Page images
PDF
EPUB

ORDRE DE

ME.

[ocr errors]

Ses Disciples augmentant de jour en jour, il bastie un second S. PACHO. Monastere à Baunou Proui,qui n'estoit pas éloigné de celui de

Tabenne, quoiqu'il fuit dans un autre Diocele. Ensuite Eponyme Abbé de Chenobosque & les Religieux de Monchole, s'estant offerts à lui avec leurs Monasteres, il les reçut & establic parmi eux son Observance, A ces quatre Monasteres , il eu joignit encore trois autres, fçavoir celui de Tilmene, ou de Mene près la ville de Panos, celui de Tafe ou de Thebes , & celui de Pachum ou Chnum aux environs de Lafophe. Tous ces Monasteres joints ensemble formerent une Congregacion parfaite , qui avoit son Abbé ou Superieur General, & mefme son Oeconome ou Procureur pour l'administration du temporel. On y faisoit la visite tous les ans : on assembloit un Chapitre General où on faisoic élection des Officiers; & le Monastere de Baum , qui estoic le plus considerable, fut regardé comme le chef de l'Ordre.

Ce fut là la premiere Congregation Religieuse qu'on a appellée de Tabenne à cause du premier Monastere qui fuc bafti en ce lieu. Saint Pachome en fonda aussi un pour des filles. L'occasion en vinc de fa propre fæur qui estanc venue pour le voir , & n'aïant obtenir cette confolation ( car il ne parloit jamais aux femmes ) suivit le confeil qu'il lui donna

par le portier du Monastere,de travailler à se consacrer elle-inesme coute enciere à Dieu. Il lui fit donc bastir une Cellule dans un lieu appellé Men , un peu éloigné du Monastere, de Tabenne où elle le vit bientoft Mere de plusieurs Filles qui suivirent {on exemple. Pallade dit qu'elles estoient au nombre de quatre cens vers l'an 420. & Taint Theodore successeur de faint Pachoine en fonda un autre auprès de Pabau en uo lieu nommé Bechré. Personne n'alloit les visiter fans permission particuliere, hormis le Prestre & le Diacre destinés pour les servir, qui n'y alloient mesme que les Dimanches. Les Religieux qui avoient quelques parentes parmi ces saintes Religieules, obienoient la permission de les aller voir accompagnés de quelqu'un des plus anciens & des plus spirituels. Ils voïoient d'abord la Superieure , & puis leurs parentes , en presence de la Superieure & des principales de la Maison , sans fui faire, ni en recevoir aucun prefent , & sans manger en ce lieu. Les Religieux allojent faire leurs bastimens & les assister dans leurs autres besoins, conduits par quelqu'un des plus sages & des plus

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

S. PACHO

repas. Me.

graves mais jamais ils ne buvoient ou ne mangeoient chez-el- ORDRE ' les , revenant toûjours à leur Monastere à l'heure du Leur Superieur leur envoïoit du lin & de la laine dont elles faisoient, suivant l'ordre du grand Oeconome, les étoffes necessaires

pour elles & pour les Religieux; & quand quelqu'une estoit morte, on apportoit le corps jusqu'à un certain endroit , ou les Religieux en chantant ; venoien le prendre; & l'atloient enterrer sur la montagne où estoit leur Cimetiere.

Vanus Evesque de Panos aïant escrit à faint Pachome pour le prier de venir fonder des Monasteres auprès de la ville ; il lui accorda la demande. En y allant il visita ceux qui estoient sous fa conduite ; & quand il fut arrivé à Panos avec ses Moines, l'Evesque le reçut avec un très grand respect, & lui donna des places pour bastir ses Monasteres. Notre Saint y travailla avec joïe ; mais comme on élevoit un mur de closture , quelques personnes mal intentionnées venoient la nuit abbatre ce que l'onavoir basti pendant le jour.LeSaint exhortoit les Disciples à le souffrir avec patience; mais Dieu en fit justice. Ces méchans s'estant assemblés pour contimer leur crinie , furent brûlés. par un Ange, & consumés ; ensorte qu'ils ne parurent plus. Le bastiinent estant achevé, saint Pachome y lailla des Moines ausquels il donna un Superieur,& demeura dans ce Monaftere un tems assez confiderable pour y mieux establir la discipli-ne reguliere , à cause qu'il n'estoit pas éloigné de la ville. Il retourna ensuite à Tabenne , où Dieu voulant enfin consommer fes travaux, il comba malade avant la Feste de Pâques. Deux jours avant que de mourir, il fit assembler cous ses freres ; & après leur avoir donné quelques instructions pour leur conduite , il leur nomma Petronne l'un d'entr'eux, comme le plus digne pour lui succeder , & il mourut lequatorziéme jour de Mai de l'an

348. Jl eut près de neuf mille Moines fous fa conduite , dont le nombre augmenta encore après sa mort. Mais dans la suite cet Ordre s'est entierement aboli, les Religieux de saint Pachome & presque tous les autres d'Orient aïant embrassé la Regle de faint Bafile, ou s'estant rangés parmi ceux qui regardent saint Antoine pour leur Patriarche. Il y a néanmoins de l'apparence que l'Ordre de saint Pachomesubsistoit encore: avec éclat vers le milieu du onziéine siécle, puisqu'Anselmo Evesque d'Havelberg dont, nous avons déja parlé ; dit avoir:

ز

Anciene veu à Constantinople dans le Monastere de Philantropos, cing CLES D'O. cens Moines de l'Ordre de faint Pachome.

Rofvycid , Vit PP. Bolland, Act. Ss. 14. Maii. De Tillem. Tom.13 [pi. Mem. pour l'Hift. Ecclef. Tom. 7. & 8. Fleury, Hift. Ecclef. cileg. pag.

Tom. 3. & 4. l'e.

KIENT.

[blocks in formation]

Cod Repul.

Alid.

Des Regles de saint Isaie, de saint Macaire & de quelques

autres Peres de la vie Monastique en Orient. A

Pr Es avoir parlé des Ordres de faint Antoine & de saint

Pachome ; & avant que de descrire l'origine & le progrès de celui de saint Basile; nous dirons un mot de quelques autres Peres de la vie Monastique d'Orient, dont quelques-uns ont esté Disciples de saint Antoine & de faint Pachome, &

dont les Regles ont esté recüillies par saint Benoist d’Aniane. Il & Bureau, s'en trouve une sous le nom de l'Abbé Isaïe qui est propre pour Hot Mo: les Ermites , principalement pour les Novices : mais on ne nafl.no

{cait quel estoit fon Monastere , l'on conjecture que cet Abbé pourroit bien avoir vêcu dans l’Egypte ou la Thebaïde. Il y en a encore une dans le Code des Regles , composée par deux . Ss. Macaires , par saint Serapion, par laint Paphnuce, & par trente quatre autres Abbés. Cet Abbé Serapion, est Serapion de Nitrie, ou Serapion d'Arfinoé. Saint Paphnuce estoit celui qui gouvernoit un Monastere situé près d'Heraclée ville de la base Thebaïde,ou plustost Paphnuce Bubale Prestredu Defert de Scetis. Les deux Macaires font sans doute les Disciples de faint Antoine, & l'ancien ou l’Egyptien , & font differens d'un autre Macaire l’Alexandrin ou le jeune, dont on voit aussi une Regle, Celui-ci estoiç d'Alexandrie, lequel aïant quiré l'emploi qu'il exerçoit, embrassa la vie Religieuse, & fut un prodige de mortification & d'abstinence. Pour repousser les attaques de la volupté, il s'exposa nud dans un lieu plein de mouches, & y. deineura pendant fix mois ; de sorte qu'il en fortit tout defiguré comme un lepreux. Il alla une fois à Tabenne vêtu comme un artisan ; & fans se faire connoistre, il fut admis dans la Communauté. Mais ensuite faint Pach me le reconnut par revelation , & fut surpris de la rigueur de la

penitence;

ز

« PreviousContinue »