Page images
PDF
EPUB

ANTOINE.

Le Martyrologe des Coptes ajoute, qu'il laiffa fon bafton à VIDES. faint Macaire, apparemment l'Egyptien qui avoit efté fon Difciple. Aprés avoir ainfi parlé, il les embraffa ; & s'estant couché, il demeura quelque tems en cet eftat avec un visage gai, comme s'il euft veu fes amis le venir voir, & mourut ainfi le 17. Janvier de l'an 356. eftant âgé de cent cinq ans.

corps

De Tillem

Il paroift par cette diftribution que faint Antoine fit de fes habits à ceux qui lui eftoient les plus chers; qu'il avoit reçu deux manteaux de faint Athanafe, l'un dont il avoit enveloppé le de faint Paul Ermite lorfque quinze ans auparavant ou environ, il lui avoit donné la fepulture; & l'autre depuis ce tems,qui eftoit tout ufé,& fur lequel il fe couchoit;mais celui dont il fe fervoit ordinairement eftoit une peau de brebis, qu'il mettoit pardeffus fa tunique que l'on nommoit ordinairement Cilice, & qui eftoit faite de poil de chevre. Il avoit Mem. pour deux de ces manteaux de peaux de brebis, qu'on appelloit fervir à mellotes; puifqu'il en donna un à faint Athanafe, & l'autre à Tem.7.pag. S. Serapion, l'on pretend auffi qu'il avoit un Capuce fait com- 1. me un cafque. On a donné plufieurs fignifications au mot d'Ependytes dont il eft parlé dans la vie de ce Saint: Lavit Ependytem fuum. Les uns ont pretendu, que cela devoit s'entendre d'un habillement qu'on mettoit pardeffus les autres. Il y en a qui veulent que ce foit un fcapulaire, d'autres un camail, d'autres un manteau, d'autres enfin une espece de furplis, ou d'aumuce. M. d'Andilly a néanmoins donné le nom de robe à ce mot d'Ependites dans la vie de faint Antoine. M. l'Abbé Fleury dit: que lorfqu'il alla à Alexandrie dans le deffein d'y mag fouffrir le martyre, bien loin de fe cacher comme les autres fai- 676 foient, il fe mit en un lieu élevé, aïant exprès lavé fon habit de deffus qui eftoit blanc,afin qu'il paruft davantage.Mais Bol-fanu, paglandus prétend que dans la vie de ce S. Ependytes eft pris pour melottes & ces melottes n'eftant autre chofe que des man

teaux

faits de peaux de brebis ; c'eftoient des manteaux faits de peaux de brebis blanches avec le poil,dont fe fervoit S.Antoine. Quant à ceux que Athanafe lui avoit donnés, ils devoient eftre bien plus longspuifquel'un avoit fervi à enfevelirle corps de faint Paul Ermite,& que l'autre fervoit de lit à S. Antoine. Il eft refté quelques Ouvrages de ce Saint qui furent traduits en grec, & du grec en latin. Entre ces Ouvrages, il y a quelques Lettres dont on n'avoit connoiffance que de fepts

Fleurys Aft. Eccl.

Bolland. A&t. Ss. 17

119.

ANTOINE.

Bulreau,

naft. d'O

rient.page

VIE DE S. avant qu'Abraham Ecchellenfis en eût publié vingt, qu'il a traduites de l'Arabe en Latin,& qui furent imprimées à Paris en 1641. Il y a auffi une Regle fous le nom de faint Antoine adreffée aux Moines de Nacalon qui la lui avoient demandée. Mais quoique M. de Tillemont dife qu'elle a fans doute esté fuivie par les Moines d'Orient qui prennent encore aujourd'hui le titre de Moines de faint Antoine, comme font ceux du Mont Liban ; il eft néanmoins certain que les Maronites qui demeurent au Mont Liban ne fuivent point cette Regle, non plus que quelques Armeniens, les Jacobites, les Coptes & les Abyffins,quoiqu'ils fe qualifient tous Moines de l'Ordre de S. Antoine ; ils ne gardent mefme aucune Regle particuliere, n'aïant que quelques Obfervances tirées des Afcetiques de S. Bafile qui font communes pour les Monafteres de chaque Secte, L'on ne parloit point encore d'Ordre de faint Antoine au comHi. Me- mencement du feptiéme fiécle. Ce Saint ni fes Difciples n'avoient pas formé d'Ordre particulier. Ils eftoient censés ce 849. qu'on appelloit en general l'Ordre Monaftique ; mais dans la fuite des tems la Regle de faint Bafile s'eftant fort estenduë parmi les Grecs, & ceux qui en faifoient profeffion s'eftant alors diftingués des autres Religieux, en fe qualifiant Moines de l'Ordre de faint Bafile; plufieurs autres Solitaires de diverfes Nations,qui avoient toujours confervé beaucoup de veneration pour faint Antoine qu'ils reconnoiffoient pour leur Pere & leur Patriarche, se diftinguerent auffi, en prenant la qualité de Moines de l'Ordre de S. Antoine; quoique leurs obfervances euffent pour fondement les Afcetiques de S. Bafile qu'ils avoient reçuës auffi-bien que les Grecs. C'eft pourquoi M. l'Abbé Renaudot, fi celebre parmi les Sçavans, pour de la Foi grande connoiffance qu'il a de l'Hiftoire & des Langues Tom. 5. Ch. Orientales, principalement pour ce qui regarde la Religion 6. pag.297 des Orientaux, fait obferver : qu'on ne doit point mettre de distinction entre les Religieux de faint Antoine, & de faint Bafile, ou de quelques autres Ordres; puifque tous pratiquent la mefme Regle, & qu'ils ont les mefmes abitinences & les mefmes exercices fpirituels : que les Regles de faint Bafile, comprises dans fes Afcetiques, aïant efté reçuës par tous les Religieux d'Orient, il y a en cela une entiere conformité entre les Grecs, les Armeniens, les Egyptiens, les Ethiopiens, & toutes les Nations ; fans que la difference des Sectes

Perpetuité

la

Ancienne Religieuse d'Orient.

P. Giffart F.

ait introduit aucune diverfité. Mais comme parmi les Reli- Vie De gieux de ces differentes Sectes, il y en a quelques-uns qui fe STE. SYN. difent de l'Ordre de faint Antoine, & d'autres de l'Ordre de faint Bafile; nous parlerons de chacune de ces Sectes feparé

ment.

Voïez la vie de faint Antoine : Sancti Athanafii opera pour Edit. Benedict. Tom. 2. Rofveïd. Vit. PP. Bolland. Act. Ss. 17. Janv. Fleury. Hist. Ecclef. Tom. 3. Bulteau. Hift. Monaftique d'Orient pag. 44. Bivar. de Vet. Monach. Tom. I. De Tillem. Memoires pour Hift. Ecclef. Tom. 7.

[blocks in formation]

Vie de fainte Syncletique Fondatrice des premiers Monafteres de Filles; Où il eft parlé des habillemens des anciennes Religieufes d'Orient, tant Cœnobites, qu'Anachoretes.

A

PRES avoir parlé de faint Antoine, qui eft reconnu pour le Pere des Religieux Coenobites, il eft jufte de parler de fainte Syncletique, qui a efté aufli la Mere des premieres Religieufes qui ont vêcu en Communauté. Car quoique les Hiftoires Ecclefiaftiques, principalement les Menologes des Grecs, faffent mention de quelques faintes Vierges qui ont vêcu en Communauté, dès le commencement du fecond fiécle; ces fortes de Communautés n'eftoient pas des Monasteres parfaits, comme ceux de faint Antoine, & celui de fainte Syncletique; ainfi nous reconnoiffons cette Sainte pour la Mere des Religieufes Coenobites, comme faint Antoine pour le Pere des Religieux Cœnobites.

La pieté qui fleuriffoit dans la ville d'Alexandrie, y fit venir les parens de cette Sainte qui eftoient originaires de Macedoine, où ils tenoient un rang confiderable; & y aïant trouvé encore plus que ce que la renommée leur en avoit publié, ils s'y habituerent entierement; de forte qu'elle fut elevée dans cette Capitale de l'Egypte avec tout le foin qu'on pouvoit attendre de parens aufli pieux, qui vivoient dans la crainte & l'amour de Dieu. La nobleffe de fa race, la beauté de fon corps, les belles qualités de fon efprit, & les richeffes de fes parens la firent rechercher par les meilleurs partis de la ville;

Tome I.

L

CLET.QUE.

« PreviousContinue »