Page images
PDF
EPUB

prit volontiers la conduite du jeune Berullejmais à peine eut- Pretrm il conversé quelques fois avec lui, o^u'il le trouva si sçavant roiR?" d?ns les choies s pirituelles , & si éclairé de la lumière de Fkance. Dieu , qu'il lui adressoit comme à un Oracle ,les personnes qui avoient quelques peines d'esprit & qui avoient besoin de conseil ;ce qui réuífiíloit toûjours si heureusement qu'elles ne fortoient point d'avec lui fans recevoir du soulagement à leurs scrupules. II aimoit singulièrement l'Oraison, dans laquelle il recevoit des grâces & des faveurs extraordinaires. 11 frequentoit souvent les Eglises, & y demeuroic long-tems devant le saint Sacrement dans des adorations profondes de ce sacré gage de l'amour de Dieu pour ses créatures. II se renfermoit le plus qu'il pouvoit dans fa chambre, &c lors

3u'aux vacances ilétoità la campagne, il cherchoit le silence es bois &i des forêts ,& s'y tenoit plusieurs heures du jour dans la solitude, afin de penser plus librement & fans trouble ni inquiétudeà celui qui étoit Pobjetde ses désirs.

Quand il fut en âge de choisir un état de vie, il prit la résolution d'embrasser la vie Religieuse j mais trois Ordres <lifferens & des plus réguliers l'aïant refusé par une secrète disposition de la providence divine, qui le destinoit à autre chose j il n'eut plus d'autre pensée que celle du Sacerdoce. Ses parens s'opposèrent à ce dessein , voulant absolument qu'il étudiât en Droit pour prendre une Charge de Conseiller au Parlement i mais il leur déclara avec tant de fermeté la resolution oa il étoit de suivre l'esprit de sa vocation, qu'il obtint enfin la permission de continuer ses études de Theolologie , dans laquelle il se rendit si habile, qu'il auroit pû. prétendre au Doctorat, que son humilité lui fit refuser. 11 donna au public à l'âge de dix huit ans un petit Traité de l'Abnégation intérieure j & dès ce tems-là il s'emploïa avéc tant de zele & de succès à la conversion des Schifmatiques & des Hérétiques, qu'il ne se tenoit aucune Assemblée , tant pour la gloire de Dieu & Paugmentation de l'Eglise Catholique , que pour le salut & la perfection des ames , ou, il ne fût appelle

Le tems de recevoir les Ordres sacrés approchant, il s'y prépara parla visite des Prisons & des Hôpitaux , par une plus grande assiduité à la Prière, & par une attention plus exacte fur soi-même. Aïant obtenu de Rome la permission Pritres deprendreles Ordres en un même tems, il s'enferma pen* f RtAN" dant quarante jours dans le Couvent dés Capucins , en Fkaxce. l'honneur des quarante jours que lé Fils de Dieu passa dans le désert. Pendant ce tems-là il porta toûjours un ciìice , passoit les journées fans prendre aucune chose que du pain èí de l'eau , couchoit fur le plancher ou sur des aix , ÔC étoit continuellement en oraiíon. Avec ces dispositions U reçut tous les Ordres en une semaine, & le lendemain 5. Juin 1599. qui étoit la fête de la sainte Trinité T il célébra sa première Messedans l'Eglise des Capucins avec tant de ferveur & d'onction qu'il fembloit être ravi hors de lui même , & depuis ce tems-là à peine manqua-1 il un jour à la dire, excepté lorsqu'il étoit fur mer dans les différens voïages qu'il nt. Lorsqu'il se vit plus étroitement uni avec Jésus Christ par le caractère de la Prêtrise , sa ferveur le porta encore à vouloir être Religieux > mais dans une retraite qu'il fit à Verdun fous le Pere Magius Provincial des Jésuites, il connut que fa vocation étoit pour demeurer dans le monde, afin d'y travailler au salut des ames, & à la reformation de l'état Ecclésiastique & Séculier.

Après avoir fini cette retraite, il se consacra plus que jamais aux œuvres qui regardoient la gloire de Dieu & l'utilité spirituelle du prochain. Un des premiers exercices où il s'occupa, fut de combattre Terreur. 11 avoit reçu de Dieu1 un don si particulier pour la conversion des Heretiques,qu'it ramena au sein de l'Eglife plusieurs personnes considérables qui s'en étoient retirées, ou qui étoient nées dans l'Hérésie , & confondit leurs Ministres dans les conférences qu'il eut avec eux. 11 fit aussi une guerre si continuelle & si exacte au . vice, qu'il seroit difficile de dire combien de personnes il fit sortir du desordre, & combien il en fit entrer dans les voies étroites de la perfection & de la sainteté, principalement après qu'il eut amené en France les Carmélites Déchaussées,qu'il fut chercher exprès en Espagne, afin qu'elles y établissent leur Réforme,dans laquelle plusieurs Demoiselles Françoises sont arrivées sous la conduite de ce saint Directeur à une éminente vertu. Tant de zele Se de ferveur pour l'avancement de la gloire de Dieu, joint à la sainteté de sa vie, lui acquirent une telle réputation, que chacun lui souhaitoit les premières Dignités de l'Eglise 3 mars il avoit

. déja déja refusé des Evêchés & des Archevêchés , & il avoit Pattrïj même fait vœu de n'en accepter aucun. Le Roi Henri IV. voïantque son fils le Dauphin, qui lui íucceda dans ses Fiance. Roïaumes fous le nom de Louis XIII. étoit déja grand , jugea qu'il ne falloitpas différer à lui donner un [récepteur, & choisit Monsieur de Berulle qu'il regarda comme le plus capable de remplir cette place j mais il s'excusa encore de l'accepter, parce qu'il craignoit que cet emploi qui demandoit une grande application, ne l'empêchât de travailler au salut desames, & à l'écablissement d'une ^ ongrégation qu'il avoit rélolu de former fur lemodelle de celle de l'Oratoire de Rome, afin de faire refleurir l'état Ecclésiastique qui étoit déchû de fa splendeur , par les malheurs des Guerres civiles , le mélange funeste des Hérétiques, & la corruption des mœurs. Sesamis ausquels il avoit communiqué son dessein, le sollicitoient fort de commencer cet ouvrage auquel il se sentoitappellé de Dieu par de secrets mouvemens de fa grâce 5 mais la défiance qu'il avoit de íes propres forces le lui faisoient toûjours différer, jusqu'à ce qu'enfin après avoir consulté la volonté de Dieu par de continuelles & plus ferventes prières, & après en avoir conféré avec de saints Personnages , & particulièrement avec le Pere César de Bus, & le Pere Romillon , qui alors suivoient Plnstitut de l'Oratoire de Rome, il résolut de travailler à Rétablissement de sa Congrégation > à condition néanmoins qu'il n'en auroit point le gouvernement • nonobstant les sollicitations de plusieurs personnes qui le preffoientd'en prendre la conduite, mais particulièrement le Cardinal de Joyeuse , qui s'obligeoit même en ce cas , à fournir tout ce qu'il faudroit pour bâtir l'Eglise, & à aider en tout ce qu'il pourroitee pieux Fondateur , qui enfin après avoir long tems cherché par toute la France une personne d'une vertu singulière & d'une éminente pieté qui voulut prendre cette direction , dont il auroit bien souhaité que saint François de Sales se fut chargé , n'aïant rien oublié pour l'y engager ) fut enfin obligé de mettre la derniere main à son ouvrage, & d'en entreprendre le gouvernement pour obéir au commandement que lui en fit Henri de Gondy Evêque de Paris , & depuis Cardinal de •Retz , qui en avoit été sollicité parla Marquise deMaignelay sa sœur, qui avoit déja fait un fond de plus de cinquante

Tome FIJI. H

[graphic]

« Pritri s mille livres pour y emploïer , oucre plusieurs ornemens

Db I'oka. d'Eelise qu'elle avoit déja dispose's , & ausquels MademoiToire m^.e1 n, J r , » n .

France. s ielle Acarie, dont nous avons parle dans un autre endroit, & qui se rendit ensuite Religieuse Carmélite , avoit travaillé. .

Monsieur deBerulle aïant donc reçu cet Ordre de sonPrélat, aílembla uneCommunautéd'Ecclesiastiquesl'anióii.dans le fauxbourg saint Jacques àPHôtel du petit Bourbon , où est à présent le célèbre Monastère du Val de- Grâce. Les premiers qui se joignirent à lui, furent les Pères Jean Bance & Jacques Gastand Docteurs en Théologie de la Faculté de Paris, François de Bourgoing qui fut dans la fuite Général de la Congregation,Paul Metezau Bachelier de la même Faculté, &le Pere Caran Curé de Beauvais. Ils obtinrent des Lettres Patentes du Roi Louis XIII. pour leur établissement , & lan 1613. le Pape Paul V. approuva cette Congrégation sous le titre de l'Oratoire de Jésus , & lui donna M. de Berulle pour premier Général.

Le dessein de ce saint Fondateur en établissant sa Congregation,fut de former une Société d'Ecclésiastiques qui pratiquassent la pauvreté dans l'usage de leurs biens & qui rissent profession de s'emploïer aux fonctions Ecclésiastiques, fans s'embarasser de se procurer aucun Bénéfice ni aucun Emploi auprès des Prélats Ecclésiastiques, ausquels il leur recommande d'être joints conformément à l'obéissance qu'ils promettent quand ils font consacrés & élevés à l'état de la Prêtriíe,& autant que la gloire de Dieu & l'interêt de l'Eglise le demandent j de même que les Jésuites le font au saint Siège par le vœu d'obéissance qu'ils font au Pape. 11 établit dans cette Congrégation deux sortes de personnes , les uns comme incorporés & les autres feulement comme associés. Le Général devoit choisir parmi les premiers ceux qu'il jugeroit capables pour gouverner les Maisons de PInstitutj & les associés dévoient être seulement dans la Congrégation pour se former pendant un tems dans la vie & les mœurs des Ecclésiastiques :ce qui étoit le véritable esprit de cette même Congrégation , dans laquelle on ne devoit point enseigner *es Lettres humaines ni la Théologie» comme dans la plupart

des Séminaires , mais seulement ìes vertus Ecclésiastiques, comme nous venons de le dire : ce qui n'a pas empêché que

« PreviousContinue »