Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

d'être disposés pour toutes les fonctions Ecclesiastiques, Oblats comme de prêcher, confesser , enseigner , & administrer les RESCAMSacrements. Ilvoulut encore que dans l'Eglise du saint Sepulchre on fîc tous les jours les mêmes exercices qui se pratiquent à Rome dans l'Eglise des Prêtres de l'Oratoire qui font très- utiles pour les ames, & qui donnent lieu à quantité de personnes qui n'ont point d'affaires d'emploïer saintement leur tems.

Ces Oblats furent divisés en deux Ordres. Les uns residoient toûjours dans la Maison du saint Sepulchre , sans être engagés dans aucun Bénéfice, afin d'être plus libres pour s'emploïer aux principaux exercices que nous venons de rapporter ; & les autres étoient dispersés par la ville & par le Diocese dans les Bénéfices où on les envoïoit. Quoiqu'ils fussent ainsi separés les uns des autres , faint Charles trouya cependant un moïen pour les tenir aussi unis d'esprit, que s'ils avoient demeuré ensemble , afin de les conserver dans le premier esprit de l'Institut, de les avancer dans la pieté, & de les perfectionner de jour en jour dans les fonctions Ecclesiastiques & la conduite des ames;'ce fut de par. tager toute la Corgregation en fix Assemblées ou Communautés , dont il y en avoir deux dans la ville & quatre dehors , c'est-à-dire dans le reste du Diocese, & il donna á chacune un Superieur & un Directeur pour le spirituel ; ordonnant que tous les Oblats de chaque Communauté, s'assemblaffenit une fois par mois, ceux de la ville dans la Maison du saint Sepulchre, en la présence de l'Archevêque; & ceux de la campagne, tantôt dans un lieu , tantôt dans un autre lelon que le regleroit le Superieur ou le Directeur de la Communauté : que l'on commenceroit ces Assemblées par lire la Regle des Oblats : qu'ensuite on traiteroit par maniere de Conference du moïen de la pratiquer fidellement ; de s'avancer dans la pieté & de fe perfectionner dans la conduite des ames : & que le Superieur ou President de l'Assemb’ée feroit une Conference particuliere à tous ceux qui la composeroient pour les exhorter à la vertu. Par ce moïen tous ces Prêtres quoique dispersés en divers endroits de la ville & du Diocese de Milan , ne laissoient pas d'être 'toûjours étroitement unis ensemble par les liens d'un même esprit & d'une charité fraternelle , & étoient toûjours dis

S. AMBROI
SA.

Ostats de posés à recevoir de l'Archevêque comme de leur Chef les

lumieres qui leur étoient necessaires pour le conduire euxmêmes , & pour conduire les peuples qui leur étoient confiés.

Saint Charles témoignoic assez par les effets combien il aimolt ces Oblats ; il les conlideroit comme les propres enfans & leur donnoit ordinairement cenom. Il les alloit voir souvent à la Maison du saint Sepulchre où il avoit une chambre pour lui , dans laquelle il se retiroit quelquefois pour jouïr plus familierement de leur conversation ; & dans laquelle il se comportoit avec autant d'humilité que s'il eût été le dernier de la maison. Il assistoit à tous les exercices qui s'y pratiquoient avec tant de joïe & de satisfaction, qu'il 'disoit qu'il n'avoit point de plus grand plaisir que lorsqu'il s'y trouvoit : aussi avoit il coûtume d'appeller cette maison les délices de l'Archevêque de Milan. Il avoit dessein d'en établir de pareilles dans les villes, les bourgs & les lieux les plus considerables du Diocèse, comme on peut voir dans les Regles qu'il avoit dressées pour cela ; & il vouloit mettre dans toutes ces maisons plusieurs Oblats ; mais la mort l'empêcha d'executer ce dellein. Il associa à la même Congregation des Laïques qui restant dans le monde demeuroient dans leurs propres Maisons, & il leur donna aussi des Regles particulieres. Leur principale obligation étoit de s'emploïer à toute sorte d'oeuvres pieuses , & sur tout à enseigner la Doctrine chrétienne. Il institua encore dans l'Eglise du faint Sepulchre une Congregation de femmes qu'il appella la Compagnie des Dames de l'oratoire,ausquelles il prescrivit quantité de Regles & d'exercices convenables aux personnes même les plus qualifiées de la ville qu'il souhaitoit attirer dans cette Compagnie , dont les principales obligations étoient d'assister fidelement à tous les Sermons & à tous les autres exercices de pieté qui se pratiquoient au saint Sepulchre, selon l'usage de l'Oratoire, & à s'appliquer souvent à la méditation de la Passion de Nôtre-Seigneur Jesus-Christ, ce qui eut un succès admirable.

Le zele de ce faint Cardinal pour le salut des ames étoit infatigable , il alloit par tout chercher les brebis égarées de fon troupeau & même quelquefois dans des lieux si inaccesfibles qu'il étoit obligé de mettre des crampons de fer à ses 37

[ocr errors]

fouliers pour pouvoir. grimper sur les rochers escarpés où OBLATS DE leurs crimes, leurs déréglemens ou leur rebellion à l'Eglise SAMBROS les obligeoient de se retirer , sans que les rigueurs les plus insupportables du froid & du chaud , de la faim , de la foif & de la lassitude, qu'il souffroit avec joïe, fussent capables de le rebuter. Comme un bon Pasteur il exposa sa vie pour fon troupeau , dans la peste qui affligea la ville de Milan, allant lui même confesser les malades , leur donnant le Viarique & l'Extrême-Onction,& les ensevelissant de ses propres mains. Ses aumônes n’avoient point de bornes : non feulement il distribua tous les revenus de son Archevêché aux pauvres & aux affligés ; mais encore il vendit pour les foulager, ses meubles & sa Principauté d'Oria , en sorte qu'il se vit réduit à n'avoir plus que de la vaisselle de terre & à n'avoir pas un lit pour le coucher. Ses austerités étoient si surprenantes qu'elles abregerent ses jours , étant mort dans la quarante- septiéme année de son âge le 3. Novembre 1984. Le grand nombre des miracles qui se firent à son tombeau obligerent le Pape Clement VIII. l'an 1601. à changer la Mette des Morts que l'on disoit tous les ans pour lui dans l'Eglise du grand Hôpital, en une Meffe folemnelle du saint Esprit. Et trois ans après , il donna commission à la sacrée Congregation des Rites de travailler aux procedures de sa canonisation. L'année suivante 1605. son successeur Leon XI. donna ordre dès les premiers jours de son Pontificat de poursuivre cette affaire,&'il se disposoit à faire bâtir une Eglise à Rome en l'honneur de ce Saint & d'en faire même untitre de Cardinal ; mais son Pontificat n'aïant duré qu'un mois, il ne put executer son dessein. Paul V. qui lui succeda mit la derniere main à otte canonisation qu'il célébra avec une solemnité toute particuliere le premier jour de Novembre de l'an 1610. Saint Charles eut pour successeur dans l'Archevêché de Milan , le Cardinal Frederic Borromée son cousin,qui fic imprimer en 1613. les Constitutions des Oblats de saint Ambroise. Jean Baptiste Giussano de la même Congregation a été l'un des Ecrivains de la Vie de ce saint Fondateur.

Gio. Baptist. Giulla.no , Vit. di San Carlo. La même traduite en François par le Pere Edme Cloiseaut de la Congregation de l'Oratoire. Bailler , Vies des Saints 4. Novembre. Hera

'Lrs Vier man , Hist. des Ord. Relig. Tom. III. Epitom. Institutionum ad SIS. oblatos S. Ambrofii pertinentium & Constitutiones ejusd.ConIL TIROL.greg:

HALL DANS

S

CHAP II R E V I I.
Des Societés des Vierges de Hall dans le Tirol ea de Casti-

glione de Stiviera dans le Mantoüan.
Trois Princesses de la maison d'Autriche filles de l'Em-

1 pereur Ferdinand I. sçavoir Magdelaine , Marguerite & Helene, ne voulant point avoir d'autre époux que JesusChrist, prirent la résolution de vivre dans la retraite, éloi. gnées du tumulce & de l'embaras de la Cour ; mais comme elles ne vouloient point quitter les Peres de la Compagnie de Jesus sous la direction desquels elles s'étoient mises, & qu'el. les appréhendoient qu'elles n'eussent pas cette liberté en se renfermant dans un Monastere , elles établirent une Communauté de filles dans Hall ville du Tirol, pour s'y retirer, & y vivre sous la direction & la discipline de ces Peres , ausquels elles fonderent aussi un College dans la même ville. Elles écrivirent d'Inspruck où elles demeuroient, à saint François de Borgia pour lors Général de la Compagnie de Jesus, afin d'avoir son consentement qu'ilaccorda volontiers, & l'aïant reçu , elles acheterent à Hall deux maisons, l'une pour elles & l'autre pour les Jesuires. Mais pendant que l'on disposoit leur maison & que l'on bâtissoit les lieux réguliers , la Princesse Marguerite mourut, ainsi il n'y eut que ses deux sæurs Magdelaine & Helene qui avec quelques autres Demoiselles de qualité e.trerent dans cette Ćommunauté le second Dimanche de l'Avent de l'an 1569. & quelques jours après les seres de la Compagnie de Jesus prirent possession du College que ces Princesses leur avoient fondé.

Ces filles font un yceu solemnel de chasteté perpetuelle.. & promettent à leur Superieure pauvreté & obéissance, ne pouvant disposer d'aucune chose sans sa permission. Elles emploïent la matinée à la priere & à l'oraison, & l'après-dî. née elles s'occupent au travail & aux exercices corporels. Elles ne gardent point de clôture, & sortent pour aller en

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »