Page images
PDF
EPUB

MOINES

O

Outre le Caresme dont nous avons parlé qui dure cinquance ABTSSINS. jours; M. Poncer dit qu'ils en ont encore trois autres , de mef

me que le reste du peuple: sçavoir celui de saint Pierre & de saint Paul, qui dure quelquefois quarante jours & quelquefois moins , selon que la Feste de Pâques est plus ou moins avancée;. celui de l’Aloinption de Notre-Dame, quieft de quinze jours; & celui de l’Advent, qui est de trois semaines. François Alvarez marque neanmoins ces Caresmes d'une autre maniere que M. Poncet. Outre le Caresme de la Resurrection de NotreSeigneur qui commence à la Sexagesime , il dit : qu'ils jeûnent depuis le Lundi de la Trinité jusqu'au jour de la Nativité de Notre-Seigneur : que depuis ce jour-là jusqu'à la Purification de Notre-Dame , ils ne jeûnent point , mais que les trois jours qui suivent cette Felte, ils ne mangent qu'une fois en ces trois jours, ce qu'ils appellent la: Penitence de Ninive. Nous aimons mieux ajoûter foi à Alvarez qui estoit plus inftruit

que M. Ponce de ce qui regardoit la Religion & les mccurs des Ethiopiens. Dans tous ces Caresmes on ne se sert ni d’aufs, ni de beure, ni de fromage; on jeûne avec la melme rigueur tous les Vendredis de l'année. On ne dispense personne du jeûne, les jeunes gens, les vieillards, & mesme les malades y sont obligés..

Mais avec tant d'austerités & de mortifications, ces Religieux sont si attachés à leurs erreurs , qu'ils n'ecoutent point les Missionnaires qui vont chez eux pour les faire rentrer au lein de l'Eglise. Ils se sont toûjours opposés à leurs bons des-feiuis en empeschant que les peuples ne se convertissent. Ils leur inspirent tant d'averlion pour les Européens qui font blancs par rapport à eux , qu'ils leur font mépriser , & mesme haïr tout ce qui est blanc; c'est pourquoi s'ils representent saint Michel terrassant le Diable, faint Michel est de couleur olivâtre qui est celle des Abyssins, & le Diable est blanc.

Le Pape Clement VII. afin d'attirer ces Peuples à la Foi OrAbbia pitie thodoxe & les ramener au sein de l'Eglise , leur accorda

en 1525. l’Eglise de saint Estienne qu'on nomme des Indiens ou des Maures, à colté de laquelle il y a un Hôpital, où ceux qui viennent à Rome sont logés & entretenus aux dépens du Pa

pe. Gregoire XIII. ordonna que lorsqu'il y auroit des Abys-11. cap. 3. fins à Rome on leur fourniroit du Palais tout ce qui leur se

roiti necessaire. Inocent XII. imitant la pieté de ses frede

[ocr errors]

Piaz Za, . di Roma Trall Z cap. 3.

Ilid.Tratt.

3•

[ocr errors]

Chevalier supposé de bordre de s.

Antoine en Ethyopie.

24

[ocr errors]
[ocr errors]

BIBL!OTECA

ERECHO

a

MILITAI“
REDES.
ANTOINE
ENETHIO-
PIE.

[ocr errors]
[ocr errors]

celleurs, a establi un fond de cinquante mille écus Romains ORDRY de revenu pour envoier des Missionnaires en Ethiopie & dans les autres Provinces de l'Afrique.

Ils ont une Chapelle à Jerusalem dans l'Eglise du saint Sepulcre où ils font l'Office suivant leur Kit;& selon les Relations de plusieurs voïageurs, ils le font avec tant d'indevotion & d'irreverence, qu'ils s'attirent le mepris de tous les Etrangers. Mais comme il y a peu de voiageurs qui s'accordent ensemble, M. Poncet parlant de leurs ceremonies de la Messe,dit qu'elles sont majestueuses. Il y avoit autrefois plusieurs Moines Ethiopiens

y qui alloient tous les ans en grand nombre en pelerinage à Jerusalem , & faisoient enforte de s'y trouver la semaine fainte. Alvarez dit : qu’estam à Barua dans le gouvernement du Bernagas, il y eut une Caravane composée de trois cens trentefix Moines & de quinze Religieules , qui partit pour ce voïage; mais qu'ils furent pris par les Arabes , que les vieux furent tués, les jeunes vendus pour esclaves, & qu'il n'y en eut pas plus de quinze qui se fauverent. Depuis ce tems-là ils n'ont point esté à Jerusalem en Caravane , il y en a seulement quelques-uns qui y vont comme passagers. Nous donnons l'habillement de ces Religieux & Religieuses tel que le decrivent Alvarez & M. Poncet.

Vorez Fran. Alvarez, Voïage d'Ethiopie. Le Gobien, Lettres édifiantes des Missions 4. Vol. Le Moxde de Davity ; & Morigia, Hist. de toutes les Religions. 6. 70.

CH A P I T R F XIII.

ز

De l'Ordre Militaire de faint Antoine en Ethiopie. C

OMM E plusieurs Auteurs ont parlé d'un Ordre Militaire

de saint Antoine en Ethiopie , nous ne pouvons pas nous dispenser d'en parler auffi ; ce ne sera pas neanmoins pour le proposer comme un Ordre veritablement existant, mais seulement pour faire connoistre que tout ce qu'on en a avancé,n'est qu'une pure fable inventée par un certain Jean Baltasar , se disant Abyssin de nation, & Chevalier de cer Ordre; ce qui n'a pas empesché l'Abbé Giustiniani , M. Herman & Schoone beck, de parler de cet Ordre dans leurs Histoires des OrdresMilitaires, comme d'un Ordre veritable , dont ils ont accom

[ocr errors]

MILITAI-
RE DI S.

ORPRE pagné le recit, avec des circonstances qui servent au contrai

re à en faire connoistre la faussere. C'est ce que nous ferons Antoine remarquer après avoir parlé de la prétenduë origine de cet , EN ETHIO-Ordre , qu'ils ont rapportée en cette maniere.

Environ l’an 370. disent ces auteurs,un Empereur d'Ethiopie, qui selon quelques-uns s'appelloit Jean, & à qui les Empereurs qui lui ont succedé, sont redevables du nom de PreteJean qu'ils portent, voulant affermir son trône & maintenir la Religion Catholique dans son Empire,institua un Ordre Militaire sous le nom de S.Antoine , pour s'opposer à la malice des Heretiques, qui tâchoient de semer par tout le venin de leurs · heresies. Il acquit en peu de tems beaucoup de lustre après la mort de son. Insticuteur par les privileges que Philippes VII. son fils lui accorda , qui voulut aussi que la Croix qu'ils portoient sur l'estomac, qui est bleuë & de la forme d'un T, fût ornée de fil d'or.

Ce Prince ordonna encore que toutes les familles de son Empire,dans lesquelles il se trouveroit trois garçons , feroient obligées de donner le second à la Religion : ce qui s'observoit avec tant d'exactitude , que son propre fils n'en fut pas

, exemt ; ce qui a esté pareillement pratiqué sous ses succefleurs ; il n'y a seulement que les enfans des medecins & les : habitans de l'ille de Meroée qui ne sont pas soumis à cette loi. Ces auteurs prétendent que S. Leon le Grand approuva cet Ordre , & qu'il a esté confirmé dans la suite par Pie V. par une Bulle authentique, où il lui donne beaucoup de louanges.

La ville de Meroée , qu’on dit avoir esté bâtie par Cambises , & qui est située dans une ille qui porte son nom au mi. lieu du Nil , est la demeure du Grand-Maistre de cet Ordre ( felon ces mesmes auteurs :) le Prete-Jean Claude la donna às l'Ordre & un autre Empereur des Abyssins , nommé Alexandre III. confirma cette donation , à condition que l’Abbé General des Religieux de S. Antoine de ce païs-là , y leroit aussi fa residence.

Ce Grand-Maistre a par deslus són vestement qui lui delcend jusqu'aux genoux , & qui est brodé de fleurs d’or & de soïe, une veste ou foutanelle noire : son manteau est bördé d'hermine comme ceux des Princes. Il a la teste couverte d'un riche capuce en broderie , semé de pierreries , & dou

ز

le Pape

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

2

« PreviousContinue »