Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

MARONI

TES.

ou le Superieur du Monastere. On s'assemble à l'Eglise, où l'on Moines
recite un grand nombre de prieres : on demande au Novice
s'il veut faire Profession & s'engager dans la Religion ; & s'il
respond qu'il y consent il est dès ce moment veritablementRe-
ligieux, les Maronites estant persuadés que le consentement
du Novice renferme les trois Væux de pauvreté, de chasteté
& d'obeiffance. On lui donne le petit capuce qui le distingue
des seculiers , & la ceremonie se termine par quelques prieres

. Ils ne peuvent quitter l'habit de Religion fans estre declarés Apostats, & ils font punis très severement par la prison, ou par d'autres peines s'ils quittent l'habit. Ils observent encore quelques Reglemens qui leur ont esté donnés par le Patriarche Estienne Aldoën , natif d’Eden, dont les Religieux Maronites poursuivoient la confirmation en Cour de Rome: lorsque le P. Bonanni donna son Catalogue des Ordres Religieux en 1706. Il dit qu'il y avoit pour lors à Rome le P. Gabriel Hæva Maronite qui y estoit venu pour obtenir cette confirmation du Pape Clement XI.

il y a aussi des Religieuses Maronites au Mont-Liban, où elles ont deux Convents, & gardent la Closture; & il y en a d'autres qui vivent seules dans des solitudes & en Anachoretes. Il s'en trouve pareillement à Alep, mais elles ne gardent pas

la Closture à cause qu'elles sont parmi les Turcs ; néanmoins clles demeurent deux ou trois en semble chez leurs parents,ne permettant à aucun homme d'entrer dans leurschambres, d'où elles ne sortent que pour aller à l'Eglise les Festes & les Dimanches. Elles observent très-rigoureusement & à la Lettre la Regle de faint François , sous la Juridiction des RR. P.P. Capucins, dont elles portent l'habit. Mais les Religieuses du Mont-Liban sont de l'Ordre de saint Antoine , disent leur Office en langue Syriaque , aussi-bien que les Religieux, & sont habillées comme eux,portant une tunique de serge brune, avec une ceinture de cuir noir, & une robe pardessus , qui est de gros camelot de poil de chevre de couleur de fumée, & aïant les jambes nuës. Toute la difference qu'il y a entre ces Religieux & ces Religieuses de saint Antoine, c'est que lesReligieux ont un capuce de drap noir & ne portent point de chemises ; &

que les Religieuses en ont , & mettent sur leur teste un voile noir qui les couvre depuis la teste jusqu'aux pieds. Elles sont presque toutes filles des plus qualifiées & des plus no

[ocr errors]

MARONI -
TES.

[ocr errors]

Moines bles de leur Nation: ainsi elles ne manquent de rien, leurs pa

rens leur fournissant abondamment leurs besoins. Elles s'occu-pent néanmoins au travail des mains, emploïant le profit qu'elles en retirent à l'ornement de leur Eglise; & elles ont les inesmes jeusnes & les inesmes observances des Religieux.

Monsieur Simon,Auteur du Dictionaire de la Bible,impriSimon Dic mé pour la seconde fois à Lion en 1703. dit: qu'on fait paftion, de la ser pour une chose surprenante & tout-à-fait admirable , que 1. pag. 312. depuis peu de tems il se soit establi un Convent de filles au au moc Ca- Mont-Liban;ce qui ne s'estoit jamais veu en Orient. Il ajoûte

que la Fondatrice ou Institutrice de ce nouveau Monastere , estoit une pauvre fille qui s'occupuit à l'éducation de la jeunesse de son lexe, leur apprenoit à lire, à escrire & toutes les autres choses qu'elles sont obligées de sçavoir.Elle fut,dit-il, inspirée de Dieu d'assembler les plus grandes, & celles qui fe» roient les plus propres à la seconder dans sa sainte entreprilezelle » n'eut

pas beaucoup de peine à les faire entrer dans la pensée ; & quoiqu'elles n'euffent jaunais oui parler de Communauté, elles en compoferent une d'environ trente filles qui sont non seulement l'édification des Chrestiens de ce païs-là , mais encore des Sarrasins. Leur pauvreté est extréme; leurs cellules

que

de chaumes , sont basties autour de leur Cha.. pelle ; & quoiqu'elles n'aïent rien que le travail de leurs mains,

elles tiennent pourtant leur autel très proprement orné, & » on ne peut rien voir de plus decent que leur Chapelle. Elles

éprouvent la vocation de celles qui veulene entrer dans leur Compagnie , par un noviciat de trois ans : elles emp-ïent la nuit à la priere & à chanter les louanges de Dieu, & le jour à travailler des mains , pour faire valoir le peu de bien qu'elles: poffedent aux environs de leur Monastere. Une autre fille, à

I'imitation de cette premiere, a entrepris le mesme dessein à un » autre quartier du Mont-Liban; & d'autres filles se font reti

rées dans des Ermitages, où elles prétendent passer le reste de » leurs jours dans la penitence.

Cet Auteur paroilt peu informé de ce qui regarde l'histoire Morastique d'Orient'; puisqu'il dit : que l'on fait passer pour une chose adınirable., & tout-à-fait surprenante, que depuis peu

de tems il se foit establi au Mont-Liban un Monaftere de filles, ce qui ne s'estoit jamais veu en Orient, à ce qu'il pretend. Les sçavans ne demeureront pas fans doute d'afe

qui ne sont

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Thomas SIA

Sculp

Patriarche des Maronites.

8.

MARONI

TES.

cord avec lui, que ce n'est que depuis peu que l'on voit des Mornis Communautés de filles en Orient ; puisque l'Histoire Ecclefiastique nous fournit une infinité d'exemples du contraire, & qu'il y a encore plusieurs Monasteres de filles , tant Greco ques qu’Armeniennes, Nestoriennes, & Melchites, en Orient, qui sont sous la domination des Turcs, comme nous dirons dans la suite. M. Simon a encore esté mal informé de la Regle que suivent les Maronites , lorsqu'il dit qu'ils sont de l'Ordre de saint Basile ; car il est certain qu'ils se disent de l'Ordre de faint Antoine.

Les Religieux & les Religieuses qui y demeurent, dependent entierement du Patriarche qui est aussi Religieux, & qui fait sa demeure au Monastere de Canobin, * situé dans un affreux Desert, dans lequel il y a environ vingt-cinq ol! trente Religieux. Son revenu peut monter à vingt mille livres par an, & consiste en vin, froment, huile, soye & bestail ; il païe environ mille livres au Bacha de Tripoli, & a sous lui fix ou sept Evelques , avec un Abbé Mitré, qui demeure au Monastere de Mar-Antonois. Il prend le titre de Patriarche d'Antioche, que plusieurs Papes lui ont accordé, & eft veftu d'une longue velte ou soutane de bleu turquin. Il porte un gros turban de toile de inesine couleur , aussi bien que les Evelques; mais quand ces Prelats vont à l'Eglise ou ailleurs il ont sur la foutane une robe noire sans collet, avec un capuce de mefme couleur, comme on peut voir dans la figure du Patriarche que nous avons fait graver.M.Richard Simon ( autre que celui dont nous avons parlé ) faisant mention de l'election de ce Patriarche , dit : que le peuple y a beaucoup de part , car elle depend du Corps de leur Republique qui doit reconnoistre celui qui a esté elu ; mais que comme les Ecclesiastiques tiennent le premier rang dans l'Estat , aussi contribuentils le plus à l'election. Douze des principaux Prestres s'a! femblent dans le Monaftere de Canobin, où ils procedent à l'election du Patriarche par la voie du serutin ; & quand i's sont tous d'accord, la Republique qui est assemblée, c'effà-dire , les Ecclesiastiques & le Peuple, donnent leur cor

* Tous les Voïageurs donnent à ce Monastere le nom de Canobin parce qu'ils l'carendent ainsi vommer ; mais il y a de l'apparence que les Maronites, ne le nom en ainsi que par excellence, comme estant le principal Monaftere & le plus conskulle du Mont-Liban ; car Corobin en Arabe , veut dire Monastere ou Convent. C'efi se quia cité remarqué par M. l'Abbé Renaudoti

« PreviousContinue »