Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Ordris Barons de Terrier, de Be.llestre, de Sonastre & de LouvervX cy íoient Chevaliers de la sainte Ampoule, &aïent droit de porter le dais fous lequel est celui qui la porte * il y a bien de l'apparence que l'on n'a pas grand égard en France à cette Chevalerie , puisque le Cérémonial n'en fait aucune mention j & pour leur origine qu'ils font monter jusqu'au tems de Clovis I. elle est certainement chimérique. Favin , Théâtre a honneur> & Hijìoire de Navarre. Ohdrk Du L'Ordre du Chien , selon quelques Auteurs n'est pas Ch fN ït moins ancien que celui de la sainte Ampoule, & parconsé"0 quent son antiquité n'est pas moins chimérique i car ils assurent que Lyfoie de Montmorency qui en fut l'Instituteur, fut un des premiers qui embrassa le Christianisme avec Clovis I. Roi de France , & quecomme ce Princeavoitinstitué l'Ordre de la Ste Ampoule, en mémoire du miracle qui se fit dans la cérémonie de son Baptême, Lysoie de Montmorency, pour éterniser sa reconnoissance envers Dieu des grâces qu'U en avoit reçues, en le tirant des ténèbres de ndolatrie,& envers son Prince, à cause des Charges dont il l'avoit honoré s voulut aussi érablir l'Ordre du Chien,symbole de la fidelitéï <^u'il donna à plufieurspersonnes le collier de cet Ordre, qui etoit d'or, au bas duquel pendoit un chien : que ces Chevaliers travaillèrent beaucoup à lagrandissement de la Religion Chrétienne : & que les progrès considérables qu'ils firent en France, firent naître à ce Seigneur de Montmorency le dessein d'instituer un second Ordre, sous le nom du Coq; ce qu'il exécuta avec beaucoup de magnificence & de fuccez, & qu'ensuite on réunit ces deux Ordres, dont on ne fie qu'un seul, qui fut aboli par les autres Ordres que les Felleforít, Rois de France instituèrent. Belleforest dit avoir leu dans FrsnL ifv unQ v'e^e nîft°ire Manuscrite, q^ue Bouchard de Montmofr.rkr}}. rency , surnommé à La Barbetorje, aïant fait sa paix avec le Roi Philippes I. lui vint baiser les mains à Paris l'an nos. étant suivi & accompagné d'un grand nombre de Chevalliers , ponant tous un collier , ou double chaîne au cou faite en façon de tête de cerf, & à laquelle pendoit une médaille avec l'effigie d'un chien j mais Pautorite d'un Auteur inconnu tel que celui de cette Histoire manuscrite citée par Bel£brefl>, n'est pas suffisante pour nous persuader que ect Ordre ait été institué > ce que nous n'aurions pas de peine- x

croire: croire, en attribuant cette institution à Bouchard de Mont- Orortj morency, si des anciens Auteurs & dignes de Foi enavoient Mlur"parléicar pour son antiquité que, l'on fait monter jusques au Er Suipotems de Clovis premier, c'est une pure chimere.n'y aïant"2, point eu* d'O rdre Militaire avant le dou ziéme siécle, comme nous avons dit plusieurs fois.

Comme Charles de Montmorency Grand Pannctier & du Maréchal de France, fut le premier des Seigneurs de Mont- hist. Gemorency , qui prit bour timbre dans ses armes, un chien "acalo|:sde couchant aux oreilles pendantes > M. Ducheíne dans son jc MoTM. Histoire Généalogique de cetre Maison, dit qu'il se peut morency. faire que ce Charles de Montmorency,qui épousa en secon l8' & des noces l'an 1341. Jeanne de Roucy, institua l'Ordre du Chien, qu'il embellit d'un collier fait à tête de cerf pour conserver la mémoire de l'amour fidèle qu'il portoit à Ion épouse Mais ce ne font que des conjectures que cet Historien a tirées du sceau dont se servoit cette Dame,où il y a voit quatre Cerfs portant l'écussori de Montmorency,ce qui semble, ditil, donner quelque indice & conjecture de l'Ordre du chien; & ainsi íelon cet Auteur U n'y en a aucune certitude, & l'Histoire ne fait point mention d'aucune personne qui ait été honorée de cet Ordre.

Giustiniani,/?//?. di tutt. gl. ord. Milït. Herman & Schoonebeck, hifi. des ord. Milit.

Nous regardons auffi comme chimérique l'Ordre , dont °RçKTu °* Favin , qui a été suivi par d'autres, attribué Institution à*N* Charles Martel Duc des François & Maire du Palais. Ce Prince, selon cet Auteur, après avoir remporté proche la ville de Tours une célèbre victoire fur Abderame, Général • des Sarazinsl'an 716. selon quelques-uns,ou l'an 731. selon d'autres 5 institua l'Ordre de la Genette, à cause que parmi les dépouilles de l'arméedes Infidèles, on trouva une grande quantité de riches fourures de Genettes & même .plusieurs de ces animaux en vie, que l'on présenta à Charles Martel, qui en fit tant d'estime pour la beauté du poil, qu'il en donna par excellence aux principaux Seigneurs de son armée , & compoía cet Ordre de seize Chevaliers ausquels il fie faire des colliers d'or à trois chaînes entrelacées de roses & au bout du collier pendoit une genette d'or fur une terTome FUI. K K K

Oxdk<s rafle parseme'e de fleurs, mais cet Auteur a souvent inventé îl',t,T,loi de pareils colliers.

K Suppo- Favin, Théâtre d'honneur. & le Pere Anselme, le Palais S,z d'honneur*

Or PRini La pluípart de ceux qui ont traité des Ordres Militaires,

lj* T^sLF0nt cru en avoir trouvé un en Angleterre, auquel ils ont donné le nom de Table-Ronde ,& qu'ils prétendent avoir été institué par le fameux Arthus Roi fabuleux de la Grande Bretagne lan 516. qui fitChevaliers'de cetOrdre vingtquatre Seigneurs de fa Cour, selon quelques-uns, & douze seulement lelon d'autres; qui à certains jours de Fêtes mangeoient à une table ronde , ce qui les fit appeller les Chevaliers de la Table-Ronde. Les Anglois se persuadent que c'est cette table qui se voit encore à présent attachée aux murailles du vieux Château de Wmcester en Angleterre i Mais Camden dit que cette table est d'une fabrique bien plus récente. La table ronde n'étoit point un Ordre de Chevalerie j c'étoit une forte de joute ou combat singulier ainsi nommé» parce que ceux qui y a voient combattu venoient au retour souper chez celui qui étoit l'auteur de la joute, où ils étoient assis à une table ronde. 11 y avoit cette difFerence entre les Tournois , & les combats de la Table Ronde, que les premiers se faisoient en troupes , & ceux-ci étoient des combats singuliers, dont l'arme propre étoit la lance. Matthieu Paris distingue ces deux Exercices Militaires par ces paro^ les : non in hafiiludio illoquod Torneamentum dicitttr , sed

*ngi. ftg.potius in Mo ludo Militari quiMensa Rocunda dicitur.

fsf. Giustiniani, hist. di tutt. gli ord. Milit. & Schoonebeck,

hifi. des ord. Milit.

Qa«V P0 on ^onne au^ une orig"36 fabuleuse à un prétendu Or°Hl' dre du Cigne au Duché de Cleves. Favin dit que l'an 711. Theodoric ou Thierry Duc de Cleves n'aïant qu'une fille unique nommée Béatrix lui laissa ses Etats en mourant, & que les grands Seigneurs du pais àïant voulu s'en emparer, cette Princesse se retira au Château de Neubourg, près du Bourg de Nimege j où étant un jour à la fenêtre triste & mélancolique , à cause des persécutions qu'on lui suscitoit, elle vit sur le Rhein un navire qui venoit à voiles déploïées, où il y avoit un Chevalier nommé Eílie armé de toutes pie-. ces , qui avoit pour cimier fur son casque un cigne blanc à 0 R D R11 la têce élevée & couronnée, & quece Chevalier aïant abor- M']Îvm au château, il offrit à cette Princesse ses services , lui" *lpro* promettant de la deffendre contre ses ennemis .*lju'il se ík connoître à elle sous le nomdeChevalierdu Cigne-queBeatrix l'épousa *& qu'à cause du cigne qu'il portoitsur son casque, il institua l'Ordre du Cigne. 11 y en a d autres qui donnent à cet Ordre prétendu une origine plus éloignée $ mais aussi fabuleuse, 6c qui disent que Silvius Brabo qui a donné son nom au païs de Brabant,& qui vivoitdu tems de l'Empereur Jules César, voïant qu'il y avoit une grande division entre les habitans de cette Province & leurs voisins, & craignant qu'un jour ces fâcheuses dispositions ne vinssenu àécl later, il choisit quelques-uns des plus braves Seigneurs de fa Cour, ausquels il fit faire serment d'emploïer tous leurs* foins pour étouffer les divisions qui regnoient pour lors , ô& pacifier les Seigneurs qui étoient en guerre, ou qui a voient des querelles particulières dont ils vouloient fe vanger $ & qu'en cette considération , il les fit Chevaliers, leur donnant pour marque de leur Ordre un cigne attaché à une chaîne d'or. II y a d'autres Auteurs qui ont donné aussi une autre origine à cet Ordre, qui n'est pas moins chimérique & que nous passons fous silence. Favinajoûtequel'an 1615. Charles de Gonzagues de Cleves Duc de Nemours , fous le Règne d'Henri le Grand Roi de France, voulut rétablir cee Ordre du cigne » comme étant propre & particulier à fa maison i mais que cela n'eut pas de lieu. Peut être que ce qui en empêcha l'execution furent les Fables de les chimères fur lesquelles on fonde son institution.

[graphic]

L'Abbé Giustiniani dans son Histoire des Ordres Mili- Ordr? D* taires nous a voulu persuader que lorsque les Aragonois se ï^TM^** furent rendus maîtres des Roïaumes de Naples & de Sicile l'an 1351.l'Ordre du Croissant qui avoit été institué àNapIes par Charles I. d'Anjou Roi de Naples & de Sicile, & dont plusieurs Seigneurs de ce dernier Roïaume avoient été honorez , perdit beaucoup de son lustre 5 mais qu'il ne fut pas aboli, qu'il fut seulement reformé par des Gentilshommes de Messine qui formèrent ensemble une Académie ou société" de soixante personnes qui prirent la qualité de Chevaliers de l'Esoile, il prétend que les opinions font différentes fur la

[graphic]

Or D R i marque qui distingue ces Chevaliers, les uns leur donnant ì?JLM»Anî une croix .à douze pointes , au centre de laquelle il y a une It surro- Etoile , & d'autres seulement une Etoile a longue queue en S! forme de^bmette > & il ajoûte que pour être reçu dans cttte société , il faut être de Noble extraction & avoir de la Littérature. Mais cette Académie*ou socicté est chimérique: Cari. B»r-car l'Abbé Piazza qui a donné le Catalogue de toutes les thoi. Puz- Académies d'Italie, avec leurs noms bizares, après en avoir îogEulRo- une recherche exacte , ne parle point d'une Académie man. Part, à Messine fous le nom de l'Etoile ou des Etoilés. Il n'en met 11 qu'une en cette ville que l'on nomme de j juccìn nti, ou des • forgerons. Celle de Palerme s'appelle de j Ri.^ccest. II y en a deux à Catanne, l'une fous le nom de j Cl iri, & l'autre fous celui de j intogniti, à Siracuse , une deglt Ebbrì, & à Trapane celle délia Lima.

Giustiniani, Hist. di tutt.glì Ord. Milit. Ordridb Aubert le Mire parle aussi d'un Ordre Militaire à NaA Ni'pLis P^eS ^ous ^enom de samt Michel,qui fut institué , à ce qu'il prétend,par Ferdinand I. Roi deNaples,& dont ilétoit Chef, & il ajoûte que les Chevaliers de cet Ordre portoient une robe blanche fourée d'hermines, & que leur collier étoit une chaîne d'or composée de divers chaînons en forme d'O , joints ensemble , où pendoit une médaille dans laquelle étoit ce mot, Décorum : mais il a apparamment confondu l'Ordre de l'Ermineque ce Prince institua ,dont nous avons parlé & qui pouvoit avoir été mis fous la protection de saint Michel.

Aubert le Mìre^r/gines Equejlr. ord. & Schoonebeck, hifi. des Ord. Milit.

TÎÏÎ.M L'Abbé Giustiniani, Schoonebeck, & M. Herman, attribuent a l'Empercur Charles V. Institution d'un Ordre Militaire fous le nom de Tunis,& disent que ce Prince après avoir passé en Afrique où il rétablit Tan 1535. Muley-Hafcendans Tunis,y creades Chevaliers fous le nom de Tunis, ausquels il donna pour marque de leur Ordre un collier, composé de plaques d'or garnies de pierreries, entre lesquelles il y avoit des pierres à feu jettant des étincelles, & au bas une bande où étoit ce mot : Barbarià , à laquelle pendoit une croix de saint André , avec des pierres jettant aussi des étincelles j mais comme ils n'apportent point de preuves

[graphic]
« PreviousContinue »