Page images
PDF
EPUB

Vierge, une robe de damas blanc avec un chaperon de ve- Orsse Os lours cramoisi. 11 engagea les Sou/erains de l'Ordre à leur 0*0 RisÌÎi fournir seulement les manteaux de velours cramoisi, & vou- e*pagne. lut que les Chevaliers achetassent à leurs dépens les robes & chaperons noirs pour le second jour & les robes blanches pour le troisième jour.

Ce Prince aïant écé tué en Lorraine devant la Ville de Nanci qu'il assiégeoit, ne laissa qu'une fille unique , Marie, qui hérita de ses Etats. Elleavoit épousé Maximilien d'Autrichequi fut depuis Empereur,&de ce mariage naquit Philippes d'Autriche qui aïant épousé Jeanne, fiile de Rois Catholiques Ferdinand 2c Isabelle, unit par ce moïen les Etats du Duc de Bourgogne à la Monarchie d'Espagne , & depuis cetems-làles Rois d'Espagne ont toujours conféré l'Ordre de la Toison d'or. Ce Philippes Premier Roi d'Espagne tint un Chapitre de l'Ordre à Bruxelles l'an 1500. ou U déchargea les Chevaliers de l'obligation qu'ils avoient de païer quarante écus d'or à leur réception , conformément à l'Article soixante deux des Statuts. Charles Tremier soa fils , qui fut depuis Empereur fous le nom de Charles V. fi: aussi plusieurs changemens & déclarations fur les Statuts dans le Chapitre qui se tint à Gand l'an 1516. entre autres il augmenta le nombre des Chevaliers jusqu'à cinquante-un y compris leChef & Souverains comme ils étoientobligés de porter toujours le grand collier de l'Ordre & qu'il falloit qu'il parût, ce qui étoit incommode, il ordonna qu'on le porteroit àl'avenir à découvert aux Fêtes de Noël, deFâque, de la Pentecôte &de saint André Patron de l'Ordre , comme auffi aux obsèques des Chevaliers , dans toutes les Assemblées ordinaires & extraordinaires, & dans d'autres cérémonies marquées par son Ordonnance j & qu'aux autres jours , les chevaliers porteroient seulement une Toison d'or attachée à un filet d or ou à un ruban de soye.

La fortune n'aïant pas été favorable à cet Empereur fur la fin de son Règne, le fit résoudre à la retraite > c'est pourquoi étant à Bruxelles l'an 1555. il céda ses Etats d'Allemagne à Ferdinand son frère & ceux d'Espagne, de Bourgogne, de Flandres & les autres à Philippes II. son filsj mais comme la grande maîtrise de l'Ordre de la Toison d'or appartenoit à 1 Espagne, il fit aufli son fils Grand Maître de cet Ordre» Ordre De& lui mit la couronne sur la tête. Ce nouveau Roi d'EspaXa Toison qq fitencore des changemens aux Statuts de l'Ordre, & dans

b DR BMP . . . _ . _ ... .. . .

EiPAGNi. le Chapitre qui le tint a Gand 1 an 1555. ll ordonna que les manteaux noirs & les chaperons, qui n'étoient que de drap, seroient aufli à l'avenir de velours noir,& qu'ils leroient donnez aux Chevaliers & Officiers par le Souverain: que le <ollier se porteroit dès les premières Vespres de toutes les Fêtes ausquelles les Chevaliers le dévoient porter auífi bien qu'à la grande Messe & aux secondes Veípres, toutes les fois qu'ils sortiroient de leurs maisons pour aller à POffice Divin , ou qu'ils paroitroient en public pour leurs propres affaires, & comme cet Ordre avoit été institué pour la propagation de la foi, il voulut que l'on n'y reçùt aucune personne suspecte d'heresie,& obligea les Chevaliers avant que xle procéder à l'élection d'un nouveau Chevalier , de faire serment qu'ils n'éliroient aucune personne hérétique ni suspecte d'herefíe.

Cet Ordre qui du vivant du Fondateur avoit ^té approuvé par le Pape Eugène IV. l'an 1433. fut confirmé par Leoa X. l'an 1516. Ce Pontife accorda aux Chevaliers plusieurs

Privilèges , entre autres il donna pouvoir au Chancelier de Ordre dont l'Office est toujours exercé par un Prélat ou personne constituée en dignité Ecclésiastique, de les absoudre , auíïï-bien que les Officiers, de tous cas reservez > de commuer leurs vœux s d'accorder une indulgence pleniere chaque année & à Particle de la mort. II permit aux Chevaliers de manger des œufs & du laitage en Carême , de choisir deux Autels dans une Eglise , à ia visite desquels il attacha toutes les Indulgences des Stations de Rome, ll leur permit auífi de faire célébrer la Messe chez eux , & à leurs femmes & filles d'entrer dans lesMonasteres de l'Ordre de sainte Claire & des autresReligieuses avec le consentement des Supérieurs. Quoique cela leur ait été contesté depuis le Concile de Trente > ils ont néanmoins conservé ce Privilège en Espagne

LesChevaliers de cet Ordre étoient autrefois élus à la pluralité des voix dans les Chapitres, & le nombre avoit été fixé à cinquante un par PEmpereur Charles V. comme nous avons dit > mais Philippe II. voulant que la création de ces Chevaliers dépendît entièrement de lui & des Souverains de l'Ordre , il obtint l'an 157t. du Pape Grégoire XIII. un°*»** »» Bref qui lui accordoit le pouvoir de conférer cet Ordre j*0R't" cjuand bon lui sembleroit, & à telles personnes qu'il vou ^*-atildroit fans la participation des Chevaliers j ce que Clément VIII. accorda aussi à Philippes III. l'an 1556. & le nombre des Chevaliers n'est plus limité. Les Chapitres de l'Ordre se tenoient d'abord tous les ans, ils se tinrent ensuite tous les trois ans, & furent en fin laissés à la disposition & volonté des Rois d'Espagne. II y a eu un grand nombre de Souverains à qui ils ont envoïé le collier de cet Ordre , car fans parler de tous les Empereurs qui ont succédé à Charles V. jusques à présent qui font au nombre de douze , François Premier, François II. & Charles IX. Rois de France, Edouard IV. Henry VII. & Henry VIII. Rois d'Angleterre , des Kois de Bohême. d'Hongrie, de Naples, de Sicile , de Portugal de Pologne , de DannemarcK & d'Ecosse, & un grand nombre de Princes Souverains d'Allemagne & d'Italie, se font fait un honneur d'être de cet Ordre. Charles II. Roi d'Espagne étant mort l'an 1700. & aïant appelié à la succession universelle de la Monarchie d'Espagne Philippes de France Duc d'Anjou , second fils de Louis Dauphin de iFrance , & petits Fils de Louis XIV. & de Marie Thérèse d'Autriche, sœur du même Charles II. Roi d'Espagne j ce Prince après avoir pris possession de cette Monarchie , fous le nom de Philippes V. envoïa le Collier de l'Ordre de la Toison d'Or à Louis Duc de Bourgogne , & à Charles Duc de Berry ses Frères, qui le reçurent de la main du Roi Louis XIV. son aïeul, auquel il avoit donné une commission pour cet effet. Les Ducs d'Orléans & de Vendôme & plusieurs Seigneurs François ont depuis reçu cet Ordre, que l'Archiduc d'Autriche, Charles second fils de l'Empereur Leopold ,a donné aussi à plusieurs Gentilshommes en qualité de Roi d'Elpagne , dont nonobstant la juste possession de Philippes V. il a pris le titre ,& qu'il conserve encore aujourd'hui, sans aucun fondement, avec la dignité Impériale, où il fut élevé en 1711. par une partie des Electeurs de l'Empire, qui contre les Loix concoururent à son élection,malgré l'abfence des Electeurs de Bavière & de Cologne , après la mort de l'Empereur Joseph son frère, qui arriva cette même année.

X x iij

Ordrid:s Nous avons dit cy-devant quel étoic rhabillement de ces Mer* Viï Chevaliers. Le grand Collier estcompoíé de fusils & decailEtR D Or lous d'où sortent des étincelles de feu , & au bas du collier In ERance pend une Toison d'or. 11 n'étoit pas permis d'y rien ajouter ni de l'enrichir d'aucunes pierreries j mais cela a été permis dans la fuite , & il y a de ces sortes de Colliers qui font d'un très grand prix, selon la quantité & la qualité des pierreries dont ils font enrichis. Les Statuts de l'Ordre qui avoient d'abord été donnez en François aux Chevaliers, furent mis en Latin, par Philippes Nigri Prévôt d'Harlebe K & Chancelier de l'Ordre, & Nicolas Nicolai Greffier du même Ordre, les mit en plus beau François. II ne s'est trouvé que le Duc d'Urbain Guy Ubald de la R.ouere,qui aïant éié fait Chevalier de la Toison par Philippes 11. R.oi d'Espagne ne voulut pas recevoir les Statuts en François, à caulede son aversion pour la France. 11 se trouve néanmoins de ces Statuts» imprimés en plusieurs langues.

Guillaume de Tournay. La Toison d'or. Laurent Bouches Bibliothèque ou Trésor du Droit François. Favin , Théâtre d'honneur & de Chevalerie. Bernard Giustiniani , Hijl. di tuttigli ord. Militari. Du Belloy , origine des Ordres de Chevalerie. Schoonebeck Hijloire des Ordres Militaires. T oison? d'or ou recueil des Statuts de l'Ordre de la Toison d'or. JeanBaptiste Maurice, le Bhfon des Armoiries des Chevaliers de la Toison d'or. Lt mausolée ou tombeau des Chevaliers de l'Ordre de la Toi^n d'or, & Mémoires du tems.

Chapitre LV.

De l'Ordre des Chevaliers du Fer d'or & des Ecuters dit
Fer d'argent y en France.

Jean Duc de Bourbon fils de Louis II. Instituteur des
Ordres du Chardon & de l'Ecu d or, dont nous avons
parlé dans le Chapitre XLVI1. institua dans l'Eglise de
Notre-Dame de Paris Tan 1414. L'Ordre des Chevaliers
du Fer d'or &des Ecuïersdu Fer d'argent, & fit sçavoir
qu'il l'établifloit, tant pour éviterl'oisiveté & se signaler par
des faits d'armes, que pour acquérir la gloire & Tes bonnes

fraces d'une très belle Dame qu'il servoit. Seize gentils- Ordredes ommes feulement, partie Chevaliers & partie Ecuiers y de- fHRBs VDAJ voient être reçus. Ces Chevaliers auflì bien que le Duc de FtR Dfl* Bourbon qui en étoit le Chef, étoient obligez de porter tous1 les Dimanches à la jambe gauche un fer de prisonnier pendant à une chaînes y manquant,ils dévoient donner quatre fols parisis aux pauvres. Le fer des Chevaliers étoit d'or & ■celui des Escuiers d'argent. Les premiers Chevaliers qui recurent cet Ordre furent les fieurs Barbazan, du Chastel, Gaucourt, de la Huze , Gamaches, saint R.emy , de Moussures, Bataille, d'Aínieres, la Fayette, & Poulargues. Les

Çremiers Escuiers furent les sieurs Carmalet, Cochel & du ont.

Ils faisoient serment de s'entr'aimer comme frères, de se procurer du bien , de ne point souffrir que l'on parlât mal <l'eux , & de deffendre leur honneur à quelque prix que ce fût. Leurs armes fur tout étant dédiées auservicedes Dames <jui imploreraient leurs secours, ils étoient résolus de se batre ensemble dans deux ans pour l'amour d'elles, soit à pied, ou à outrance, armés de haches , de lances, d'épées , de dagues , & même débitons, le tout au choix des adversaires > <e terme de deux ans n'étant pris pour le combat, qu'à condition qu'ils ne pourroient pas plutôt trouver dix sept Chevaliers ouEscuïers (ans reproche,qui voulussent en venir aux mains & s'éprouver contre eux: que s'ils y étoient outrez ( c'est le terme de la fondation ) ils demeureroient entre les mains des victorieux 8c deviendroient leurs prisonniers, ou bien donneroient pour rançon n fer avec fa chaîne semblable à celui de leur Ordre , les Chevaliers un fer d'or , & les Ecuiers un fer d'argent, ou que s'ils se rachetoient par quelque present.les Ecuiers leur donneroient un bracelet d'argent SclesChevaliers un bracelet d'orique s'ils y étoient assommés, ou bien que par maladie ou autrement ils vinssent à mourir , en ce cas leurs fers auífi-bien que les chaînes seroient en voi es à la Chapelle de l'Ordre & là attachez devant l'image de la sainte Vierge > qu'alors les Confrères pour Pame de chaque deffunt seroient dire un service 8c dix-sept Messes chacun , où ils assisteroient en habit de deuil, 6c qu'enfin quiconque tomberoit dans quelque faute feroit chaíîé de la Compagnie. Quoique le Duc de Bourbon fût l'Instituteur de l'Ordre, il

« PreviousContinue »