DB ministration perpetuelle des Maladeries, Hospitaux, Maisons- DE NOTRE Dieu & autres lieux dans le Roiaume, ou l'hospitalité n'estoit Dame Du pas observée , & qui unissoit à l'Ordre de Notre-Dame du Mont - Carmel les biens de quelques Ordres Militaires & Hospitaliers , qui par cet Edic estoient reputés éteints & supprimés en France, fpecialement les Ordres du Saint-Esprit de Montpellier , de faint Jacques de l’Epée , du faint Sepulcre, de fainte Christine de Somport, de Notre-Dame dite Teutonique, de saint Jacques du Haut-Pas ou de Lucques , & de faint Louis de Boucheraumont ; pour des biens & revenus de ces Ordres , Maladeries , Hospitaux, Maisons-Dieu & autres lieux , ainfi reünis à l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel & de saint Lazare , en estre formé par le Roi des Commanderies, desquelles fa Majesté & les Rois ses successeurs auroient, en qualité de Chefs souverains de cer Ordre, l'entiere & pleine disposition en faveur des Officiers de leurs troupes, qui se feroient admettre dans cet Ordre, & fur ces Commanderies y affecter telles pensions qu'elles pouroient & deyroient

porter. Sa Majesté voulut aussi que sur ces Commanderies l'on prist par forme de refponfion & de contribution, les deniers necessaires pour aider & subvenir à l'entretien des Hopitaux de ses Armées & Places frontieres où feroient reçus

: les Officiers & Soldats bleffés. & malades , aïant jugé cette application plus conforme aux intentions des Fondateurs des lieux pieux,à present qu'il n'y a presque plus de Lepreux dans le Rojaime ; voulant neanmoins que ceux qui feroient attaqués de ce mal, fussent tous logés dans un mesme lieu aux depens de l'Ordre, conformément à son institution. Et

pour l'execution de cet Edit & connoistre de tous les procès & differens qui naistroient pour raison des choses y contenuës, le Roi refolur d'établir une Chambre composée d'Officiers des plus confiderables de son Confeil, en laquelle Chambre les procès & differens seroient jugés en dernier reffort , lui donnant pouvoir d'enregistrer toutes Declarations & Arrests, faire des Reglemens tels qu'elle jugeroit à propos , & subdeleguer, en cas de befoin , tant en inariere Civile que Criminelle ; laquelle Chambre dureroit tour le tems que fa Majesté jugeroit necessaire & à propos pour le bien des affaires de

LIERS
L'ORDRE
DE NOTRE

Cheva- l'Ordre, se reservant dela revoquer & supprimer lorsque bon De lui sembleroit.

Le Grand-Maistre de Nerestang , pour parvenir à l'exeDame du cution de cet Edit , convoqua un Chapitre General à Boigny, CARMEL. qu'il indiqua au dix - neuf Fevrier 1673. Mais avant qu'il

se tînt , il se demit volontairement de la Charge de Grand. Maistre entre les mains du Roi. Les Chevaliers en aïant eu avis assemblerent leur Chapitre General le 27. Janvier 1673. & presenterent une Requeste au Roi, par laquelle ils fupplioient Ia Majesté d'unir la Charge de Grand-Maistre de leur Ordre à la Couronne & d'agréer la postulation qu'ils avoient faite de M. le Marquis de Louvois, pour gouverner l'Ordre en qualité de Vicaire General.

Le Roi declara qu'il ne pouvoit alors unir à la Couronne la Grand-Mailtrise; mais qu'il agréoit l'éle&tion qui avoit esté faite par postulation dans le Chapitre, du Marquis de Louvois pour regir les affaires de l'Ordre sous fon autorité. Sa Majesté fit expedier des provisions de Grand-Vicaire en faveur du Marquis de Louvois le

4. Fevrier 1673. Il fut reçu dans le Chapitre de l'Ordre en cette qualité, & confirmé dans lej Chapitre General qui se tint le 19. du mesme mois à Boigny. On poursuivit en Cour de Rome les Bulles de confirmation. Monsieur Coquelin Docteur de Sorbonne y fut envoïé pour

les solliciter, mais ce fut inutilement ; car le Pape Clement X. ne les voulut point accorder, ce qui n'empescha pas le Marquis de Louvois de gouverner toûjours l'Ordre & de recevoir les Chevaliers.

L’Edit de 1672. nonobstant les oppositions de Louis Nicolas Parnajon, General des Cheanoines Hospitaliers de l'Ordre du Saint-Esprit de Montpellier, & celles des pretendus Chevaliers du mesme Ordre , fut enregistré au Grand Conseil le 20. Fevrier 1673. Le Roi, conformément à cet Edit,aïant établi une Chambre Roïale à l’Arsenal de Paris le 8. Janvier de la mesme année, ordonna par ses Lettres Patentes du 22. Fey. qu'il y seroit aussi enregistré,ce'qui fur fait lees.du mesme mois. CetteChambre estoit composée d'unConseiller d'Etat ordinaire,de huit Conseillers au grand Conseil,& d’un Procureur General. Sa Majesté par ses Lettres du 24. Mars1674.declara que dans l'administration des Hopitaux & lieux pieux accordée à l'Ordre de Notre-Dame duMont-Carmel & de S. Lazare, par

cet

1

Frere Servant de lördre de Nôtre Dame de Mont-Carmel,

et de s.* Larare de Jerusalem .

99.

[ocr errors]

زه لا

)

CENTRALE

ONIVERSID,

BIBLIOTECA

[ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »