Page images
PDF
EPUB

V

disent toutes les Heures Canoniales dans leur Eglise, étant st Mimairevêtus pour cec efFet de surplis,ôí portant le bonnet quarré *E* t ToA" entête. La Propa.

II font le Service divin avec beaucoup de magnificence,y 0Ay£*" aïant toûjours une belle musique entretenue: ce qui y attire un grand concours de peuple. 11 est sorti de ce Collège plusieurs personnes illustres, qui ont rendu de grands services à l'Eglise, & qui en ont mérité les premières Dignités} sçavoir le Cardinal François Diectristein, le Cardinal Albert-Ernest d'Arrach, Archevêque de Prague, Evêque de Trente, & Primat de Bohême , qui dans l'eFpace d'un an ou un peu plus, ramena au sein de l'Eglise plus de trente mille Hérétiques j le Cardinal François de Vartembegh, Evêque de Ratiíbonne, le Cardinal Guido- Baldo de Thun, Archevêque de Saltzbourg, & Evêque de Ratiíbonne j & le Cardinal Scroothembac, créé par le Pape Clément XI. 11 y a eu auffi quatre Electeurs de l'Empire, qui sont Suicard de Cronemberg, Georges-Frideric de Greissenchl , & AnselmeCasimire de Wambold, tous trois Archevêques de Mayence j & Christophe de Sotein, Evêque de Trêves. Outre six Archevêques & trente Evêques Princes de l'Empirje; fans compter un très grand nombre d'Abbés,de Doïens,de Chanoines , de Prévôts, & d'autres Ecclésiastiques d'une singulière pieté, qui ont témoigné leur zele pour la Propagation de la Foi, parmi lesquels il y en a eu cinq qui ont répandu leur sang pour la défense de cette même roi. Ces Séminaristes font habillés de rouge,& ont la même forme d'habit qu« ceux de la Propaga:ion de la Foi.

Le Collège des Anglois à Rome est encore un monument de lapieré ou même Grégoire XIII. qui 1c fonda l'an 1575. & lui aflìgna dix mille livres, à prendre tous les ans fur la Daterie. Celui des Ecossoisfut fondé l'an 1600. par le Pape Clément YIII. & celui des Irlandois par le Cardinal Ludo visio l'an 1618.Les Séminaristes de ces trois Collèges jurent en y entrant de se faire ordonner Prêtres dans le tems, & de retourner dans leurs païs après leurs études, en qualité de Missionnaires. Enfin le Pape Urbain VIII. fonda auffi un Collège à Laurette pour des Efclavons & des Bulgares , qui contractent pareillement des engagemens avec la Congrégation de la Propagation de la Foi. Tous ces Semir Siminai- naristcs ont auíîì le même habillement que ceux de la Pro

BRu,VuAKpag^iondelaFoi;

Ia Propa- Les François n ont pas témoigne moins de zèle pour la

îl]o" D" conversion des Idolâtres & des Hérétiques. Plusieurs personnes d'une éminente vertu s'étant unis ensemble à Paris Tan 1631. pour chercher les moïens convenables, d'avancer la Propagation de la Foi, leur Assemblée fut érigée le 14. Septembre en Congrégation fous le titre de l'Exaltadon de la sainte Croix pour la Propagation de la Foi , par l'Archevêque de Paris , Jean François de Gondi.-Elle fut ensuite confirmée par un Bref du Pape Urbain VIII. du 3. Juin 1634. & autorisée par Lettres Patentes du Roi Louis XI11. du mois de Mars de lan 1635. enregistrées au Grand Conseil au mois de Juin de la même année > mais elle ne subsista pas long-tems. II se trouva aussi quelque tems après d'autres François qui entreprirent la conversion des Idolâtres} ce qui arriva de cette manière. L'an 1653. le P. Alexandre de Rhodes, originaire d'Avignon , Jésuite & Missionnaire Apostolique > fut député en Europe de la part des Eglises da Tonquin , de la Cochinchine, & de la Chine , pour venir solliciter le Pape d'y envoïer des Evêques. II vint à Rome, où aïant expoíé à Innocent X. la nécessité qu'il y avoit de

{>ourvoir au plûtôt d'Evêques ces Eglises chanceíantes,pour es affermir contre les efforts de la persécution : la proposition qu'il en fit fut renvoïée à l'examen de la Congrégation de la Propagation de la Foi, qui l'approuva, & donna un Décret qui portoit que le Pape seroit supplié d'autoriser dans ces nais éloignés un Patriarche,avec un certain nombre d'Eveques, & dès lors on eut la pensée de pourvoir de cetre Dignité le Pere de Rhodes,qui s'en excusa par uneffec de sa modestie.

Divers changemens qui survinrent & la mort d'Innocent X. empêchèrent l'effet de cette resolution: cependant le Pere de Rhodes étant venu à Paris pour y chercher des sujets capables de remplir ces Dignités, & des forïds pour leur subsistance , avança beaucoup dans ce dessein, qui n'eut néanmoins son accomplissement que sous le Pontificat d'Alexandre VII. qui fur l'instance qui lui en fut faite députa l'an 1658. trois Evêques en qualité de Vicaires Apostoliques pour gouverner les Eglises de cette partie de l'Orient la plus éloignée. Les Evêques furent pris du nombre des Ecclefía» *inai. stiques, qui du tems de la négociaúon du Pere de Rhodes , Blis Fo*»" s'étoient offerts pour cette Million : ce furent M Pallu , qui c*Tf^,PA fut íacré Evêque d'Heliopolis par le Cardinal Antoine Bar- Ia Foi, berin, Chef de la Congrégation de la Propagation de la Foi> M de la Mothe Lambert, qui fut sacré à Paris dans l'Eglife des Filles de la Visitation de la rue saint Antoine, sous le titre d'Evêque de Berhhej & M. Cotolendi, qui fut auífi sacré à Aix en Provence, sous le titre d'Evêque de Metellopolis. Ils se rendirent tous à Paris, & y trouvèrent tous les secours dont ils avoient besoin. MadÉme la Duchesse d'Aiguillon & Madame de Miramion y contribuèrent beaucoup de leurs biens & de leurs foins j & cetpe derniere leur prêta fa maison de la Couade à dix lieues de Paris, où ils demeurèrent près de dix huit mois avec vingt Ecclesiastiques,emploïantce tems-là à se préparer aux Millions qu'ils alloient entreprendre.

L'Evêquede Berithe partit le premier l'an 1660. aveedeux Missionnaires j l'Evêque de Metellopolis les suivit l'an 1661. avec deux autres 5 8c l'Evêque d'Heliopolis partit l'an 1661. accompagné de six autres Missionnaires, qui furent íuivis de quatorze autres, en trois années différentes. Comme la fiti principale de leur Mission étoit de faire des Prêtres naturels du païs, ils établirent en differens tems trois Séminaires, l'un à Tonquin, l'autre à la Cochinchine, 8c le troisième à Siam: ce qui leur réussit avec tant d'avantage pour la Religion Catholique, que dans le seul Tonquin, nonobstant la persécution, qui y étoit des plus rigoureuses,ils baptisèrent en deux années plus de vingt mille personnes , firent neuf Prêtres du païs, qui y firent des progrès admirables, 8c établirent en peu de tems cinq Communautés de Filles 8c de veuves, qui se consacrèrent à Dieu paivdes vœux simples, 8c dont les principaux emplois étoient d'unir continuellement leurs oraisons, leu r s pénitences 8c leurs larmes aux prieres,aux douleursj&au sang du Sauveurdu monde, pour demander à Dieu la conversion des Infidèles qui étoient dans l'étenduë des troisVicariatsApostoliques>&fur tout dans le Tonquin j d'instruire les jeunes filles, tant Chrétiennes que Païennes, aux choses que les personnes de leur sexe dévoient sçavoir> d'assister les filles 8c les femmes malades des Fidèles ou ldoStMiMAi lâtres;afin qu'exerçant cette charité,el es pussent traiter avec *" P Vr ^es a"a^res ^u ^ut éternelj U de veiller dans les maiLa Propa sons fur les petits enfans qui seroient en danger de mourir IaÌou °l avant que d'avoir reçu le Batême,afin d'en avertir l'Administrateur ou le Catéchiste, & qu'en cas d'abíence , elles les batifassent elles mêmes.

Les Evêques François & leurs Missionnaires aïant reconnu fur les lieux les obstacles qui fe rencontrent dans ces emplois Apostoliques , désirèrent qu'on ne leur envoïit aucun Missionnaire qui n'eût éprouvé fa vocation pendant quelque tems : c'est pourquoi îîs donnèrent ordre à leurs Correfpondans en France de procurer l'e'tablissement d'un Séminaire particulier pour préparer à ces fonctions ceux de ce Ko fouine qui voudroient les suivre, ce o^ui fut exécuté l'an 166}. que les fondemens en furent jettes à Paris dans la rue du Bac au fauxbourg íaint Germain, où il a été beaucoup augmenté dans la fuite par les libéralités du Roi & de plusieurs personnes de pieté.

Un grand nombre de Communautés de Filles voulant imiter en quelque façon le zele & la pieté de ces Ouvriers Evangéliques de la Chine, dont nous venons de parler, fe font aussi établies dans ce Roïaume, fous le titre de Nouvelles Catholiques ou de la Propagation de la Foi,pour instruire des vérités de la Religion les personnes de leur sexe qui ont été élevées dans l'Hérésie. On les y entretient jusqu'à ce qu'elles aïent fait leu r abjuration, & qu'elles soient bien affermies dans laFohelles y peuvent être reçues au nombre des Sœurs de ces Communautés,defquelles dans quelques unes l'on fait des voeux simples de pauvreté, de chasteté,d'obéíffance, & de s emploïer à Instruction des nouvelles Converties. Dans d'autres on ne fait vœu que de stabilité, & dans quelques autres- une association par contrat. Chacune de ces Communautés a des Reglemens particuliers qui leur ont été donnés par les Ordinaires des lieux où elles font établies. La Communauté de Paris est fous le nom de Nouvelles Converties \ celles de Sedan, & quelques autres fous celui de la Propagation de la Foi

fflif^pour rétablissement des Séminaires ou Collèges de Rome ou d'Allemagne, le Bullaire Romain -> & Carlo Bartholom. Piazza yEufevolog. Roman, part. 1. Trait. 5. 6c pour le Séminaire des Missions Etrangères en France, la Relation pRFTREÎ des Aíijfions des Evêques François aux Roiaumes de Siam , de ot Iacomla Cochinchine » & du Tonquin , imprimée k Paris en 1674. & Hon D U les Statuts de la Convrcvxtion de l'Exaltation de la sainte s* s*c**> Crotx pour ía Propagation de la Pot, imprimes aujji a Paris en 1635

Chapitre XIII.

Dfí Prêtres AíiJJìonnaires de la Congrégation du faim
Sacrementy appelles dans leur origine les Millionnaires
du Clergé, avec la Vie de M. d'Authier de Stfgau ,
Evêque de Bethléem, leur Fondateur.

Monsieur d'Authier de SisgauEvêque de Bethléem,
Fondateur de la Congrégation du saint Sacrement en
France, étoit fils Antoine d'Authier'de Sisgau, Seigneur de
Saint André, de ['illustre & ancienne Maison des Altieri,
laquelle tire son origine depuis plusieurs siécles d'un Lant-
grave d'Allemagne} & a donné à l'Eglise le Pape Clemçnt
X. & plusieurs Cardinaux. Sa mere s'appelloit Claire de
Seguier, de la ville d'Aix en Provence, également recom-
mandable par fa naissance, par fa vertu , òc oar le bonheur
qu'elle eut de mettre au monde ce saint Prélat, que Dieu
avoit choisi pour être le Restaurateur de son Eglise. 11 nâ-
quit à Marseille le 6. Avril 1605. & reçut sur les fonds de
Batême dans la Paroisse des Acoules de la même ville le
nom de Chrifiophle. Dieu commença dès ce moment à ma-
nifester par un miracle quelle devoir être un jour la sainteté
de son Serviteur : car plusieurs personnes qui étoient pré-
sentes à cette cérémonie,apperçurent une petite lumière qui
environnant son corps, étoit un préjugé heureux de celle
qu'il devoit dans la fuite communiquer aux autres. A peine
fçut-il parler, qu'on lui entendit proférer ces paroles, Sacre-
ment de r Autel, fans qu'on sçût comme il les avoit apprises.
4£)n dit même que fa mere pendant les neuf mois qu'elle le
porta, íe sentit si attirée à la dévotion du saint Sacrement,
qu'elle ne pouvoit sortir des Eglises, ni assez souvent s'ap-
procher de la sainte Table pour le recevoir. 11 n'a voie en-

« PreviousContinue »