Page images
PDF
EPUB

DES CAR
MES DE-
CHAUS-
SE'S.

nouveall

[ocr errors]

:

2

DESERTS tente au Prieur , il lui fait lire quelques avis qui sont escrits

sur une Tablette;& qui sont , qu'on ne doit point parler en ce lieu de Nouvelles , qu'il y faut faire ce que font les autres, & apprendre à se taire.

Lorsque le Superieur a examiné la Patente du nouveau Solitaire , il assemble la Communauté le meline jour ; & le Solitaire revestu de la Chappe ou Manteau , est conduit dans le Chaur devant le Crucifix, où on allume des Cierges : tous les Religieux font Oraison avec lui ; & après avoir recité l'Hymne Feni Creator Spiritus, on le mene dans un lieu designé pour les Receptions , où le Superieur commande à quelques uns des Religieux de lui donner quelques bons avis pour profiter du sejour qu'il fera en ce Desert ; ce que le venu écoute avec beaucoup d'humilité , aïant les yeux baissés , quand meline il seroit des plus Anciens de la Congregation , & que celui qui lui donne les avis seroit un des plus jeu-. nes : après qu'il a esté suffisamment instruit de les obligations , les Peres & les Freres l'embraffent , & on le conduit en filence en son logement.

Le nombre des Religieux qui demeurent dans ces Deserts , ne doit pas exceder celui de vingt destinés pour le Cheur ; pour les Freres Laïcs , il doit y en avoir suffisamment pour

le Lervice de la Maison. La demeure en est interdite aux Novic ces, aux jeunes Profés , aux Malades , aux Debiles , aux Melancholiques , aux Valetudinaires, à ceux qui ont peu d'inclination aux Exercices Spirituels. Aucun Religieux n'y peut demeurer moins d'une année , si ce n'estoit que pour se disposer aux Predications du Caresme , ou à quelqu'aucre occupation semblable, on trouvastà propos de l’y laisser quelques mois : mais tout le tems qu'il y demeure, il doit affifter à tous les Exercices sans aucune dispense, de mesme que les autres Religieux qui y font Conventuels, fans s'appliquer aucunement à l'estude , mais seulement à l'Oraison & aux lectures spirituelles : car tültes sortes d'estudes Scholastiques, foit de Philosophie, de Theologie, ou telles autres que ce puissent estre , sont defenduës dans ces Deserts; & pour y maintenir l'observance en sa vigueur , le Provincial doit veiller à ce qu'au moins il y ait ordinairement quatre Religieux quiy demeurent toûjours ; toutefois de leur bon gré & à leurs instances , afin que par leurs exemples ils puissent. infa

DS CARS
MES DE-

tems.

& pour

truire & former les nouveaux Solitaires, si ce n'est qu'eux- Deserts mesme: demandassent enfin d'en sortir ,ou que leur santé ou Dis Card d'autres raisons ne leur permissent pas d'y demeurer plus long- CHAUSSE'S,

La principale fin de l'institution de ces Deserts , est que les Religieux qui y demeurent, fecourent toute l'Eglise , & profitent à tous les Fidelles , par leurs Oraisons continuelles , par leurs veilles , leurs mortifications , & d'autres æuvres pieuses; c'est pourquoi les Constitutions ordonnent que dans ces fortes de Monasteres , toutes les Messes seront offertes à Dieu & appliquées pour le progrès de l'Eglise , pour l'avancement fpirituel de l'Ordre , pour les obligations & necessités du Desert,

les Bienfacteurs de la Congregation, sans qu'on puisse recevoir aucunes aumosnes pour les Messes , & tout ce qui est necessaire pour l'entretien des Religieux & pour leur nourriture,

doit eltre fondé & suffisamment pourvu , fans qu'on soic obligé de recourir à l’aslistance des Seculiers. Le silence

у est tres-étroitement gardé : il n'est permis à aucun Religieux tant de jour que de nuit, de dire un mot aux'Seculiers, ni aux Religieux ; si ce n'est au Superieur que chaque Religieux peut aller trouver quand il le juge à propos ; &, quoiqu'ils puissent se servir de signes, & qu'ils portent tous une petite Ardoise ou des Tabletres qu'ils se presentent les uns aux autres pour exprimer leurs necessités, quand il s'en offre quelqu'une ; il ne leur est pas neanmoins permis d'user beaucoup de ces signes , pour ne point violer par cette voïe la rigueur du Silence. Cependant dans les grandes Solemnités ou aux Festes de premiere Classe , le Superieur permet aux Solitaires de parler après Vespres pendant une heure & demie seulement, de choses spirituelles ; mais perfonne ne peut se servir de cette permission, s'il n'est avec toute la Communauté: en sorte que les Officiers qui sont occupés à leurs fonctions , en estant separés , ne peuvent dire un seul mot, non plus que dans le tems du grand filence.

Quoique l'abstinence soit rigoureuse dans les autres Mailons , elle est encore plus grande dans les Deserts ; car les Religieux y ont aux jours de jeûne un plat moins que

dans les autres Couvents ; & tous les vendredis ils ne doivent. vivre que de fruits & d'herbes cruës ou cuites, ne pouvant manger ni oeufs , ni poisson, ni potage. Pendant l'Advent & le

[ocr errors]

ز

DES

CAR-
DE-

MES

vent destiné

DESERTs Caresme , ils ne mangent point non plus de beure , de lait,

ni de fromage , ni autre chose composée de laitage,& la veille CHANSSE's. du Mercredi des Cendres, aulsi-bien que le Vendredi-Saint,ils

jeûnent au pain & à l'eau.

Outre les tems destinés à l'Oraison Mentale dans les autres Maisons , les Solitaires des Deserts en font encore une demie-heure avant le disner , & une autre demie-heure après Matines, & ils y chantent l'Office avec plus de pause. Tous les quinze jours il y a une Conference fpirituelle ,l'esté dans le grand enclos du Desert , & l’hyver dans un lieu du Cou

pour cet exercice. Chacun y dit son sentiment sur la matiere qu'on a proposée, & tous doivent apporter par escrit leur pensée pour la donner & la faire enregistrer dans le Livre des Collations spirituelles par le Religieux qui en a la charge.

Quoique la vie de ces SolitairesCænobites,paroisse assez retirée;cependant l'amour de la solicude s’anime & s'augmente fi fortement parmi eux, qu'outre les Cellules du Cloistre, qui font à la maniere de celles des Chartreux ; ils ont encore dans leurs bois des Cellules separées, & éloignées du Couvent d'environ trois ou quatre cens pas, où en certain tems de l'année on permet aux Religieux de se retirer les uns après les autres pour y vivre dans une plus grande folitude & une plus grande abstinence , estant obligés de faire en leur particulier les mesmes exercices & aux mesimes heures que le refa te de la Communauté, & à chaque observance ils repondent par une pecite cloche à celle de l'Eglise , pour avertir qu'ils vont s'unir avec leurs freres, dire aux mefmes heures qu'eux, les Offices,faire avec eux leurs meditations, & prendre part aux autres exercices de la Communauté. Ils y demeurent ordinairement trois semaines, quelquefois plus ou moins , selon la volonté du Superieur, excepté ceux qui y vont au commencement de l'Advent ou du Caresme pour y paffer tout ce tems de penitence. Le depart de ceux-ci se fait avec ceremonie à l'exemple des anciens Peres du Desert ; car le premier Dimanche de l'Avent & le premier Dimanche de Caresme, tous les Religieux assemblés , après avoir oüi une exhortation, ceux qui ont obtenu du Superieur la permission de demeurer dans ces Ermitages , reçoivent publiquement la benediction, & s'y retirent ensuite. Ils n'y voient jamais pera

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ne pas

sonne,& ne vivent que de fruits & de quelques herbes cruës DESERTS ou cuites mal assaisonnées. Les jours de Dimanche ces Ana- DES CARchorettes doivent se rendre au Monastere des Cænobites pour CHAUSSK'S y assister à tous les exercices communs, & s'en retournent après Vespres dans leurs Ermitages, excepté les jours de conference ; car ces jours-là ils ne s'en vont qu'après qu'elle est achevée. Chaque semaine le Superieur les va visiter pour voir de quelle maniere ils se conduisent dans leurs solitudes.

Lorsque le tems de la demeure d'un Religieux dans le Defert prescrit par l'obéissance est expiré , on assemble derechef la Communauté comme à son entrée. Les Religieux font un peu d'Oraison au Choeur , & après avoir recicé un Itineraire composé de quelques devotes prieres , on mene le Solitaire dans le mesme lieu où on lui avoit donné des instructions en entrant. Le Superieur commande encore à quelqu'un des allistans de lui donner quelques avis salutaires , pour profiter du sejour qu'il a fait dans ce saint lieu,&

oublier les exemples de vertu qu'il y a veu pratiquer , ce qui est executé simplement & avec charité.

Les Constitutions defendent l'entrée de ces Deserts aux personnes seculieres,de quelque condition qu'elles soient,pour prendre leur divertissement dans l'enclos, soit pour y chalfer , ou pour y pescher , ou pour quelqu'autre recreation de crainte qu’un Sanctuaire d'oraison & une retraite de penitence ne devienne un lieu de plaisir & de sensualité. Ils ne peuvent y loger ou y estre admis, à moins qu'ils n'aïent fondé ou bâti à leurs depens quelque Cellule ou Ermitage que la Congregation ne leur soit beaucoup redevable. L'entrée en est aussi interdite aux Religieux mesme de la Congregation, soit pour y estre reçus en passant par droit d'hofpitalité, soit

pour

voir la Maison, ou pour y faire leurs deyo. tions, excepté aux Definiteurs Generaux,à moins qu'ils n'aïene permission par escrit du General ou du Provincial

. Le Superieur du Defert peut neanmoins y recevoir par droit d'hospi

Y talité les Religieux des autres Ordres sans autre permission, & mesme leur donner le couvert pour une nuit seulement dans l'enceinte du Desert.

Enfin ces fortes de Couvents ne doivent pas estre eloignées des Villes où les Carmes Dechaussés ont des Couvents , pour

Z z iij

OU

[ocr errors]

Z

[ocr errors]

TES DE CHAUSSE'E S

CARMELI-y pouvoir facilement transporter les malades ,

de

peur que le loin & la sollicitude des remedes, & le trouble causé

par INFrancs, les exercices d'une infirmerie, n’alterent en quelque chose la

rigueur de l'observance Reguliere ; & si les Solitaires qui sortent de l'enceinte du Desert , pour recouvrer leur santé en quelqu'autre lieu , se presentoient dans cet intervalle pour y entrer', on leur refuleroit la porte ; ils n'y peuvent estre admis que lorsqu'estant parfaitement retablis , ils y retour

' nent pour y demeurer & y faire les exercices comme les au

Le Pere Cyprien de la Nativité de la Vierge, Description des Deserts des Carmes Dechaußés. De Villefore, vies des ss. Peres des Deserts d'Occident, Tom. 2.

ز

tres.

[blocks in formation]

Des Religieuses Carmelites Dechauffées en France.
LER

’ETABLISSEMENT des Religieuses Carmelites de la Rea

forme de sainte Therese en France elt deu à la pieté & au zele de Mademoiselle Acarie, fille de Nicolas Aurillot, Seigneur de Champlatreux près de Luzarche, Maistre des Comptes à Paris , & femme de M. Acarie ausli Maistre des Compres. Plusieurs personnes en avoient déja eu la pensée ; mais le malheur des tems en avoit empesché l'execution. Monsieur de Santeüil avoit esté chargé le premier d'aller en Espagne pour amener quelques-unes de ces Religieuses en France, mais il n'en put obtenir aucune; Monsieur de Bretigny ne reüllit pas mieux dans un second voïage qu'il fit aussi en Elpagne pour le mesme sujet. Ces difficultés ne rebuterent point Mlle. A carie. Comme elle estoit pour lors le premier mobile de tout ce qui se faisoit de grand pour le bien de l'Eglise,elle engagea Monsieur deBerule,qui fonda peu de tems après la Congregation des Prestres de l'Oratoire , & fut ensuite Cardinal, d'aller pour une troisiéme fois en Espagne chercher de ces Religieuses. Il y alla, & malgré les oppositions que le Demon forma à ses desseins , les embuches qu'il lui drella sur les chemins ; & les dangers de mort où il le jetta , il revint en {anté à Paris, & y amena de Madrid lix Religieuses Carme,

« PreviousContinue »