Page images
PDF
EPUB

SES PENIS
TENTES

par Innocent IV. & mitigée par Eugene IV. avec des Conici. Rezioter tucions particulieres , qui furent approuvées par l’Evesque d'Orviete.

D'ORVIECes Religieuses ne font point de Noviciat. Elles restent feule- 15. ment quelques mois dans le Monastere en habit feculier,& lorfqu'on leurdonne l'habit deReligion,elles renoncent publiquement à l'Année de Probation , & prononcent en mesme teins leurs Væux solemnels, ce qui se fait en cette maniere. Celle qui doit faire Profession, après avoir esté revestuë de l'habit de Religion ,estant à genoux devant la Superieure , dit tout haut ces paroles : -Selon l'ordre establi dans cette Religion, de confirpar les Souverains Pontifes , je renonce à l'Année de Próbation, es prononce dès à present, et fais ma Profeffion comme ont fait les autres qui sont entrées en cette Religion. Et mettant en: suite les mains sur les faints Evangiles , elle prononce fa Profession en ces termes : Je, nommée dans be siècle N. & à present Sæur N, de ma propre volonté , me donne moi-mefme à ce Monaf tere de fainte Marie-Magdelaine , de Sainte Marie Egyptienne, & de fainte Therefe , appellé des Converties , et promets à Dieu, à tous les Saints,& à vous , Venerande Mere Sæur N. prefentement Prieure da mesme Monaftere , & à celles qui vous fuccederont & feront élues canoniquement en vostre place, stabilité, changement de meurs , obeisance , continence & pauvreté, felon la Regle du Sacré Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel, que l'on doit observer dans ce Monastere. Ainsi Dieu me foit en aide, & les saints Evangiles de Notre-Seigneur.

La Prieure lui met ensuite un Crucifix entre les mains avec un Cierge allumé, & sur la tefte une Couronne. Les Religieuses chantent des Anciennes, le Prestre dir les Oraisons ; & après avoir donné la Benediction à la nouvelle Professe, on chante le Te Deum. La Professe fait ensuite lin acte d'humi: liation en demandant pardon publiquement de sa vie passée. Elle garde le Voile blanc pendant un an, après lequel on lui en donne un noir.

Ces Religieuses ont les mefmes Observances & le mesme habillement que les Carmelites Dechaussées, mais au lieu de Sandales , ou d'Albergates, elles ont des pantoufles assez éle vées,& leur Voile noir est doublé d'une toile blanche.

Philipp. Bonanni , Catalog. Ord. Relig. Part. 3. pag. 26. Memoires envożés d'Orviete en 1712,

ر

TTERS ORO
DRE DES
CARMES.

Repons ad

L

num å s.

CHAPITRE LII.
De l'Origine du Tiers Ordre des Carmes, & des Beates du

mesme Ordre. Papebroch,

E Pere Papebroch s'est trompé, lorsqu'il dit , que la P.Sebastia

marque que les Religieux de saint François donnent à Paulo. are: leurs Tiergaires est un cordon , & que celle que les Carmes 30. n. 16. donnent ausli à leurs Tiercaires est un petit Scapulaire en

forme de Billettes. C'est ainsi, dit-il, que les François nomment de petits morceaux de drap longs & quarrés ; & c'est aussi pourquoi l'on a donné à Paris le nom de Billettes , aux Carmes qui ne sont pas Dechaussés.

Premierement il n'est pas vrai que les Carmes de l'Observance de Rennes, qui sont ceux qu'on nomme Billettes à Paris ,aïent esté ainsi appellés, à caule du Scapulaire en forme de Billettes qu'ils donnent aux personnes qui ont devotion de le recevoir ; car il y avoit déja plus de trois cens ans que ce nom estoit donné aux Religieux Hospitaliers de la Charité de Notre-Dame, qui cederent l'an 1632. à ces Religieux Carmes, le Couvent des Billettes, qui fut basti l'an 1294. en la ruë des Jardins , appellée dans la suite des Billettes , à la place de la maison d'un Juif , qui avoit fait plusieurs outrages à la sainte {Huftie qui depuis ce tems-là a esté conservée avec beaucoup de veneration dans l'Eglise de saint Jean en Greve: & quoique les François donnassent autrefois le nom de Billettes à des pieces d'écoffe d'or , d'argent, ou de couleur, plus longues que larges,qui se couloient par intervalle sur les habits pour leur servir d'ornement, & qu'on a depuis transportées sur les escus , comme on peut voir dans les Armoiries des Maisons de Choiseul, de Beaumanoir , & de plusieurs au

tres ; neanmoins ce mot a eu plusieurs significations , & fe te Univer prend encore pour une Enseigne en forme de Barillet , qu'on fel de Tre- met aux lieux où l'on doit peage. Ainsi il y a bien de l'apparen

çe, que le nom de Billette qui a esté donné d'abord au MonalLaste. tere que les Carmes occupent à present depuis l'an 1632. qui

leur fur cedé, & quia esté basti, comme nous avons dit, dès l'an 1294. vient de ce qu'à la maison du Juif qui fut demolie, il y avoit pour Enseigne trois ou quatre Billettes , comme re

marque

Dicionai

youx ,

2u mot, Bil

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

..

TIERSORS
DRE DES

de Paris

marque le Pere du Breüil dans les Antiquités de Paris, si ce n'est, dit ce Pere, que l'on ne voulust deriver ce nom du mot CARMES, Latin Bilis atra de la colere & fureur de ce Juif. Il n'est pas vrai non plus que les Religieux de saint Fran- Du Breüil,

Antiquités çois donnent à leurs Tiercaires un Cordon , & les Carmes un petit Scapulaire composé de deux petits morceaux de drap liv. 2. pag. quarrés. Le Pere Papebroch a sans doute confondu les Con-977. freres du Cordon de saint François , & du Scapulaire des Carmes, avec les Tierçaires de ces Ordres. Il y a cependant une grande difference entre les uns & les autres ; car quoique le mot de Confrairie soit fort honorable , & qu'on entende par là plusieurs personnes unies ensemble par les liens de la charité

pour s'emploïer à de bonnes æuyres ; & que ces sortes de Confrairies aient esté approuvées par le faint Siege ou par

les Evesques des lieux où elles sont establies; neanmoins les Reglemens & ce qui sert à y maintenir une observance uniforme ne font que sous le nom de Statuts : & il suffit pour y entrer de se faire enregistrer dans la Liste des Confreres ; au lieu que ce qui sert à maintenir l'Observance parmi les Tierçaires , est sous le nom de Regle, & qu'il faut que ces Tierçaires foient éprouvés par un

Noviciat d'un an, au bout duquel ils font Profession, avec des veux simples. Quoiqu'on ne puisse pas dire qu'ils soient Religieux, à moins qu'ils ne soient engagés par des veux folemnels', comme les Religieux Penitens du Tiers Ordre de faint François , & les Religieuses du Tiers Ordre de saint Dominique ; cependant leurs Congregations sont de veritables Ordres ; parce que dans le cas dont il s'agit , le mot d'Ordre signifie une maniere de viyre, ordonnée sous certaines Regles & ceremonies pratiquées par ceux qui s'y engagent , & cette maniere de vivre a esté approuvée sous le nom d'Ordre par plusieurs Souverains Pontifes , comme on peut voir par les Bulles de Nicolas IV. en faveur des Tiercaires de saint François, d'Innocent VII. pour ceux de saint Dominique , de Martin V. pour ceux des Servites, d’Eugene IV. & Martin V. pour ceux des Augustins, de Sixte IV. pour ceux des Carmes , & de Jules II. pour ceux des Minimes ; & lorsque les Papes ont parlé du Cordon de saint François ou du Scapulaire des Carmes, ce n'a esté que sous le nom de Confrairie. Ce fut le Pape Sixtę Y. qui inftitua à Affise celle du Cordon Tome I,

Bbb

« PreviousContinue »