Page images
PDF
EPUB

T. 1. P. 129.

Anciene Religieuse Cophte

Outre les Auteurs cités dans le Chapitre precedent, l'on peut encore confulter Le Fevre, Theâtre de la Turquie. Francifc. Quarefin. Elucidat. Terra fanita. Thevenot, Voiage de Levant t. 1. Le monde de Daviti, l'Afrique de Marmol. la Relation d'Egypte,du P. Vanfleb; & le Voiage de la Terre-Sainte, du P. Eugene Roger.

MOINES COPTES.

CHAPITRE X.

Des ceremonies qui s'observent à la vêture & à la profession des Religieux & Religieufes Coptes, & de quelle maniere ils font les reclus.

C

Eux qu'on reçoit dans les Monafteres de Coptes pour eftre Religieux, doivent faire trois ans de Noviciat; & lorfque les trois ans font achevés, le Superieur du Monaftere fait venir le Novice devant lui, le fait coucher ventre contre terre, la tefte tournée du cofté du Levant, & lit fur lui les prieres prefcrites dans leur ceremonial. On lui rafe la tefte en forme de croix, & le Superieur, aprés avoir beni le Chaperon, faifant lever le Novice, lui donne la Tunique en lui difant : Prenez la robe de l'innocence & le cafque du falut, faites-en un bon afuge en Notre Seigneur FefusChrift, auquel foit tout l'honneur, &c. Il lui met enfuite le Chaperon, en difant: Recevez le Chaperon de l'humilité & le Cafque du fabut faites- en un bon usage en Notre Seigneur Jefus-Chrift. Quand il lui met la Ceinture, il lui dit : Ceignez vos reins avec toutes les armes de Dieu avec la ferveur de la penitence. Ce qu'étant fait, s'il ne demande pas l'afkim, qui eft un habit appellé angelique, qu'on ne donne qu'à ceux qui le demandent ; parce qu'il engage à quelques austerités particulieres, & que ceux qui en font revêtus ne peuvent pas fe mefler de mariages,ni frequenter les femmes,ni lesEglifes des feculiers fans la permiffion de l'Evêque; le Superieur lit fur lui la priere de l'abfolution, & kui donne fa benediction. C'est la maniere de prendre l'habit & de faire profeffion en même tems;car pendant les trois ans deNoviciat,ils confervent leurs habits feculiers.

La maniere de donner l'Afkim se fait de cette forte. Le

Tome I.

R

COPTES.

le

:

MOINES Superieur,aprés avoir beni l'habit,le met fur celui qui le demande, en lui difant: Recevez le fceau de l'arche du Roïaume des Cieux qui eft le faint Askim, portez-le fur vos épaules comme la fainte-Croix, fuivez Notre Seigneur Jesus-Chrift ; afin que vous puiffiez avoir pour votre heritage la vie eternelle moïennant l'affiftance du Pere, & du Fils, & du faint-Esprit : aprés cela il lui met le Bornus ou la Chape, en lui difant revêtez-vous du faint habit des Apoftres, prenez les fouliers de la promtitude Evangelique,afin que vous puifj.cz fouler aux pieds les viperes & les fcorpions & toutes les forces de l'ennemi. Suivez Notre Seigneur fefus-Chrift à qui foit tout l'honneur & gloire. Aprés cela il lui impofe la main en lifant une Oraison. Il met enfuite la Croix fur fa tefte en recitant la priere de l'abfolution, puis il lui donne fa benediction. Cette ceremonie se termine par une exhortation fur les devoirs de ceux qui prennent cet habit & fur les graces qu'ils reçoivent de Dieu en portant, dont voici la formule: Confiderez,mon cher frere, La grace que vous venez de recevoir de Dieu, eftant revêtu de L'Askim des Anges, & vous eftant fait enroller au nombre des foldats de fefus-Chrift, pour la guerre la plus grande & la plus glorieuse qui puiffe eftre ; car moiennant ce faint habit, vous avez esté nettoie de toutes les mauvaises œuvres du monde que vous aviez commises jufqu'à cette heure, comme le grand faint Antoine Patriarche des Moines l'attefte,quand il dit: que le mesme faint Efprit qui defcend dans le Baptême fur ceux qu'on baptife, defcend auffi fur celui qui reçoit le faint Afkim le nettoïant de tous fes pechés paflés. De ce mefme Saint on lit encore, qu'un jour il vit fon ame qui eftoit fortie de fon corps, pour aller au jugement de Dieu, & que les Demons l'avoient arreftée dans l'air pour lui faire rendre compte des pechés. qu'il avoit faits, & que ce Saint avoit entendu une voix dans l'air qui leur avoit dit, que les pechés qu'il avoit commis depuis fa jeuneffe jufqu'au tems qu'il s'eftoit fait Religieux, lui avoient efté pardonnés, lorfqu'il avoit reçu le faint Afkim, & qu'ils comptaffent feulement depuis le tems qu'il s'eftoit fait Religieux; ce que les Demons aïant fait, ils l'avoient trouvée nette & fans aucune tache: Ce qui vous doit maintenant fervir d'aiguillon, afin que vous tachiez auffi dorenavant de conferver votre ame nette de toutes les ordures du monde. Rendez-vous un parfait foldat de Jefus Chrift ques

eft le Roi des Rois, & faites la guerre contre le Diable notre ennemi commun & fecret & contre fes foldats: foïez ferme dans la promeffe que vous avez faite de fervir Dieu avec crainte & tremblement, en lifant les Pfeaumes & les Pfalmodies, veillant les nuits, recitant les Prieres de l'Eglife, & accomplissant tous les autres devoirs aufquels vous eftes obligé. Outre ces obligations il eft encore neceffaire que vous obferviez les jeûnes avec devotion & pureté pour caufer de la joie aux Anges, & que vous foiez humble & obeißant. Aiez foin d'écouter jusqu'à la more celui qui vous conduit dans le chemin de Dien & qui vous enfeigne fes faints Commandemens ; afin que vous puissiez recevoir la couronne des enfans de Dieu, & devenir heritier du Roïaume des Cieux, avec les bienheureux qui lui ont plu de toute éternité.

MOINES COPTES.

Que le bon Dieu vous assiste dans toutes vos bonnes œuvres, qu'il vous preferve de toutes les tentations jusqu'au dernier moment de votre vie ; & qu'il vous faffe la grace d'entendre un jour cette voix pleine de joie : Venez les élus de mon Pere, &c. ainfi foit-il, par l'interceffion de tous les Saints, Amen.

Il y a auffi des Religieufes Coptes, qui ont des ceremonies particulieres. Lorfqu'on doit donner l'habit à quelqu'une, le Superieur dit l'oraifon d'action de graces; enfuite il encense l'autel; on recite le Pfeaume 118. tout entier ; on fait la lecture du 7. chap. de la premiere Epiftre de faint Paul aux Corinthiens depuis le verf. 25. jufques au 34. On fait auffi la lecture du Pfeaume 44. & du 25. chap. de l'Evangile de S. Matthieu, depuis le 1. verf. jufqu'au 13. Après cette lecture, mefme Superieur recite les trois oraifons qui fe difent ordinairement après l'Evangile. On dit enfuite le Credo, après lequel on ajoûte quelques oraifons particulieres pour cette cere

monie.

le

Ces Prieres & ces Leçons eftant achevées, le Superieur coupe les cheveux à la poftulante, en difant une autre Oraifon, après laquelle il en dit une qui eft particuliere pour l'Afkim des Vierges, laquelle eft fuivie de celle de l'action de graces, & celle-ci de l'Oraifon de l'impofition des mains; dont voici la formule. O Saint ! qui repofez dans les Saints. O Eminent ! qui demeurez dans l'eminence pendant toute l'éternité. O Seigneur ! qui regardez les humbles ; vous qui épurez qui fondez les abîmes de l'ame, qui aimez la pureté

les cœurs,

MOINES
COPTES.

&qui eftes le fcean de la virginité, le refuge & la fortereffe de tous ceux qui s'adressent à vous avec verité : nous vous prions

be

vous fupplions, ô delices des hommes,de vouloir regarder d'un vifage benin votre fervante qui baisse la tefte devant vous, nisez-la, nettoyez-la, & eftablissez fur elle votre paix, & dans fon caur votre dilection. Donnez lui votre crainte, & faites lui la grace qu'elle fuive toûjours votre parole. Eveillez fon efprit afin qu'elle penfe toûjours,& qu'elle puiße vaincre toutes les tentations qui pourroient la detourner. Confervez fon ame & Son corps purs de toutes taches, & faites que fa lampe ne s'éteigne jamais. Beniffez le travail de fes mains, & fa nourriture journaliere. Affurez la de la voie éternelle, dans laquelle on n'a befoin d'aucune chofe, & cela par la grace & les merites de JefusChrift votre Fils unique, auquel foit tout honneur & gloire, enfemble au Saint-Esprit qui vous cft égal, &c.

Quand ils font un Reclus, l'Evefque dit fur lui une Oraison particuliere fuivie de l'Oraifon de graces. Enfuite il dit la Meffe, & après la Meffe, il recite encore fur lui l'Oraison pour les morts, puis le Reclus monte au lieu de fa prifon volontaire pendant que les Preftres chantent les Pfeaumes 148. 149. &. 150. après quoi l'Evefque lui donne sa benediction.

La maniere dont ils reçoivent les Apoftats & les Fornicateurs, eft affez particuliere. Le Preftre benit une cuvette pleine d'eau. Il jette par trois fois de l'huile dedans en forme de croix au nom de la fainte Trinité. On lit enfuite le premier chapitre de la premiere Epiftre de faint Paul à Timothée depuis le 3. verfet jufqu'au 16. le Pfeaume 24. le quinziéme chapitre de l'Evangile de faint Luc, depuis le 3. verfet jufqu'au 10. après quoi il dit une Oraison, & lit fur lui la priere de l'abfolution. Il le benit faisant le figne de la croix, & difant:Unus fanétus &c. Il lit enfuite le Pfeaume 150. Il le depoüille tout nud. Iljette trois fois de l'eau fur lui en difant: Je vous lave au nom de Dieu le Pere, le Fils, & le faint Efprit Amen. Il lui fait remettre fes habits, lui fait baiffer la tefte, lifant encore fur lui une Oraison, & enfuite la priere de l'abfolution du Fils de Dieu, puis il lui dit: Sanatus es, noli amplius peccare; il le communie & lui don ne fabenediction..

Voiez Vansleb. Hift. de l'Eglife d'Alexandrie..

« PreviousContinue »