Page images
PDF

lorsque l'on ne m'a fait que la description d'un habillement par écrit, & qu'il estoit difficile de le bien representer sans avoir un modele, j'ay mieux aimé ne le point faire graver que de le representer mal , ce ui me seroit arrivé, par exemple, à l'égard des habillemens des Religieuses Benedictines des Abbayes de Bourbourg en Flandres, du Ronceray à Angers, de Moizevaux en Alsace & de plusieurs autres, # l'avois fait graver leur coëffure sur un simple recit : car il auroit este impossible de la bien representer sans avoir cu un modele : ainsi nous n'avons pas voulu imiter Schoonebeck, qui sur un simple recit a gravé des habillemens qui n'ont nulle ressemblance à ceux qu'il a voulu representer. Comme il n'y a que quatre Regles principales qui sont celles de saint Basile, de saint Augustin, de saint saint Benoist, & de saint François; en parlant de ces saints Fondateurs, selon l'Ordre des tems ou ils ont vecu. Je les ferai suivre par tous les Ordres tant Ecclesiastiques que Militaires qui professent leurs Regles, & je diviserai cette Histoire en six parties. La premiere comprendra les Moines de saint Antoine, de saint Basile, des autres Fondateurs de la vie Monastique en Orient, les Ordres qui ont aussi pris naissance en Orient & les Ordres Militaires qui ont suivi leur Regle. Dans la seconde je parlerai des Chanoines Reguliers de saint Augustin. J'y joindrai aussi ceux qui sont reconnus pour tels, quoiqu'ils n'aïent pas suivi la Regle de ce Saint, ou qui s'attribuent le titre de Chanoines, & je ne separerai pas les Ordres Militaires qui ont quelque liaison avec cux. Tome I. C

| Comme la Regle de ce saint Docteur de l'Eglise est suivie par un tres grand nombre d'Ordres & de Conregations de l'un & de l'autre sexe, je traiteray dans # troisiéme Partie de leurs Origines, de leur progrés & des Ordres Militaires qui sont compris sous lamesInC Regle. · · · · · · | · · · · · · · La quatriéme renfermera aussi tous les Ordres tant Ecclesiastiques que Militaires qui suivent la Regle de saint Benoist. .. · , · · · · · - Dans la cinquiéme je joinderai aux Congregations qui suivent la Regle de saint François, les Ordres qui vivent sous desRegles qui leur sont particulieres. Et enfin la sixiéme comprendra toutes les Congregations Seculieres, & les Ordres Militaires & de Chevalerie qui ont esté établis, non seulement pour la defense de la Religion Catholique, ou qui ont reçu leurs approbations des SouverainsPontifes;mais encore ceux qui ne sont que des marques d'honneur & de distinction, dont quelques Souverains ont voulu recompenser des Seigneurs de leurs Cours. Je ne pretens pas neanmoins par cet ordre que je garderai, decider sur la préseance que certains Ordres veulent avoir au dessus des autres. Je ne veux point entrer dans leurs differens : il y a trop long-tems que celui des Chanoines Reguliers & des Ermites de saint Augustin touchant le droit d'aînesse dure, pour cstre sitost terminé. Jean XXII. pour les mettre d'accord, leur donna en commun l'Eglise de saint Pierre au Ciel d'or de Pavie, où repose le corps de leur Pere, & on leur assigna à chacun un costé pour en estre le maistre. Mais au lieu que cela auroit deu conserver l'union & la charité entr'eux,celaneservit au contraire qu'à augmenter leurs divisions par rapport aux offrandes & aux oblations des Fidelles, de sorte que l'on fut contraint depuis ce tems là, de leur donner à desservir cette Eglise à l'alternative pendant un mois ce qui a esté observé pendant un long-tems sans que les divisions aïent cessé. Mais comme elles augmenterent l'an 169 5. au sujet du corps de ce saint Docteur que l'on pretendoit avoir decouvert dans cette Eglise, ils la desservent presentement àl'alternative pendant huit jours. Il est vrai que ces divisions ne sont pas si grandes qu'elles le furent sous le Pontificat de Sixte IV. l'an 1484. lorsqu'ils disputerent ensemble de l'habit & du portrait de leur Pere. Il y eut plusieurs escrits de part & d'autre. Dominique de Trevise & Eusebe de Milan prirent la défense des Chanoines, & Paul de Bergame celle des Ermites. Ce Pape leur imposa silence, mais la dispute estoit trop échauffée pour que les uns & les autres pussent demeurer dans le silence ; car nonobstant le Decret du Pape, Ambroise Coriolan General des Ermites, fit encore en leur faveur une Apologie, & les Chanoines y répondirent. Les Moines de saint Basile en Italie & les Carmes ne sont pas plus d'accord. Les premiers pretendent que l'Ordre des Carmes est une branche de celui de saint Basile, sur ce que les Carmes se vantoient autrefois que la Regle qu'ils ont reçuë du Patriarche Albert, estoit tirée des Ecrits de saint Basile. C'est ce que l'on voit encore à la teste de leurs anciennes Constitutions que j'ai, & qui ont pour titre : Regula ex sancti Basilii & joannis quadragesimi quarti Episcopi ferosolimitani scriptis , ab Alberto Patriarcha ferosolimitano extraéta , & c. Ce qu'ils ont retranché dans les nouvelles afin de ne

plus donner lieu aux Basiliens qui les regardoient comme freres, de pretendre aucune alliance avec eux. Ils · font au contraire remonter leur origine plus de douze cens ans avant la naissance de saint Basile, soustenant u'ils sont descendus du Prophete Elie, qu'ils regar§ comme le Pere & le Fondateur de leur Ordre, & mesme l'an 167o.ils intenterent procès aux Basiliens, sur ce qu'ils avoient dans leur Couvent de Troïna en Sicile, un tableau de ce Prophete qui n'estoit pas habillé en Carme.Ce procès fut porté à plusieurs Tribunaux & ne fut terminé qu'en 1686. comme je le dirai

plus au long dans mon histoire.

Quoique saint Jerôme n'ait fondé aucun Ordre, & n'ait écrit aucune Regle, & que les Religieux qui portent son nom, ne soient qu'une production du quatorziéme siécle, ils veulent neanmoins avoir la preséance sur tous les autres Ordres, mesme sur ceux de S. Augustin & de S. Benoist, qu'ils pretendent n'estre que des branches de celui de S. Jerôme. C'est ainsi que Crescenze en parle dans la premiere partie de son Histoire qui contient plus de quatre cens pages, faisant les deux tiers du Livre, & qui n'est qu'un éloge outré de l'Ordre de saint Jerôme, qu'il compare au fleuve du Rhin qui se divise en plusieurs bras, sous differens noms : & après avoir combattu l'antiquité que pretendent les Carmes, il tombe dans le mesme excés, en disant que son Ordre a pris son origine au tems des Prophetes, qu'il a esté restabli par saint Antoine, estendu par saint Jerôme , repandu par tout - l'Univers ; tantost se maintenant de lui-mesme, tantost changeant de nom & s'unissant à d'autres, sans cesser d'estre toûjours l'Ordre de saint Jerôme. Voici

[ocr errors]
« PreviousContinue »