Page images
PDF
EPUB

SION.

Pretrus aux Conferences Ecclesiastiques, à plusieurs Seminaires , & DELA Mis- enfin à quantité d'Hôpitaux, comme à ceux des enfans trou

vés, des pauvres vieillards de Paris , & des galeriens de Marseille.

Il aslista Louis XIII. à la mort , & fut ensuite nommé . par la Reine Regente pour un de ceux qui composerent le Conseil Roïal des affaires Ecclesiastiques & Beneficiales, dont il eut lui seul presque tout le poids pendant dix ans. Au milieu de ces Emplois & des fonctions indispensables de sa Charge de Général, il fçût se conserver dans une égalité peu commune ; toûjours uni à Dieu , il marcha en sa présence , plein d'un esprit de zele pour sa gloire & de charité pour le prochain,auquel il voulut asseurer les secours qu'il lui avoit toûjours donnés, en mettant la derniere main à ses Regles & Constitutions , par lesquelles il obligea ses Disciples à continuer pour le salur des ames ee qu'il leur avoit enJeigné par son exemple : c'est pourquoi il fit assembler en 1658. la Communauté de saint Lazare, & après avoir fais à tous ceux qui la composoient un discours fort affectif & paternel , sur le sujet des observances de ces Regles ; il les fit approcher tous, & leur donna à chacun un petit Livre imprimé, contenant ces Regles, qu'ils reçurent avec beaucoup de respect & une devotion sincere.

Quoique ses grands travaux l'euflent reduit dans un grand abbattement, & lui eussent causé une longue maladie, il ne laissoit pas toûjours de s'occuper non seulement au bien & à l'avancement de sa Congregation, mais encore au salut du prochain, sans oublier le lien propre, dans la crainte qu’après avoir prêché & enseigné les autres , il ne fût lui-même reprouvé : c'est pourquoi afin d'éviter ce malheur dont il avoit retiré tant d'ames, plus il avançoit en âge, plus il se rendoit exact à l'observance de ses Régles, & particulierement à satisfaire à l'obligation de son Office: ce qui obligea le Pape Alexandre VII. qui connoissoit combien la confervation de ce grand Serviteur de Dieu étoic importante à toute l'Eglise, à lui faire expedier un Bref à son insçu, pour le dispenfer de l'Office divin ; & en même tems les Cardinaux Durazzo, Archevêque de Gennes, Ludovisio, Grand Penitencier , & Bagni , qui avoit été Nonce en France , lui écrivirent pour l'exhorier à le soulager & à se conserver.

Mais le tems auquel Dieu avoit déterminé de lui dorner la PRETRIS récompense de tous les travaux étant venu , il mourut le 27. DEL Mis

.: SION Septembre de l'année 1660. â é de 85. ans , après s'être difpolé à ce dernier passage par un renouvellement de ferveur & de pieié. Il fut enterré au milieu du Choeur de faint Lazare, où ses Obseques se firent avec un grand concours de plusieurs Seigneurs & Dames , mais particulierement du Prince de Conty, du Nonce du Pape M. Picolomini , & de la Duchesse d’Aiguillon. Quelques jours après l'on fit pour lui un Service solemnel dans l'Eglise de saint Germain l'Au. xerrois, où l'Evêque du Puy prononça fon Oraison Funebre. On a depuis fait les informations juridiques de sa vie, de les vertus & de ses miracles, pour poursuivre à Rome le procès de la Beatification. * Cerre Congregation a été beaucoup augmentée après la mort de ce saint Fondateur , étant presentement composée d'environ quatre-viugt-quatre Mailons , divilées en neut Provinces , qui sont celles de France, Champagne , Aquitaine, Poitou , Lyon, Picardie, de Rome , Lombardie & Pologne. Outre ces Maisons, Madame la Duchesse d'Aiguillon leur fit une fondation pour l'entretien de quelques Misionnaires en Afrique, pour l'assistance spirituelle & corporelle des pauvres Eíclaves de Barbarie, où ils sont établis depuis l'an 1645. & le Pape Innocent XII. en envoïa l'an 1697. à la Chine pour travailler à la conversion de cette nacion.

L'on peut juger de l'exactitude de Monsieur Hermant , dans le dénombrement qu'il fait dans son Histoire des Ordres Religieux,des Maisons Regulieres & des Communautés Seculieres, par ce qu'il y dit des Peres de la Mition, ausquels il retranche non seulement deux de leurs Provinces,qui font celles de Picardie & de Lombardie , mais encore plusieurs Maisons considerables, comme Nôtre Dame de Buglose, dans la Paroisse de Pouï, lieu de la naissance de M. Vincent de Paul, qui fut donnée aux Missionnaires de la Province d'Aquitaine l'an 1706. par Monsieur Bercrand d’Abadie d'Arbocave Evêque d'Acqs , & par Monsieur l'Abbé de Berbeder Curé de Pouï, qui unirent cette Cure à la Congregation. Le petit Seminaire de saint Charles dans la ville de Poitiers ,où il a été établi l'an 1710. par Monsieur Jean, Iome VIII.

. K .

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

D'Retres Claude de la Poype de Vertrieu. La Maison de Florence, SION.Mis- fondée l'an 1703. par le Pape Clement XI. & le Grand Duc

de Toscanne; celle de Fermo, fondée la même année par le
Cardinal Cinei; celle de Barcelonne, fondée en 1704. par
deux Chanoines de la Cathedrale ; & celle de Forli, fondée
par le Cardinal Paulucci i'an 1709. toutes quatre de la Pro-
vince de Rome. Celle de Ferrare,fondée par la Marquise de
Villa-Camille Bevilaqua , l'an 1694. celle de Cremone, fon-
dée l'an 1702. par Monsieur Malossi, Chanoine de la Cathe-
drale , & Grand-Vicaire de l'Evêque de cette même ville ;
& celle de Casal, fondée par plusieurs personnes de piecé l'an
1710. toutes trois de la Province de Lombardie ; & enfin
dans la Province de Pologne, la Maison de Xowicz,au Dio-
cèse de Gnesne , fondée l'an 1689. par le Cardinal Rad-
zievouski.
· Le Roi Louis XIV.les a établis aussi en 1661. à Fontaine-
bleau pour avoir loin de la Paroille; à Verlailles l'an 1674.
pour desservir pareillement la Paroisse , & avoir foin de la
Chapelle du Château à l'Hôtel Roïal des Invalides à Paris,
l'an 1675. pour y desservir aussi la Cure,qui comme les deux
précedentes est'unie à la Congregation ; & enfin sa Ma-
jesté les a établis à saint Cyr l'an 1690. à la follicitation de
Madame la Marquise de Maintenon,pour être Directeurs des
Dames & Demoiselles de saint Louis, & faire des Missions
dans les terres de la Mense Abbatiale de saint Denis en
France, unie à la Communauté de ces Dames. Ils furent aussi
appellés à saint Cloud l'an 1688. par Monsieur le Duc d'Or-
leans,frere unique du Roi, pour y avoir soin de la Chapelle
de son Château & de l'Hôpital de ce bourg.
· Ils firent un second établissement dans Rome l'an 1697.
qui est encore un de ceux omis dans le Catalogue de Mon-
sieur Hermant, quoique la seconde édition de son Histoire
n'ait paru qu'en 1710. Le Pape Innocent XII. leur accorda
le Monastere de saint Jean & saint Paul, sur le mont-Celio,
quiavoit autrefois appartenu aux Religieux Jefuates , avant
leur suppression. Les Religieuses Philippines , dont nous
avons parlé ailleurs, l'avoient ensuite occupé ; & ces Reli-
gieuses aïant été transferées en un autre lieu , Clement X.
l'avoit donné à des Religieux Anglois de l'Ordre de saint
Dominique. Alexandre VIII. l'érigea en Abbaïe l'an 1689.

[ocr errors]

& la confera à son neveu le Cardinal Ottoboni, en y con- PRETRIS servant ces Religieux Anglois , qui aïant été obligés de l'a- POLA MISA bandonner , furent cause que le Cardinal Ottoboni se détermina à remettre cette Abbaïe entre les mains du Fape Inno cent XII. qui supprima le titre Abbatial, & donna ce Monastere aux Prêtres de la Million, qui y ont établi le Seminaire interne, & les études de la Province Romaine.

Outre l'approbation que cette Congregation a reçuë du Pape Urbain VIII. elle a été encore confirmée par les Papes Alexandre VII.& Clement X.Les Prêtres qui la composent ont pour fin principale, de travailler à leur propre perfection, de s'emploïer au salut des pauvres gens de la campagne, par le moïen des Missions, & de s'appliquer à procurer l'avancement spirituel des personnes Ecclesiastiques.

Pour parvenir à la premiere fin, la Congregation a un Reglement, qui prescrit entr'autres choses , une heure d'oraison mentale le matin,trois examens de conscience chaque jour, la lecture spirituelle aussi chaque jour , quelques conferences spirituelles chaque semaine, la retraite annuelle de huit jours , & l'observance du silence, hors le tems de la conversacion.

Pour la seconde fin, elle vaque huit mois de l'année aux Missions de la campagne. Les Millionnaires demeurant quinze jours, trois semaines ou un mois , & quelquefois plus en chaque lieu, selon qu'il est à propos, pendant lequel tems ils instruisent tous les jours le peuple par des Catechismes & des prédications familieres , entendent les confessions generales, accommodent les procès ou autres differens, reconcilient les ennemis, & procurent aux necessiteux, particulierement à ceux qui sont malades tous les foulagemens possibles,s'efforçant d'établir cù cela se peut , les Confrairies de la charité, & terminent enfin toutes ces bonnes cuvres par la Communion generale , à laquelle ils invitent tout le monde.

Pour la toisiéme fin, cette Congregation s'applique à la direction des Seminaires, dans lesquels ceux qui ledilpolent aux saints Ordres , ou qui les ont déja reçus,demeurent retirés pendant un tems notable pour être formés dans les vertus & les fonctions de leur vocation par les exercices suivans. Ils font chaque jour en ce lieu l'orailon mentale en commun , recitent ensemble l'Office divin ; entendent la sainte Messe,

DE LA MI
SION.

PRETRPs ou la célébrent s'ils sont Prêtres, font l'examen particulier SIO M. Mls Iur chaque vertu avant le repas, & en font un autre général

le soir.. On leur fait des Leçons de Theologie deux fois le jour, & une fois l'exercice du plein-chant. Ils font à leur tour la lecture durant le repas, & à la sortie de table ils ont environ une heure de conversation sur divers sujets utiles, comme de cas de conscience , de quelques passages de l'Ecriture-Sainte , &c. mais d'une maniere à delaffer honnêrement l'esprit. Chaque semaine ils exercent à certains jours les cérémonies de l'Eglise, tant de la Mesle basse que de la Messe haute, & des autres Offices divins, comme aulli la maniere d'administrer les Sacremens. On les exerce pareillement de tems en tems à la Prédication, au Prône, au Catechisme, &c. Les Dimanches & les Fêtes ils chantent la Messe & les . pres , ou ils sont emploïés tour à tour en quelque Office, selon leurs Ordres : ils le confessent & communient les mêmes jours.

La même Congregation s'applique à disposer dans ses Maisons les Ordinans à recevoir dignement les saints Ordres , par une retraite de huit , de dix ou de douze jours, avant l’Ordination générale. Pendant ce tems-là , outre la plûpart des exercices communs aux Seminaristes, on leur fait deux Entretiens chaque jour, l'un de la Theologie morale, qu'on leur explique toute en abregé durant leur retraite, & l'autre en forme d'exhortation sur les sujets les plus imporrans à leur état. Elle fait encore pour la même fin des Conferences spirituelles avec les Ecclesiastiques, qui s'allemblent chaque semaine dans ses Maisons pour y traiter des vertus & des fonctions propres à leur état. Enfin cette Congregation emploïe encore un autre moïen tant pour la sanctification & la perfection des personnes Ecclesiastiques que des Laïques ; Içavoir les retraites spirituelles de cinq, six ou huit jours qu'elle accorde à tous ceux qui sous la conduite d'un Directeur, veulent s'appliquer à l'oraison mentale & vocale, à la lecture spirituelle , à une confession générale ou annuelle, & à dresser un reglement de vie, &c. Alexandre VII. ordonna par un Bref de l'an 1662. que tous ceux qui recevroient les Ordres à Rome, & dans les six Evêchés suffragans, seroient obligés de faire les exercices spirituels de dix jours chez les Prêtres de cette Congregation, sur peine

« PreviousContinue »