Page images
PDF
EPUB

TES.

rier, & mefme quoiqu'ils foient Preftres: ce que leurs Evel- MOINES ques tolerent malgré eux; car s'il y en a quelques-uns qui s'op- JACOBIpofent à cet abus, les Religieux qui veulent fe marier en demandent permiffion au Bacha;& pour lors l'Evefque eft obligé d'y confentir, de crainte que celui qui la demande ne fe falfe Turc. Voilà ce que caufe l'herefie, le fchifme, & le peur de difcipline qu'il y a parmi la plupart des Religieux d'Orient qui fe font fouftraits de l'Eglife Romaine, & qui font plustost Religieux de nom que d'effet. Le peu qu'il y a de Religieux Neftoriens dans les Monafteres qui font la plufpart abandonnés, fait qu'on ne leur fait point faire de noviciat. Après qu'ils ont refté quelques jours en habit feculier, on leur donne l'habitMonaftique,& ils declarent en le prenant qu'ils pretendent eftre de l'Ordre de faint Antoine, ou de ce faint Ermite dont nous avons parlé. C'est en quoi confifte toute leur profession, celui qui leur donne l'habit, mettant le nom d'un de ces Saints dans les Oraifons qui fe difent en ces fortes de Ceremonies,le tout en langue Syriaque, ou Caldéene, qui eft la langue dans laquelle les Neftoriens officient. C'est ce que j'ai appris de M. Abdelahad qui eftoit lui-mefme Neftoriem,ou pluftoft Caldéen, nom que les Neftoriens convertis à la Foi prennent, en quittant celui de Neftorien comme un nom infame.

L

[blocks in formation]

de la Foi

ES Jacobites, que l'on devroit pluftoft appeller Monophy- Renaudot, fites, puifque ce nom convient particulierement à ceux Perpetuité qui croient qu'il n'y a qu'une nature en Jefus-Chrift, font Tom. n. 4.itv. profeffion de fuivre la doctrine de Diofcore Patriarche d'Alc- 1. chap. 7. xandrie, de Severe d'Antioche, & de Jacques furnommé Zanzale. Ils difent Anatheme à faint Leon & au Concile de Calcedoine, & ne reconnoiffent qu'une nature en Jefus Christ, comme une feule perfonne & une feule volonté. Ils ont pris leur nom de ce Jacques dont nous venons de parler ; parce qu'il a le plus contribué à maintenir cette hercfie,&à l'étendre en Orient: Le furnom de Zanzale, ou de Bardaï, felon les Arabes, & que les Grees expriment par celui de Baradat, Lai fut donné à caufe qu'il n'eftoit ordinairement habillé quet

ale

TES.

MOINES de haillons, ou de pieces de ces groffes étoffes dont on cou JACOBI- vre les chamaux. Il fut fecretement ordonné Archevefque par les Evefques de fa Secte qui eftoient en prifon, en execution des Edits des Empereurs contre les heretiques; & après avoir reçu d'eux une entiere autorité, il alla dans toute la Syrie, la Mefopotamie, & d'autres Provinces. Partout où il ne trouvoit point d'Evefque, il en ordonnoit ainsi que des Pref tres & des Diacres, & il en ordonna un fi grand nombre, que le nom de Jacobites demeura à ceux de la communion, qui l'ont toûjours eu en fi grande veneration, qu'ils l'ont mefine inferé dans leur Calendrier.

Tract. Hift.

drin.

Mais comme il y a quelques Auteurs qui difent qu'il eftoit Difciple & contemporain de Severe Patriarche d'Antioche, qui vivoit à la fin du cinquiéme fiécle, & qui foutenoit, à ce qu'ils prétendent, les erreurs d'Eutychés & de Diofcore ; le Du Solier P. Du Solier de la Compagnie de Jefus dans fon Traité histode rique des Patriarches d'Alexandrie, pretend que ce ne fut ch. Alexan que dans le feptiéme fiécle que ce Jacques Zanzale emploïa tous fes foins à raffembler & à reunir les reftes difperfés des Sectateurs d'Eutychés & de Diofcore divifés en plufieurs branches,connus fous les noms de Severiens, de Theodofiens, de Gaïnaites, & de Julianiftes, & fort affoiblis par les perfe cutions qu'avoient excitées contr'eux les Melchites ou Orthodoxes, fous l'Empire de Juftinien, de Juftin dit le jeune, de Tibere & de Maurice, & que des debris de ces Heretiques, il forma un nouveau parti fous fon nom. Il avoue que ce Jacques Zanzale, peut eftre appellé Difciple de Severe Patriarche d'Antioche, qui certainement vivoit à la fin du cinquiéme fiécle, mais feulement en ce fens, qu'il eftoit un des plus zelés defenfeurs des dogmes fouftenus par ce Patriarche, & qu'il ne s'enfuit nullement de-là qu'ils aïent efté contempo

rains.

Comme il y en a qui prétendent encore que Severe & Jacques Zanzale, commencerent à broüiller en Orient fous l'Empire d'Anaftafe, & que ce fentiment eft appuïé fur l'autorité d'Anaftafe le Sinaïte qui dans le Livre intitulé le Guide ou le Conducteur, en specifiant les divers Sectateurs d'Eutichés & de Diofcore, n'oublie pas Jacques & fes Jacobites. Le P. Du Solier refpond que c'eft à tort qu'on a fixé l'époque de ceLivre à l'année 550. auquel tems vivoit à la verité un Anastase Fa

triarche d'Antioche; mais qu'il y a eu trois Anaftafes, qu'on JACOBI a confondus enfemble pour n'en faire qu'un feul; qu'ils. y en a eu deux Patriarches d'Antioche, & que le dernier & le plus jeune des trois eftoit Moine du Mont-Sinaï-, & Auteur de ce Livre, où il raconte des faits arrivés depuis l'an 604. & vers l'an 630. après les commencemens du Mahometifme; d'où le P. Du Solier conclut que ce Moine n'aïant parlé de Jacques & des Jacobites que dans un Livre eferit vers le milieu du VII.fieele, on ne peut pas tirer de là un avantage,pour prouver que les Jacobites aïent efté avant le feptiéme fiecle.

Quoique le P. Du Solier prétende que Jacques Zanzale ait raffemble les reftes difperfés des Sectateurs d'Eutychés, & de Diofcore, divifés en plufieurs branches, connus fous les noms de Severiens, de Theodofiens, de Gaïnaites & de Julianif→ tes; ce fentiment n'eft pas approuvé par M. l'Abbé Renaudot; puifque felon cet illuftre Ecrivain, les Jacobites difent anatheme à Eutychés ; qu'ils regardent comme heretiques: les Difciples de Julien d'Halicarnaffe, qui difoit que le dans lequel Jefus-Chrift avoit pris chair, eftoit incorruptible; & que dans leurs prieres ils loüent Severe d'Antioche, d'avoir détruit les imaginations de Julien.

corps

[ocr errors]

Lettre du P

dans le 4

Recueil des

'Epitre dedic. du mi

La principale erreur des Jacobites eft donc de n'admettre qu'une nature en Jefus Chrift. On leur en a imputé d'au- Verseau an tres, dont ils ne font nullement coupables, comme de nier P.Fleuriau, la Trinité, & par cette raifon, de ne faire le figne de la Croix qu'avec un doigt. Le peu d'erreurs où ils font prefentement Lettres éd.engagés, a beaucoup contribué à la réunion de plufieurs per- ions de fonnes de cette Secte à l'Eglife Romaine. L'an 1662. André, la Comp de Archevefque d'Alep, qui eftoit déja Catholique, & avoit en- Jefus, voïé fa profeffion de Foi au Pape Alexandre VIK après avoir abjuré fes erreurs, fut élevé au Patriarchat d'Antioche pour me Rechell. la Nation Jacobite. Il n'accepta cette dignité que pour travailler plus efficacement à réunir les Jacobites à l'Eglife Ro-" maine, & y réüffit en partie, malgré les perfecutions que lui fufciterent les Heretiques. Mais aprés la mort de ce Patriar che qui arriva le 28. Juillet 1677. un nommé Abd-Elmefich fe mit en poffeffion du Patriarchat à force d'argent, & perfecu ta fort les Catholiques ; ce qui fit que les plus fervens & les› plus zelés, firent fi bien par leur adreffe; qu'ils trouverent inoyen de le faire dépofer, & de mettre en fa place l'Evefque

MOINES de Jerufalem Ignace-Pierre, zelé Catholique. On emploïa JACOB le credit de l'Ambaffadeur de France à la Porte, pour avoir

TES.

Ibid. Lettre

Xean au P.

[ocr errors]

un Commandement du Grand-Seigneur, qui confirma fon élection, avec ordre à tous ceux de fa Nation de lui obéïr. Il fut inftalé dans fon Siege Patriarchal par huit Archevefques & Evefques; fçavoir, un Maronite, trois Jacobites Catholiques, deux Grecs, & deux Armeniens. Il envoïa enfuite fa profeffion de Foy au Pape Innocent XI. qui lui envoïa le Pallium. Cependant les Heretiques Jacobites aïant emploïé beaucoup de fourberies pour faire confirmer par le Grand Vifir & le Mufty d'Alep l'élection qu'ils firent en 1687. d'un Patriarche de leur cabale, leur faifant accroire que le Patriarche Ignace-Pierre eftoit mort, ils réüffirent dans leur entreprise. Mais en 1693. le Patriarche Catholique fut rétabli dans fon Siege à la follicitation du Roy de France; & le Patriarche Ignace-Pierre choifit pour Coadjuteur un Archevefque Jacobite Catholique, qui fut reconnu en cette qualité par les Catholiques de cette Nation.

eftoit follicité

par

Cependant une furieuse perfecution s'éleva en 1701. contre du P. Ver- le Patriarche Ignace-Pierre. Le Grand-Seigneur Muftapha II. de la Chai preffe par le Mufty, grand ennemi des Catholiques, qui en les Heretiques, envoïa un Commandement pour obliger les Jacobites qui faifoient profeffion de la Religion Catholique, de retourner à l'herefie de leurs ancestres. Le Patriarche, l'Archevefque d'Alep & les principaux du Clergé de la Nation Surienne ou Jacobite, n'aïant pas obéi à cet ordre, aprés avoir reçu plufieurs mauvais traitemens & une rude bastonade, furent condamnés à estre renfermés le refte de leurs jours dans le Chafteau de la Ville d'Adané. Le Patriarche & l'Archevefque d'Alep, eurent le bonheur d'y mourir pour la défense de la Foi. Mais les revolutions arrivées dans l'Empire Ottoman en 1703. le Grand - Seigneur Muftapha aïant efté dépofé, & le Mufty aïant fubi une mort honteufe, ramenerent pour un temps la paix dans les Eglifes Jacobites Catholiques, ou pluftoft dans les Eglifes Suriennes s car les Jacobites, après avoir abjuré leurs erreurs, prennent le nom de Suriens, & quittent celui de Jacobites, comme un nom infame. Celui qui fucceda au Mufty fe montra plus favorable à leur égard. Mais les Perfecutions ont efté renouvellées quelque tems aprés; ce qui eft caufe que la Religion Catholique

le

JACOBI

TIS.

Catholique ne fait pas parmi les Jacobites Schifmatiques, tout MOINES. progrès qu'on pourroit attendre du zele des Prelats, qui font toujours demeurés fermes dans la Foi Catholique malgré les perfecutions.

Quoique parmi les Seculiers il y ait grand nombre de Catholiques, la plus grande partie des Religieux font neanmoins toûjours dans l'erreur. Leur principal Monaftere eft à Derzapharam, proche la Ville de Mardin en Mefopotamie; dans lequel le Patriarche fait fa refidence lorfqu'il eft Schifmatique. Il y en a encore un autre proche de la mefme Ville;deux à une journée de la Ville de Damas ; deux à une journée de la Ville de Ninive; un à Tauris, fur le chemin de Mardin; un autre à Edeffe ; & quelques autres en differens lieux; mais presque tous abandonnés, & où il y a peu de Religieux. Ils ne mangent jamais de viande, non pas mefme à l'extremité de maladie; auffi-bien que le Patriarche & les Evefques; & ils obfervent les mefmes carefmes & les mefmes jeufnes que les Maronites, excepté la veille de faint Maron, qu'ils ne reconnoiffent point, & auquel ils fubftituent Jaques Zanzale, qui les a pervertis. Je parle feulement des Schifmatiques; car il ya de l'apparence que les Catholiques jeufnent la veille de faint Ephrem, qu'ils ont pris pour patron de leur Eglise de

Rome.

Conformément au Rit que fuit cette Nation, fuit cette Nation, ils chantent l'Office en Langue Syriaque, ont les mesmes inftrumens de mufique que les Armeniens, & confacrent avec du pain levé, de mefme que les Grecs, contre la pratique des Maronites & des Armeniens; mais ils ont ceci de particulier qu'ils mettent de l'huile & du fel dans leur hoftie, qui eft fi grande & fi épaiffe, qu'on en peut facilement communier plus de cent perfonnes. L'habillement des Religieux eft affez femblable à celui des Maronites. Il n'y a point de Monafteres de Religieufes de cette Nation, & celles qui fe confacrent à Dieu par la profeffion Religieufe, demeurent chez leurs parens.

M. Saphar, Evefque de Mardin, dont nous avons déja parlé, qui demeure depuis quelques années à Rome, où il eftoit venu reconnoiftte le Souverain Pontife comme Chef de l'Eglife uiverfelle de la part des Eglifes Catholiques Suriennes, a acheté un hofpice dans cette Capitale de l'Univers pour les Evefques & les autres perfonnes de fa Nation. Il en prit pof

Tome I.

P

« PreviousContinue »