Page images
PDF
EPUB

RIS FAUX

[ocr errors]

32.

croire, en attribuant cette instirution à Bouchard de Mont: ORDRIS morency, fi des anciens Auteurs & dignes de Foi en avoient Militat parléscar pour son antiquité que, l'on fait monter jusques au IT surrotems de Clovis premier, c'est une pure chimere,n'y aïant siz. point eud'Ordre Militaire avant le douziéme siécle, comme nous avons dit plusieurs fois.

Comme Charles de Montmorency Grand Papnetier & And. du Maréchal de France, fut le premier des Seigneurs de Mont- hift. Gemorency , qui prit pour timbre dans ses armes , un chien nealog: de couchant aux oreilles pendantes ; M. Duchesne dans son de Moore

la Maison Histoire Généalogique de cette Maison, dit qu'il se peut morency, faire que ce Charles de Montmorency,qui épousa en secon. pag. 28.co des noces l'an 1341. Jeanne de Roucy, institua l'Ordre du Chien , qu'il embellit d'un collier fait à tête de cerf pour conserver la memoire de l'amour fidele qu'il portoit à Ion épouse. Mais ce ne sont que des conjectures que cet Historien a tirées du sceau dont se servoit cette Dame,où-il y avoit quatre Cerfs portant l'écusson de Montmorency,ce qui semble, ditil, donner quelque indice & conjecture de l'Ordre du chien; & ainsi selon cet Auteur il n'y en a aucune certitude, & l'Histoire ne fait point mention d'aucune personne qui ait été honorée de cet Ordre.

Giustiniani, hist. di tutt. gl. ord. Milit. Herman & Schoonebeck, hist. des ord. Milit...

Nous regardons aussi comme chimerique l'Ordre , dont Ordre de Favin , qui a été suivi par d'autres , attribuë l'institution à LA. Charles Martel Duc des François & Maire du Palais. Ce Prince, selon cet Auteur , après avoir remporté proche la ville de Tours une célébre victoire sur Abderame, Général • des Sarazins l'an 726. selon quelques-uns, ou l'an 732. selon d'autres ; institua l'Ordre de la Genette, à cause que parmi les dépoüilles de l'armée des Infideles, on trouva une grande quantité de riches fourures de Genettes & même plusieurs de ces animaux en vie , que l'on présenta à Charles Martel, qui en fit tant d'eftime pour la beauté du poil, qu'il en donna par excellence aux principaux Seigneurs de son armée , & composa cer Ordre de seize Chevaliers ausquels il fit faire des colliers d'or à trois chaînes entrelacées de rofes & au bout du collier pendoit une genette d'or fur une cers Tome VIII.

KKK

LA GENET

KIS FAUX }T SUPPO. SIZ

RONDE.

ORDRis ralle parsemée de fleurs, mais cet Auteur a souvent inventé
MILITA!, de pareils colliers.
IT SUPPO Favin, Theatre d'honneur. & le Pere Anselme, le Palais

d'honneur. ORDREDE La pluspart de ceux qui ont traité des Ordres Militaires, Table ont cru en avoir trouvé un en Angleterre, auquel ils ont

donné le nom de Table-Ronde, & qu'ils prétendent avoir été insticué par le fameux Arthus Roi fabuleux de la Grande Bretagne l'an 516. qui fitChevaliers de cetOrdre vingtquatre Seigneurs de la Cour, selon quelques-uns, & douze seulement selon d'autres; qui à certains jours de Fêtes mangeoient à une table ronde, ce qui les fít appeller les Chevaliers de la Table-Ronde. Les Anglois se persuadent que c'est cette table qui le voit encore à présent attachée aux murailles du vieux Château de Vincefter en Angleterre ; Mais Camden dit que cette table est d'une fabrique bien plus recente. La table ronde n'étoit point un Ordre de Chevalerie ; c'étoit une sorte de joute oú combat singulier ainsi nommé; parce que ceux qui y avoient combattu venoient au retour souper chez celui qui étoit l'auteur de la joute, où ils étoient allis à une table ronde. Il y avoit cette differenceen. tre les Tournois , & les combats de la Table Ronde, que les premiers se faisoient en troupes , & ceux-ci étoient des combats singuliers , dont l'arme propre étoit la lance. Matthieu

Paris distingue ces deux Exercices Militaires par ces paroMath. Pa- les : non in haftiludio illo quod Torneamentum dicitur, fed ris, Hiß. Angl. pag. potius in illo ludo Militari qui Mensa Rotunda dicitur. soc. Giustiniani , hist. di tutt. gli ord. Milit. & Schoonebeck,

hist. des ord. Milit. ORDRI DO L'on donne aussi une origine fabuleuse à un prétendu Or.

dre du Cigne au Duché de Cleves. Favin dit que l'an 711. Theodoric ou Thierry Duc de Cleves n'aïant qu'une fille unique nommée Beatrix lui laifsa ses Etats en mourant , & que les grands Seigneurs du païs aïant voulu s'en emparer, cette Princesfe se retira au Château de Neubourg, près du Bourg de Nimege ; où étant un jour à la fenêtre triste & mélancolique, à cause des persecucions qu'on lui suscitoit , elle vit sur le Rhein un navire qui venoit à voiles déploïées, où il y avoir un Chevalier nommé Ellie armé de toutes pie,

[ocr errors]

that les : non ing

[ocr errors]

1 DO

CIGNE.

MILITAI

Siz

ces , qui avoit pour cimier sur son calque un cigne blanc à OR DRIS la tête élevée & couronnée, & quece Chevalier aïant abor- Ris Fava dé au château, il offrit à cette Princesse ses services, lui ST SLPPOprómettant de la deffendre contre les ennemis : qu'il se fit connoître à elle sous le nom de Chevalier du Cigne: queBeatrix l'épousa;& qu’à cause du cigne qu'il portoit sur son calque, il inftitua l'Ordre du Cigne. Il y en a d'autres qui donnent à cet Ordre prétendu une origine plus éloignée ; mais aufli fabuleuse, & qui disent que Silvius Brabo qui a donné fon nom au païs de Brabant, & qui vivoit du tems de l'Empereur Jules Cesar, voïant qu'il y avoit une grande divifion entre les habitans de cette Province & leurs voifins , & craignant qu'un jour ces fâcheuses dispofitions ne vinssene à éclater , il choisit quelques-uns des plus braves Seigneurs de la Cour, ausquels il fit faire serment d'emploïer tous leurs foins pour étouffer les divisions qui regnoient pour lors , & pacifier les Seigneurs qui étoient en guerre, ou qui avoient des querelles particulieres dont ils vouloient fe vanger ; & qu'en cette confideration, il les fit Chevaliers, leur donnant pour marque de leur Ordre un cigne attaché à une chaîne d'or. Il y a d'autres Auteurs qui ont donné aussi une autre origine à cet Ordre , qui n'est pas moins chimerique & que nous passons sous silence. Favin ajoûte que l'an 1615. Charles de Gonzagues de Cleves Duc de Nemours , sous le Regne d'Henri le Grand Roi de France, voulur rétablir cet Ordre du cigne, comme étant propre & particulier à la maifon ; mais que cela n'eut pas de lieu. Peut être que ce qui en empêcha l'execution furent les Fables & les chimeres für lefquelles on fonde fon institution.

L'Abbé Giustiniani dans son Histoire des Ordres Mili- ORDRI DE raires nous a voulu persuader que lorsque les Aragonois se ETOILE * furent rendus maîtres des Roïäumes de Naples & de Sicile l'an 1351.l'Ordre du Croissant qui avoit écé institué à Naples par Charles I. d'Anjou Roi de Naples & de Sicile , & done plusieurs Seigneurs de ce dernier Roïaume avoient été honorez , perdic beaucoup de son lustre ; mais qu'il ne fut pas aboli, qu'il fut seulement reformé par des Gentilshommes de Melline qui formerent ensemble une Académie ou societé de foixante personnes qui prirent la qualité de Chevaliers de l'Etoile , il prétend que les opinions sont differentes sur la

IC ME: SINS.

SIZ.

ORDRE marque qui distingue ces Chevaliers, les uns leur donnant
MILITAl.une croix à douze pointes , au centre de laquelle il y a une
RES FAUX
IT SUPPO- Etoile , & d'autres seulement une Etoile à longue queuë en

forme de comette ; & il ajoûte que pour être reçu dans cette
sociecé , il faut être de Noble extraction & avoir de la Licre-

rature. Mais cette Académie ou societé est chimerique : Carl. Bar-car l'Abbé Piazza qui a donné le Catalogue de toutes les tbol. Piaz- Académies d'Italie, avec leurs noms bizares, après en avoir Za Eulevo-fil log. Ro-5

Ro- fait une recherche exacte , ne parle point d'une Académie mán. Part, à Messine sous le nom de l'Etoile ou des Etoilés. Il n'en met II.

qu'une en cette ville que l'on nomme de j fuccinanti , ou des · forgerons. Celle de Palerme s'appelle de j Riüccefi. Il y en a

deux à Catanne, l'une sous le nom de j čluri, & l'autre sous celui de j Incogniti, a Siracuse , une de gli Ebbri, & à Trapane celle della Lima.

Giustiniani , Hift. di tutt.gli Ord. Milit.
ORDREDE Aubert le Mire parle aulli d'un Ordre Militaire à Na-
S. Michel ples sous le nom de faint Michel, qui fut institué, à ce qu'il
A Naplis. P

prétend, par Ferdinand I. Roi de Naples, & dont il étoit Chef,
& il ajoûte que les Chevaliers de cet Ordre portoient une
robe blanche fourée d'hermines, & que leur collier étoit une
chaîne d'or composée de divers chaînons en forme d'o,
joints ensemble , où pendoit une médaille dans laquelle étoit
ce mot , Decorum ; mais il a apparamment confondu l'Ordre
de l'Ermine que ce Prince institua , dont nous avons parlé
& qui pouvoit avoir été mis sous la protection de saint Mi-
chel.
· Aubert le Mire,origines Equestr. ord. & Schoonebeck, hift.

des Ord. Milit. ORDRE DE L'Abbé Giustiniani , Schoonebeck , & M. Herman, at

tribuent à l'Empereur Charles V. l'institution d'un Ordre Militaire sous le nom de Tunis,& disent que ce Prince après avoir passé en Afrique où il rétablic l'an 1535. Muley-Halcen dans Tunis, y créa des Chevaliers sous le nom de Tunis, ausquels il donna pour marque de leur Ordre un collier , composé de plaques d'or garnies de pierreries, entre lesquelles il y avoit des pierres à feu jettant des étincelles , & au bas une bande où étoit ce mot : Barbaria , à laquelle pendoit une croix de Saint André, avec des pierres jettant aussi des étincelles ; mais comme ils n'apportent point de preuves

LA CHARTE
TL CHHE.

& qu'aucun autre Historien n'a parlé de cec Ordre; on le ORDRE DI peut mectre au nombre de ceux qui sont supposez.

Giustiniani , Hift. di tutt. gli ord. Milit. & Schoonebeck , TIENNE. Hist. des Ord. Milit. & Herman, Hift. des Ord. de Chevalerie.

Voici encore un Ordre supposé en France, dont Favin prétend qu'Henri III. Roi de France & de Pologne a été l'Instituteur , & qu'il lui donna le nom de Charité Chrétienne. Il ajoûte que ce fut en faveur des pauvres Officiers & Soldats eítropiés au service de ce Prince : qu'il leur assigna pour leur entretien un revenu sur les Hôpitaux & Maladreries de France : qu'il leur donna à Paris une maison au fauxbourg saint Marcel; & qu'il ordonna que ceux qui sea roient reçus dans cer Ordre charitable porteroient sur leurs manteaux au côté gauche une croix encrée de farin blanc en broderie , orlée de soïe bleuë , & au milieu de la croix une lozange de farin bleu celeste, chargée d'une fleur-delis d'or, avec ces paroles en broderie d'or autour de la croix, Pour avoir fidellement servi. Il est vrai que l'an 1576. un Apotiquaire de Paris nommé Houel, obrint d'Henri II 1. le don de quelques places qui restoient à vendre de l'Hôtel des Tournelles, pour l'érection d'un Hôpital ou d'une Maison qu'il vouloit établir sous le nom de Charité Chrétienne, tant pour recevoir les pauvres passans honteux, que pour apprendre à un certain nombre d'enfans orphelins, nez de legicime mariage, les bonnes Lettres, la Pharmacie, la connoillance des Simples,&c.on voulut faire d'abord cet établissement aux Hôpitaux de la Trinité , des Petites Maisons, & des Enfans Rouges ; mais il fut fait l'an 1584. dans la ruë de l'Ursine au fauxbourg saint Marcel, dans l'Hôpital dédié depuis long tems à faint Martial & à sainte Valere. Cet établissement n'a pas même subfilté ; & tout ce que Fayin a dit de cer Ordre de la Charité Chrétienne est faux & supposé ; ce qui n'a pas empêché qu'il n'ait été suivi par M. Herman.

Favin, Theatre d'Honneur & de Chevalerie. Herman,Hift. des Ordres Militaires et de Chevalerie.

Enfin l'on peut mettre au nombre des Ordres faux & sup- ORDRE DE posés, celui de l'Etoile de Nôtre Dame, qui fut institué à DINTRE

visi fut innirne l'Eroile! Paris l'an 1701. par un prétendu Roi d'Eiszinie. Ce Roïau-Dame. meest situé sous la Zone Torride, à la côte d'or en Afrique.

[ocr errors]
« PreviousContinue »