Page images
PDF
EPUB

MOINTS ABISSINS,

CHAPITRE X I.

Des Moines Ethiopiens ou Abyssins.
Omme l'Ethiopie est divisée en haute & basse , nous en-

tendons parler de la haute qui nous est connuë sous le nom d'Empire des Abyssins, & gouvernée par un Prince que la pluspart des Historiens nomment communément Prete-jean qui le qualifie quelquefois de Colonne de la foi , de la lignée de Juda, fils de David , fils de Salomon , fils de la Colonne de Sion, fils de la Colonne de Jacob, fils de Marie , fils de Nahod selon la chair , fils de saint Pierre & de faint Paul selon la grace, Empereur de la haute & basse Ethiopie, &c. qui font les titres que prit l’Empereur David escrivant au Pape Clement VII. en 1533. Mais la foi & la creance des Peuples de ce vaste Empire, ne correspondent gueres à ces beaux titresipuisqu'elles sont corrompuës par plusieurs erreurs;& si les Abyslins ont quelquefois ecouté les Missionnaires qui leur ont esté envoiés pour

les faire rentrer dans le sein de l'Eglise Catholique , & qu'ils en aïent reconnu le Souverain Chef & Pasteur, ce n'a esté que pour un tems , car ils n'ont pas perseveré dans la foi Orthodoxe.

Quelques-uns ont pretendu que le Christianisme avoit esté introduit en Ethiopie par l’Eunuque de la Reine de Candace ; ce que d'autres revoquent en doute , parce que cette Reine ne regnoit pas dans l'Abyssinie , mais seulement dans l'Ille de Meroé. D'autres aussi rapportent la conversion de l'Ethiopie à faint Barthelemi ou à faint Matthieu ; mais les Ethiopiens le nient , & reconnoissent qu'ils ont esté convertis à la foi Chref. tienne du tems de saint Athanase Evesque d'Alexandrie , environ l’an-320. En effet nous apprenons de l'histoire Ecclesiasti- Hilt. E«vi. que, que Frumentius aïant esté emmené aux Indes par un mar

Theodores, chand de Tir , fut conduit à la Cour du Roi d'Ethiopie, qu'il l. li co 25. y annonça-la foi de Jesus-Christ; & qu'aïant eu porinillion de retourner à Alexandrie pour rendre compte de l'estat de ces nouveaux Chrestiens, il y arriva peu de tems après l'Ordina " tion de saint Athanase , qui l'ordonna Evesque du païs & I'ya renvoïa. Lie Christianisme y fit un très grand progrès ; & comme les

Socrát."

1. Tic. 10

ABISSINS.

reurs.

Moins Éthiopiens ou Abyssins ont toûjours eu un Metropolitain,

que l'on nomme communément Patriarche,qui est envoïé par celui d'Alexandrie , les Egyptiens estant tombés dans ler erreurs de Dioscore & d'autres Heresiarques, comme nous avons dit dans le Chapitre VII. ils les ont communiqués aux Abyslins par le moïen de ce Patriarche, aussi-bien que quel ques observations Judaïques que l'Eglise d'Alexandrie avoit retenue. Les Abyssins ont mesme ajoûté à leurs Rits d'autres superstitions Judaïques ; & ainsi ont fait un mélange de l'Ancien & du Nouveau Testament , se servant de la circoncision au huitième jour envers les filles aussi-bien qu'envers les

garçons , observant le jour du Sabat & le Dimanche, s'abstenant ausli de viandes immondes & deffenduës dans l'ancienne Loi. Je passe sous silence leurs autres abus comme n'estant point de mon sujet ; n'aïant touché en passant la Religion des peuples d'Ethiopie , que par rapport aux Religieux qui y sont en très grand nombre & qui entretiennent ces peuples dans leurs er

La vie Monastique y fut introduite presque en mesme tems que le Christianisme ; & sous le regne du Roi Amiamidas, fils de Saladobas, elle y fut portée par un grand nombre de Moines de l’Egypte & des autres Provinces voisines de l’Empire Romain : entre lesquels les plus celebres furent ceux qui choisirent leur demeure dans le Roïaume de Tigré, & qui y bastirent des Cellules. Mais les Abyssins ont changé les noms de ces Instituteurs de la vie Monastique dans cet Empire, à la reserve de celui de Pantaleon. Les neuf principaux furent , selon eux, Abba Arogavi, Abba Pantaleon , Abba Garima, Abba Alef , Abba Saham, Abba Afe, Abba Likanos , Abba Adimata , & Abba Oz , appellé aussi Abba Guba , qu'ils re connoillent pour Saints , aïant mesme basti des Eglises en l'honneur de quelques uns de ces premiers Solitaires de l'Ethiopie.

Abba Arogavi qui avoit esté Disciple de saint Pachome , fitt le premier Superieur de ces Moines. Il eut pour Succeleur Abba Christos-Besana , Abba Meskel-Moa , Abba Joanni,&c. Leur austerité estoit si grande , qu'il s'en est trouvéqui fe contentoient pour un repas de trois dates seulement, d'autres d'un petit morceau de pain. Les Abyslins leur attribuent beaucoup de miracles, aussi-bien qu'aux autres Saints qu'ils ont en

!

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Religieux Etyopien

22.

de tinstitut de L'Abbé Eustase.

MOINES
ABISSINS)

veneration : leurs Poëtes dans les vers qu'ils ont faits à leur loüange , leur font transporter des montagnes d'un lieu à un autre, passer les rivieres & les torrents sur leurs habits qui leur servoient de barques. Mais entre ces premiers Solitaires de l'Ethiopie, celui qui selon eux a plus excellé en fainteté, est Gabra-Menfes-Ked , dont ils font la Feste tous les mois.

Tous les Religieux d'Ethiopie se disent de l'Ordre de S. Antoine ; mais ils n'ont pas tous les mesmes observances , eftant divisés en deux ou trois Congregations , ou Instituts par. ticuliers. Le premier est celui de Tecla-Haïmanot , qui vers l'an 620. fut le Restaurateur de la vie Monastique en Ethiopie: il prescrivit des loix particulieres aux Moines qui serangerent sous sa conduite, & voulut entr'autres choses , qu'ils fussent soumis à un Superieur General, appellé Icegue , qui, après. l’Abuna ou Patriarche d'Ethiopie, a toûjours esté celui de tout l’Empire qui a esté le plus considere par raport à sa dignité & à son authorité. Il fait la visite de tous les Religieux qui lui sont soumis, ou bien il envoie des Commissaires qui les visitent pour les corriger & pour punir ceux qui ont cominis quelques fautes. Avant que les Galles se fussent emparé du Roïaume de Shevva, que quelques-uns appellent Xoa ou Xaoa , ce Superieur ou Abbé General des Moines de l'Institut de Tecla-Haïmanot, faisoit fa residence au Monastere de Debra-Libanos, ou Mont-Liban, qu'il a transferée ensuite à Bagendra ; ce qui fait, dit M. Ludolf, qu'un certain Moine nommé Tesfa-T fion, qui a imprimé en langue Ethiopienne le Nouveau Testament , parlant de lui & des autres Moines à la fin d'un discours qu'il a fait sur saint Matthieu , dit qu'ils font tous enfans du Pere Tecla-Haïmanot du Monastere appellé le Mont-Liban; c'est pourquoi,continue M. Ludolf,quel-ques Sçavans ont mal à propos nommé ces Moines, Maronites. Ce Tecla-Haïmanor est en très grande veneration chez les Ethiopiens, qui en font la Feste le 24. Decembre. Ils en font austi mention dans leurs Dypriques, en disant: Souvenez vous, Seigneur , de l'ame de votre serviteur de notre Pere Tecla Haïmanote de tous ses Disciples.

Le second Institut des Moines d'Ethiopie,est celui de l’Abbé Eustase, qui n'est pas inoins recommandable dans tout l’Einpire, que Tecla-Haïmanot: les Abyslins en font ausli mention dans leurs Dypriques en ces termes: Souvenez vow, Seigneur de

« PreviousContinue »