Page images
PDF
EPUB

Ororidi' stor. & Sthòontbeck., Histoire des Ordres Militaires % Chardon-^

ou Des. Tom> JJ

André' En

Eco m. — ~

Chapitre LXII.

Des Chevaliers de l'Ordre du Chardon, ou de S. André

en Ecosse.

NOus avons déja parlé d'un Ordre Militaire sous le nom de Chardon institué en France 3 en voici encore un autre fous le même nom quia pris naiílanceen Ecosse>& que l'on nomme ordinairement l'Ordre de S. André,àcaufe qu'il fut mis fous la protection de ce saint Apôtre. Ceux qui ont traité des Ordres Militaires lui donnent une antiquité chimérique, prétendant qu'Achaius Roi d'Ecosse en a été l'Instituteur, & que ce Prince aïant fait alliance avec Charlemagne, prit le Chardon & la Rue pour devise, avec ces paroles , pour ma défende. Mais il y a bien de l'apparence que Jacques V. que l'on prétend avoir été le restaurateur de cet Ordre l'an 1534.. en a été plutôt ^Instituteur. Les Chevaliers n'étoient qu'au nombre de douze, & ils s'assembloient dans l'Eglise de saint André à Edimbourg lorsqu'ils célébroient les Fêtes de l'Ordre, ou que l'on recevoit quelque Chevalier. M. Ashmole attribue auíli Institution de cet Ordre à Achaius Roi d'Ecosse : mais nous ne pouvons pas ajoûter foi à cet Auteur, puisque les Ordres Militaires n'ont commencé qu'au douzième siécle j nous nous contentons de croire ce qu'il dit du collier de cet Q r dr e qui étoit composé de chardons entrelaílés ensemble • au bas duquel pendoit l image de saint André avec ces mots, twno me impune lacejf ;t > comme on le voit au portrait de Jacques V. Roi d'Ecoúe qui est dans le Palais de Whitheall, & à ceux de plusieurs Chevaliers, auílì-bien que dans des Sceaux de l'Ordre > ce que Favin confirme, aïant veti un sceau de la Reine Marie Stuart qui avoit épousé en premières noces François II. Roi de France , où.l'on voit le collier de cet Ordre autour des armes de cette Princesse avec cette légende, Maria Dei Gratia Francorum & Scotorum, &c. j 560. L'Abbé Giustiniani dit que ce collier étoit de chardons entrelaílés d'anpeaux d'or} mais ce qu'il prend pour des anneaux est cornmç

[graphic]

de petites branches de quelques arbustes qui forment en- Ordri semble une ovale, & que Favin prétend être des feuilles de ,uHAoe °sî Ruëi ce qui est assez vraisemblable , puisque cet Ordre *"ÍM'a se nommoit aussi de la Rue 5 & ainsi on aura joint les chardons avec des feuilles de Rue íauvage.qui diffère pour la forme & pour la couleur de celle que l'on cultive. M. Ashmole dit encore que dans les cérémonies ces Chevaliers portoient des robes semblables à celles que portent les députez du Parlement, fur lesquelles il y avoit un cercle d'or rempli d'une broderie de foie bleue , avec une croix de saint An» dré, d'argent, au milieu de laquelle il y avoit une couronne d'or fleurdelisée 5 & qu'hors les cérémonies ils avoient pour marque de leur Ordre une médaille d'or, au milieu de laquelle il y avoit un chardon couronné d'une couronne Impériale avec ces paroles, nemo me impune lacefìety & cette médaille étoit attachée à un ruban vert.

Après la mort de François II. Roi de France,quì arriva l'an 156o.MarieStuartaïant été obligée de repasser enEcosse pour prendre le gouvernement de ce Roïaume, qui étoit extrçmement divisé '> elle épousa en secondes noces, & pour faire plaisir à ses Sujets,Henri Stuart son cousin germain. Ils ne furent pas long tems ensemble sans prendre quelque dé

Î;oût l'un pour l'autre. Le Comte de Muray frère naturel de
a Reine qui l'avoit portée à l'épouser avoit des desseins se-
crets qui l'obligeoient à entretenir le Roi dans les méchantes
dispositions où le mit lajalousie.il fit tant par ses artifices,qu'il
le porta à faire tuer un étranger pour qui la Reine avoit de la
complaisance,& aprés ce meurtre le Comte de Muray fit as-
sassiner le Roi par le Comte de Bothvel. Comme la Reine
épousa ensuite ce Comte par le Conseil du même Muray,
ce troisiiéme màriage la fit mépriser de ses Sujets qui se re-
votèrent, refusant de la reconnoître pour leur Souveraine. -
Elle assembla quelques troupes & aïant été vaincue,elle ré-
solut de passer en France j mais une tempêe qui s'éleva
aiant fait échouer fur les Côtes d'Angleterre le vaisseau qui
la porroit, elle fut ari êtée & conduite en Angleterre , où la
Reine Elizabeth , après l'avoir retenue dix-huit ans en pri-
son , lui fit couper la tête au Château de Frodnighaie l'an

Si tôt que cette Princesse fut au pouvoir de la Reine Eliza

Ordm Du beth les Ecossois mirent íurlethrôneson fils Jacques VI. âgé* Ou*dÊ°s feulement d'un an,&qui fut ensuitteRoi d'Angleterre fous le Andre En nom de Jacques Premier. LeRoïaume d'Ecosse fut pour lors co!sï' en proie auxCalvinistes qui élevèrent le jeuneRoi dans leurs erreurs. La Religion Catholique y fut presque toute ruine'e & l'Ordre du Chardon fut parce moïen aboli. Mais Jacques II. Roi d'Angleterre, d'Ecosse, & d'Irlande, le rétablit l'an 1687. & fit au Château de Windsor quelques Chevaliers de cet Ordre, qui furent le Comte de Morai, le Comte de Melfort Secrétaire d'Etat, le Comte de Senafort, le Comte de Domparton , le Comte Belk Grand Chancelier d'Eeosse , le Duc de Gordon & le Comte d'Aran. Les quatre premiers receurent les marques de cet Ordre, des mains du Roi qui les dispensa des anciennes cérémonies pratiquées à la réception des Chevaliers. Les autres furent seulement nommés pour être reçus dans la suitte avec solemnité, & ce Prince se réserva à nommer les autres dans un autre tems pour faire le nombre de douze , & comme l'Eglisede saint André d'Edimbourg,cù les anciensChevaliers decet Ordre s'assembloient autrcfois,avoit été ruinée par les Hérétiques, il leur assigna pour le Heu de leurs Assemblés la Chapelle Roïale du Palais d'Holyvord houfe en Ecosse. Mais les changemens arrivés en ce Roïaume après que ce Prince eut été chassé de ses Etats l'an 1685. ont encore aboli Cet Ordre qui ne subsiste plus que dans les personnes queleRoj Jacques 11. fit Chevaliers, & qui le suivirent en Fiance où le Roi Loiiis XIV. lui donna un asile.

Favin, Théâtre d'honneur & de chevalerie. Jpsef Michieli, Thesoro Militar de Cavaleria , Bernard Giustiniani, hijì. dit ut t. gliOrdini Militari p irt. I. & 1. Ashmole, Traité de l'Ordre de la Jarretière. Mennenius » Herman & Schoonebeck, dans leuri Hijloires des Ordres Militaires.

« PreviousContinue »