Page images
PDF
EPUB
[graphic]

LeBarondeChamplite Gouverneur de la Franche Comté, Ordrmdu s'étant fait inscrire au nombre des Confrères lan 1569. l'on D*agon fit un nouveau Statut par lequel l'on recommanda l'Obser- D*s*djscivance des anciens; 3c l'on ajouta que les Confrères feroient PLI!,6s ** serment de vivre 5c mourir dans la Religion Catholique, AlumaApostolique & Romaine, & d'obéir à Philippes II. Roi 0Nad'Espagne 8c à ses successeurs au Comté de Bourgogne j fur quoi le Duc de To'eie Gouverneur des Pais- Bis leur témoigna la reconnoissance qu'il en avoit par une Lettre qu'il leur écrivit, & on élut un Gouverneur de la Confrairie. II paroît que son y recevoitaussi quelquefois des femmes j car dans une liste de ces Confrères1, l'on trouve Henriette de Vienne Dame deRougemont & Jeanne de Chauvirey Dame de Bevougcs. Ces Confrères prennent présentement la qualité de Chevaliers de l'Ordre de saint Georges, & portent pour marque de cet Ordre un saint Georges à cheval tenant un dragon fous ses pieds , le tout d'or massif du poids d'une pistolle ou plus, à leur volonté, attaché à un ruban bleu.

Gollut , Mémoires de Bourgogne 8c l'état de la Confrairie de saint Georges dite de Rougemont imprimé en \Gíy

Chapitre L I. .

Des Chevaliers des Ordres du Dragon renversé> des disciplines de l'Aigle Blanche, du Tujîn, de Nôtre-Seigneur, & de fa Pajfion, de la Fidélité, & de saint Rupert m Allemagne.

Presque tous les Ecrivains conviennent que l'Empereur Ordri oa Sigismond a institué un Ordre Militaire sous le nom du Uhyiku\ Dragon renversé ou vaincu ; mais ils ne s'accordent pas fur le tems auquel se fítcette institution j lesuns après Michieli, la mettant l'an 1400. & les autres, après Favin , prétendant que ce fut l'an 1418. Michieli ajoute que le motif qui porta ce Prince à instituer cet Ordre, fut afin que les Chevaliers qui le recevroient pussent combattre les Hérésies qui infectoient la Bohême & la Hongrie, & que pour cet effet il sollicita la convocation des Conciles de Constance & de Bâle, où ces Hérésies furent condamnées. Sur ce fondement il n'y a

ORDRÏ,Dl, point de doute que Michieli ne le soit trompé, en mentant Df «ooN î'institution de cet Ordre l'an 14.00. puiíque les conciles de u*"! Constance & de- Bâle ne furent tenus le premier qu'en Plim>s ,ft 1414. &le secondl'an 14.31. &que Jean Hus ne commença Atttjïi-iM ^ semer ses erreurs en Bohême qu'en 1407.

L'Abbé Giustiniani fait voir que ceux qui ont cru que cet Ordre n'avoit été institué qu'en 14.18. après la tenue du Concile de Constance, se sont pareillement trompés, prétendant qu'il étoit établi avant l'an 1357. ce qu'il prouve par le Testament de François<fc/-Poz.2.0deVeronne de la mêmeannée,où il est parlé de son fils Viftorio del-Poz,zo, chevalier de l'Ordredu Dragon, qui étoit pour lors auprès de l'Empereur Venceflas,où Galeas Viíconti Prince de Veronne,l'avoit envoie pour quelques affaires. Voici ce que porte ce Testament, dont l'original est conservé dans la Maison des Seigneurs Pozzo de San Vitale, & dont il est fait aussi mention dans la généalogie de cette Maison , écrite par Jean-Baptiste Merlo , & imprimée à Veronne. In omnibus > dr infiituit dr ejfe voluit fp. dr Egreg. virum D. Fiftorium à Puteo Militcm Draconis ejus dilefîijfimum filium, qui modo, pr&cepto Aìagn.dr Potentijf. D.Jo. Galeatii ,reperitur apud SeremfJtmum Vencefiium Imperatorem noflrum pro ejus negotiis pertraÛandis. Ce qui fait croire à l'Abbé Giustiniani que l'Empereur Sigismond avoit fondécet Ordre, lorsqu'il épousa en 1385. Marie Reine d'Hongrie, ou le jour qu'il fut couronné Roi d'Hongrie l'an 1387 parce que ce jour-là il fit Chevalier Pantaleon Barbo, Ambassadeur de Venise. Le même Auteur ajoute que ce Prince étant devenu dans la fuite Empereur 8c Roi de Bohême, & aïantreçu la couronne Impériale à Rome l'an 1493. il fit en passant à Veronne plusieurs Chevaliers, auffi bien qu'à Mantoue, où il alla ensuite 5 6c que les armes de ces Chevaliers se voïent encore dans pluíieurs Eglises , & fur les portes de plusieurs Palais de Veronne,avec deux dragons au dessous de ces armes, dont l'un regarde l'écu, leurs queuês passées fous le corps , tortillée* autour du cou par le bout, & aïant chacun une croix fur le dos. Favin a donné la représentation du collier de cet Ordre, composé de deux chaînes d'or, fur lesquelles font des croix à double traverse , avec un dragon renversé au bout du collier.

« PreviousContinue »