Page images
PDF
EPUB

MOINES fellion le 18. Decembre 1696. aïant auffi obtenu la permiffion COPTES. de celebrer à certains jours de l'année dans l'Eglife de cet Hofpice, conformément à leur Rit; ce qu'il fit pour la premiere fois le 9.Février 1697. jour de faint Ephrem de Syrie, dont la fefte avoit efté transferée à ce jour.

Frances. Quarefm. Elucid.Terr. Sancte. Joann. Bapt. Du Solier, Tractat. Hift. de Patriarch. Alexand. Le Fevre, Theatre de la Turquie. Le Monde de Davity. Eugene Roger, Voïage de la Terre Sainte; Et Memoires Manufcrits.

CAPITRE VIII.

Des Moines Coptes ou Egyptiens..

Cris fon accroidement, yus la conduite du grand faint

OMME c'eft dans l'Egypte que la Vie Monaftique a

Antoine, & d'une infinité de faints Solitaires qui ont peuplé les Deferts de cette partie de l'Afrique; & que les Moines Coptes qui les habitent encore, reconnoiffent, faint Antoine pour leur Pere & leur Fondateur en parlant d'eux, nous traiterons plus amplement que nous n'avons fait dans les Chapitres précedens, de leurs obfervances, & des ceremonies qui le pratiquent à la vefture & à la profeffion de ces Religieux mais il faut parler auparavant de l'origine du nom Copte, & quelles font les erreurs de cette Nation, dont les Moines font aufli infectés.

Il est difficile de fçavoir d'où vient le nom Copte, que Pon a donné aux Chreftiens de l'Egypte qui ont fuivi les erreurs de Diofcore. Chacun a donné fur cela carriere à fes conjectures.Scaliger a cru que ce mot Copie n'eftoit que le mot Grec Agyptos, dont on avoit retranché la premiere fillabe; & que c'eft de là que les Egyptiens font appellés encore aujour d'hui parlesEthiopiensGiptu & Gibetu,& parles Arabes, Elchibth ou Elcapti. Le P. Kircher prétend que les Coptes ont pris leur nom de Coptos, Ville d'Egypte, celebre autrefois par le com merce. Le P. Morin femble appuier cette conjecture, en difant que tous les Marchands Indiens, Ethiopiens & Arabes (au rapport de Strabon) trafiquoient fur la Mer-rouge à Copros; & qu'il eftoit probable, que les Arabes qui alloient fou

Thomassin f.

Moine Cophte

COPTES.

vent dans cette Ville, après avoir embraffé les resveries de MOINES Mahomet, avoient appellé Coptes les Chreftiens de ce païs-là. Cependant le P. Morin fe declare en faveur du sentiment de Scaliger.

pos de l'hif

lexandrie,

Le P. Vansleb, appuïé apparemment fur la tradition des Avant proCoptes mefmes, qui comme les autres Orientaux donnen toire de l Ebeaucoup dans la fable, dit: Que les Coptes ont efté ainfi glife d'Aappellés de Copt, fils de Mifraïm, & petit-fils de Noé; lequel Mifraïm (fion en veut croire les Hiftoriens Arabes) aïant choifi l'Egypte pour fa demeure, y laiffa quatre fils, qui ne pouvant convenir entr'eux de celui qui auroit la fouveraine autorité, refolurent de terminer leur differend par un combat, qui devoit decider en faveur de celui qui refteroit vainqueur des trois autres : que la victoire fe declara pour Copt qui eftoit le cadet ; qu'ainfi les trois autres le reconnurent; & que c'eft de lui que les Egyptiens ont voulu eftre appellés Coptes, pour se diftinguer des autres Nations qui habitent auffi l'Egypte. Le P. Du Solier a un fentiment plus raisonnable. Il dit: Que comme le nom de Copte n'eft en ufage que depuis le X.ou le XI. fiécle, avant lequel nul Efcrivain (à ce qu'il prétend) ne s'est fervi de ce mot; & que ce nom ne défigne que les Chreftiens Egyptiens Heretiques & Schifmatiques', appellés auffi Jacobites; les Mahometans ont apparemment retranché la premiere fillabe du mot Jacobite, & en ont formé Cobite, Cobte,Copte, ou Cophte. Il nous apprend auffi le fentiment du P. Du Barat, fon confrere, Miffionnaire en Egypte, qui croit que ce mot Copte, vient du mot Grec Kop, couper, incifer ; & que les anciens Melchites d'Egypte n'ont donné ce furnom aux Jacobites que par dérifion, à cause qu'ils ont emprunté des Sarafins la pratique de la Circoncifion. Mais M. l'Abbé Renaudot fait voir que ceux qui Perpetuite voudroient tirer l'étymologie de Coptes du mot Koptin, qui £. 4. b. I. Q fignifie couper, parce que la Circoncifion eft en ufage parmi 9. ces Chreftiens d'Egypte, qui ont fuivi les erreurs de Diofcore, ne font pas reflexion que cet abus ne s'eftoit encore pas introduit lorfque le nom de Copte leur fut donné. Selon ce fçavant Efcrivain, ce mot eft corrompu de celui d'Egyptes, &a efté affecté aux Jacobites Egyptiens; parce que depuis le Concile de Calcedoine, les Egyptiens naturels demeurerent tellement attachés à Diofcore & à fes Sectateurs, que les Loix Tome I.

tein

Pp ij

[ocr errors]

de la Foi,

MOINES
COPTES.

des Empereurs furent inutiles, pour les réduire à la communion de l'Eglife.

Quoiqu'il en foit, les Coptes, fi on excepte l'herefie des Monophyfites, c'est à dire de ceux qui croïent qu'il n'y a qu'une nature en Jesus-Chrift, n'ont aucune erreur particuliere; mais ils conviennent avec les Catholiques & avec les Grecs Orthodoxes & Schifmatiques, de tous les autres points qui concernent la Religion. Ils ont feulement introduit quelques abus parmi leur Rit, dont le principal est la Circoncifion à l'égard des garçons & des filles, non pas qu'ils l'obfervent par un commandement Judaïque, ni par un precepte de Religion; mais par une coûtume qu'ils ont prife, à ce qu'ils prétendent, des Ifmaëlites, & les Ifmaëlites d'Agar, lorfqu'elle arriva avec fon fils Ifmaël à fetreb, dans la terre de Heggias, qu'on nomme prefentement la Mecque, fuivant ce que dit un de leurs Auteurs, au rapport Hift. de de Vanfleb. Mais cette hiftoire eft encore regardée comme l'Eglife d'Alexan une fable. drie.part. Il y en a qui difent que les Coptes n'ont adopté ce Rit, qu'après avoir fubi le joug des Mahometans; & cela pour fe les rendre plus favorables par cette conformité exterieure. Il est neanmoins plus vrai-femblable que ces Chrestiens d'Egypte, qui compofent l'Eglife d'Alexandrie, ont retenu quelques-unes des obfervances Judaïques, qui eftoient en ufage dès le commencement de cette Eglife; lesquelles observances n'avoient rien d'incompatible avec le ChristianisHieron. me, comme faint Jerôme femble le tefmoigner, lorsque de Script. parlant de Philon, qui avoit fait un Livre à la louange des

2. ch. 20.

Ecclef

premiers Chreftiens de cette Eglife, qui judaïfoit encore, il dit:Qu'il ne l'avoit fait que pour relever la gloire de fa Nation: Philo difertiffimus fudæorum,videns Alexandria primam Ecclefiam adhuc judaïfantem, quafi in laudem Gentis fua, Librum fuper corum converfatione fcripfit.Cependant ils ne font pas la circoncifion le 8. jour, comme les Juifs;& mefme ils ne font pas tous circoncis ; mais feulement ceux qui le veulent,regardant cette pratique comme une chofe indifferente. Ils circoncifent les filles en retranchant une certaine fuperfluité nommée en Arabe Ar-ur, & que la modeftie empefche d'expliquer en François ; ils eftiment que cette fuperfluité eft un vice de la nature, & qu'elle nuit à la conception & à l'enfantement. Cette

« PreviousContinue »