Page images
PDF
EPUB

MOINES

ARME

MAINS,

CHAPITRE V.

Des Moines Armeniens.

'Eglife Armenienne eft compofée de deux ordres deChre. ftiens, dont les uns, qu'on nomme francs-Armeniens, font Catholiques, & les autres Schifmatiques. Les premiers font ceux que le P. Barthelemi de Boulogne, Religieux de l'Ordre de faint Dominique, envoïé par le Pape Jean XXII. convertit l'an 1330. eftant toûjours demeurés fermes dans la croïance de l'Eglife Romaine depuis ce tems-là, qu'ils firent un Archevefque & un Clergé particulier, qui porte l'habit de faint Dominique, obfervant la Regle & les Conftitutions de fon Ordre, comme nous dirons plus amplement, en parlant des Freres Unis de faint Gregoire l'Illuminateur, dans le Chapitre 30.

Les francs-Armeniens habitent auprès de Naxyvan ville d'Armenie, fous la domination du Roi de Perfe, dans un canton appellé Abrener, qui contient prefentement douze villages Catholiques. Il y en avoit un plus grand nombre, qui a efté diminué par les perfecutions des Schifmatiques, qui leur ont fufcité de groffes avanies par le moïen des Gouverneurs. Ils en porterent leurs plaintes au Pape Alexandre VII. qui l'an 1664. escrivit en leur faveur au Sophi de Perfe, pour les faire taxer d'office: ce qu'il leur accorda; mais cela ne fervit qu'à augmenter leurs peines, & en mefme tems la rage des Miniftres Perfans, qui ne manquent aucune occafion de leur faire tous les jours de nouvelles perfecutions.

Il y a encore des frans-Armeniens en Pologne, qui ont un Archevefque particulier qui fe foumit à l'Eglife Romaine en l'année 1666. aiant fait abjuration de l'herefie & profeffion de foi Catholique, entre les mains du P. Clement Galano Thea zin,que le mefme Pape Alexandre VII. envoïa exprès de Rome à Leopol, avec le RP. Pidou, François, auffi Theatin, & à prefent Evefque de Babilone. Ils eftablirent un College de Philofophie & de Theologie à Leopol, qui fubfifte toûjours, & dont il eft forti de fort habiles gens. Tous ces francs-Ar meniens fuivent entierement le Rit Romain, & le Calen- ̈ drier pour toutes les Ceremonies & les Feftes,

MOINES

ARME-
NIENS.

Les Armeniens Schifmatiques,qui ont autant d'erreurs eux feuls que toutes les autres Sectes enfemble, ont deux Patriarches. Autrefois leur Eglife n'avoit qu'un Chef qu'elle nommoit Seigneur fpirituel, qui eftoit aufli très puiffant pour le temporel, & faifoit fa refidence au Monastere d'Exmiazin; mais depuis que les guerres ont obligé ce Patriarche de transferer fon fiege à Cis, dans l'Armenie Mineure, ou Caramanie, l'Archevefque de cette ville a ufurpé auffi la qualité Patriarchale, qu'il a peu à peu eftablie & affermie : deforte que l'on compte prefentement dans cette Eglife Schifmatique, deux Patriarches univerfels; l'un au Monaftere d'Exmiazin proche la ville d'Erivan, & l'autre à Cis en Caramanie; neanmoins celui qui refide à Exmiazin a retenu la fuperiorité & l'autorité fur tout le peuple Armenien,avec le titre de Superieur fpirituel. En effet c'est un des plus grands Prelats du monde & le plus pauvre; car il a deux cens Archevefques & Evefques de fa dependance, & à fa nomination; la plufpars defquels n'ont que le titre fans Eglife, & celui de Cis n'en a pas plus de cinquante ou environ, entre lefquels font ceux de Jerufalem & d'Alep.

L'Archevefque de Conftantinople s'eft fervi de l'autorité des Empereurs Ottomans, pour fe faire auffi nommer Patriarche, & fon élevation depend de la Porte, qui n'a pas pour cela augmenté fon autorité, puifqu'elle ne s'étend que dans fon Archevesché, & qu'il n'eft reconnu d'aucuns Prelats. Le plus fouvent il n'eft point facré, & eft obligé de fe fervir du miniftere de quelques Prelats paffagers aufquels ils donne de l'argent pour faire les fonctions de l'Huile facrée, & pour don◄ ner les Ördres.

Il faut eftre Religieux,pour arriver à ces dignités,auffi-bien qu'à celle de Vartabied; nom que prennent leurs Docteurs, dont la marque eft un bafton paftoral & un livre qu'ils por tent toûjours, qui les rend plus refpectables que les Prelats mefmes, & leur donne une autorité prefque égale à la Patriarchale, de décider fur toutes chofes en matiere de Religion, & de loix écclefiaftiques, & de prêcher affis.

Il y a parmi les Armeniens Schifmatiques un très-grand nom bre de Moines. Les uns font de l'Ordre de faint Antoine & les autres de celui de faint Bafile. Ceux de faint Antoine demeurent dans des Solitudes & dans desDeferts,où les aufterités

Moine Armenien Solitaire

qu'ils pratiquent, furpaffent celles des Religieux les plus re-
formés de l'Europe, & ces Moines feroient heureux, s'ils
joignoient à une vie fi auftere, une foumiffion au Chef de
l'Eglife Romaine, & s'ils quittoient leurs erreurs pour em-
braffer les verités que cette Eglife enseigne. Leurs Monasteres
font très confiderables, & il s'en trouve de foixante, de qua-
tre-vingts,& mefme de cent Religieux. Ils ne mangent jamais
de viande & ne boivent jamais de vin, fi ce n'eft le feul jour
de Pâques. Ils jeûnent toute l'année, mefme les Dimanches
& ne mangent qu'une fois le jour. Ils ne vivent que de raci-
nes & de legumes, s'abitenant de poiffon, de laitage,& mesme
d'huile, quoiqu'il leur foit permis de manger des olives. Ils
ne fortent jamais du Mona.tere & ne parlent à perfonne ; &
fi quelqu'Etranger a quelque chofe à dire à quelqu'un de ces
Solitaires; il le dit au portier qui va trouver le Solitaire, le-
quel fait refponse à la perfonne par le moïen de ce portier.
Ils demeurent dans des chambres feparées les unes des autres
s'emploïant au travail, hors les heures de l'Office & des au-
tres exercices. Ils font tous laïques,à l'exception de cinq ou fix
Preftres, & quelquefois de huit, qui demeurent dans cha-
que Monaftere. Leur Office eft fort long. Ils recitent toutes
les nuits au chœur les cent cinquante Pleaumes., eftant pen-
dant ce tems-là debout appuïes fur des efpeces de bequilles.
Proche la ville de Van, qui eit la derniere ville de l'Armenie
qui confine avec la Perfe, il y a deux Convens de ces Soli-
taires, dont l'un eft dans une Ifle qui s'appelle Limanne,
ou Limadafi, & l'autre dans une folitude. C'eft ce que
j'ai appris des fieurs Serge & Jofeph, Preftres Armeniens
Catholiques d'Andrinople, qui eftoient à Paris en 1705.

MOINES

ARME

NIENS.

Perfe liv. 3.

chap. 3.

Tavernier dit: que dans le lac de Van, il y a deux Ifles Tavern. principales dont l'une s'appelle Adiketous & l'autre Lima- Voiage de dafi: que dans la premiere il y a deux Convents d'Armeniens, dont l'un fe nomme Sourphague, & l'autre Sourpkara: que dans la feconde il y a auffi un Convent de ces mefmes Armeniens, appellé Limquiafi, & que ces Moines vivent très aufterement; ce qui fe rapporte affez à ce que m'ont dit ces Preftres d'Andrinople ; & il fe pourroit bien faire que ces trois Convents font de ces Moines Armeniens de l'Ordre de faint Antoine.

Je n'ai pû fçavoir par qui l'Ordre de faint Antoine avoit esté

Tome I.

N

« PreviousContinue »