Page images
PDF
EPUB

O*drï m morts, & le lendemain à la Messe, à l'Offertoire de laquelle

[ocr errors]

Ihfrancï cnaclue Chevalier offroit un cierge d'une livre où ses armes étoient attachées. Le jour suivant ils retournoient encore à l'Eglise pour entendre la Messe que l'on chantoit en l'honneur de la sainte Viergejmais ils étoient habillez comme bon leur semb'oit.

11 n'y eut d'abord que quatre Officiers de l'Ordre , sçavoir le Chancelier, le Greffier , le Trésorier & le Héraut appelle Mont- Saint Michel , ils avoient des robes longues de camelot blanc fourées de menu vair avec des chaperons d'écarlatte, & le Chancelier devoit être toûjours Ecclésiastique. Le Prieuré deGrandmont dans*le Parc de Vincennes a été pendant un tems considérable annexé à la dignité deChancelier de l'Ordre de saint Michel. Le Cardinal de Lorraine, le Cardinal Gabriel le Veneur Evêque d'Evreux, & Philippes Huraut Comte de Chiverni, Chancelier de France, l'ont possédé en cette qualité. Ce dernier en étoit Prieur lorsque le Roi Henri 111. fit l'an 15 S 4. un concordat avec François de Neuville , General de l'Ordre de Grandmont, par lequel ce Prieuré fut distrait de cet Ordre pour être transféré à tel autre qu'il plairoit à fa Majesté qui donna en eschange à l'Ordre de Grandmont le Collège de Mignon k Paris, ce qui fut confirmé par le Pape Grégoire XIII. Le Roi introduisit d'abord dans ce Couvent des Cordeliers qui J'abandonnèrent la même année, & il mit en leur place des Minimes qni y font restez jusqu'à présent 5 ainsi le titre de Prieur fut supprimé, & l'Officede Chancelier de l'Ordre de saintMichel uni à celui deChancelier de l'Ordre du saint Esprit que ce Prince avoit institué en 1578. LoiiisXI. étant au Pleffis lez Tours l'an 1476. avoit ajoûté à ces quatre Offices, un Prévôt maître des cérémonies comme nous avons dit ci devant. Louis XII. aïant conquis le Roïaume de Naples avec Ferdinand V. Roi d'Aragon qui devoit se contenter pour sa part de la Poùille & de la Calabre,le reste étant demeuré aux François , fit Chevaliers de l'Ordre de saint Michel Troïano Caraccioni Prince de Melphi, & Duc d'Atri , Grand Sénécha1 de Naples} Bernardin de Sanseverino Prince de Bisignanoj André Mathieu Aquaviva, Ducd'Atri, & Prince de Terrane $ & Jean Antoine Caraffa, Duc de Madaloni : mais les -Espagnols aïant ensuite chassé les François de touc le Roïaume dont ils se rendirent Maîtres, O*dre D> ces Seigneurs Napolitains renvoïerent le collier de l'Ordre à iN^"tE^ Louis XI1. Tan 1511.

François Premier fit du changement à ce collier, il fit ôter les doubles lacs pour mettre une cordelière, tant à cause qu'il s'appelloit François, que pour conserver la mémoire d'Anne de Bretagne sa mere qui l'en avoit prié, selon ce que dit Favin. Le même Roi aîant envoie l'Ordre de saint Michel à Henri V111. Roi d'Angleterre, ce Prince lui envoïa auífi l'Ordre de la Jarretière i & François Premier l'aïant reçu , tint un Chapitre des Chevaliers de l'Ordre de saint Michel, devant lesquels il fit lire les lettres d'Henri VIII. par lesquelles ce Prince déclaroit avoir accepté l'Ordre de saint Michel & avoir associé à celui de la Jarretière François Premier , c'est: ce qui paroît par les Lettres de ce dernier que M\ Ashmole a mises a la fin de son Histoire de l'Ordre de la Jarretière, & que nous rapporterons ici.

François par la Grâce de Dieu Roi de France, Seigneur de Gennes , Souverain du tris noble Ordre ,de Monseigneur saint Michel, à tous ceux qui ces prejentes lettres verront, S A Lut, comme Mejjìre Artus Tlantaginet Vicomte de l'' ijle, Chevalier du tres digne Ordre de Monseigneur saint Georges , Mejjìre Jean Taillour , Doéíeur ez, loix , Archidiacre de Boukingam , Vice Chancelier £ Angleterre, Mejjìre Nicolas Carefo Grand Ejcuier d'Angleterre , Mejjìre Antoine Brc\\>ne, Chevalier , & MeJJire Thomas Wrtothes Jarretière , chevalier fremier Roi d? Armes du dit Ordre , Ambassadeurs Commis & . Déléguez, de la fart de très haut & tres puissant Prince Hmri par la même Grâce de Dieu Roi d'Angleterre , Seigneur d'Hyberme dejfenjeur de la foi, notre tres cher & tres amé , frère , cousin , perpétuel allié , confédéré', & bon compère , nous aient exhibé & représenté certaines lettres Patentes , dattées du vingt-deuxieme jourd' Ottobre 1517-signées Sampjon , dr scellées en cire rouge du jceau du Collège & d'icelui très digne Ordre de saint Georges, dit la Jarretière par la teneur deJqu elles qu avons f ait Ure pardevant nous , & les Chevaliers de notre Ordre de jaint Michel, nous apparoijfoitles jnj'd. Ambassadeurs avoir plein pouvoirfaculte & yuijsanxe de nous signifier çjrprésenter de la part de notre dit tùs cher frère & cousin souverain d'icelut très digne Ordre de Jaint Georges, d'aussi

Ordri vide ïamiable association d'icelui , l'éleftion uniquement faite InfjÎancÎÍ "k nous, par iceuxsouverain & Chevaliers d'icelui très digne Ordre, ty de nous prier ér requérir icelle élection acetpter & f rendre le manteau & collier ér autres insignes de Chevalier dudit tris digne Ordre, & faire le Jerment selon les articles contenus au Uvre des Statuts dudit Ordre, & que ont accoutumé de jurer & promettre les Chevaliers d'icelui, & fi la forme des dit s ferments, ne nous étoit pas agréable, leur ctoit donpouvoir de nous dijpenfer de faire lefd. Jcrmens ou partie d'iceux tels qu 'il appartiendroit ; Joi contentant de notre simple foi dr parole , jf avoir faisons quencus aiant égard & conjideration à la très cordiale ér tres entière amour, alliance & indissoluble éreonféderationperpétuelle,qui est entre notre dit tres cher ér tres ame frère, cous n, allié perpétuel, ér bon compère & nous,&que de fa part il a accepté l'élection par nous,érnos frères faite dt J í perjonne au tres digne Ordre de saint Michel duquel nous ommes souverains , avons pour ces.cj.ufes ér autres à ce nous mouveans, icceptcér acceptons icelui très digne Ordre de fai^t Georges ditlafarretitre,£r ce fait nous sommes revêtus ér affilies í~u manteau érautres insigne s duditOrdre k nous préjentt ^& íivrtz, parles jufd. Ambassadeurs, ér ^près lés remercimens teis cas<requis,avons faitie ferment en la forme ér manière qui s'enfuit. Nous François par la Grâce de Dieu Roi de France, Seigneur de Gennes & souverain de l'Ordre de saint Michel, promettons en parole de Roi de garder & observer & à noire pouvoir entretenir les Statuts 5c Ordonnances du très digne Ordre S. Georges nommé la Jarretière en ce qu'ils (ont compatibles, non contraires, ne derogeans à ceux de notre dit Ordre de S. Michel, & pareillement des Ordres que par ci devant pouvions avoir pris des autres Princes. En temoing de ce nous avons j ait mettre le sceau dudit Ordre aux présentés signées de notre main. Donné a Puris le io. jour de Novcmbte l'un de grâce mdlc cinq cens vir.gtjept ér de notre Règne le treizième.

Henri II. étant parvenu à la Couronne de France, ordonna dans leprtmier Ch.ipitre de l'Oidre de saint Michel qu'il tint à Lion où. i sic son entrée lan 1548. que les Chevaliers de cetOrdre porteroient à l'avenir le manteau de toile d'argent brodé à l'entour de fa devise j sçavoir trois croissans d'argent entrelassez de trophés semés de langues & flammes

de

[ocr errors]

de feu, avec le chaperon de velours rouge cramoisi couvert Ororf De de la même broderie j que le Chancelier porteroit le man- s M.chíl teau de velours blanc & le chaperon de velours cramoisi jquelN f *ANCI1 le Prévôt & Maître des cérémonies, le Trésorier, le Greffier & le Herauc, auroient un manteau de satin blanc & le chaperon de satin cramoisi, & qu'ils porteroient une chaîne d'or au bout de laquelle pendroit fur l'estomac une coquille d'or seulement. Tous les Chevaliers qui étoient présens asíisterent avec le Roi, pour la solemnité de l'Ordre, dans l'Eglife Cathédrale de saint Jean de Lion aux premières Vêpres de la Fête de S. Michel > & le lendemain à la grande Messe, & aux secondes Vêpres»

Sous le Règne des enfans de ce Prince l'Ordre commença à s'avisìr par le grand nombre de Chevaliers que l'on fit au delà de celui porté par les Statuts qui n'étoit que de trente six. François 11. en fit dix huit dans une feule création à Poissy l'an 1560. dont on murmura fort. L'année suivante C harlesIX. en fit 15 dans une promotion à saint Germain en Laie. O n ajouta à ce grand nombre trente trois Chevaliers dans une autre promotion j & en 1561. & 1567. on en fit encore vingt-deux. Les troubles de la France obligèrent depuis le Roi d'en faire d'autres, dont il y en avoìt quelquesuns , qui n'étoient pas de naissance j car Brantôme dit que le Marquis deTrannes fit donner cetOrdre à son Maître d'Hôtel. C es fréquentes promotions firent interrompre la pompe des Chapitres & des cérémonies où le Roi assistoitavec les Chevaliers-. Il se fit plusieurs-réceptions dans les Provinces avec peu d'appareil, par les Chevaliers de l'Ordre à qui la commission étoit adressée. Le dernier Chapitre où se trouva Charles IX. fut celui qui se tint dans l'Eglife de NotreDame à Paris, la veille de saint Michel de l'an 157^ le Roi prit sa place à main droite sous un dais de drap d or, & à la gauche il y avoit un pareil dais fous lequel étoient les armes des Rois d'Espagne, de Dannemarck & de Suéde qui étoient aussiChevaliers de cet Ordre. M. le Laboureur dit qu'Henri III. le supprima tacitement en instituant celui du SaintJEsprit, auquel il le réunir. Cependant ce Prince par la création de l'Ordre du Saint-Esprit, déclara qu'il vouloir & entendoit que l'Orde de saintMichel demeurât en sa force & vigueur , & qu'il fut observé comme U avoit été pratiqué To&c WIs B b b

Ordm Bi depuis fa première institution. En effet tous les Chevaliers iMF*ANCE<le l'Ordre du Saint-Esprit prennent l'Ordre de saint Michel la veille du jour qu'ils doivent recevoir celui du SaintEsprit > c'est pourquoi leurs armes font entourées des deux colliers, 8c ils font appelles Chevaliers des Ordres du Roi.

Le Roi Louis XIV. aïant reconnu qu'il s'étoit introduit une infinité d'abus & de contraventions aux anciens Statuts & Reglemens de l'Ordre de saint Michel > qu'il étoit avili en la personne de piusieurs particuliers qui se qualifioient Chevaliers de cet Ordre , fans avoir fait preuves de noblesse & de services, & que plusieurs étrangers avoient surpris des certificats de réception fans ses ordres particuliers > ordonna le quatorze Juillet 1661. à tous ceux qui avoient été reçus dans cet Ordre, de porter ou d'envoïeraux Commissaires que fa Majesté nomma, les titres & preuves de leur noblesse & de leurs services. Plusieurs aïant obéi, & les autres aïant négligé d'y satisfaire par la crainte de faire connoître leur naissance & l'impossibilité où ils se trouvoient de donner des certificats de lenrs services ,1e Roi fit l an 1665. un nouveau Règlement, portant que tous les Statuts , Ordonnances & Reglemens faits lors de rétablissement de l'Ordre de saint Michel par le Roi Louis XI. & depuis, feroienc inviolablement observés:que le nombre de ceux quiferoient admis à l'avenir dans cet Ordre, feroit reduit à cent,outre les Chevaliers du saint Esprit,parmi lesquels il y auroit fix Ecclésiastiques Prêtres âgés de trente ans & constitués en Dignités d'Abbés ou de Charges principales des Eglises Cathédrales & Collegiates, & six Officiers des Compagnies souveraines $ à condition toutesfois qu'ils feroient les mêmes preuves de leur paissance & de leurs services que les Chevaliers Militaires : lesquels auroient seuls le droit de porter l'Ordre, de s'en qualifier Chevaliers, & de jouir des droits , privilèges & avantages y attachésj faisant défenses très expresses à tous les autres de quelque condition qu'ils fussent, de plus porter la qualité de Chevalier ni ledit ordrej nonobstant tous les brevets, Lettres de cachet & certificats de receptiòn qu'ils auroient obtenus» lesquels fa Majesté déclara nuls & de nul effet : qu'à l'avenir nul ne pourroit être admis à l'honneur de recevoir cet Ordre qu'il ne fût de la Religion Catholique, Apostolique & Romaine, de

« PreviousContinue »