Page images
PDF
EPUB

Ecosse.

ORDRE DU berh les Ecossois mirent sur le thrône son fils Jacques VI.agé Charpos seulement d'un an,& qui fut ensuitteRoi d'Angleterre sous le ANDRE'en nom de Jacques Premier. LeRoïaume d'Ecofle fut pour lors

en proïe auxCalvinistes qui éleverent le jeune Roi dans leurs erreurs. La Religion Catholique y fut presque toute ruinée & l'Ordre du Chardon fut parce moïen aboli. Mais Jacques 11. Roi d'Angleterre , d'Ecosse, & d'Irlande, le rétablit l'an 1687. & fit au Château de Windlor quelques Chevaliers de cet Ordre, qui furent le Comte de Morai , le Comte de Melfort Secretaire d'Etat, le Comte de Senafort, le Comte de Domparcon , le Comte Belk Grand Chancelier d’Ecosse , le Duc de Gordon & le Comte d'Aran. Les quatre premiers receurent les marques de cet Ordre , des mains du Roiqui les dispensa des anciennes cérémonies pratiquées à la reception des Chevaliers. Les autres furent seulement nommés pour être reçus dans la suitte avec folemnité, & ce Prince se reserva à nommer les autres dans un autre tems pour faire le nombre de douze , & comme l'Eglise de saint André d'Edimbourg,cù les anciens Chevaliers decet Ordre s'assembloient autrefois, avoit été ruinée par les Heretiques, il leur afligna pour le lieu de leurs Asemblés la Chapelle Roïale du Palais d'Holyvord. house en Ecosse. Mais les changemens arrivés en ce Roïaume après que ce Prince eat été chassé de ses Etats l'an 1689. ont encore aboli cet Ordre qui ne subsiste plus que dans les personnes que le Roi Jacques 11. fit Chevaliers, & qui le suivirent en France où le Roi Louis XIV. lui donna un afile.

Favin, Theatre d'honneur & de Chevalerie. Josef Michieli, Theforo Militar de Cavaleria , Bernard Giustiniani , bijt. di tutt. gli Ordini Militari part. 1. & 2. Ashmole, Traité de l'ordre de la farretiere. Mennenius , Herman & Schoo nebeck, dans leurs Hilloires des Ordres Militaires.

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

de Peilly f

ORDRE DE
L'EPERON
D'OR.

A

CH A P I TRE L XIII.

Des Chevaliers de l'Eperon d’or.
NCIEN NEMENT c'étoit la coûtume de créer des Cheva.

iers avant le combat , afin qu'ils y allassent avec plus d'ardeur,ou après le combat pour recompenser sur le champ ceux qui avoient eu plus de part à la vidtoire. Les cérémonies que l'on a pratiquées pour faire ces sortes de Chevaliers ont été différentes selon les tems ; car d'abord on se contenta de les fraper legerement d'une épée nuë sur le dos , & de leur mettre l'épée dans le baudrier : on y ajoûta ensuite l'acolade, & enfin on leur permit de porter des esperons dorez qu'on leur atrachoit aux pieds , ce qui leur fit prendre le nom de Chevaliers dorés. C'est encore aujourd'hui une coutume pratiquée par plusieurs Princes, d'honorer ainsi le jour de leur couronnement, quelques Seigneurs de leur Cour en les faisant Chevaliers avec les mêmes cérémonies. L'Empereur Ferdinand Premier , fit le jour de son couronnement des Chevaliers de l'Eperon qui furent ainsi nommez apparemment à cause des éperons d'or qu'on leur attacha aux pieds. Mais ce qui n'étoit autrefois que la recompense de la valeur est aujourd'hui fort commun en Angleterre & le donne indifferem ment aux gens d'épée & de robe , & même à des marchands qui sont ainsi recus en ce Roïaume. Ils se met

geroux devant le Roi qui les touche avec une épée nuë sur l'épaule, en disant ces paroles , sois Chevalier au nom de Dieu , & à cause des éperons dorés qu'ils portent le jour de leur reception, on les appelle Chevaliers dorés, Equites aurati ; mais comme ces Chevaliers ne forment point de societé particuliere, ils ne portent aucune marque qui les diftingue & sont compris dans ce qu'on appelle en général l'Ordre de Chevalerie.

Il n'en est pas de même des Chevaliers de l’Esperon d'or, dont nous allons parler & qui portent pour marque de leur Ordre une croix d'or à huit pointes émaillée de rouge, au bas de laquelle pend un éperon d'or; on les doit regarder comme formant un Ordre Militaire distinct & séparé de cet Ordre Général de Chevalerie , & de tous ces Chevaliers qui prennent le titre de Chevaliers dorés , & de l'éperon, dont

tent à

L'EPERON

ORDRESD, nous venons de parler. L'on prétend que ce fut le Pape Pie d'or.

IV. qui instirua cet Ordre à Rome l'an 1559. Mais il ne pa-
roîc
pas que

cePontife ait donné à celui qu'il institua le nom de l'éperon d'or , au cntraire il lui donna son nom ; & l'on trouve dans le Bullaire Romain une Bulle de Pie V. de l'an 1569.où les Chevaliers de cetOrdre sont appellez Chevaliers Pies. Il est vrai que Pierre de Belloi dans son Traité de l'origine deChevalerie, dit que ces Chevaliers Pies sont faits par même moïenChevaliers de l'Eperon d'or. Favin dit aussi qu'ils sont appellez Chevaliers dorés, à cause des éperons dorez qu'ilsont permission de porter ; & dans les Lettres que l'on donne aux Chevaliers de l'Eperon, ils sont appellez Chevaliers dorez & Comtes du sacré Palais de Latran, sacri Palatii & aula Lateranensis Comites, Milites, & Equites aureati. Mais cette croix avec cet éperon qu'ils portent pour marque de leur Ordre, n'est point la marque que le Pape Pie IV. donna aux Chevaliers qu'il fit , puisque ce fut une medaille d'or , où d'un côté il y avoit l'image de saint Ambroise , & de l'autre ses armes , qu'ils pouvoient changer sous chaque Pontificat pour mettre les armes du Pape qui gouvernoit pour lors l’Eglise L'AbbéGiustiniani rapporte à ce sujet les paroles de ce Pontife dans la Bulle de l'instituiion de l'Ordre de ces Chevaliers Pies : Insigniaque Collegii dictorum Militum Piorum effe volumus imaginem Beati Ambrosii Episcopi ab una parte alicujus pendentis aurei & ab altera insignia noftra , vél

pro tempore existentis Pontificis, cum clavibus desuper & Tiara Pontificia. Ainsi il y a bien de l'apparence que le Pape Fie IV. n'a point été l'instituteur des Chevaliers de l'Eperon;& que ceux ausquels il donna lon nom ont eu le même sort

que ceux de saint Pierre, de saint Paul , du Lys , & de NotreDame de Laurette, dont nous avons parlé dans le Chapitre LVIII. qui ont été supprimés, & font devenus simples Officiers de la Chancelerie : car parmi ces Officiers il se trouve auslicinq cens trente-cinq Chevaliers Pies, dont les Charges coutent chacune mille écus.

L'Abbé Giustiniani dit que Pie IV. créa d'abord trois cens soixante-quinze Chevaliers , ausquels il assigna un revenu de soixante treize mille écus , & que l'année suivante aïantaugmenté le nombre de ces Chevaliers jusques à quinze cent trente cinq, il augment aussi leurs revenus jusqu'à la

lomme

« PreviousContinue »