Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

VIE DE

CLETIQUE.

fornement des vertus, comme les femmes attachées au monde, se parent de riches habits pour s'attirer l'amour ou les louanges Ste. SYN. des homines. Il se trouve un grand nombre de pareilles inftructions dans la vie de cette Sainte, dont quelques-unes sont dans les recuëils qu’on a faits autrefois des paroles les plus remarquables des Peres des Deserts. · Le Demon piqué contr'elle , demanda permission à Dieu de la tenter comme Job. Elle avoit déja quatre-vingts ans, & pendant l'espace de trois ans & demi qu'elle vêcut encore , il la tourmenta par une maladie qui attaqua son poulmon, & par des fiévres continuës qui la minoient peu à peu ; mais elle fit toujours paroistre un courage & une patience qui firent beaucoup d'impression sur les autres malades de la Communauté, & sur ceux de la ville , qu'elle ne cessoit d'encourager & de consoler par ses instructions. Le Demon voulut encore s'en venger en lui mettant à la bouche un cancer qui lui mangea tout le visage, & se respandit sur toutes les autres parties de son corps,qui exhaloit une puanteur si insupportable,que personne ne pouvoit l'approcher, mcsme pour un moment, sans brûler beaucoup de parfums , ou d'herbes odoriferantes. Elle estoit la feule que ce mal ne pouvoit effraïer , & elle ne vouloit point souffrir qu’on y apportalt aucun remede, non plus qu’on avoit fait aux autres, persuadée qu'il y avoit quelque chose de divin , & se trouvant exercée comme Job,elle devoit comme lui se soumettre à la volonté de Dieu.

Un Medecin l'étant venu voir malgré elle , la crainte qu'elle eut de voir finir ou diminuer ses maux , la fit recourir à des plaintes fort vives & fort touchantes ; elle se rassura neanmoins lorsque le Medecin, par prudence,lui dit qu'il n'eftoit pas venu pour la guerir ; mais pour embaumer les parties de son corps qui estoient déja mortes, & empescher qu'une si grande corruption ne pust infecter & faire mourir les personnes qui l'approchoient. Une response fiadroite la fit consentir qu'on estuvast son mal avec de l'aloës, de la Mirrhe & du vin. Elle endura ce martyre pendant plus de trois mois,reduite enfin à n'avoir ni parole , ni vuë , & sans pouvoir prendre ni nourriture ni repos. Enfin le tems de la victoire arriva. Elle fut consolée par plusieurs visions qu'elle eut , & elle prédit à ses Religieuses qu'elle mourroit dans trois jours ; ce qui arriva comme elle avoir predit ; & ainsi elle alla dans le ciel recevoir la recom

& que

VII DE STE SYN. CLETIQUE

pense qui lui estoit preparée. On peut consulter ce que nous avons dit du tems auquel elle mourut , dans la Dissertation preliminaire,paragraphe VIII.& les différens sentimens que les Escrivains ont eu à ce sujet.

Bolland. Act. Ss. Is.fan.pag. 242. Athanas. op. Edit. Bened. Tom. 2. Baillet, Vies des Ss. 5. Fan. De Tillemont, Memoires pour l'fiift

. Ecclef. Tom, 8. pag. 280. Bulteau , Hift. Monaft. d'Orient. Pag. 168.

L'Histoire ne nous apprend point quel estoit l'habillement de fainte Synclerique & de fes Religieules. Saint Athanase,que plusieurs croïent avoir esté l'Auteur de la vie de cette Sainte, dit seulement qu'elle se revêtit d'un habit de pauvreté jusqu'à une extrême vieilleffe. Mais les Religieuses qui vivoient dans les Communautés qui dependoient de ce S. Prelat, (s'il est vrai que le Traité de la Virginité qui se trouve parmi les Oeuvres foit veritablement de lui) devoient s'habiller d'étoffes fimples di communes. Leurs manteaux ne devoient point estre teints, mais de noir nacurel, ou au moins rougeâtres ou de couleur de roses seches auíli-bien que leurs robes qui n'avoient point de frange, & dont les manches devoient couvrir leurs bras jusques aux doigts. Elles avoient les cheveux coupés , & leur tête estoit entourée d'un bandeau de laine. Leurs capuces & leurs scapulaires devoient estre simples & fans frange. Quand elles rencontroient quelqu'homme, elles se cachoient le vie fage, & ne levoient jamais la teste que vers Dieu.

Le P. Delle a traduit le mot d'Ependytes par celui de Robe, toysenal- & a donné le nom de Manteau à Maforium ; mais nous croïons

quc le mot d'Ependytes fe doit plûtoft entendre de ces manteaux fermés de toutes parts qu'on mettoit pardessus les habits, & qu'on retroussoit sur les bras , comme nous avons dit dans le Chapitre I. & comme on le peut

voir dans la premiere figure qui represente une de ces Religieuses d'Orient, que nous avons fait graver sur la description de leur habillement qu'en a donnée faint Athanase dans son Traité de la Virginité. Nous avons cru aussi que le mot de Maforium ne devoit s'entendre que d'une robe; puisqu'il est dit ensuite au mcsme endroit , que les manches devoient couvrir les bras jusques aux doigts: Maforium fine fimbriis ejusdem coloris : Manice lanee brachia ufque ad digitos obtegentes. D'autant plus que le mot de Maphors ou Maphorium , se prend pour Pala, & que le mot de palla fin

Delle, An.

tiq. Tiner.

pag. 218.

[blocks in formation]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »