Page images
PDF
EPUB

NES.

[ocr errors]

qu'ils

BARTHE- excepté celui des Chartreux, & les fit participants de tous les
DEGAN Privileges de l'Ordre de saint Dominique, tant de ceux qui

lui avoient esté accordés jusqu'alors, que de ceux qu'il pour-
roit obtenir dans la suite, ce qui fut confirmé par les Papes
Innocent VIII. & Paul III. & le Pape Urbain VIII, leur
donna poạr Protecteur le Cardinal Durazzo l'an 1640.
Mais Innocent X. voïant qu'ils n'estoient pas plus de quaran-
te dans quatre ou cinq Maisons qui leur restoient
avoient beaucoup de peine à s'accorder ensemble, & qu'ils
menoient une vie peu reguliere ; il les supprima l'an 1650. leur
permettant de pouvoir passer dans un autre Ordre , & leur
allignant à chacun quarante escus, sur leurs biens qui furenç
confisqués.

Autrefois les Generaux de cet Ordre estoient perpetuels,
mais Şixte IV. les rendit Triennaux l'an 1474. Le P. Estienne
Palma a exercé cette Charge quatre fois , & a esté pendant
trente ans Vicạire General. Les PP. Cherubin Cerbelloni de
Gennes, & Paul Costa de Milan, ont esté les plus fameux
Predicateurs de leur tems, & ont rempli les meilleures Chai,
res d'Italie. Ils ont aussi eu quelques Escrivains , comme Pe.
regrino Scoti , Jean-Baptiste Pori , Jerône Cavalieri, Jean-
Baptiste Ladriani,& Gregoire Bitio qui a fait l'Histoire de cec
Ordre,
C'est dans l'Eglise de leur Monastere de Gennes, , que

l'on conserve l’Image qu'on pretend que Notre-Seigneur JesusChrist envoïa au Roi Abgar , comme il paroist par les Bulles de Sixte IV. Julles II. Pie IV. Paul V. Gregoire XV. & Urbain VIII. Augustin Calcagnigni, Chanoine, Penitencier , & Historiographe de Gennes a donné l'histoire de cette sainte Image.

Voyez pour les Armeniens de Ģennes, Gregorio Bitio , Relacione del principio & stato della Relig. de Fr. di S. Bafil. de gli Armen. in Italia. Silvest. Maurol , Mar. Ocean. de gli Relig. lib.

S. Paul Morigia , Hift. des Relig. liv. I. chap. 56. Gio Pietr.
Creszenzi, Presid. Rom. Tamb. de Jur. Abb. Tom. 2.
queft. 3. Bonanni,Catalog. Ord. Relig. Part 1. & Schoonebeck,
Hist. des Religieux : & pour les Freres Unis, Clement Galano,
Conciliatio Ecclef. Armene cum Romana , part. I. cap. 30.

difp. 24.

CHAPITRE

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

R

Thomassin A

Grand Maitre de l'ordre de Constantin

33

ORDRE MILITAI R E De CONSTAN TIN.

CH A PIIRE XXXI.
Des Chevaliers de l'Ordre de Constantin, appellés auffi Dorés,

Angeliques, & de S. Georges.
C

Omme il y a des Ordres Monastiques qui ont cru se faire

honneur en allant chercher une antiquité fort éloignée ; liv trouve aussi des Ordres militaires qui ont pareillement fait remonter leur origine le plus haut qu'ils ont pû, pour tascher d'avoir par quelque antiquité chimerique, la préséance audessus des autres. Tel est l'Ordre Imperial des Chevaliers de Constantin, appellés aussi Angeliques, Dorés, & de saint Georges, que l'Abbé Giustiniani,qui fe qualifie Chevalier & GrandCroix de cet Ordre, prétend estre le plus ancien des Ordres Militaires, dans l'Histoire des mesmes Ordres qu'il donna au public en 1692. & qui fut imprimée à Venise en deux volumes in folio. Mais il est inutile de chercher l'origine des Ordres Militaires avant le douziémesiécle;& c'estaulujet de l'Ordre dont nous parlons, & dont l'on prétend que l'Empereur Constantin le Grand a esté le fondateur , que le P. Papebroch dit , que ceux là trompent, ou le voulant bien sont trompés,qui portés par un desir de flaterie vont chercher l'origine des Ordres MiŽitaires avant le douziéme siécle:fallunt aut volentes falluntur , Apud BO!. adulatorio studio placendi abrepti , quicumque militarium Religio-com.j.apoi num principia, ante seculum duodecimum requirunt. Il ajoute que bis. poiss. la pierre de Marbre que l'on prétend qui fut trouvée à Rome & qui represente le grand Constantin assis sur un Throsne, & donnant le collier de cet Ordre à un grand nombre de Chevaliers , est une pure fiction : que les figures qui y sont representées ne sont que l'ouvrage d'un Sculpteur moderne: & que tous ceux qui ont connoissance des anciennes infcriptions Romaines en conviendront, par celle qui est gravée sur ce marbre, & qui est en ces termes : Constantinus Maximus Imperator , poftquam mundatus à lepra per medium baptismatis , Milites five Equites deauratos creat in tutelam Christiani nominis

Si l'on vouloit cependant ajouter foi à ce que dit Billy Bisly, Hif. dans son Histoire des Comtes de Poitou,il y auroit eu un Ordre de Poitou. Militaire dés le neuviéme siécle ; car il prétend que Guillaume

I i

Tome I.

ORDRE MILITAIRE

DE

TIM

[ocr errors]

le Pieux Duc d'Aquitaine & Comte d'Auvergne,qui succeda

à Guerin fon frere l'an 887. avoit fondé vingt-cinq Chevaliers CONSTAN- dans l'Eglise de S. Julien de Brioude en Auvergne,pour faire

la guerre aux Normands, lesquels Chevaliers furent changés dans la suiteen Chanoines.Il ajoute qu'il a eu en main le titre de cette fondation; mais il ne l'a point produit parmi ce grand nombre d'autres titres qu'il a rapportés pour servir de preuves à son Histoire, ce qui auroit été néanmoins fort necessaire pour

que l'on pust ajouter foi à ce qu'il a avancé de ces prétendus Justel, Hit.

Chevaliers. Cela n'a pas empêché Justel de citer cet Auteur fin d'Au- dans son Histoire de la Maison d'Auvergne, & de dire après vergn: p 13 lui, que ce Guillaume Due d'Aquitaine a esté le premier des

Princes Chrestiens qui ait institué une Milice ou Societé de Chevaliers pour la defense & l'exaltation de la foi chrestienne ; &

que c'est peut-estre pour cette raison, & à cause des grands biens qu'il fit à l'Eglise , qu'il eft appellé par S. Odillon en la vie de S. Mayeul : Christianissimus Aquitanorum Princeps.

Il raporte néanmoins parmi les preuves de son Histoire , un 78i/. p. 12: acte qui prouve au contraire que l'an 898. auquel temps quelques uns prerendent

que l'institution de ces pretendus Chevaliers fut faite par ce Prince, il y avoit déja des Chanoines dans l'Eglise de S. Julien de Brioude , & qu'il en étoit même Abbé, suivant la coustume de ces temps là , que les plus: grands Seigneurs, & même des femmes mariées, jouissoient des revenus des Abbayes comme de leur patrimoine. Voicy cet acte: Willelmus Comes, Marchio, atque dux, cedo Ecclefiae S. Juliani qui requiefcit in Vico Brivatenfi ; vbi ego dono Regio abbatiali videor fungi officio : ut ipse locus tutior fit in omnibus ,: Præpofitumque, nomine Helfredum, ad cuftodiendam Canonicam vitam, cum canonicis fub nobis conftitutis habere videar. Demino cum vxore mea Ingelberga, res proprietatis nostre, videlicet, Cartem noftram indominicatam, quæ dicitur Maceriaca dr. Ainsi l'on ne peut tirer aucun avantage de ce que Bisly & d'autres après lui ont avancé, qu'il y a eu dés le neuviéme siécle des Chevaliers institués

par Guillaume le Pieux Duc d'Aquitaine dans l'Eglise de Brioude.

Pour prouver l'antiquité de celui de Constantin, l'on apporte des Lettres du Pape faint Leon de l'an 456.adressées,à ce que l'on pretend, à l'Empereur Marcien, par lesquelles il confixime cet Ordre sous la regle de faint Bafile,& d'autres Lettres

Ars preuves.

« PreviousContinue »