Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

faint Marc, qui estoit un frere laïc de ce Convent. Les Cellu- Moints les de ce Monastere sont toutes separées les unes des autres.

CCPIES. Elles sont mal basties avec de la terre, leur couverture est en terrasse , & elles ne reçoivent du jour que par de petites feneltres de la grandeur d'un pied en quarré. Auprès du Refectoire, qui est un lieu sale & obscure, il y a un bastiment assez propre pour y recevoir les Etrangers. Au milieu de ce Convent est une tour quarrée dont les murailles sont de pierres, Onn'y entre que par un pont-leyis. C'est dans ce lieu que les Religieux confervent ce qu'ils ont de plus precieux , &où ils fe deffendent à coups de pierres contre les Arabes qui les veulent insulter. Le jardin est fort grand , & produit beaucoup de fruits & de legumes. L'eau qu'on y boit est fort claire, niais salée comme dans la plus grande partie des Convents du Defert de saint Macaire. Le P. Vansleb qui fait ainsi la description de ce Convent , dit: qu'y estant en 1672. il n'y avoit que dix-neuf Religieux, dont deux estoient Prestres ; mais tellement maigres & abbatus par leurs jeûnes & leurs mortificaxions , qu'ils ressembloient plustost'à des squeletes qu’à des hommes vivans.

A deux lieuës de Musie , il y avoit le Monastere de saint Georges qui estoit autrefois fort riche & poffedoit de grands revenus. Il y avoit ordinairement plus de deux cens Religieux qui logoient les Etrangers , & envoivient ce qui leur reituit des revenus au Patriarche d'Alexandrie qui les distribuoit aux pauvres; mais estant tous morts de la peste , le Gouverneur y alla demeurer à cause de la beauté du lieu, après l'avoir fait fortifier,& y logea des Marchands & des artisans dans les Vergers & les jardins d'alentour que les Religieux avvient cultivés. Le Patriarche s'en estant plaint au Soudan, il fonda un autre Monastere au lieu où estoit autrefois l'ancienne ville. Ils ont ausli quelques autres Monasteres,comme à Equiyan, où les Etrangers sont nourris en passant , de meline que dans celui d’Aliore , où ils les reçoivent pendant trois jours ; & pour les mieux regaler , ils nourriffent des pigeons, des poules, des oyes & autres animaux ; quoique pour eux ils faffent pauvre chere , ne mangeant jamais de viande ni de poisson , mais seulement des herbes & des legumes.

Il y a encore quatre celebres Monasteres dans le Desert de saint Macaire éloignés du Caire d'environ cinq journées ,

1

Corres,

MOINES Le premier qui s'appelle de saint Macaire, est très ancien &

fort ruiné, fes murailles font très hautes , l'Eglise est fort vaste ; & quoiqu'elle ait souffert beaucoup de ruines , il est neanmoins aisé de connoistre qu'elle a esté autrefois fort belle : on у voit encore cinq ou six tables d'Autel de marbre. Le

corps de son Fondateur saint Macaire y repose dans un sepulcre de pierre,

fermé d'une grille de fer, & couvert avec une Chape qui lui sert de pavillon.Ily a plusieurs autres Saints inhumés dans cette Eglise , à ce que les Religieux pretendent , & elle est fournie de tous les ornemens necessaires au service Divin. La plus grande partie de cette maison,qui a esté autrefois remplie d'un grand nombre de Religieux ; a esté detruite par le malheur des tems , & il n'y demeure presentement que peu de Religieux. Ce qu'il y a de meilleur dans le bastiment qui reste, est. une tour quarrée où l'on entre par un petit pont levis. C'est là

que les Religieux tiennent toutes leurs provisions auilibien que leurs livres , & ils s'y retirent quelquefois lorsqu'ils font tirannisés par les Arabes. Il y a de pareilles tours dans les trois autres Monasteres, dont les portes aussi-bien que celle du Convent de faint Macaire font couvertes de lames

de fer.. Renaudot,

Le Monastere de faint Macaire a toûjours esté en sigrande de la F-y, veneration parmi les Coptes, que le Patriarche après son Ordi86.40.106.9. nation, aïant fait la visite de l'Eglise d'Alexandrie & de la prin

cipale du Caire , y aïant esté proclamé , & y aïant celebre la Liturgie , cltoit aussi obligé d'aller faire la miesıne ceremonie à ce Monastere. Il. y alloit monté sur un afne. A quelque distance les Religieux venoient au devant de lui & fe prosternoient trois fois jusqu'à terre. Il descendoit:& se prosternoit une fois devant eux. Il remontoit sur son asne & l'Archimandrite du Monastere le conduisoit , les autres Religieux marchoient devant chantant des Hymnes & des Pleaumes', jufqu'à ce qu'il fust arrivé à l'Eglise , où on le proclamoit con-me à Alexandrie & au Caire. Le nouveau Patriarche celebroit: ensuite la Liturgie,avec cette circonstance que c'estoit l'Archiinandrite qui prononçoit la premiere absolution ; au lieu qu'en d'autres lieux' &en: d'autres teins, cette fonction estoit faite par le plus ancien Evesque.

Ce respect pour le Monastere de saint Macaire , venoit en partie de ce que depuis le Concile de. Calcedoine , les Patriar

Perbersité

Itide

CORTES

ehesélus après la mort de Dioscore & qui n'avoient pas voulu MOINTS se soûmettre aux Orthodoxes , n'aïant pû paroistre à Alexandrie, sinon sous les Empereurs qui favorisoient leur heresie; s'estoient ordinairement retirés dans ce Monastere, & que presque tous les Religieux avoient esté fort attachés à la memoire de Dioscore & à la creance des Monophysites. Cette ceremonie estoit tellement passée en coustume qu'on en avoit fait une loy; ensorte que les Religieux de saint Macaire ne reconnoissoient point le nouveau Patriarche,& ne faisoient aucune mention de lui dans les Dyptiques, jusqu'à ce qu'il eust esté proclamé dans leur Eglise , & qu'il y eust celebré la Liturgie. Il estóit mefme obligé d'y'aller aussi-cost qu'il avoit fait cette fonction à Alexandrie , en cas qu'il y eust esté ordonné : c'est. pourquoi Macaire LXIX. Patriarche en 1103, aïant voulu se faire proclamer à Misra & y celebrer la premiere Liturgiefolemnelle dans l'Eglise de Muhallaca , après son Ordination, Renaudot: les Religieux du Convent de faint Macaire declarerent qu'ils Hif. Parr. ne le reconnoistroient pas pour Patriarche, & ne feroient pas pag. 487: memoire de lui dans leur Liturgie, s'il ne venoit chez eux se faire proclamer & celebrer la premicre Liturgie solemnelle à l'Autel de saint Macaire , ce qu'il fit. Les Patriarches d’Alexandrie estoient encore obligés autrefois d'aller demeurer pendant le Caresme dans ce Convent, afin d'y emploïer ce tems aux jeûnes & à la priere.

De ce Monastere de saint Macaire', l'on va à un autre nommé Ambachioche , qui n'en est éloigné que de quatre heures de chemin.En venant du Convent de saint Macaire à celui d'Ambachioche,l'on trouve de petites éminences larges de deux ou, trois pieds & disposées par intervalles le long du chemin. Les Religieux disent qu'elles furent faites par les Anges , pour servir de guides aux Solitaires répandus dans le Desert, qui s'é-Garoient fort souvent en venant le Dimanche pour entendre la » Messe à quelques-uns des Monasteres, dans le tems qu'il y en avoit peu d'établis, ce qui leur arrivoit principalement quand , le vent soulevoit les sables de la plaine. Lorsqu'on la traverse on découvre de tous costés diverses ruines qui sont les restes de trois cens maisons de Religieux qu’on allure avoir esté autrefois dans ce Desert ; mais l'on coniptoit parmi ces Monaste

res, des especes d'Ermitages , ou quelques-uns des plus zeles. , feretiroient deux ou trois ensemble, pour y vivre dans une

Quy

MOINES plus grande folitude & dans une plus grande retraite., & où
COPTES. ils pratiquoient de plus grandes austerités que dans les Com-

munautés. Entre-toutes ces mazures, l'on remarque encore
un petit dôme qui faifoit partie d'une Eglise dediée à saint Jean
le petit , & tout auprès l'on montre un arbre que produisit, à

ce que l'on prétend, le baston sec qu'il arrosa par l'ordre de
fon Superieur.On l'appelle Chadgerei & Taa, c'elt-à-dire arbre
d'obeïllance. Ambachioche est le Convent le mieux basti, & le
plus agreable des quatre ; l'Eglise qui est d'une belle structu-
re , est consacrée à la Vierge sans tache , que vingt Religieux
desseryent ordinairement,

Le troisiéme Monastere appellé des Suriens, éloigné d'Am-
bachioche,seulement d'un mille, est dedié à saint Georges. Ces
trois. Conyents font comme un triangle entr'eux , & le regar-
dent l'un l'autre. Celui-ci est peu habité & tombe en ruines. Il
y a deux Eglises , dont l'une sert pour les Suriens qui viennent
en ce Desert. L'eau y est bonne & douce , au lieu que dans les
autres Monasteres elle est salée. Le quatriéme Monastere est
éloigné de celui des Suciens d'une journée, & est consacré en
l'honneur de la sainte Vierge. le P. Vansleb le nomme Nostre-
Dame en Baramus. Mais M. l'Abbé Renaudot dit qu'on doit
plûtoft l'appeller N.-D. de l'Ermitage. Il y a plus de Religieux
que dans les autres, pouvant en entretenir un plus grand nom-
bre, à cause de ses revenus qu'il tire du nitre , dont les Re-
ligieux font trafic. Il y a une assez belle Eglise avec un beau
jardin.

Ces Religieux Coptes sont en possession de la maison où Notre Seigneur Jesus-Christ avec la sainte Mere & faint Joseph demeurerent , lorsque suivant le conseil de l’Ange, ils s'enfúïrent de Bethléem en Egypte pour éviter la persecution d'Herode. Cecte maison est à une bonpe lieuë du grand Caire dans un lieu appellé Matarée, & a esté convertie en une chapelle , où il y a deux Autels feparés l'un de l'autre par un balustre. L'uo de ces Aurels appartient aux Religieux de saint François , & l'autre aux Religieux Coptes; & cette maison ou chapelle, est au milieu d'une grande Eglise où cinq ou fix Religieux Coptes font l'Office & celebrent en langue Arabe, qui est le langage ordinaire de l’Egypte.

Le Pere Eugene Roger dans son voïage de la Terre-Sainte, dit:que.ces Religieux sont les plus ignorans de tous les Orien

1

« PreviousContinue »