Page images
PDF
EPUB

pas fi ample USERS

L'ETKOITE

cienne observance, & toute la difference qu'il y a , c'est que CARMESDE celui des Peres de l'étroite Observance n'est que celui des autres. Nous avons fait graver un de ces Re-VANCE, ligieux de la Province de Monte-Santo , tel

que

le Pere Bonanni l'a donné dans son Catalogue des Ordres Religieux.

Sous le Generalat du mesme Theodore Stratius , le Pere Blanchard Religieux de l'ancienne Observance, voulut mtroduire une Reforme particuliere en France , en faisant observer la Regle du Patriarche Albert , sans les declarations d'Innocent IV. ni les mitigations d'Eugene IV. Pour cet effet , deux ou trois Religieux s'estant joints à lui , ils bâtirent un Ermitage, selon le dessein de cette Regle primitive, en un lieu nommé Grateville au Diocese de Bazas dans les Landes qui sont sur le grand chemin de Bayone qui leur fur donné par quelques Gentils-hommes du païs

. L'Evesque de Bazas N. Loftolfilomarini , donna son contentement à cet établissement , à la follicitation de Henri de Gournai , Comte de Marcheville en Lorraine. On gardoit dans ce Desert la premiere Institution de la Regle ; c'est pourquoi les Religieux se nommerent Carmes du premier Institut. "Ils faisoient vou seulement d'obéissance dans lequel les autres estoient renfermés

. Ils mangeoient en particulier chacun dans sa Cellule , & s'abstenoient dans les voïages d'herbages ou de legumes cuits avec de la viande. Cette maniere de vivre fut approuvée par le mesme General Stratius , & confirmée par le Pape Urbain VIII. l'an 1636. Mais ce Desert ne subliita pas long-tems ; car peu de tems après , un Prestre , Apostat de l'Eglise Romaine nommé Labadie, qui difoit avoir reçu de Dieu l'habit de certe Reforme , fut en ce Desert & y. causa de si grands desordres, que l'Evesque, à la jurisdiction duquel ces Peres avoient soulmis leur Monastere, fut contraint de les en challeri, & ainsi cette Reforme fut supprimée dans fon berceau. Vayez Joann Baptist

. Lezana, Annal. Sacri Prophetici & Eliani Ordinis., Daniel à Virgine Maria , Vinea Carmeli , seu Historie Eliani Ord. Marc Anton. Alegre. Casanate , Paradis

. Carmelitici decoris. Donatien de S. Nicolas, Vie

, de frere Jean de saint Samson. Regulá? Gawstitutiones Carmelitar. strictioris obfer. vantie, cum auétario, rerum ad Provinciam Turoniam fpeitan. tium. Delineatio obfervantie Carmelit: Rhedon. Provin. & Phi

TES DE

CARMELI- lip. Bonanni , Catalog. Ord. Relig. part. I.

A ces differentes Reformes de l'Ordre de Notre-Dame du CHAUSSE'IS

Mont-Carmel, nous joindrons l'Ordre des Indiens,que François Modius , & quelques autres Auteurs, disent avoir eité une branche de celui du Carmel ; & dont ils mettent l'institution l'an 1506. sous le Pontificat de Jules Il. Alexandre Ross croit qu'on leur donna le nom d'Indiens , à cause qu'ils avoient pris la resolution d'aller en Million dans les Indes nouvellement descouvertes , pour y travailler à la conversion des Idolâtres. Ils avoient des robes noires, avec des tuniques ou vestes blanches sans nianche', y aïane seulement une ouverture de chaque colté pour passer

pour passer les bras, & ces tuniques defcendoient jusqu'à my-jambe. H y a de l'apparence que cet Ordre ne subsista pas long-tems.

Francisc. Modius,De origine Ord. Ecclef. & Alexand. Ross, Des Relig. du Monde 11. Divis.

faite pir

CH A P I IRE XLVII.
Des Religieuses Carmelites Dechaussées, avec la vie de fainte

Therese leur Reformatrice.
D Ꭰ

E toutes les Reformes de l'Ordre du Carmel , il n'y
en a point de plus considerable que celle qui a esté

sainte Therele. Elle nâquit à Avila ville du Roïaume de Castille le 12. Mars 1915. Son Pere qui estoit un Gentilhomme des plus qualifiés du païs , fe nommoit Alfonse Sanchez de Cepede,& épousa en lecondes nôces Beatrix d'Halimade. Ils eurent sept garçons & deux filles, dont la premiere fut notre Sainte, qui jusqu'à la profession Religieuse qu'elle prit le nom de Jesus, porta toûjours celui d'Haumade", suivant l'usage du Roïaume d'Espagne , que les enfans prennent souvent le nom de la mere, & non celui du pere.

Comme les parens joignoient à leur noblesse une pieté solide, & que son pere estoit un homme d'honneur & de probité, droit, fincere , charitable envers les pauvres , compaflible envers les malades & les miserables,& aimant beaucoup la lecture des bons Livres ; il eut un grand soin d'imprimer de bonne heure ces fentimens dans le cour de ses enfans:: ainsi la jeune Therese n aïant encore que fix à sept ans , scut

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small]

TES DE-
CHAUSSE'Es

fi bien profiter de ses bons exemples, que la lecture des Vies CARMELIA des Saints faisoit toutes ses delices , & qu'elle y emploïoit ordinairement tout le tems que les autres enfans ne donnent qu'aux jeux & aux divertissemens. Quoiqu'elle aimast ses freres également, neanmoins Rodrigue de Cepede, qui estoit son aîné de quatre ans , sembloit avoir la confiance plus que les autres : c'estoit ordinairement avec lui qu'elle faifoit fes lectures , & en considerant les tourmens que les Martyrs avoient endurés pour posseder le Roïaume du Ciel , il lui fembloit qu'ils l'avoient acheté à bon marché. Souhaitant de mourir à ce prix , pour acquerir en peu de tems un si grand tresor , elle deliberoit souvent avec son frere , sur les moïens qu'ils pouvoient prendre pour cela. Il leur sembla

que

le meilleur estoit d'abandonner la maison de leurs parens,& de s'en aller dans le pais des Maures, afin d'avoir occasion de perdre la vie parmi ces Infidelles. Ils partirent à ce sujet de la maison de leur pere ; mais un de leurs oncles les aïant rencontrés, & les aiant arreltés pour sçavoir où ils alloient ainsi seuls, les ramena à leurs parens qui en estoient 'beau. coup en peine. Rodrigue aïant decouvert à sa mere leur deffein, elle leur défendit de sortir seuls sans estre

accompagnés d'un domestique:c'est pourquoi la tentative qu'ils avoient faite d'aller chercher le martyre, n'aïant pas reülli, ils prirent une autre resolution, qui fut de vivre comme des Ermites; pour imiter les Peres des Deserts dont ils avoient leu les vies, jis demeuroient presque les jours entiers dans leur jardin, bâ. tissants de petits Ermitages comme s'ils euflent voulur s'y enfermer

Mais la lecture des Romans leur fit perdre en peu de tems cette satisfaction qu'ils prenoient dans celle des Livres de pieté , leurs bons desirs se refroidirent; & après la mort de leur mere qui arriva l'an 1527. Therese qui n'avoir que douze ans, perdit aussi les sentimens de la crainte de Dieu qu'elle avoit conservés jusqu'à cet âge , & cela pour avoir souffert des conversations un peu trop libres avec quelques-uns de ses parens , & pour avoir trop donné dans la vanité & l'eś ajufsemens à la persuasion d'une de ses cousines, qui n'avoir que des penfées niondainest Elle s'entretint dans ces sentimens jusqu'à l'âge de quatorze ans, que son pere s'estant apperçu du peril où elle s'exposoit y la mit en pension dans le Man

« PreviousContinue »