Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

ORDRE DE du roti avec deux fortes de vin pur & net fans excès ; autre

S. GIORGIS

AU COMCE ment que le Procureur de la Confrairie prendroit le furplus

GOGNE.

DE BOUR & le diftribueroit aux pauvres : que le jour de faint Geor-
ges on donneroit la collation comme le jour précedent & que
pour fupporter les frais on donneroit au Bâtonier fix gros
vieux que chaque Confrere païeroit auffi au Procureur
deux gros pour la retribution des Chapelains: que le bâton
feroit donné par ordre de reception,& que fi celui qui devoit
être Bâtonnier refufoit cet emploi il payeroit dix livres, que
fon nom feroit raié de la lifte des Confreres, & l'écu de fes
Armes ôté de fa place: que celui qui feroit reçu dans la Con-
frairie envoiroit dans l'année l'écu de fes armes blafonées
pour être mis en fa place dans la Chapelle: que s'il arrivoit
differend entre les Confreres, & que quelqu'un ne voulût
pas acquiefcer au jugement qui en feroit donné par les au-
tres,il feroit exclus de la Confrairie: qu'ils ne pourroient foû-
tenir plus d'un an une Sentence d'excommunication, & ne
feroient rien contre leur honneur fous peine d'être aufsi ex-
clus: qu'ils porteroient toujours l'image de faint Georges
& que s'ils manquoient de fe trouver deux ans de fuite à
Rougemont,leur nom feroit biffé de la Lifte des Confreres :
enfin que
les heritiers des Confreres decedés, feroient tenus
de donner trente fols à la Confrairie, qui ne pourroit être
compofée que de cinquante Gentilshommes.

L'an 1487. on ajoûta à ces Statuts que le Bâtonier, feroit
obligé de donner à foûper outre la collation, la veille de la
fête de faint Georges & fur ce que quelques Bâtonniers man-
querent d'y fatisfaire, il fut ordonné l'an 1494. que chaque
Bâtonier manquant à cette obligation païeroit quarante li-
vres. Le nombre des Confreres étoit augmenté l'an 1504.
jufqu'à cent fept; & en 1518. ils ordonnerent que les heri-
tiers du Bâtonier, feroient les
repas qu'il n'auroit pu faire
fur peine de cinquante livres. L'an 1552. l'on ajoûta encore
aux Statuts que dans ces fortes de repas, il n'y auroit point
d'autre viande que du bœuf, du mouton, du veau, du ca-
bris, du cochon, des chapons, des poules & des poulets,
fans aucune patifferie pour le deffert,& que les Confreres
feroient tenus de faire preuve de nobleffe. Mais ces repas
ont été retranchés depuis. Les Affemblées fe tiennent pre-
fentement dans l'Eglife des Carmes de Befançon.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

KENVE St.

AUTRES EN

LeBaron de Champlite Gouverneur de la Franche Comté, ORDRIS DU s'étant fait infcrire au nombre des Confreres l'an 1569. l'on DRAGON fit un nouveau Statut par lequel l'on recommanda l'Obfer- DES DISCIvance des anciens; & l'on ajoûta que les Confreres feroient PLINES, ET ferment de vivre & mourir dans la Religion Catholique, ALLEMAApoftolique & Romaine, & d'obéïr à Philippes II. Roi GNE.. d'Efpagne & à fes fucceffeurs au Comté de Bourgogne ; fur quoi le Duc de Tolede Gouverneur des Païs Bas leur témoigna la reconnoiffance qu'il en avoit par une Lettre qu'il leur écrivit, & on élut un Gouverneur de la Confrairie. Il paroît que l'on y recevoit auffi quelquefois des femmes ; car dans une lifte de ces Confreres, l'on trouve Henriette de Vienne Dame de Rougemont & Jeanne de Chauvirey Dame de Bevouges. Ces Confreres prennent prefentement la qualité de Chevaliers de l'Ordre de faint Georges, & portent pour marque de cet Ordre un faint Georges à cheval tenant un dragon fous fes pieds, le tout d'or maffif du poids d'une piftolle ou plus, à leur volonté, attaché à un ruban bleu.

Gollut, Memoires de Bourgogne & l'état de la Confrairie de faint Georges dite de Rougemont imprimé en 1663.

CHAPITRE L I.

Des Chevaliers des Ordres du Dragon renversé, des disciplines de l'Aigle Blanche, du Tufin, de Notre-Seigneur, de fa Paffion, de la Fidelité, & de faint Rupert en Allemagne.

DRAGON

P

RESQUE tous les Ecrivains conviennent que l'Empereur ORDRE DU Sigifmond a inftitué un Ordre Militaire fous le nom du RENVERSE, Dragon renverfé ou vaincu ; mais ils ne s'accordent pas fur le tems auquel fe fit cette inftitution ; les uns après Michieli, la mettant l'an 1400. & les autres, après Favin, prétendant que ce fut l'an 1418. Michieli ajoûte que le motif qui porta ce Prince à inftituer cet Ordre, fut afin que les Chevaliers qui le recevroient puffent combattre les Héréfies qui infectoient la Bohême & la Hongrie, & que pour cet effet il follicita la convocation des Conciles de Conftance & de Bâle, où ces Héréfies furent condamnées. Sur ce fondement il n'y a

ORDRES DU

point de doute que Michieli ne fe foit trompé, en mertant DRAGON l'inftitution de cet Ordre l'an 1400. puifque les Conciles de RENVERSE Conftance & de Bâle ne furent tenus le premier qu'en PLINYS, FT 1414. & le fecond l'an 1431. & que Jean Hus ne commença AUTRES IN à femer fes erreurs en Bohême qu'en 1407.

DES DIS

ALLEMA

ONE.

L'Abbé Giustiniani fait voir que ceux qui ont cru que cet Ordre n'avoit été inftitué qu'en 1418. après la tenuë du Concile de Constance, se font pareillement trompés, prétendant qu'il étoit établi avant l'an 1397. ce qu'il prouve par le Teftament de Françoisdel-Pozzode Veronne de la même année,où il est parlé de fon fils Victorio del-Pozzo, Chevalier de l'Ordre du Dragon, qui étoit pour lors auprès de l'Empereur Venceslas, où Galeas Vifconti Prince de Veronne,l'avoit envoïé pour quelques affaires. Voici ce que porte ce Testament, dont l'original eft confervé dans la Maison des Seigneurs Pozzo de San Vitale, & dont il eft fait auffi mention dans la genealogie de cette Maison, écrite par Jean-Ba ptifte Merlo, & imprimée à Veronne. In omnibus, & inftituit & effe voluit fp. & Egreg. virum D. Victorium à Puteo Militem Draconis ejus dilectiffimum filium, qui modo, pracepto Magn.& Potentiff. D. Jo. Galeatii, reperitur apud Serenif fimum Venceflum Imperatorem noftrum pro ejus negotiis pertractandis. Ce qui fait croire à l'Abbé Giustiniani que l'Empereur Sigifmond avoit fondé cet Ordre, lorsqu'il époufa en 1385. Marie Reine d'Hongrie, ou le jour qu'il fut couronné Roi d'Hongrie l'an 1387 parce que ce jour-là il fit Chevalier Pantaleon Barbo, Ambaffadeur de Venife. Le même Auteur ajoûte que ce Prince étant devenu dans la fuite Empereur & Roi de Bohême, & aïant reçu la couronne Imperiale à Rome l'an 1493. il fit en paffant à Veronne plufieurs Chevaliers, auffi bien qu'à Mantouë, où il alla enfuite; & que les armes de ces Chevaliers fe voïent encore dans plufieurs Eglifes, & fur les portes de plufieurs Palais de Veronne,avec deux dragons au deffous de ces armes, dont l'un regarde l'écu, leurs queues paffées fous le corps, tortillées autour du cou par le bout, & aïant chacun une croix fur le dos. Favin a donné la representation du collier de cet Ordre, compofé de deux chaînes d'or, fur lefquelles font des croix à double traverse, avec un dragon renversé au bout du collier.

« PreviousContinue »