Page images
PDF
EPUB
[graphic]

_ Or»rÏ Dt

Chapitre LXIIL

Des Chevaliers de l'Eperon d'or.

ANciENNEMENTcétoitla coutume de créer des Chevaliers avant le combat, afin qu'ils y allassent avec plus d'ardeur,ou après le combat pour recompenser sur lechamp ceux qui avoient eu plus de part à la victoire. Les cérémonies que l'on a pratiquées pour faire ces sortes de Chevaliers ont été différentes selon les tems > car d'abord on se contenta de les fraper légèrement d'une épée nuë fur le dos , & de leur mettre l'épee dans le baudrier : on y ajouta ensuite l'acoladc, & enfin on leur permit de porter des espérons dorez qu'on leur atrachoit aux pieds , ce qui leur fit prendre le nom de Chevaliers dorés. C'est encore aujourd'hui une coutume pratiquée par plusieurs Princes, d'honorer ainsi le jour de leur couronnement, quelques Seigneurs de leur (Jour en les faisant Chevaliers avec les mêmes cérémonies. L'Empereur Ferdinand Premier , fuie jour de son couronnement des Chevaliers de l'Eperon qui furent ainsi nommez apparemment à cause des éperons d'or qu'on leur attacha aux pieds. Mais ce qui n'éroit autrefois que la recompense de la valeur est aujourd'hui fort commun en Angleterre & se donne indifféremment aux gens d'épée & de robe , & mémo à des marchands qui font ainsi reçus en ce Roïaume. 11s se mettent à genoux devant le Roi qui les touche avec une épée nuë fur l'épaule, en disant ces paroles, fois chevalier au nom de Dieu , & à cause des éperons dorés qu'ils portent le jour de leur réception, on les appelle Chevaliers dorés,Equités aurati} mais comme ces Chevaliers né forment point de société particulière, ils ne portent aucune marque qui les distingue & sont compris dans ce qu'on appelle en général l'Ordre de Chevalerie.

II n'en est pas de même des Chevaliers de l'Efperon d'or, dont nous allons parler & qui portent pour marque de leur Ordre une croix d'or à huit pointes émaillée de rouge,au bas de laquelle pend un éperon d'or 5 on les doit regarder comme formant un Ordre Militaire distinct & sépare de cet Ordre Général de Chevalerie, & de tous ces Chevaliers qui prennent le titre de Chevaliers dorés , & de l'éperon, dont Ordumu. nous venons de parler. L'on prétend que ce fut le Pape Pic Lepbkon jy qui institua cet Ordre à Rome l'an 1555. Mais ilneparoît pas que cePontife ait donné à celui qu'il institua le nom de l'éperon d'or , au c întraire il lui donna son nom i & l'on trouve dans le Bullaire Romain une Bulle de Pie V. de l'an i^é^.oùlesChevaliersdecetOrdre font appeliez Chevaliers Pies. II est vrai quePierredeBelloidansfonTraité de l'origine deC hevalerie, dit que ces ChevaliersPies font faits par meme moïenChevaliersdel'Eoeron d'or. Favin dit aussi qu'ils font appeliez Chevaliers dores,à cause des éperons dorez qu'ilsont permission de porter 3 & dans les Lettres que l'on donne aux Chevaliers de l'Eperon, ils font appeliez Chevaliers dorez & Comtes du sacré Palais de Latran,/am Palatii & auU Lateranensts Comites, Milites, & Equités aureati. Mais cette croix avec cet éperon qu'ils portent pour marque de leur Ordre , n'est point la marque que le Pape Pie IV. donna aux Chevaliers qu'il fit, puisque ce fut une médaille d'or, où. d'un côté il y avoit l'image de saint Ambroise , & del'autre ses armes, qu'ils pouvoient changer fous chaque Pontificat pour mettre les armes du Pape qui gouvernoit pour lors l'Eglife L'AbbéGiustiniani rapporte à ce íujei les paroles de ce Pontife dans la Bulle de l'institution de l'Ordre de ces Chevaliers Pies : lnfigniaque Collegii àitiorum Militum Fiorum effe njolumus imaginent Beati Ambrofii Epifcopi ab un a farte alicujus pendentis aurei & ab altéra instgnia nojlra , vel pro tempore exifientis Tontificis >cum cUvibus dejuper & Tiurx Fontificia. Ainsi il y a bien de l'apparence que le Pape Pie IV- n'a point été l'instituteur des Chevaliers de l'Eperonj& que ceux ausquels il donna ion nom ont eu le même fort que ceux de saint Pierre, de saint Paul , du Lys, & de NotreDame de Laurette, dont nous avons parlé dans le Chapitre L V111. qui ont été supprimés, & font devenus simples Officiers de la Chancelerie : car parmi ces Officiers il íe trouve aussicinqcens trente-cinq Chevaliers Pies,dont les Charges coûtent chacune mille écus.

L'Abbé Giustiniani dit que Pie IV. créa d'abord trois cens soixante-quinze Chevaliers, ausquels il assigna un revenu de soixante treize mille écus , & que Tannée suivante aïantaugmenré lenombre decesChevaliers jusques à quinze cent trente cinq, il augmenta aussi leurs revenus jusqu'à la

somme somme de cent quatre mille écus. Mais il peut y avoir de Ter- o reur dans le calcul de cet Auteur , ou bien il se peut faire que lD< comme il a mis le nombre de ces Chevaliers enchifre, 1* imprimeur auroit mis un mille de trop, & qu'en le retranchant il ne se trouveroit plus que cinq cens trente cinq Chevaliers, qui est justement le nombre de ces Officiers de Chancelerie qui prennent encore à présent le titre de Chevaliers Pies. Ce qui prouve que c'est une faute qui s'est glissée dans l'impresíìon j c'est que si le Pape avoit affecté un revenu de soixante treize mille écus, pour trois cens soixante quinze Chevaliers , il n'y auroit pas eu de proportion gardée > si en augmentant le nombre des Chevaliers jusqu'à quinze cens trente cinq, iln'avoit augmenté leurs revenus que jusqu'à la somme de cent quatre mille écus.

Le même Auceur ajoûte que ce Pontife accorda à ces Chevaliers beaucoup de Privilèges,& qu'entre autres.il voulut que tous ceux qui seroient agrégez à cet Ordre fussent reputez nobles & leurs descendans. il leur donna le titre de Comtes de Latran,avec pouvoir de déléguer des Juges Ecclésiastiques & Séculiers, créer des Docteurs & desNotaires, de légitimer des bâtards , & les élever à des dignitez. II ordonna de plus que les Chevaliers Clercs seroient Notaires Apostoliques,queles Laïcs seroient Chevaliers dorez,& que cessant d'être participans , c'est-à-dire de jouir du revenu affecté à l'Ordre, ils auroient toujours le titre de Comtes de Latran , de Notaires Apostoliques & de Chevaliers dorez. II leur permit auffi de posséder plusieurs Bénéfices quoique mariez, & d'exercer en même- tems plusieurs Offices de cinquante écus d'or de revenu , les dispensant de ce qui seroit du à laComponende pour lesPensions ou pour les Bénéfice* qui leur seroient donnez. II leur étoit permis,deux ans après leur receptiondans l'Ordre,de cédera qui bon leuríemoloit la pension qu'ils en recevoient,8c de tester dece qu'ils avoient acquis de biens Ecclésiastiques, jusqu'à la íomme de mille ducats pour chaque Office qu'ils auroient exercé. Ils furent déclarez Commensaux du Pape , Scripteurs, & Cameriers Apostoliques. Le Pape leur accorda encore la préséance sur les autres Chevaliers, & les exempta de la jurifdiction des Ordinaires, les mettant fous la protection immédiate du saint Siège, Leur obligation étoit d'exécuter les orJmtVUL D d d

« PreviousContinue »