Page images
PDF
EPUB

ce

Eccl.

que cette raison n'estoit pas considerable. On pourroit donc, dire ayec raison la mesme chose à M. de Tillemont, & à tous

ceux qui rejettent des ouvrages sur la difference du stile. C'est Fleury,

que M. l'Abbé Fleury appelle un excès de critique. C'est Pref. du z. vouloir tout sçavoir, dit - il, & vouloir tout deviner. PourTi de l'Hifto quoi ne veut-on pas que ce qui arrive tous les jours dans la

pluspart des Escrivains de ce tems, dont le stile n'est pas toujours égal, ne soit arrivé dans ceux des premiers siécles ? & ne vožons-nous pas tous les jours , que les discours des plus habiles Orateurs, soit de la Chaire ou du Barreau , ne font pas toujours également fleuris & élégans.

M. Du Pin est celui qui a trouvé dans la vie de sainte Syncletique des comparaisons qui lui ont semblé pueriles, & qui conviennent mieux à un Moine qu'à saint Athanase ; c'est ce qu'on lisoit dans la premiere Edition du quatrieme siécle de sa Bibliotheque des Auteurs Ecclesiastiques qu'il donna en 1687. & on estoit surpris de ce que dans la seconde Edition qui parut en 1689. il y avoit encore laissé ce qu'il avoit dit dans la premiere, de ces comparaisons pueriles qui convenoient mieux à un Moine qu'à S. Athanase. Il sembloit que cela deust estre retranché pour rendre cette seconde Edition plus correćte ; mais il l'a fait enfin dans la troisiéme qu'il a donnée en 1709. & il a bien veu que c'estoit faire injure à tant d'illustres Escrivains,qui ont composé dans la solitude du Cloistre de fi beaux ouvrages qui ont merité à quelques-uns avec justice le titre de Pere & de Docteur de l'Eglise. Il y en a mesme qui ont prétendu que

saint Athanase a estě lui-mesme Afcere, c'est-àdire Moine, & mesme Disciple de saint Antoine. C'est le senBaron. ad timent de Baronius & des Benedictins de la Congregation de min. 371. 9. faint Maur,qui assurent:que dans toutes les anciennes Editions Kihan

. Ope- & les Manuscrits de la traduction d'Evagre, on lit ces paroles 12. Edit. PP. de faint Athanase dans la vie de S. Antoine : Frequenter eum puri. 2.pag: vifitavi, do que ab eo didici , qui ad præbendam ei aquam , non

paululum temporis cum eo feci &c.

Si M. Du Pin, pour prouver que la vie de saint Antoine est véritablement de saint Athanase, dit qu'il a proportionné son stile dans cette vie, & à la matiere & à la capacité des Moines pour qui il l’escrivoit ; y a-t-il plus d'inconvenient de dire la mesme chose à l'égard de la vie de fainte Synclerique ; puisqu'il l'escrivoit pour des filles qui avoient moins de capacité

794:

que les

Baillet Vic

que des hommes ? & s'il avoüe qu'il y a un Manuscrit qui porte le nom de saint Athanase ; Nicephore n'a-t-il pas pû avec raison lui attribuer cette vie ? & doit-on conclurre qu'elle n'est pas de lui; parce que personne n'en a point parlé avant Nicephore, comme prétend encore M. Du Pin ?

M. de Tillemont n'a pas voulu , selon les apparences , appuïer les preuves de M. Du Pin ; puisqu'il ne le cite pas, so contentant de

marquer Oudin,

Oudin, les continuateurs de Bollandus, & les Benedictins, qui ont douré ou nié absolument que cette vie fust de saint Athanase ; & comme il y a beaucoup plus d'Auteurs pourt'affirmative, je croi qu'on peut d'autant plus embrasser leur sentiment , que selon M. Herman & M. de Tillemont , comme nous avons dit, ce sont des personnes les plus habiles & les plus judicieuses de nostre siécle ; & je ne croi pas que M. Baillet ait voulu leur refuser la qualité de sçavans ; quoique dans ses vies des Saints il ait dit Sçavans ne croioient pas que celle de sainte Syncletique eust esté eserite par S. Athanase. Ila mieux aimé cependant opiner pour ceux qui font ce Saint Auteur de cette vie , en disant: qu'elle estoit née dans le siécle où Dieu fit paroistre S. Antoine, des ss. faafin que

les deux sexes eussent chacun leur modelle à suivre nuar. dans le renoncement que l'on doit faire au monde. Car quoi

que c'est sans aucune certitude qu'il a avancé que sainte Syncletique estoit née dans ce tems-là, & que cette opinion n'est appuiée que sur le sentiment de ceux qui ont fait saint Athanase Auteur de sa vie ; il est certain qu'il a préferé cette opinion à celle des sçavans dont il a voulu parler ; & il devoit nous dire ce qu'ils pensoient du tems où elle a vercu. Mais que ce soit saint Athanase, ou Polycarpe , ou Arfene , ou quelques autres qui aïent escrit sa vie; M. Herman mettant sa mort à la fin du troisiéme siécle, le Cardinal Baronius l'an 310. M. Bulteau l'an 358. M. de Tillemont disant qu'on

pas la mettre beaucoup plus tard que l'an 365. & tous les Auteurs demeurans d'accord qu'elle a vescu quatrevingtquatre ans ou environ , & qu'elle s'est retirée fort jeune dans la solitude ; il sera toûjours vrai de dire qu'elle vivoir au tems de saint Antoine, & qu'elle a pu fonder les premiers Monasteres de filles , comme saint Antoine a fondé les premiers Monasteres parfaits de Solitaires. M. Bulteau prétend que c'est sainte Bafiliffe qui a formé la „Balteau.

Hift. Mo

qu'il dise

ne doit

Dieu pour

maff

. d'o- premiere Communauté de filles ; mais les circonstances de la riezt. pag. vie de cette Sainte paroissent bien apocryphes, & on a de la ibid.pag.28 peine à croire ce que dit M. Bulteau ; que l'orage de la perse

cution de Diocletien s'estant élevé dans l'Eglife, sainte Bafi-
liffe & faint Julien son mari offrirent d'ardentes prieres à

pour le salut de ceux qu'ils avoient convertis: que Dieu
exauça fainte Basilisse en la retirant du monde, après avoir ac-
cordé la meline grace à près de mille Religieuses qu'elle avoit
formées à la vertu : que laint Julien lui survelquit : qu'il repan-
dit fon sang pour la foy dans la mesme perfecution ; & qu'il
estoit Pere de dix inille Religieux. Il n'y a pas d'apparence
qu'avant que la paix eut esté renduë à l'Eglile, il y ait eu un,
si grand nombre de Religieux fous la conduite de saint Julien ;
& ce qui regarde fainte Bafilifle auroit esté plus croïable , fi
les mille Vierges ou Religieuses, dont elle estoit la Superieure,
avoient plustostfouffert le martyre, que d’estre mortes toutes
avant sainte Basilisse , & cela presque dans le mesine tems.

.

1

PARAGRAPHE IX.
Dn grand progrès de l'Estat Monastique , tant en Orient

qu'en Occident.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors]

alud Rofv. fag. 235.

Omme la vie de faint Posthume qui se trouve parmi celles
des Peres du Desert, eit regardée par de sçavans Critiques

supposée, je ne m'arreste pas auili à ce que
dit l'Auteur de cette vie ; que faint Macaire avoit le foin & la
conduite de cinquante mille Moines que S. Antoine lui avoit
laissés en mourant. Je veux mesme croire qu'il s'est glillé quel-

que erreur dans le texte de la Préface que saint Jerôme a mile à
PDla teste de la Regle de saint Pachome qu'il a traduite , où il dit,

que les Disciples de ce Saint s'assembloient tous les ans à pareil
nombre, pour celebrer la feste de la Passion & de la Resur-
rection de nostre Seigneur ; & il se peut faire que Pallade ne
s'est pine trompé , lorsqu'il n'a mis que lept mille Moines de
cet Ordre. Mais au moins faut-il avouer , qu'après la mort de

saint Antoine & de saint Pachome , le nombre des Moines & Ruf. Vit, des Solitaires estoit infini; puisque Rufin qui fit levoiage d'oPAI. apud

rient en 373. c'est-à-dire environ dix-sept ans après la mört de
saint Antoine, nous assure , comme témoin oculaire , qu'il y

Rosv. 459.

Tag:

avoit presqu'autant de Moines dans les Deserts , que d'habitans dans les villes : que dans celle d'Oxirinque, il y avoit plus de Monasteres que de Maisons ; qu'à toutes les heures du jour & de la nuit on y faisoit retentir les louanges de Dieu ; & qu'il avoit appris de l'Evesque de ce lieu , qu'il y avoit vingt mille Vierges confacrées à Dieu, & dix mille Religieux ; il assure avoir encore veu le Prestre Serapion, Pere de plusieurs Monasteres , & Superieur d'environ dix mille Religieux.

Mais il est bon de faire connoistre qui estoient les illustres Capitaines qui conduisirent dans le Defert & dans les villes , tant de saintesColonies , après que la paix eut esté renduë à l'Eglise. Nous avons déja dit que S. Antoine establit les premiers Monasteres regles & parfaits dans la balle Thébaide, Š. Amon sur le Mont de Nitrie , & saint Pachome dans la haute Thébaïde.Le Desert de Scetis fut aussi fort celebre par la multitude Caif. cot. des Saints qui y ont demeuré, & qui suivirent saint Macaire is.l.3 l’Egyprien comme leur Chef. Saint Hilarion qui avoit esté de Hieron in mesme

que

saint Macaire, Disciple de saint Antoine , se recira apud Rosv. dans la Palestine, où ses miracles continuels & l'éclat de ses ver- pag. 75. tus firent qu'en peu de tems un grand nombre de personnes se rangea sous la conduite.La Syrie a eu l'avantage d'eftre ha- Sezom./.6. bitée par de faints Religieux fous la conduite d'Aonés , qui “o 32.6 donnerent aux Habitans qui estoient Idolatres, la connoillaince du vrai Dieu. Elle a encore produit un illustre Escrivain, qui nous a appris les vies admirables de ces faints Solitaires, & leurs principaux exercices qu'il avoit lui-mesme pratiqués dans un Monastere donc il fut tiré malgré lui, pour monter fur le Siege Episcopal de Cyr; c'est le sçavant Theodoret, qui, quoiqu'élevé à cette dignité , ne diminua rien de ces saintes pratiques. La montagne de Sinaï si célébre par la demeure de saint Jean Clymaque & de saint Nil, fut auili habitée

par

de saints Moines dés le quatrieme siécle; de mesme que la Perse, ou plusieurs Solitaires , suivant les traces du sang des autres Chrestiens qui le répandoient généreusement pour la foy de JesusChrist', couroient avec la mesme generofité au martyre. Saint Gregoire Apoftre d'Arménie,introduisit aussi la vie Monastique dans ce Païs-la. Enfin il n'y eut presque point de Province en Orient où elle ne fust establie.

Mais son plus grand acroissement fut, lorsque saint Bafile Peut introduite dans le Pont & la Capadoce vers l'an 363.

[ocr errors][ocr errors]

qu'il l'eut reduite à un estat certain & uniforme: qu'il eut
reüni les Solitaires & les Cænobites ensemble : qu'il lui eut
donné sa derniere perfection , en obligeant ses Religieux à s'y
engager par des væux folemnels : & qu'il leur eut escrit des
Regles, qui furent trouvées si faintes & li salutaires , comme
n'estant qu'un abbregé de la Morale de l'Evangile; que
dans la suite la plus grande partie des Disciples de saint An-
toine , de laint Pachome, de saint Macaire , & des autres an-
ciens Peres des Deserts, s'y sont foầmis ; ce qui lui a fait don-
ner le nom de Patriarche des Moines d'Orient ; car il y a plu-
sieurs siécles

que

sa Regle a prevalu sur toutes les autres en Orient ; & quoique les Maronites, les Armeniens en partie , les Jacobites, les Copres, & les Nestoriens , se disent de l'Ordre de saint Antoine ; ils ne suivent néanmoins , ni la Regle que nous avons dans le Code des Regles sous le nom de saint Antoine , ni aucune des anciennes Regles des Peres d'Orient, & ils n'ont seulement que certaines pratiques pour les Monafceres de chaque Secte. Mais generalement tous les Grecs, les Nestoriens , les Melchites, les Georgiens , les Mingreliens, & la plus grande partie des Armeniens , suivent la Reglede saint Bafile.

La profession Monastique ne fit pas de moindre progrés en Occident, où les troubles excités dans l'Eglise par la fureur des Ariens, la firent passer d'Orient ; car saint Athanase Evelque

d'Alexandrie s'estant retiré à Rome vers l'an 339. avec plusieurs Prestres & deux Moines d'Egypte, il fit connoistre aux personnes de piecé la vie de faint Antoine , qui demeuroit alors dans son Désert de la Thebaïde, & il y eut plusieurs personnes qui voulurent embrasser une profession li fainte. L'on bastir à cet effet des Monasteres à Rome, ce qui servit comme de modelle pour tout le reste d'Italie.

Saint Benoist y parut à la fin du cinquiéme siécle. Quelquesuns ont pretendu qu'il n'escrivit point la Regle dans le Desert de Sublac ; & il y en a d'autres qui ont cru qu'elle ne fut publiée par l'Abbé Simplicius que l'an 586. & que

saint Benoist ne l'avoit faite que pour les Moines du Mont-Cassin. Mais à present que Dom Thierry Ruinart Religieux Benedictin de la Congregation de saint Maur dans sa sçavante Difsertation sur la million de saint Maur en France, imprimée à Paris en 1702. & que le docte P. Dom Jean Mabillon de la

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »