Page images
PDF
EPUB

PREMER

[ocr errors]

il

VIE DE S. qui l'ont precedé, comme nous l'avons fait voir dans la Dil-
Paul

sertation Preliminaire , où nous avons montré que le nom de ERMITE, premier Ermite ne lui avoit esté donné que par excellence,

pour avoir esté le plus celebre dans cette profession. Nous don-
nons seulement un abregé de sa vie , comme ažant esté le pre-
mier qui ait habité le grand Desert, où il a vescu pendant un
fi long-tems inconnu aux hommes , menant plustost une vie
angelique qu'humaine: ceux qui ont embrassé la solitude avari
lui , ne s'eitant pas beaucoup esloignés des villes & du com-
merce du monde.

Il nâquit dans la Thebaïde. Son pere & sa mere l’aïant
laissé à l'âge de quinze ans heritier d'un grand patrimoine,
l'avarice porta son beau-frere,qui vouloit profiter de les grands
biens , à se rendre lui-mesme son denonciateur pendant la
cruelle persecution de Dece & de Valerien. Pour la fuir ,
s'estoit caché dans une maison de campagne ; mais aïant ap-
pris-la mauvaise volonté de son beau-frere, il se retira dans le
Desert pour laiser passer l'orage ;:& peu à peu il s'affectionna
à la Solitude, où il s'estoit engagé par neceslité. S'estant avancé
plus avant dans le Desert, il trouva une montagne de roche
au pied de laquelle estoit une caverne fermée de pierre. Il
l'ouvrit par curiosité,& trouva dedans comme un grand salon
ouvert par dessus , & ombragé d'un vieux palmier qui y elten-
doit ses branches. Une fontaine, très-claire en sortoit & fai-
soit un petit ruisseau , qui après avoir coulé dehors, rentroit
ausi-tost dans la terre. Saint Paul jugea que ce lieu estoit la
demeure

Dieu lui destinoit. Il y demeura avec une perleverance admirable pendant quatre - vingts dix ans ; car il en avoit pour lors vingt-trois , & il vescut jusques à cent treize ans.

C'est tout ce que l'on scait de la vie de ce celebre Solitaire,qui nous seroit encore inconnu, si Dieu, qui prend soin de ceux qui le servent fidellement, n'eût fait connoistre à saint Antoine, environ l'an 341. celui qu'il avoit tenu caché jusques-là Cur la terre. Il le lui découvrit, afin d'abatre quelques pensées d'orguëil qui commençoient à se former dans son cæur; & lui revela la nuit qu'il y avoit plus avant dans le Desert une personne qui y vivoir plus saintement que lui, lui commandant de l'aller voir:

Ce Saint vieillard fut fort surpris de ce que Dieu venoir de:

PREMIER

lui faire connoistre; & brulant d'ardeur d'aller voir ce faint 1'!! VES:

PAUL homme, il marcha appuïé sur son baston, sans sçavoir où il alloit ; mais se confiant sur ce que Dieu lui feroit voir fon ser- ERMITI. viteur , il endura avec joïe une fatigue extrême pendant trois jours ,au bout desquels il découvrit enfin la caverne où saint Paul s'estoit retiré il y avoit quatre-vingts dix ans. Saint Antoine ne vit rien d'abord, à cause

que

l'entrée estoit obfcure. Il avançoit doucement, s'arrestoit de tems en tems pour écouter, marchoit legerement; & aïant apperçu de loin quelque lumiere , il se hậta , &: choqua des pieds contre une pierre. S. Paul entendant du bruit , ferma la porte qui eftoit ouverte. S. Antoine se prosternant devant , y demeura åflés long-tems , le priant d'ouvrir en lui disant: vous scavez qui je suis, d'où je viens, le sujet qui m'amene ; je scai que je ne mcrite pas de vous voir ; toutes-fois je ne m'en irai point sans vous avoir veu, je mourrai plustoít à vostre porte, & vous enterrerez. mon corps. Ce n'elt point en menaçant quel'on demande , relpondit Paul ; vous eltonnez-vous que je ne vous reçoive pas, puisque vous n'estes venu que pour mourir ?

Alors il lui ouvrit la porte en souriant, & ens'embrasant ils se saluerent par leurs noms , fans jamais avoir oui parler l'un de l'autre. Après avoir rendu ensemble graces à Dieu, & s'estre dinné le baiser depaix, Paul demanda des nouvelles du genre humain: fi l'on bastissoit encore des maisons dans les villes : quel Prince commandoit pour lors dans le monde : en quel eltat estoient les affaires de l'Eglise: & si les Tirans la laissoient en paix. Ce fut pendant cet entretien qu’un corbeau, qui depuis plus de soixante ans apportoit tous les jours à faint Paulla moitié d'un pain., en apporta un entier ce jour-là, pour le diner de ces saints Solitaires. Il y cut une dispute entr'eux qui pensa durer jusques au soir, pour sçavoir qui romproit ee pain. Paul alleguoit l'hospitalité, Antoine l'âge. Enfin ils conyinrent que chacun le tireroit de son coffe ; & après avoir bû un peu d'eau de la fontaine, ils passerent la nuit en prieres.

Le jour estant venu, comme saint Paul n'ignoroit pas que l'heure de la mort estoit proche , il dit à faint Antoine, qu'il y avoit long-tems qu'il scavoir qu'il demeuroit en ce pais', que Dieu lui avoit promis qu'il le verroit ; mais parce que l'heure de la mort estoit arrivée , il l'avoit envoïé pour enterrer son

ز

VIE DE S.
PAUL

corps. Saint Antoine fut frappé d'une douleur profonde voïane PREMIER qu'il estoit sur le point de perdre un li grand tresor au moERMITE. ment qu'il le découvroit. Ille prioit de ne te point abandonner

& de l'emmener avec lui; & comme il paroissoit qu'il estoit resolu de ne le point quitter , au moins jusques à la mort, faint Paul pour lui espargner la douleur qu'il en ressentuit, le pria de lui aller querir le manteau que lui avoit donné saint Athanase , afin d'envelopper son corps, & qu'il ne fuft

pas

enterré nud.

Saint Antoine estonné de ce qu'il lui avoit dit de ce manteau, crut voir Jefus-Christ present en lui , & n'osa rien repliquer ; & n'écoutant point les sentiments de tendresse qui lui faisoient souffrir avec peine la separation qu'il lui ordonnoit, il courut à son Monastere avec tant de promptitude,que ce fut un autre miracle qu'il pûr faire tant de diligence à cause de la vieillesse , & de fon corps épuisé de jeûnes. Deux de ses Disciples qui le fervoient , allerent avec joïe au devant de lui pour le recevoir , & lui demanderent où il avoit demeuré li long-tems. Mais ce Saint tout occupé de ce qu'il avoit veu, & ne longeant qu'à retourner promptement , dit seulement ces paroles : Ah malheureux pecheur que je suis, je

bien à faux le nom de Moine ! J'ai veu Elie, j'ai veu Jean dans le Desert , j'ai veu Paul dans le Paradis. Il ne s'expliqua pas davantage, & frappant plusieurs fois la poitrine , il prit le manteau & s'en alla. Ses Disciples le prierent de leur dire plus clairement ce qu'il avoit veu ; mais il leur dit , il y a tems de parler, & tems de fe taire.

Il sorrit sans prendre aucune nourriture ; & comme il estoit en chemin pour recourner vers Paul, il vit son ame toute éclatante de lumiere , monter dans le Ciel au milieu des Anges , des Prophetes, & des Apostres. Il se prosterna par terre, jetta du sable sur la teste , & dit en pleurant: Paul, pourquoi me quittez-vous ? je ne vous ai pas dit adieu ; failloit-il vous connoistre si tard, pour vous perdre fi-toft? Il sembla voler

pendant le reste du chemin; & quand il fut arrivé à la caverne, il vit le corps du Saint à genoux, la teste eslevée , & les mains estenduës vers le Ciel. Il crut d'abord qu'il estoit vivant, & qu'il prioit , it se mit aussi à prier; mais ne l'entendant point foupirer à fon ordinaire , il ne douta plus qu'il ne fust mort. Il l'embrassa en pleurant, il enveloppa le corps , & l'ensevelit

porte

1

VIE DE S. PAUL:

ensuite en chantant des Pseaumes suivant la Tradition de l'Eglise ; & n'aïant point d'instrument pour creuser la terre, PREMIER la Providence divine lui envoïa deux lions qui acoururent du ER H'TE. fond du Desert, & vinrent droit au corps de faint Paul, le flatant de leurs queuës. Ils se coucherent à ses pieds, rugissant comme pour témoigner leur douleur ; & aïant ensuite graté la terre avec leurs ongles, jettant le sable dehors, ils firent une fosse où saint Antoine enterra le corps, & il esleva de la terre dessus , suivant la coûtume. Il emporta la tunique que saint Paul s'estoit faite lui-mesme de fuëilles de palmier, entrelacées comme dans les corbeilles. Il retourna en son Monastere avec cette riche succession, & raconta à ses Disciples tout ce qu'il avoit découvert. Il se revestit toûjours depuis de la cunique de saint Paul aux jours solemnels de Pâques & de la Pentecoste. La vie de ce faint Solitaire a esté escrite par saint Jerôme. Son corps fut premierement porté dans la suite à Venise & de là à Bude en Hongrie dans l'Eglise des Religieux de l'Ordre qui porte

son nom, & dont nous rapporterons l'origine, en parlant de ceux qui suivent la Regle de saint Augustin.

L'habit de laint Paul fait de feüilles de palmier , cftoit extraordinaire, & elles n'avoient gueres servi qu'à faire des paniers, des nates pour se coucher, des sandales, des cordes & des parasols; mais la necessité porta le Saint Ermite à se faire une tunique de feuilles de cet arbre, ne pouvant pas trouver d'autre étoffe

pour
se couvrir ; & il s'est trouvé fort

peu

de Solitaires qui Païent imité dans cette façon de se vêtir. Aymar Faucon, dans son histoire de l'Ordre de saint An

Hift. Antiga toine de Viennois,dit: qu'entre les Reliques que l'on conserve cap: 7. dans l’Abbaïe chef de cet Ordre, il y a un habillement que Bolland 17. quelques-uns pretendent avoir esté celui de saint Paul; & d'autres celui de saint Antoine : qu'on ne peut pas connoistre de quelle matiere il est, mais qu'il paroist avoir efté tissu: que le dessus est raze , le dedans comme velu , qu'il est fermé de tous costés,n'y aïant qu'une ouverture pour passer la teste: & que les extremités font redoublées,de peur que se frottant contre terre elles ne s'efilassent. Il ajoûte que le Roi François premier l'aïant veu, crut qu'il estoit de feüilles de palmier , & que plusieurs personnes furent de ce sentiment. Mais je n'ai pas de peine à croire, qu'estant de feüilles de palmier, ce ne Toit l'habillement dont se servoit saint Paul , & qu'il s'estoit

[ocr errors]
[ocr errors]

PAUL PREMER

age 313.

Vin de S. fait lui-mesme. C'est ainsi qu'estoient faites les anciennes cha

subles qui dès les premiers siécles estoient un habillement qui ERMITE. couvroit tout le corps , & estoit commun aux Clercs , aux Moi

nes, & aux gens du monde. On l'appelloit aussi manteau , & la chasuble que porte le Diacre en caresme, est encore nommée manteau dans l’Ordinaire de Besançon,& dans le Ceremonial de l'Eglise de Reims de l'an 1637. La coule des Moines est aussi appellée chasuble en plusieurs endroits , comme dans la Regle de faint Macaire , dans la vie de saint Gregoire, & dans celle de saint Fulgence; ainsi que le remarque Dom Clau

de de Vert , dans son explication des ceremonies de l'Eglise. T me 2. Comme les Solitaires estoient presque toûjours occupés au tra

vail , hors le tems de la priere ; & que cette sorte de chasuble qu'il falloit retrousser sur les bras , les auroit incommodés ; ils ne s'en seryoient pas ordinairement. Mais il y a tour lieu de croire que saint Paul dans la retraite , qui n'estoit occupé qu'à la priere & à la meditation , & qui n'avoit pas besoin de travailler pour sa subsistance , puisque Dieu y pourvoïoic miraculeusement ; s'estoit fait un habillement pareil à ces fortes de chasubles , & qui estoic mesme plus aisé à faire avec des feüilles de palmier qu'il entrelassoit les unes avec les autres , que de faire une tunique à laquelle il y auroit eu des manches ; d'ailleurs ces chasubles pouvoient bien passer pour tiniques , puisqu'elles couvroient tout le corps ; c'est pourquoi nous avons fait representer saint Paul avec un pareil habillement.

La pluspart des Anachoretes d'Orient estoient vestus de cilices , ou de tuniques faites de poil de chevre. Plusieurs estoient couverts de peaux de brebis , ou de chevres , ou de quelques autres anima ux , quelquefois avec la laine ou le poil, d'autres fois sans laine & lans poil ; ainfi le Solitaire faint Jacques de

Nisibe , selon Theodoret , estoit couvert d'une tunique, & Tkzodoret d'un petit manteau de gros poil de cheyre; & il dit que des Juifs 5.1.236.3. qui alloient pour quelques affaires dans une ville de Syrie,qu'il

ne nomme point , furent surpris par une pluïe si épaisse , & un vent si furieux,qu'ils s'égarerent de leur chemin ; & marchant dans la solitude fans trouver aucun lieu pour se mettre à l'abry, ils se virent comme exposés sur mer à perir par la tempeste ; inais qu'ils arriverent enfin comme dans un port à la caverne de Simeon l'ancien qui faisoit horreur à voir , tantilestoit craf

feux

« PreviousContinue »