Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

L'EPERON
D'os.

ORDRE DE CHAPITRE LXIII.

Des Chevaliers de l'Eperon d'or. ANCIEN NEMENT c'étoit la coûtume de créer des ChevaA iers avant le combat , afin qu'ils y allassent avec plus d'ardeur,ou après le combat pour recompenser sur le champ ceux qui avoient eu plus de part à la viềtoire. Les cérémonies que l'on a pratiquées pour faire ces fortes de Chevaliers ont été différentes selon les tems ; car d'abord on se contenta de les fraper legerement d'une épée nuë sur le dos , & de leur mettre l'épée dans le baudrier : on y ajoûta ensuite l'acolade, & enfia on leur permit de porter des elperons dorez qu'on leur atrachoit aux pieds, ce qui leur fit prendre le nom de Chevaliers dorés. C'est encore aujourd'hui une coutume pratiquée par plusieurs Princes, d'honorer ainsi le jour de leur couronnement, quelques Seigneurs de leur Cour en les faisant Chevaliers avec les mêmes cérémonies. L'Empereur Ferdinand Premier , fit le jour de son couronnement des Chevaliers de l'Eperon qui furent ainsi nommez apparemment à cause des éperons d'or qu'on leur attacha aux pieds. Mais ce qui n'étoit autrefois que la recompense de la valeur est aujourd'hui fort commun en Angleterre & se donne indifferemment aux gens d'épée & de robe , & même à des marchands qui sont ainsi recus en ce Roïaume. Ils se mettent à genoux devant le Roi qui les touche avec une épée nuë sur l'épaule, en disant ces paroles ; sois Chevalier au nom de Dieu , & à cause des éperons dorés qu'ils portent le jour de leur reception, on les appelle Chevaliers dorés, Equites aurati ; mais comme ces Chevaliers ne forment point de societé particuliere, ils ne portent aucune marque qui les diftingue & sont compris dans ce qu'on appelle en général l'Ordre de Chevalerie.

Il n'en est pas de même des Chevaliers de l’Esperon d'or, dont nous allons parler & qui portent pour marque de leur Ordre une croix d'or à huit pointes émaillée de rouge,au bas de laquelle pend un éperon d'or; on les doit regarder comme formant un Ordre Militaire distinct & séparé de cet Ordre Général de Chevalerie , & de tous ces Chevaliers qui prennent le titre de Chevaliers dorés , & de l'éperon, dont

LEPERON
D'OR.

ORDRESD, nous venons de parler. L'on prétend que ce fut le Pape Pie
ON, IV. qui instirua cet Ordre à Rome l'an 1559. Mais il ne pa-

roît pas que cePontife ait donné à celui qu'il institua le nom
de l'éperon d'or , au contraire il lui donna son nom ; & l'on
trouve dans le Bullaire Romain une Bulle de Pie V, de l'an
1569.où les Chevaliers de cet Ordre sont appellez Chevaliers
Pies. Il est vrai que Pierre de Belloi dans son Traité de l'origine
deChevalerie, dit que ces Chevaliers Pies sont faits par mème
moïen Chevaliers de l'Eperon d’or. Favin dit aulli qu'ils sont
appellez Chevaliers dorés, à cause des éperons dorez qu'ilsont
permission de porter ; & dans les Lettres que l'on donne aux
Chevaliers de l'Eperon, ils sont appellez Chevaliers dorez
& Comtes du sacré Palais de Latran, sacri Palatii & aula
Lateranensis Comites, Milites, & Equites aureati. Mais cette
croix avec cet éperon qu'ils portent pour marque de leur Or-
dre, n'est point la marque que le Pape Pie IV. donna aux
Chevaliers qu'il fit , puisque ce fut une medaille d'or , où
d'un côté il y avoir l'image de saint Ambroise , & de l'autre
les armes, qu'ils pouvoient changer lous chaque Pontificat
pour mettre les armes du Pape qui gouvernoit pour lors l’E-
glise L'Abbé Giustiniani rapporte à ce sujet les paroles de ce
Pontife dans la Bulle de l'institucion de l'Ordre de ces Che-
yaliers Pies : Insigniaque Collegii dictorum Militum Piorum
effe volumus imaginem Beati Ambrosii Episcopi ab una parte
alicujus pendentis aurei « ab altera insignia nostra, vel pro
tempore existentis Pontificis , cum clavibus defuper & Tiiri
Pontificia. Ainsi il y a bien de l'apparence que le Pape Pie
IV. n'a point été l'instituteur des Chevaliers de l'Eperon;&
que ceux ausquels il donna lon nom ont eu le même sort que
ceux de saint Pierre , de faint Paul , du Lys , & de Notre-
Dame de Laurette, dont nous avons parlé dans le Chapitre
LVIII. qui ont été supprimés, & font devenus simples Of-
ficiers de la Chancelerie : car parmi ces Officiers il se trouve
auslicinq cens trente-cinq Chevaliers Pies, dont les Charges
coutent chacune mille écus.

L'Abbé Giustiniani dit que Pie IV. créa d'abord trois cens soixante-quinze Chevaliers , ausquels il assigna un revenu de soixante treize mille écus , & que l'année suivante aïant augmenté le nombre de ces Chevaliers jusques à quinze cent trente cinq, il augment aussi leurs revenus jusqu'à la

somme

D'OR.

somme de cent quatre mille écus. Mais il peut y avoir de l’er. ORDRES DE reur dans le calcul de cet Auteur , ou bien il se peut faire que EPERON comme il a mis le nombre de ces Chevaliers en chifre, l'imprimeur auroit mis un mille de trop, & qu'en le retranchant il ne se trouveroit plus que cinq cens trente cinq Chevaliers, qui est justement le nombre de ces Officiers de Chancelerie qui prennent encore à présent le titre de Chevaliers Pies. Ce qui prouve que c'est une faute qui s'est glissée dans l'impresfion; c'est que si le Pape avoit affecté un revenu de soixante treize mille écus , pour crois cens foixante quinze Chevaliers, il n'y auroit pas eu de proporcion gardée ; fi en augmentant le nombre des Chevaliers jusqu'à quinze cens trente cinq, il n'avoit augmenté leurs revenus que jusqu'à la somme de cent quatre mille écus.

Le même Auteur ajoûte que ce Pontife accorda à ces Chevaliers beaucoup de Privileges, & qu'entre autres, il voulat que tous ceux qui seroient agregez à cer Ordre fussent reputez nobles & leurs descendans. Il leur donna le titre de Comtes de Latran,avec pouvoir de déleguer des Juges Ecclesiastiques & Seculiers, créer des Docteurs & des Notaires, de légitimer des bâtards , & les élever à des dignitez. Ilordonna de plus que les Chevaliers Clercs feroient Notaires A postoliques, que les Laïcs seroient Chevaliers dorez,& que cessant d'être participans , c'est-à-dire de joạir du revenu affecté à l'Ordre, ils auroient toûjours le titre de Comtes de Latran, de Notaires Apostoliques & de Chevaliers dorez. Il leur permit aufli de posseder plusieurs Benefices quoique mariez, & d'exercer en même tems plusieurs Offices de cin

quante écus d'or de revenu , les dispensant de ce qui seroit du à laComponende pour les Penfions ou pour les Benefices qui leur feroient donnez. Il leur étoit permis deux ans après leur receptiondans l'Ordre,de ceder à qui bon leur sembloic la pension qu'ils en recevoient,& de tester dece qu'ils avoient acquis de biens Ecclefiastiques , jufqu'à la somme de mille ducats pour chaque Office qu'ils auroient exercé. Ils furent déclarez Commenfaux du Pape , Scripteurs, & Cameriers Apoftoliques. Le Pape leur accorda encore la préfeance sur les autres Chevaliers, & les exempta de la jurifdiction des Ordinaires, les mettant sous la protection immediate du saint Siege. Leur obligation étoit d'executer les or, Tome VIII.

Ddd

D'OR.

ORDRYSDE dres du Pape dans les Croisades & dans les Conciles GénéL'Eperon raux lans aucun émolument , eu égard aux pensions qu'ils

recevoient de l'Ordre, & ils devoient aussi veiller à la deffense des côtes de la Marche d'Anconne, & principalement de la ville de Laurette.

Mais soit que l'on veuille attribuer ces Privileges aux Chevaliers Pies ou aux Chevaliers de l'Eperon, les Chevaliers Pies n'en jouissent plus aïant été supprimés comme nous avons dit ; & tout ce que les Chevaliers de l'Eperon en ont conservé, sont les titres de Comtes du sacré Palais de Latran & de Chevaliers dorez , qui leur sont donnés dans leurs Lettres de reception. Cet Ordre même s'avilic tous les jours; car quoique les Papes le conferent quelquefois à des Ambassadeurs,comme fic le Pape Innocent XI. l'an 1677. à un Ambassadeur de Venise , l'on donne aisément à Rome la croix de cet Ordre à tous ceux qui ont cinquante ou soixante livres pour païer leurs Lettres de reception. Le Pape Paul III. par une Bulle de l'an 1539. accorda à Charles, Mario, Alexandre, & Paul Sforze des Comtes de sainte Flore ses neveux, pour eux & leurs delcendans de legitime mariage en ligne masculine , le droit de créer des Chevaliers de l'Ěperon , comme aussi de faire des Docteurs en Theologie , en f'un & l'autre droit & en medecine, & des Abbez titulaires: ce qui fut confirmé par ses successeurs Jules 11 I. Grégoire XIII. & Sixte V. Le Duc de Sforze joüit présentement de ce droit, & accorde aisément des lettres de Chevalerie de l'Eperon, dont l'expedicion ne coute qu'une pistolle , ce qui faic que l'on regarde avec mépris ces forces de Chevaliers. Les Nonces, les Auditeurs de Rotte & quelqu'autres Prélats de la Cour Romaine ont aussi le privilege de créer chacun deux Chevaliers de l'Eperon d'or;c'est pourquoi l'on voit en France quelques uns de ces Chevaliers qui ont été reçus en cec Ordre par des Nonces , & j'ai eu en main les lettres d'un de ces Chevaliers de l'an 1702. que M. Fieschi pour lors Nonce en ce Roïaume accorda , & que nous rapporterons ici.

Laurentius Fliscus Dei & Sanete sedis Apoftolicæ gratia Archiepiscopus Avenionensis, fanetisimi D. N. Papæ Prælatus Domefticus & assistens,ejusdem & finĉte sedis apud Regem Chriftianissimum nuntius Apostolicus Extraordinarius. Dilecto nobis in Chrifto Domino Ludovico filio Domini Vincentii de

« PreviousContinue »