Page images
PDF
EPUB

Chevalier dui Porclpic ou du Camail

.

70

ORDRE

OU DU CA.
MAIL EN
FRANGA,

Duc de Bourgogne son ennemi, qu'il ne manquoit ni de courage ni d'armes pour le défendre, le porc épic étant un porc Epic animal fi bien armé, que de près il pique avec ses pointes,& de loin il les lance contre les chiens qui le poursuivent.

L'autorité que le Duc d'Orleans avoit dans le Roïaume, l'avoit rendu si puissant, qu'elle donnoit de la jalousie au Duc de Bourgogne , qui avoit part aussi bien que lui au Gouvernement. Comme ils avoient tous deux un parti considerable, la mésintelligence de ces deux Princes causoit des divisions continuelles ; mais enfin l'an 1405. le Roi de Navarre & le Duc de Bourbon les reconcilierent ensemble. Juvenal des Ursins dit que le Duc de Bourgogne fit serment sur le Corps de Jesus-Christ d'être vrai & loïal parent du Duc d'Orleans, prompt d'être son frere d'armes , & qu'il portoir son Ordre. Ces deux Princes entreprirent l'année suivante de chasser de France les Anglois. Le premier les attaqua en Guyenne , & l'autre par Calais : mais le Duc d'Orleans perdit son tems & sa réputation devant Blaïe ; & le Duc de Bourgogne après de grandes dépenses n'osa approcher de Calais. Ce dernier aïant conçu encore un nouveau depic contre le Duc d'Orleans, qu'il accufoit d'avoir faic échouer son entreprise, en empêchant adroitement les levées de l'argent qu'il lui avoit été accordé pour ses troupes , forma le dessein de faire asassiner ce Prince: ce qu'il executa la nuit du 23. au 24. Novembre 1407. s'étant servi pour une si noire action d'un Gentilhomme Normand nommé Raoul d’ocquetonville,qui attendit le Duc d'Orleans dans la ruë Barbete comme il revenoit de l'Hôtel de saint Paul, où il étoit allé tenire visite à la Reine qui étoit en couche.

Après la mort du Duc de Bourgogne, qui fut aussi asal. finé lur le pont de Montereau-faut Yone l'an 1419.par Tanneguy du Châtel, qui avoit servi le Duc d'Orleans, Philippes II. Duc de Bourgogne aïant succedé aux Etats de son pere, ces deux Maisons d'Orleans & de Bourgogne se reconcilierent ; mais ce ne fut que l'an 1440. Ce qui donna lieu d cette reconciliation , fue la liberté que le Duc de Bourgogne procura à Charles Duc d'Orleans , qui étoit depuis vingtcinq ans prisonnier en Angleterre, & qui épousa à son retour Marie de Cléves, niéce du Duc de Bourgogne. Ce dernier avoic insticué l'Ordre de la Toison d'or, donc il donna le

Towe VIII,

[ocr errors]
[ocr errors]

OU DU CA-
MAIL FN
FRANCE.

ORDRE di collier au Duc d'Orleans, & reciproquement le Duc d'OrPorc Eric leans donna au Duc de Bourgogne le collier de l'Ordre du

Porc-Epic ou du Camail. Cet Ordre sublista encore longtems en France : car le Roi Charles VIII. étant mort sans enfans, & Louis XII. lui aïant succedé l'an 1498. il fir de nouveaux Chevaliers de l'Ordre du Porc- Epic, qui n'est néanmoins nommé que du Camail dans les Lettres qu'il fit expedier à Michel Gaillart & à son fils, qui étoienc du nombre de ces Chevaliers : voici les Lettres de ce Prince.

Loys á c.à tous presenta avenir.Comme nous desirons à notre pouvoir ensuir le bon zele de nos progeniteurs & predecesseurs Roys de France & Ducs d'Orleans, & en ce faisant premier doo remunerer les bons persages & loyaulx serviteurs qui journellement s'appliquent & mettent leur estude en bonnes æuvres & à nous faire service, ainsi que par bonne experience ils ont toûe jours demontré à nosdits progeniteurs & predecesseurs & les ellever en honneurs,authoritez & prerogatives selon leurs vertus & merites qui sont les choses qui principalement font entretenir les Roys Ġ Princes Chrétiens en bonne amour, crainted obeir de leurs Vasaux sujets , soavoir faisons , que nous ces choses considerees & les tres grands , louables, vertueux & recommandables services que notre amé & feal Conseiller Michel Gaillart l’aine Chevalier a par cy devant des long-tems faits à nosdits progeniteurs á predecesseurs do à nous en nos grands o principaulx affaires, ou il s'est toujours tres vertueusement & en grande sollicitude & en peine « travail employé do aquite , fait « continue chaque jour, á esperons que plus face au jems avenir: pareillement notre amé & feāl auffi Chevalier Michel Gaillart fin fils qui à l'imitation de son dit pere en ensuivant les gestes , s'efforce journellement aussi à nous faire service, a iceux Michel Gaillart laisné á Michel Gaillait le jeune avons de notre certaine science de propre mouvement d par grace especial, donné & octroyé, donnons doctroyons par ces presentes & à chacun d'iceux , l'Ordre du Camail qui eft l'ordre ancien de nold. progeniteurs & predeceffeurs Ducs d'Orleans, avec faculté d'icelui porter á eux en dicorer & parer en tous lieux, toutes fois & quantes que il leur plaira @ joyr des honneurs, authoriti 2 prerogatives eo preheminences, dont joysent & ont accoutume joyr les Chevaliers dudit ordre & qui ý peuvent á doivent competer & apparte

PORC-EPIC
OU DU CA

nir. Si donnons en mandement par ces memes presentes à notre ORDRE DU amé & feal Chancelier & à tous nos autres justiciers & officiers &a chacun d'eux, fi con me a lui 11 anunura que de nos pre- FRANCHI sens don & octroy , ils facent , souffrent & laissent lesdits Michel Gaillart laisné « le jeune Chevalier, joyr , ufer, ensemble desdits droits, honneurs , authoritez, preheminences prerogatives , doresnavant, plainement & paisiblement,tout ainfi

par la forme á maniere que deffus eft dit. Car tel est nostre plaisir , & afin que ce soit chose ferme å stable à toujours nous avons fait mettre notre scel à cesdites presentesisauf en toutes autres choses, notre droit l'autruy en toutes. Donné à Bloys: au mois de Mars l'an de grace 1498. de notre Regne le premier: ainsi signé, par

le Roy Cotereau , visa contentor , B. Budè.

Ces Lettres de Louis XII. prouvent que cet Ordre du Porc Epic ou du Camail ne fut point aboli presque aussi tôi qu'it fut institué,comme quelques Auteurs ont avancé,puifqu'il sublistoit encore plus de cent ans après son établissement. Schoonebeck, qui est de ce nombre, se contredit luis même, puisqu'aprés avoir dit qu'il n'eut pas le succès que

le Duc d'Orleans s'en étoit promis , aïant été éteint presque ausi-tôt qu'il fut institué : il ajoûte que Louis XI.l'an 1410. fit tout ce qu'il put pour le maintenir,aïant donné aux Chevaliers des Instituts & des Regles pour la conduite de leur vie , par lesquelles ils leur étoit ordonné de défendre l'Etat & la Religion du Roïaume , & de promettre obéïssance au Souverain. Il n'est pas vrai que Louis XI. ait conferé cer. Ordre, qui étoit l'Ordre des Ducs d'Orleans, comme il paroît par les Lettres de Louis XII, que nous avons rapportées : ce Prince, comme fils de Charles Duc d'Orleans,l'aranc: conferé à son avenement à la Couronne de France, & il fut ensuite aboli. Pierre de Belloy s'est aussi trompé, lorsqu'il attribuë l'institution de cet Ordre à Charles d'Orleans, puisqu'il est certain que ce fut son pere Louis Duc d'Orleans. Cet Ordre se donnoit quelquefois à des femmes : car dans une création de Chevaliers du 8. Mars 1438. le Duc d'Oro leans le donna à Mademoiselle de Murat, & à la femme du fieur Potron de Saintrailles.

Favin, Theatre d'honneur du de chevalerie. Le P. Anselme, Le Palais.de l'honneur. Bernard Giustiniani , Hist. di tutti gli

« PreviousContinue »