Page images
PDF
EPUB
[graphic]
[graphic]

Gilbert de Chabannes , Seigneur de Curton, & Sénéchal de Ordri »í Guyenne } Charles Sire de Crussol, Sénéchal de Poitou j ÔC E^ yICB^ Taneguy du Chatel , Gouverneur de Rouffillon & de Sardaigne. II leur donna un collier d'or fait de coquilles entrelassées d'un double lacs posées fur une chaîne d or, où pendoir une médaille,representant l'Archange saint Michel terrassant le Diable. Ils étoient obligés de porter tous les jours ce collier à découvert, fur peine de faire dire une Méfie, & de donner une aumône de sept fols fix deniers tournois, ex» cepté lorsqu'ils étoient à l'armée, en voïage,dans leurs maisons , ou à la chasse. 11s portoient pour lors seulement une médaille attachée à une chaîne d'or, ou à un cordonnet de soie noire 5 & ils ne pouvoient la quitter dans les plus grands dangers, même pour conserver leur vie. Brantôme dit avoir été présent lorsque le Roi François I. fit une severe réprimande à un Chevalier, qui après avoir été pris dans un combatjavoit ôté la marque de son Ordre , afin de n'être pas reconnu pour Chevalier de cet Ordre, & nepaspaïer une grande rançon.

Conformément aux Statuts de cet Ordre, le grand collier doit être du poids de deux cens écus d'or , &. ne peut être enrichi de pierreries. Les Chevaliers ne le peuvent vendre ni engager: il appartient à l'Ordre > & âpres la mort d'un Chevalier ses héritiers font obligés de le renvoïer dans l'espace detrois mois, & le mettre entre les mains du Trésorier de l'Ordre. Us ne peuvent entreprendre aucune guerre, ni s'engager dans une action dangereuse, sans en avoir donné avis à la plus grande partie des autres Chevaliers,& les avoir consultés. Ceux qui font François ne peuvent s'engager au service d'aucun Prince étranger , ni faire de longs voïages fans la perm' íïïon du Roi 5 mais les étrangers le peuvent en le faisant seulement sçavoir. Si le Roi fait la guerre à quelque Prince , un Chevalier de l'Ordre sujet de ce Prince peut prendre les armes pour fa défensej mais si c'est ce Prince qui déclare la guerre à la France, le Chevalier son sujet doit s'exctiser de servir contre la Francej & si son Prince ne veut pas recevoir son excuse, & le contraint de servir , pour lors il peut prendre les armes contre la France j mais il en doit donner avis au Chef de l'Ordre, & avertir son Souverain , que s'il fait prisonnier de guerre un Chevalier de cet Ordre

A a a i j

Ordri De son Confrère, il lui donnera la liberté , & fera son possible iNfRANci Pour sauver la vie > que fi son Prince n'y veut pas consentirai doit quitter son service. Le Roi de son côté s'engage envers les Chevaliers de les protéger & les maintenir dans tous leurs droits & privilèges, de n'entreprendre aucune guerre ni aucune affaire de conséquence sans les avoir auparavant consultés & pris leur avis, excepté dans les cas où les affaires demandent beaucoup de secret & une prompte exécution* & les Chevaliers promettent & jurent de ne point révéler les entreprises du Souverain,qui auroient été mises en délibération devant eux. Selon les mêmes Statuts les C hevaliers doivent être privés de l'Ordre pour cause d'hérésie,de trahison, &de lâcheté,pour avoir pris la fuite dans le combat. Us doivent à leur réception quitter les autres Ordres qu'ils peu- vent avoir reçus d'autres Princes, excepté les Empereurs , Rois & Ducs. Chaque Chevalier est aussi obligé à fa réception de païer au Trésorier quarante écus d'or,ou la valeur, pour être emploïés en ornemenspour le service de l'Eglise, & à la mort d'un Confrère, il doit faire dire vingt Messes, & donner fix écus d'or en aumônes. Les Statuts portent encore que pour remplir la place du Chevalier décédé, ils doivent s'assembler avec le Souverain, & donner leurs suffrages par écrit : mais cela ne se pratique plus présentement.

L'Eglise du Mont-saint Michel en Normandie fut destinée par Louis XI. pour y célébrer les divins Offices, & recevoir les bienfaits &. fondations qui seroient faites en faveur de l'Ordre. II semble cependant que ce Prince changea de dessein, & qu'il destina pour les cérémonies & les fèces de l'Ordre la Chapelle de saint Michel dans la cour du Palais à Paris-.car par ses additions aux Statuts faites au Pleílìs-lésTours le ii. Décembre 1476. il déclare qu'il a fait vœu d'établir une Collegiate en l'honneur de Dieu,de la sainte Vierge & deí saint Michelj & aïant créé par les mêmes additions aux Statuts un Office de Prévôt & Maîcre des Cérémonies de l'Ordre, il ordonne qu'il aura foin entr'autres choses, de poursuivre l'execution de la fondation de cette Collegiate > qu'il en obtiendra les permissions nécessaires, tant des Souverains Pontifes que de l'Ordinaire i qu'il aura Inspection fur les bâtimensqu'il prétend faire faire au lieu où fera fondé cette Collegiatei qu'il aura foin des réparations,& veillera àce

[ocr errors]

que l'Officedivin soit fait par lesChanoines,tant de nuit que "jrdre r>« de jour: & par ses Lettres Patentes du 14. du même mois, il ^fiaÌÎcb' fit la fondation de cetteCollegiate pour dix Chanoines, un Doïen & un Chantre , huit Chapelains , six Enfans de Chœur ,un Maître, deux Clercs, trois Huissiers ou Bedeaux, un Receveur, & un Controlleur pour faire l'Office divin dans la Chapelle de saint Michel du Palais à Paris Ce Chapitre devoit êcre immédiatement soumis au saint Siège, & de nomination Roïale. Les Prébendes étoient de dix íols parisis par jour. Le Doïen devoit avoir deux parts,le Chantre une part & demie, & les Chapelains demie part chacun. Pour ce sujet le Roi leilr donna & céda dix deniers tournois fur le droit ordinaire des Gabelles, qui se leveroit sur chaque minot de sel. Le Receveur devoit avoir quatre cens livres parisis de gages, & le Contrôleur deux cens livres. Le Receveur devoit païer aussi au Chancelier de l'Ordre huic cens livres parisis,au Prévôt six cens livres,au Trésorier six cens livres, au Greffier quatre cens livres, & au Héraut deux: cens cinquante livres. Sa Majesté voulut que ces Chanoines, Chapelains & Officiers eussent leurs causes commises pardevant les Maîtres des Requêtes , qu'ils fuílent exemts de toutes charges quelconques, & impositions de la part du Roi, de la Ville, & de tous autres Privilégiés & non Privilégiés , dont ils feroient exceptés Sc déchargés. Mais cette fondation ne fut point exécutée, & il ne se trouve point que les Assemblées & les Fêtes de l'Ordre se soient faites dans cette Eglise, ni même dans l'Eglise du Mont-saint Michel.

La veille de la fête de ceSaint tous lesChevalLrs de l'Ordre étant au lieu.de l'assemblée dévoient se présenter devant le Souverain en son Palais avant les Vêpres & aller ensemble à l'Egliíe,revétus de manteaux de damas blanc traînant à terre, bordez d'or avec des coquilles & lacs d'amour en broderie & fourez d'hermine , la tête couverte d'un chaperon de velours cramoisi. Le lendemain ils retournoient à l'Eglise pour entendre la Messe j à l'offertoire ils offroient une piéce d'or , chacun selon sa dévotion 5 & après l'Office ils alloienc dîner avec le Roi. Le même jour ils alloient encore à l'Eglise pour les Vêpres > mais ils étoient vêtus de manteaux . noirs avec des chaperons de même couleur, excepté le Roi qui avoit un manteau violet. Ils assistoient aux Vigi'es des

Áaa iij

« PreviousContinue »